Jeux africains : La Marocaine Soukaina Sahib décroche la médaille d'or    L'article de The Wall Street Journal qui a affolé le polisario    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Dans son discours à la nation à l'occasion du 66ème anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple    Consécration du beach-volley égyptien    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    Rabat : Alsa-City bus assure le transport à la capitale    Faux et usage de faux: Arrestation d'un récidiviste à Meknès    Paris: Coups de feu sur le tournage d'un clip de Booba    M'barek Boussoufa rejoint le club qatari d'Al-Sailiya    Voici les deux premiers matches des Lions après la CAN    Fête de la Jeunesse: Grâce royale au profit de 443 personnes    Fête du Trône: Bank Al-Maghrib émet un billet commémoratif de 20 dirhams    Météo: Le temps qu'il fera mercredi    Brexit : BoJo fait le forcing à Berlin et Paris    Discours royal : Un modèle de développement nouveau avec du sang frais    Vidéo. Jeux africains : une cérémonie d'ouverture digne de l'Afrique    Fête de la jeunesse : Grâce royale au profit de 443 personnes    La Grèce n'a pas reçu de demande d'ancrage du pétrolier iranien    Algérie: Après six mois, contestation et pouvoir dans l'impasse    BAM : le contrôle sur les transferts de l'étranger vers le Maroc renforcé    Habib El Malki salue la position de Freetown    Grande Canarie : La progression de l'incendie ralentit, selon les autorités    Météo: le temps qu'il fera ce mardi    Insécurité routière : 30 décès en l'espace d'une semaine !    SM le Roi adresse un discours à la Nation, ce soir    Les FAR accueillent les premiers appelés au service militaire    Les jeunes sont l'avenir du Maroc    Le Maroc et le Fonds vert pour le climat souhaitent renforcer leur coopération    « Voix de Femmes », une 11ème édition 100% marocaine    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    46 joueurs présélectionnés pour 2 matchs amicaux    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rome et Budapest unis dans une approche dure sur les migrants
Publié dans Libération le 30 - 08 - 2018

Les dirigeants italiens et hongrois, grands adversaires de la politique migratoire de l'Union européenne, se sont engagés mardi à coopérer pour faire prévaloir une ligne dure sur l'immigration.
Le vice-président du Conseil et ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, et le Premier ministre conservateur hongrois Viktor Orban se sont rencontrés mardi à Milan pour sceller un rapprochement entre leurs deux gouvernements.
"Nous sommes tombés d'accord pour dire que le problème le plus important, c'est l'immigration", a déclaré Viktor Orban, qui a fait construire une clôture à la frontière sud de son pays pour barrer la route aux migrants.
Il a ajouté que Salvini et lui-même s'étaient entendus pour appliquer leur politique anti-immigration alors même que se profilent les élections au Parlement européen en mai 2019.
La Hongrie a montré que l'immigration pouvait être stoppée sur des frontières terrestres et le nouveau gouvernement italien a prouvé qu'elle pouvait être stoppée en Méditerranée, a-t-il dit en estimant que "la sécurité de l'Europe dépend de la réussite (de Salvini)".
Salvini et Orban sont convenus de coopérer à l'approche des élections européennes alors même qu'ils appartiennent à des factions différentes au Parlement européen. La Ligue, la formation d'extrême droite de Matteo Salvini, est alliée au Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen, tandis que le Fidesz-Union civique hongroise d'Orban est affilié au PPE (Parti populaire européen, centre droit).
Salvini et Orban s'en sont pris mardi à Emmanuel Macron. Le ministre italien l'a accusé de ne pas aider suffisamment l'Italie sur la question migratoire et Orban a accusé le président français de vouloir "faire éclater" le PPE.
"Macron est le chef des partis pro-migrants en Europe aujourd'hui", a dit Orban, dont la visite a suscité à Milan une manifestation de protestation réunissant plusieurs milliers d'opposants aux politiques migratoires "dures". "Et nous, nous sommes ceux qui voulons stopper l'immigration clandestine. Il y a un grand débat là-dessus aussi au sein du PPE. Nous aimerions que notre attitude soit celle de l'ensemble du PPE", a ajouté le chef du gouvernement magyar.
Matteo Salvini, lui, a estimé que la France devait faire preuve d'une plus grande "solidarité et sensibilité" sur les questions d'immigration, et suspendre le refoulement des migrants qui tentent d'entrer en France par le poste-frontière de Vintimille-Menton.
Emmanuel Macron "est le premier qui devrait faire preuve de solidarité et de sensibilité en rouvrant la frontière à Vintimille", a dit Matteo Salvini.
Salvini a ajouté que des discussions se poursuivaient depuis des semaines avec l'Allemagne et qu'un accord sur un rapatriement en Italie de migrants qui se présentent à la frontière allemande était "à portée de main".
"Ce qui importe, pour l'Italie, c'est un jeu à somme nulle, ce qui veut dire reprendre dans notre pays les migrants qui cherchent à se rendre ailleurs, cela dans la mesure où un nombre équivalent de migrants quittera notre pays", a continué Salvini.
Salvini confirmait en cela les propos tenus la veille par son homologue allemand, Horst Seehofer, qui parlait de progrès vers un accord sur le renvoi de migrants vers l'Italie s'ils ont déjà fait une demande d'asile dans la Péninsule.
Par ailleurs, le président français Emmanuel Macron a répliqué mercredi aux dirigeants hongrois et italien Viktor Orban et Matteo Salvini qu'ils "ont raison" de le voir comme leur "opposant principal" en Europe sur le dossier des migrants.
"Je ne céderai rien aux nationalistes et à ceux qui prônent ce discours de haine. S'ils ont voulu voir en ma personne leur opposant principal, ils ont raison", a-t-il lancé, répondant à des journalistes lors de sa visite au Danemark.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.