ODD : La Cour des comptes recommande d'ajuster la stratégie de sensibilisation et de communication    Hydrocarbures : Le torchon brûle entre Lahcen Daoudi et Driss Guerraoui    Voitures d'époque : La fédération dévoile son programme sportif de 2019    Délais de paiement: Derrière les chiffres, la réalité    Secteur pharmaceutique. Doukkali et les industriels tracent un plan d'action    Affaire Benalla : Les conclusions du Sénat    Sahara marocain: Pretoria revient à la charge    Crédit du Maroc. A quoi ressemblera le projet "Les Arènes"?        Tanger : Deux faussaires de billets de banque condamnés à 10 ans de prison chacun    Laâyoune : En 24 h, 7 suspects recherchés tombent dans les filets de la police    Oulad Mogador Music Action : Trois jeunes groupes sélectionnés    «Le groupement artistique» honore Mohamed Belmou    «Ana nabghiha», nouveau single de Cheb Kadil    SM le Roi reçoit les nouveaux walis et gouverneurs    Sécurité routière: El Otmani appelle à accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale    Derby de l'Oriental : Une affaire entre voisins    MIFA Group: 70 ans d'expertise    Les profondes divergences entre Washington et les pays européens    Top 5 des meilleurs buteurs actuels d'Europa League    Commerce en Afrique. Le Maroc approuve l'accord sur la zone de libre-échange    Semences. La SONACOS poursuit la diversification de ses marchés    Venezuela : L'armée déterminée à empêcher l'entrée de l'aide    Bernie Sanders, candidat à la présidentielle 2020, veut croire à la victoire    Une justice propre aux mineurs au Maroc ?    Exploitation et abus sexuels : Une Marocaine dans le Comité consultatif de l'ONU    Brexit : May de retour à Bruxelles, face une UE inflexible    Le GBM approuve le cadre de partenariat 2019-2024 avec le Maroc    Said Ahmiddouch installé nouveau Wali de Casablanca-Settat    Première enquête sur les hépatites virales au Maroc    Edito : Du sang neuf    Institut français du Maroc, de la culture pour tous    Aziz Idamin : Le mouvement marocain des droits de l'Homme n'a pas été en mesure de suivre les mutations internationales    Habib El Malki s'entretient avec la ministre indienne des A.E    Wenger : Vieira et Henry ont tout pour devenir des entraîneurs remarquables    Disparition de Sala: Cardiff envisage un recours pour négligence contre Nantes    Divers    Au Cap, des blessés de la vie apprennent à "voler" sur les vagues    Les militants "5 Etoiles" évitent un procès à Matteo Salvini    Insolite : Député chômeur    Administration, établissements publics, collectivités territoriales et enseignement en grève    Les infos insolites des stars : Michael Jackson    Jean- François Girault : La France et le Maroc partagent beaucoup d'affinités dans le domaine de la culture et de l'art    Droits de l'Homme au Maroc : Des avancées indéniables sauf qu'il y a un "mais" tenace    Espagne. Un nouveau format pour la Supercoupe    Décès du célèbre couturier Karl Lagerfeld    Le régime algérien à bout de souffle: Le muthos… ne tue pas    Saddiki gène le Raja et Carteron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'IS représente 15,3% des recettes fiscales en Afrique
Publié dans Libération le 19 - 01 - 2019

Les recettes de l'impôt sur les sociétés revêtent une importance particulièrement grande dans les pays en développement (Part des recettes de l'IS dans le total des recettes fiscales en 2016)
En dépit de la baisse des taux observée à l'échelle mondiale, l'impôt sur les bénéfices des sociétés a constitué une source essentielle de recettes pour les pays du monde entier. C'est ce que révèle une étude réalisée par l'Organisation de coopération et de développement économiques OCDE.
«Les impôts acquittés par les sociétés restent une source prépondérante de recettes publiques, surtout dans les pays en développement, malgré une baisse tendancielle des taux de l'impôt sur les sociétés qui se manifeste depuis deux décennies au niveau mondial», a souligné l'organisation dans un rapport publié récemment.
L'analyse des données recueillies, et qui s'articulent autour de quatre grandes catégories de données : recettes de l'impôt sur les sociétés, taux légaux d'imposition des sociétés (IS), taux effectifs d'imposition des sociétés et incitations fiscales à l'innovation, ont montré qu'en 2016, la part de l'impôt sur les sociétés dans le total des recettes fiscales est ressortie à 13,3% en moyenne dans les 88 juridictions couvertes par la base de données, contre 12% en 2000.
Selon les résultats de l'étude, qui couvre une centaine de pays dans le monde, l'impôt sur les sociétés jouerait un rôle encore plus important dans les pays en
développement.
En effet, il ressort des données décortiqués qu'il a représenté en moyenne 15,3% du total des recettes fiscales en Afrique et 15,4% dans la région Amérique latine et Caraïbes, contre 9% dans la zone OCDE.
En outre, il est apparu que «les recettes de l'impôt sur les sociétés ont également progressé en pourcentage du PIB, puisque leur niveau moyen est passé de 2,7% du PIB en 2000 à 3% en 2016 dans l'ensemble des juridictions couvertes par la base de données», a noté l'OCDE.
Dans son rapport, l'OCDE a noté également une nette tendance au recul des taux légaux de l'impôt sur les sociétés – le taux nominal supporté par les entreprises – au cours des deux dernières décennies.
En effet, après croisement des données, il ressort que le taux légal moyen combiné de l'impôt sur les sociétés (administration centrale et administrations infranationales) n'a progressé que de 21,4% en 2018 contre 28,6% en 2000.
L'organisation a noté que «plus de 60% des 94 juridictions pour lesquelles la base de données contient des informations sur le taux d'imposition affichaient un taux légal supérieur ou égal à 30% en 2000, contre moins de 20% des juridictions en 2018».
Par ailleurs, la base de données qui accompagne ledit rapport, «Statistiques de l'impôt sur les sociétés», a montré que les taux légaux d'imposition ont baissé dans 76 juridictions entre 2000 et 2018 et qu'ils sont restés identiques dans 12 juridictions et n'ont augmenté que dans six autres au cours de cette période.
La comparaison des données a également révélé que l'année dernière 12 juridictions ne prélevaient aucun impôt sur les sociétés ou appliquaient un taux zéro d'imposition.
L'autre enseignement de ce rapport, c'est que de nombreux facteurs influent sur les recettes de l'IS, de sorte qu'il peut être trompeur de se concentrer uniquement sur les taux légaux d'imposition.
A ce propos, l'OCDE fait remarquer que certains pays peuvent appliquer de multiples taux d'imposition en fonction des caractéristiques et du chiffre d'affaires de l'entreprise, soulignant que des barèmes progressifs ou des régimes différents peuvent être prévus pour les petites et moyennes entreprises, tandis que dans certaines juridictions, les taux appliqués aux entreprises non résidentes sont différents de ceux pratiqués pour les entreprises résidentes.
L'organisation a rappelé également que «dans certains pays, les bénéfices non distribués et les bénéfices distribués sont imposés à des taux différents, et certains pays appliquent à certains secteurs des taux d'imposition différents».
Et d'ajouter que «les entreprises implantées dans des zones économiques spéciales ou désignées bénéficient souvent de taux réduits d'imposition, et des régimes fiscaux préférentiels accordent des taux plus bas à certains types de sociétés ou à certaines catégories de revenus».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.