La masse monétaire progresse de 9,2% en janvier    Nigeria : 42 personnes relâchées, dont 27 élèves, après un enlèvement dans un pensionnat    Algérie : le Hirak de retour pour dénoncer le pouvoir militaire et réclamer plus de démocratie    Covid-19 : plus de 3 400 000 personnes vaccinées    Allemagne : la commission vaccinale envisage de recommander le vaccin AstraZeneca pour les plus âgés    La HACA et la SNRT lancent à Dakhla des visites aux sites régionaux de production et de diffusion de radio et de télévision    Covid19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 février 2021 à 18H00    Talib viré du TAS    L'ONU annonce de nouveaux dispositifs d'identification pour lutter contre la pêche illégale    CAN U20 : Les tirs de la chance privent le Maroc de la demi-finale !    AS FAR-SCCM (1-1) : Les Militaires rejoints sur la ligne d'arrivée !    Des manifestations monstres contre les caciques : Les Algériens disent «degage» au régime    Luca Attanasio, ambassadeur italien, tué en RDC    Le secrétaire général du Polisario reçu par le président Algérien    Deuxième anniversaire du Hirak : retour sur les faits saillants qui ont marqué les manifestations du 22 février    Groupe Al Omrane: Mise en chantier en 2020 de 46 projets d'une consistance de près de 17.000 unités    Le Maroc, un modèle en matière de vaccination    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    Marché de capitaux: 4,83 MMDH de levées en janvier 2022    Alerte – Veille – Relance post-covid19 – Investissements étrangers et compétition internationale – Ce que préparent les concurrents du Maroc    Les entrepreneurs marocains invités à investir au Burundi    Meurtre de Khashoggi: Washington accuse le prince saoudien...Ryad dénonce !    La Chambre des représentants libyenne tend à former un gouvernement provisoire restreint composé des compétences de toutes les régions du pays    Marrakech : 29 interpellations pour violation de l'état d'urgence sanitaire et aménagement d'une villa pour les jeux de hasard    ONCF: un chiffre d'affaires consolidé de 3,1 MMDH en 2020    Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud    Une nouvelle Ecole Américaine à Benguerir    Mustapha Ramid sera opéré ce samedi    Le dirham s'apprécie de 0,32% par rapport à l'euro    Gouvernement : Mustapha Ramid jette l'éponge    Réforme électorale : les très attendus amendements dès la semaine prochaine    Les Golden Globes remettent leurs prix sans public ni tapis rouge    Le MAS présente son nouvel entraîneur, Miguel Angel Gamondi    Le WAC à Ouagadougou en quête d' une seconde victoire en Ligue des champions    Le président de la FIFA exprime ses remerciements à S.M le Roi    Percevoir le cannabis tout autrement    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Sahara : D'éminentes personnalités internationales appellent Biden à appuyer la décision Américaine    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Plus de 25.000 pièces archéologiques seront mises à la disposition des étudiants et du grand public    Administration pénitentiaire: Reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus du 1er mars au 12 avril    DGSN: opération sécuritaire à l'Agdal, au centre de Rabat    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Afrique théâtrale à Avignon
Publié dans Le Soir Echos le 19 - 07 - 2013

Vous êtes ici : Actualités / A La Une / L'Afrique théâtrale à Avignon
Pour cette 67e édition de l'incontournable festival d'Avignon, l'accent est mis sur les créations émergentes du théâtre africain. Forte de 21 créations et 12 premières en France, la programmation met en avant des metteurs en scène qui viennent de Brazzaville, Kisangani, Ouagadougou, Lagos, Le Cap. Parmi ces pointures, le Congolais Dieudonné Niangouna a fait sensation. Premier artiste-associé africain du festival, il signe une sorte d'épopée en trois parties : « peur », « solitude », « urgence ». Ces trois états rejoignent complètement les trois actes de la pièce, et le leitmotiv de ses personnages. « Ecrire Shéda, qui est l'une des plus grandes pièces de ma vie, c'était aussi une manière de visiter toutes mes angoisses, mes peurs, mes beautés du théâtre », a-t-il déclaré à France 24.
