Brexit: Theresa May joue sa dernière carte    Un Monde Fou    La citadelle de Saladin, le café El Feshawi... des lieux incontournables à visiter    Sahara marocain. Déclaration finale de la conférence ministérielle africaine de Marrakech    Les étudiants médecins boycottent les cours : le pourquoi du comment    Incitation à la violence contre les femmes : L'AMDH réagit au clip de Mr Crazy    La CEA recommande l'alignement des politiques budgétaires sur le cycle économique    L'indicible quotidien des migrants en région du Nord    Intervenant lors de l'université populaire sur «La démocratie linguistique et culturelle au Maroc»    Qualifs Euro-2020 Fortunes diverses pour l'Allemagne et la Croatie    Al-Khelaïfi, discret, puissant, mais de plus en plus fragilisé    Maroc-Argentine pour un match de gala au Grand stade de Tanger    Disparition de Sala: Cardiff estime le transfert de Nantes « nul et non avenu »    Brexit : Quel impact pour la Premier League ?    Le Maroc plaide pour la cohérence, la cohésion et l'unité des pays africains    Les Etats-Unis autorisent le premier médicament contre la dépression post-partum    La cassette audio n'a pas dit son dernier mot    Indicateurs conjoncturels mitigés au début de l'année    Le rôle de la littérature est-il simplement de se poser des questions?    Insolite : Graffeur pro-Trump    "Emwas" Des souvenirs en reconstruction    Météo : Attention, ça va souffler…    Macron accueille Xi à Paris pour travailler à « un nouvel ordre international »    Le 18ème Festival international du cinéma d'animation se poursuit jusqu'au 27 mars : Les moments forts de l'ouverture    Accord de principe entre le Raja et Mouhcine Moutwali    Enseignants contractuels/Gouvernement: Le bras de fer continue    JETMODE, l'événement mode de l'année !    Sothema accroit son résultat net en 2018    Entreprenathon : L'ESSEC Afrique et l'EMI mettent le cap sur l'innovation et l'entrepreneuriat    Banque Centrale Populaire. La croissance toujours au rendez-vous    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    BAM : La croissance sera plombée par les mauvaises récoltes    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    Prix Terre de Femmes Maroc : agir localement pour changer le monde !    Divers    Les principales conclusions du rapport d'enquête Mueller    Trump accueille son « ami » Netanyahu en pleine campagne    CAN 2019: Les Lions de l'Atlas terminent en tête    Bourita s'entretient à Marrakech avec la vice-secrétaire générale de l'ONU    Sahara. Un troisième round de négociations au programme.    COM2019 : L'Afrique souffre encore de sa faible intégration régionale    Forum maroco-belge : Un premier événement intégrant la migration dans la coopération bilatérale    Session régionale du Parlement de l'enfant à Fès    Lancement des travaux de construction d'un pont à haubans à Abidjan    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Edito : Talents gaspillés    Marrakech: Un brigadier de police utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Discussions en dents de scie entre les syndicats des commerçants et les directions de la douane et des impôts
Publié dans Libération le 16 - 01 - 2019

Malgré l'annonce par le chef du gouvernement Saad Eddine El Otmani, jeudi dernier, de la suspension des mesures relatives au système informatique de facturation jusqu'à la tenue des rencontres entre les départements concernés et les représentants des commerçants, certains professionnels du secteur font part de leur scepticisme. Ce qui pourrait être interprété dans le sens d'une crise de confiance. Et c'est d'ailleurs ce qui expliquerait ces mouvements de grève déclenchés par-ci, par-là, alors que des discussions étaient en cours entre les professionnels et leurs syndicats les plus représentatifs et le directeur général des impôts et celui de la douane.
En effet, une grève des commerçants a été observée hier à Inezgane, Agadir et Tifelt et se poursuivra aujourd'hui. Selon une source syndicale contactée par Libé, les commerçants feront grève ce jeudi 17 janvier à Rabat, Khémisset, Témara et Skhirat et mercredi 23 janvier à Salé et Kénitra.
Ce mouvement de protestation intervient malgré les réunions marathons ce lundi entre les représentants des syndicats les plus représentatifs et les deux responsables du ministère des Finances. Ces réunions se sont poursuivies hier.
« Il y a un progrès sur certains points », a assuré Nabil Nouri, président du Syndicat national des commerçants et des professionnels (SNCP) dans une déclaration à Libé hier matin. Et de préciser : «Nous avons tenu une réunion lundi jusqu'à 21 heures et nous allons la continuer ce mardi. Il reste des points qui nécessitent un débat et nous espérons que ces réunions déboucheront sur un communiqué commun» qui pourrait désamorcer le conflit.
Pour sa part, Mohamed Dahbi, secrétaire général de l'Union générale des entreprises et professions (UGEP) qui a pris part à ces réunions, a salué le dialogue entre les professionnels et le ministère de tutelle pour trouver une solution satisfaisante pour les commerçants.
«Nous n'avons pas encore conclu d'accord», a-t-il affirmé dans une déclaration à Libé. Et d'ajouter : «Mais nous nous sommes mis d'accord sur l'institutionnalisation du dialogue entre les professionnels et leurs représentants et le ministère de tutelle, la création d'une commission pour trancher les litiges. Cela est fort essentiel. Nous nous sommes également mis d'accord sur la préparation ensemble d'un symposium sur les impôts et durant lequel on peut débattre des sujets qui suscitent aujourd'hui la polémique».
Mohamed Dahbi a, par ailleurs, souligné qu'«un PV sera signé au terme de ces discussions par les représentants des organisations des commerçants et les deux directeurs des impôts et de la douane en présence du ministre de tutelle».
Il convient de rappeler que le ras-le-bol des commerçants a poussé les autorités compétentes à rétropédaler. Ce lundi, le ministre de l'Economie et des Finances, Mohamed Benchaaboun, a assuré devant les députés de la Chambre des représentants que les commerçants et artisans soumis au régime forfaitaire sont dispensés de la facturation en vertu du droit fiscal, soulignant que la situation fiscale de cette catégorie de commerçants et artisans n'a subi aucun changement et que les interprétations liées aux nouvelles dispositions de la loi de Finances 2018 reflètent une mauvaise compréhension de leur contenu.
La semaine passée, la direction générale des impôts a rendu public un communiqué dans lequel elle a affirmé que les interprétations et explications faites au sujet du système informatique de facturation sont «dépourvues de tout fondement» et «dénotent une mauvaise compréhension des nouvelles dispositions de la loi de Finances 2018». Ces deux déclarations (celles du ministre et du DGI) contredisent l'annonce de Saad Eddine El Otmani jeudi dernier de suspendre les mesures relatives à l'application du système informatique de facturation, ce qui montre qu'il y a une cacophonie au sein de l'Exécutif à propos de cette question.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.