L'Espagne retrouve l'espoir dans la gestion de la pandémie    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    BVC: les sociétés du Masi devraient verser près de 19,3 MMDH de dividendes    Fort impact sur les Marocains résidant en Espagne    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Coronavirus : 83% des entreprises en arrêt total de travail selon une étude    Coronavirus : 58 nouveaux cas confirmés au Maroc, 1.242 au total, mercredi à 10h    Avis Locafinance : une flotte de véhicules à disposition du personnel soignant    Recherche Covid-19 : Les pays les plus actifs selon le Coronavirus Research Index    Coronavirus : Autoroutes du Maroc applique les dernières recommandations    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Casa-Settat : Un groupe de promoteurs immobiliers se mobilise    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    En collaboration avec GE Healthcare : Ford produira 50.000 ventilateurs respiratoires dans son usine du Michigan    Grâce à la campagne : 24 élèves du douar Islane bénéficient de tablettes numériques    La récession de l'économie mondiale anticipée par Coface    Ahmed Ghazali : «Nous anticipons un réel effondrement des indicateurs d'activité»    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    Amnesty International appelle l'Algérie à libérer les prisonniers d'opinion    Tanger: Mobilisation pour la place d'Espagne    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    Le port des masques de protection est obligatoire depuis hier    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'IS représente 15,3% des recettes fiscales en Afrique
Publié dans Libération le 19 - 01 - 2019

Les recettes de l'impôt sur les sociétés revêtent une importance particulièrement grande dans les pays en développement (Part des recettes de l'IS dans le total des recettes fiscales en 2016)
En dépit de la baisse des taux observée à l'échelle mondiale, l'impôt sur les bénéfices des sociétés a constitué une source essentielle de recettes pour les pays du monde entier. C'est ce que révèle une étude réalisée par l'Organisation de coopération et de développement économiques OCDE.
«Les impôts acquittés par les sociétés restent une source prépondérante de recettes publiques, surtout dans les pays en développement, malgré une baisse tendancielle des taux de l'impôt sur les sociétés qui se manifeste depuis deux décennies au niveau mondial», a souligné l'organisation dans un rapport publié récemment.
L'analyse des données recueillies, et qui s'articulent autour de quatre grandes catégories de données : recettes de l'impôt sur les sociétés, taux légaux d'imposition des sociétés (IS), taux effectifs d'imposition des sociétés et incitations fiscales à l'innovation, ont montré qu'en 2016, la part de l'impôt sur les sociétés dans le total des recettes fiscales est ressortie à 13,3% en moyenne dans les 88 juridictions couvertes par la base de données, contre 12% en 2000.
Selon les résultats de l'étude, qui couvre une centaine de pays dans le monde, l'impôt sur les sociétés jouerait un rôle encore plus important dans les pays en
développement.
En effet, il ressort des données décortiqués qu'il a représenté en moyenne 15,3% du total des recettes fiscales en Afrique et 15,4% dans la région Amérique latine et Caraïbes, contre 9% dans la zone OCDE.
En outre, il est apparu que «les recettes de l'impôt sur les sociétés ont également progressé en pourcentage du PIB, puisque leur niveau moyen est passé de 2,7% du PIB en 2000 à 3% en 2016 dans l'ensemble des juridictions couvertes par la base de données», a noté l'OCDE.
Dans son rapport, l'OCDE a noté également une nette tendance au recul des taux légaux de l'impôt sur les sociétés – le taux nominal supporté par les entreprises – au cours des deux dernières décennies.
En effet, après croisement des données, il ressort que le taux légal moyen combiné de l'impôt sur les sociétés (administration centrale et administrations infranationales) n'a progressé que de 21,4% en 2018 contre 28,6% en 2000.
L'organisation a noté que «plus de 60% des 94 juridictions pour lesquelles la base de données contient des informations sur le taux d'imposition affichaient un taux légal supérieur ou égal à 30% en 2000, contre moins de 20% des juridictions en 2018».
Par ailleurs, la base de données qui accompagne ledit rapport, «Statistiques de l'impôt sur les sociétés», a montré que les taux légaux d'imposition ont baissé dans 76 juridictions entre 2000 et 2018 et qu'ils sont restés identiques dans 12 juridictions et n'ont augmenté que dans six autres au cours de cette période.
La comparaison des données a également révélé que l'année dernière 12 juridictions ne prélevaient aucun impôt sur les sociétés ou appliquaient un taux zéro d'imposition.
L'autre enseignement de ce rapport, c'est que de nombreux facteurs influent sur les recettes de l'IS, de sorte qu'il peut être trompeur de se concentrer uniquement sur les taux légaux d'imposition.
A ce propos, l'OCDE fait remarquer que certains pays peuvent appliquer de multiples taux d'imposition en fonction des caractéristiques et du chiffre d'affaires de l'entreprise, soulignant que des barèmes progressifs ou des régimes différents peuvent être prévus pour les petites et moyennes entreprises, tandis que dans certaines juridictions, les taux appliqués aux entreprises non résidentes sont différents de ceux pratiqués pour les entreprises résidentes.
L'organisation a rappelé également que «dans certains pays, les bénéfices non distribués et les bénéfices distribués sont imposés à des taux différents, et certains pays appliquent à certains secteurs des taux d'imposition différents».
Et d'ajouter que «les entreprises implantées dans des zones économiques spéciales ou désignées bénéficient souvent de taux réduits d'imposition, et des régimes fiscaux préférentiels accordent des taux plus bas à certains types de sociétés ou à certaines catégories de revenus».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.