La pièce oscille entre théâtre, poésie et performance. Une forme théâtrale ambiguë – mélange en swahili de «shida» («transaction louche») et de «shéta» («diable», «démon») – accentuée par un jeu d'acteurs fougueux, à la lisière de la folie et une musique puissante. L'écriture de Dieudonné Niangouna est déconcertante : pas de trame linéaire, pas de narration, à peine une évolution des personnages. Au centre du cirque, une ville morte et son gardien, un servant au regard fou qui profère des paroles incompréhensibles en tournant en rond entre les décors : une marre aux crocodiles, une maison de chats et une cheminée de fonderie. Des cris résonnent au loin, plusieurs acteurs de la troupe courent en cadence sur les bords du précipice. Les grossièretés rebondissent à chaque phrase, et les monologues, digressions et emportements donnent lieu à des moments forts de théâtre.
Une écriture sauvage et intense
Même décousue, la pièce est portée par des acteurs dont le jeu frise la virtuosité. Shéda se joue à « Nulle part », un endroit qui s'appelle Kakouma en Swahili. Les habitants n'y sont pas nés, mais tombent littéralement du ciel. Ils viennent d'horizons différents, d'époques différentes, de cultures différentes. Tous ces personnages qui ne se connaissent pas, et que rien ne lie « Le père Francis de Saint-Aimé », le « mécanicien des étoiles », « le Seigneur » créent une vraie dynamique, parfois sismique et cherchent à inventer la vie dans ce « désert de pierres où tout est très difficile ». Interrogé par France 24 sur son écriture erratique, le metteur en scène répond : « Le théâtre appartient à celui qui le fait. Ce n'est pas figé sur une page, ce n'est pas une formule. Dès qu'on dessine un théâtre avec des contours, ce n'est plus du théâtre, ça devient une science. Le théâtre vient de l'impulsion, de la sensibilité et de l'imagination d'une personne ». Shéda n'évoque pas les problématiques d'un pays africain, mais revient sur des situations universelles, qu'on peut trouver en Afrique comme ailleurs. Voilà pourquoi les rôles sur scène sont attribués à des comédiens de Brazzaville, sénégalais, camerounais, roumains. « Shéda parle des influences de beaucoup de cultures, de gens de ma génération qui ont traversé des guerres, des crises. C'est autour de cela que va se baser la pièce pour chercher à se reconstruire à partir des violences qu'ils ont vécu, pour s'en sortir et trouver une humanité », martèle le metteur en scène.
Quand le vécu parle
Pour comprendre l'écriture de Niangouna, il convient de comprendre son vécu de rescapé de guerre. Lorsque la guerre civile battait son plein au Congo, le metteur en scène a échappé d'une fusillade et a survécu grâce au théâtre. S'il a imaginé des hommes tombant du ciel – dans la pièce des mannequins en tissus projetés depuis la falaise, haute de plusieurs dizaines de mètres « justement parce qu'il a vu des avions et des obus tomber du ciel à quelques mètres de lui. Il faut dire que le festival reflète le vécu, le travail et la spécificité des artistes africains, notamment leur façon d'appréhender le théâtre, d'écrire, de chanter, de danser. Au festival d'Avignon, il s'agit plus de célébrer le théâtre qu'un continent ». La programmation reflète moins un travail « ontologique » que des écritures personnelles qui racontent l'Afrique, et des visions émergentes du monde et de l'âme humaine. Citons L'édition 2013 du Festival d'Avignon met les pleins phares sur les artistes émergents en Afrique et les nouvelles écritures théâtrales qui s'y créent. Les temps forts des nouvelles écritures théâtrales: Faustin Linyekula du Congo et sa chorégraphie «Drums and Digging», DeLaVallet Bidiefono militant de la danse contemporaine et son spectacle «Au-Delà», Qudus Onikeku du Nigeria qui présente Qaddish. Des expressions d'une force rare qui tentent désespérément d'exprimer le chaos du monde


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.