LF 2021 : voici les propositions de la CGEM [Document]    Lutte contre le terrorisme et le crime organisé : Renforcement de la coopération entre le Maroc et les USA    Emprunt obligataire : sortie réussie du Maroc sur le marché international    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Supercoupe UEFA : Bounou et En-Nesyri finalistes malchanceux !    Transferts : Ayoub El Kaabi rejoint le Wydad    Botola Pro D1 : La RSB ne lâche pas prise    Covid-19 : 413 élèves et 807 enseignants contaminés depuis la rentrée scolaire    Pas de report de l'examen régional de la 1-ère année du baccalauréat    Twitter ne protège pas assez les femmes, selon Amnesty International    Mission française : les parents d'élèves obtiennent un report de paiement des frais de scolarité    Les autorités serrent la vis à Casablanca    Le covid-19 ferme un célèbre quartier à Fès (PHOTOS)    Démarchage téléphonique : une loi française met-elle les call center marocains en danger ?    Finances - Bilan au 1er semestre 2020 : TAQA Maroc présente ses résultats    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    Baromètre Deloitte des CEOs africains : L'après-Covid-19 vu par les patrons africains    L'agilité, c'est pour les gouvernements aussi    Casablanca Finance city: la réorganisation du pôle financier est actée    Liquidité des banques: le besoin se creuse en août    Agadir: les professionnels du tourisme se retroussent les manches    Dislog: belle opération du groupe avec le rachat de Fine Hygienic Holding    Les écoles françaises au Maroc font preuve de résilience    El Otmani a parlé des vaccins anti-covid 19    Sahara marocain: nouveau coup asséné au polisario et à l'Algérie    World News Day: D'esclave à activiste    A quoi servent les rapports d' activité des institutions de gouvernance ?    FAR: le général Louarak en visite d'inspection au mur de défense    Pathologique fièvre électorale aux Etats-Unis : Quel cap pour le Maroc face à une Amérique déchirée ?    L'ancien chef de mission de Macron, Alexandre Benalla testé positif au Covid    La nécessité de la Politique !    Officiel: Luis Suarez signe à l'Atletico de Madrid!    Maroc/Etats-Unis : Abdellatif Hammouchi reçoit à Rabat l'ambassadeur américain David Fischer    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Rabat : A la capitale, les musées sont ouverts    "Watchmen", les super-héros qui confrontent l'Amérique à ses démons passés et présents    Le coup de gueule de Laura Smet contre la cruauté envers les animaux    Ayoub Qanir primé à Toronto et Venise    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    L'art des objets, l'art de la trace    À Washington, derniers hommages à la juge Ruth Bader Ginsburg avant la bataille politique    Mali : la Cédéao pourrait acter vendredi une levée des sanctions    Présidentielle américaine : Donald Trump peu enthousiaste à l'idée d'une passation pacifique du pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Examens en suspens
Publié dans Libération le 10 - 06 - 2019

Les ministères de l'Enseignement supérieur et de la Santé n'ont assurément pas réussi à désamorcer la tension au sein des facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire malgré le ton lénifiant de leur communiqué commun annonçant la tenue à partir d'aujourd'hui des examens de la session de printemps dans les facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire.
Ils ont en outre souligné avoir pris l'initiative de présenter une offre saluée par le gouvernement et répondant favorablement à l'ensemble des points légitimes contenus dans le dossier revendicatif des étudiants.
Cette offre marque, selon eux, une avancée substantielle sur les deux points de divergence relatifs au concours de résidanat et à la sixième année de médecine dentaire, note ledit communiqué en faisant remarquer que ces points qui n'étaient pas inscrits au dossier revendicatif préliminaire des étudiants, ne revêtent pas un caractère urgent, étant donné que leur mise en œuvre n'est prévue que dans deux ans.
Selon ce même document, les deux ministères ont réagi favorablement aux médiations proposées par les présidents des groupes parlementaires à la Chambre des représentants, le Syndicat national de l'enseignement supérieur, les associations d'enseignants en facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire et l'Observatoire national du système d'éducation et de formation, afin de trouver une issue à cette situation.
Ces deux départements ont donc appelé les étudiants des facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire à rejoindre leur établissement et à passer les examens du deuxième semestre conformément au planning fixé à cet effet.
Ils rappellent, également, avoir entrepris l'ensemble des démarches logistiques nécessaires, afin d'assurer les meilleures conditions à la tenue de ces épreuves.
Une décision qui ne semble pas avoir plu aux principales parties concernées par ces examens, à savoir les étudiants et leurs professeurs. En effet, les enseignants de la Faculté de médecine et de pharmacie à Casablanca sont montés au créneau et ont décidé de boycotter les examens et, partant, l'incontournable surveillance sans laquelle ces examens ne seraient nullement fondés.
Dans un communiqué qu'ils ont rendu public à ce propos, ils ont justifié leur décision par « l'absence des conditions idoines et idéales pour passer les examens le 10 juin 2019», et appelé les ministères de l'Education nationale et de la Santé à « reprogrammer les examens dans des conditions saines ».
Cette décision a été prise lors d'une assemblée générale extraordinaire organisée mardi dernier par les enseignants de la Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca pour débattre du mouvement de protestation des étudiants, des résultats de la médiation entre les deux ministères d'une part et la Coordination nationale des étudiants d'autre part, ainsi que des résultats de la dernière réunion tenue lundi 3 juin entre le ministère de l'Enseignement supérieur et la commission nationale de la médiation.
Lors de cette AG extraordinaire, les enseignants ont salué la décision prise lors de l'assemblée générale tenue le 29 mai dernier et lors de laquelle les enseignants ont appelé à «l'ajournement des examens jusqu'à ce que les conditions pédagogiques soient remplies».
Et, cerise sur le gâteau : les deux ministères ont annoncé la date des examens malgré le fait que la Commission nationale des étudiants en médecine au Maroc ait appelé, dans un communiqué rendu public jeudi dernier, à leur boycott.
« Nous avons été surpris de voir le ministère de l'Enseignement supérieur et les doyens des facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire maintenir les examens du 10 juin, alors qu'ils savaient pertinemment que les cours étaient suspendus depuis le 19 mars dernier sans prendre en considération les conditions pédagogiques et les conditions objectives des examens. Tout cela pose des questions sur le véritable but recherché à travers la programmation de cette date », a souligné la Commission nationale dans son communiqué. La même source a, par ailleurs, appelé les parents des étudiants à organiser ce lundi des sit-in de protestation devant les Facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire.
« Nous ne savons pas comment les choses vont se dérouler aujourd'hui. Mais ce qui est sûr, c'est que le communiqué des deux départements ministériels a créé la confusion », a martelé une source du SNESup contactée par Libé.
Selon cette source qui a requis l'anonymat, ce sont les ministères de l'Enseignement supérieur et de la Santé qui sont responsables de cette confusion. « Ils auraient dû fixer la date des examens en concertation avec les parties concernées, à savoir les étudiants et les enseignants des facultés de médecine et de pharmacie », a-t-elle mis en avant, tout en soulignant que les revendications qui ont été à l'origine du mouvement estudiantin qui perdure depuis le 25 mars sont légitimes et particulièrement celles concernant l'ouverture des examens d'internat et de résidanat aux étudiants du secteur privé et l'ajout d'une 6ème année au cycle des études de médecine dentaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.