OCP: une nouvelle usine de production d'acide phosphorique purifié à Jorf Lasfar    Un investisseur saoudien met la main sur l'hôtel Cesar Palace & Spa de Tanger    Google lance un dispositif d'alerte aux tremblements de terre    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    C1: la fête ou la porte pour Paris, le jour de son cinquantenaire    L'Atlético revient à Lisbonne six ans après    Boxe: le combat entre Mike Tyson et Roy Jones Jr reporté    Propose la création d'un «Label santé» pour les entreprises    Ministère de l'Education : un démenti, et après ?    L'engagement des jeunes pour une action mondiale    Casablanca: des quartiers de Hay Mohammadi barricadés (VIDEO)    Change: les devises étrangères vs le dirham marocain    France: le Marathon de Paris finalement annulé    «Ne touche pas à mon patrimoine»    Botola: résultats et classement de la 21e journée    Casablanca: un camion-citerne percute une station-service (VIDEO)    La riposte de Trump au « Spoutnik V »    DGSN: une opération de migration clandestine mise en échec par la PJ    Covid-19: la « riposte » de la CGEM    Fonds stratégique: Le projet de décret examiné en Commission    Procès à distance: 306 audiences en une semaine    Explosion de Beyrouth : Un appel à l'aide lance sur facebook et Instagram    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    Europa League : United et l'Inter au denier carré    Mia la sainte, Mia « la salope »    Le e-commerce, une tendance qui s'installe    RAM reconduit ses vols spéciaux jusqu'au 10 septembre    Les Marocains du monde, objet de toutes les sollicitudes    Chez les séparatistes, la corruption le dispute aux détournements en tous genres    L'hôpital de campagne de Sidi Yahya El Gharb au centre de la polémique    Des projets de l'INDH lancés à Zagora    Les asymptomatiques ont autant de coronavirus en eux que les symptomatiques    Près d'un quart des chômeurs vivent dans la région de Casablanca-Settat    Le parcours chrono-thématique des peintres marocains revisité à Rabat    Le jeune artiste Anas Khermoui expose sa "Vision sensible" à Essaouira    Antonio Banderas annonce avoir le Covid-19 le jour de ses 60 ans    Poutine: la Russie a développé le premier vaccin anti-Covid-19    Botola Pro D1 : Le WAC s'impose face à l'OCK    Comment la dépression a eu raison de l'écrivaine Naima El Bezaz    Chahrazad Akroud quitte le groupe Chada    La Jeunesse socialiste dans l'attente de la vérité sur la suspicion de collusion des compagnies pétrolières    Les salles obscures en berne, le milieu s'inquiète    « Spoutnik V », le vaccin russe anti-Covid    Fatalisme et fatalité    Lahoucine Echaabi, le panthéon éclairé!    Trump évacué en pleine conférence de presse (VIDEO)    Maigre salaire et grosse déconvenue    Ziad Atallah : L'aide marocaine intervenue au moment opportun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rome et Budapest unis dans une approche dure sur les migrants
Publié dans Libération le 30 - 08 - 2018

Les dirigeants italiens et hongrois, grands adversaires de la politique migratoire de l'Union européenne, se sont engagés mardi à coopérer pour faire prévaloir une ligne dure sur l'immigration.
Le vice-président du Conseil et ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, et le Premier ministre conservateur hongrois Viktor Orban se sont rencontrés mardi à Milan pour sceller un rapprochement entre leurs deux gouvernements.
"Nous sommes tombés d'accord pour dire que le problème le plus important, c'est l'immigration", a déclaré Viktor Orban, qui a fait construire une clôture à la frontière sud de son pays pour barrer la route aux migrants.
Il a ajouté que Salvini et lui-même s'étaient entendus pour appliquer leur politique anti-immigration alors même que se profilent les élections au Parlement européen en mai 2019.
La Hongrie a montré que l'immigration pouvait être stoppée sur des frontières terrestres et le nouveau gouvernement italien a prouvé qu'elle pouvait être stoppée en Méditerranée, a-t-il dit en estimant que "la sécurité de l'Europe dépend de la réussite (de Salvini)".
Salvini et Orban sont convenus de coopérer à l'approche des élections européennes alors même qu'ils appartiennent à des factions différentes au Parlement européen. La Ligue, la formation d'extrême droite de Matteo Salvini, est alliée au Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen, tandis que le Fidesz-Union civique hongroise d'Orban est affilié au PPE (Parti populaire européen, centre droit).
Salvini et Orban s'en sont pris mardi à Emmanuel Macron. Le ministre italien l'a accusé de ne pas aider suffisamment l'Italie sur la question migratoire et Orban a accusé le président français de vouloir "faire éclater" le PPE.
"Macron est le chef des partis pro-migrants en Europe aujourd'hui", a dit Orban, dont la visite a suscité à Milan une manifestation de protestation réunissant plusieurs milliers d'opposants aux politiques migratoires "dures". "Et nous, nous sommes ceux qui voulons stopper l'immigration clandestine. Il y a un grand débat là-dessus aussi au sein du PPE. Nous aimerions que notre attitude soit celle de l'ensemble du PPE", a ajouté le chef du gouvernement magyar.
Matteo Salvini, lui, a estimé que la France devait faire preuve d'une plus grande "solidarité et sensibilité" sur les questions d'immigration, et suspendre le refoulement des migrants qui tentent d'entrer en France par le poste-frontière de Vintimille-Menton.
Emmanuel Macron "est le premier qui devrait faire preuve de solidarité et de sensibilité en rouvrant la frontière à Vintimille", a dit Matteo Salvini.
Salvini a ajouté que des discussions se poursuivaient depuis des semaines avec l'Allemagne et qu'un accord sur un rapatriement en Italie de migrants qui se présentent à la frontière allemande était "à portée de main".
"Ce qui importe, pour l'Italie, c'est un jeu à somme nulle, ce qui veut dire reprendre dans notre pays les migrants qui cherchent à se rendre ailleurs, cela dans la mesure où un nombre équivalent de migrants quittera notre pays", a continué Salvini.
Salvini confirmait en cela les propos tenus la veille par son homologue allemand, Horst Seehofer, qui parlait de progrès vers un accord sur le renvoi de migrants vers l'Italie s'ils ont déjà fait une demande d'asile dans la Péninsule.
Par ailleurs, le président français Emmanuel Macron a répliqué mercredi aux dirigeants hongrois et italien Viktor Orban et Matteo Salvini qu'ils "ont raison" de le voir comme leur "opposant principal" en Europe sur le dossier des migrants.
"Je ne céderai rien aux nationalistes et à ceux qui prônent ce discours de haine. S'ils ont voulu voir en ma personne leur opposant principal, ils ont raison", a-t-il lancé, répondant à des journalistes lors de sa visite au Danemark.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.