10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    Classement : La Tunisie rentre bredouille    Ankara défie Bruxelles    Nouvelle économie: les territoires, faiseurs de nations    Internet mobile: L'effet accélérateur du smartphone    Casa malade de ses moyens de transport    Les budgets des collectivités territoriales enregistrent un excédent de 5,4 MMDH    Managem et Injaz Al-Maghrib présentent le bilan de leurs programmes de formation à l'entrepreneuriat    Les projets de loi relatifs aux soulaliyates adoptés en commission à la Chambre des représentants    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    « Renvoyez-la! »: Le ton de la campagne Trump est donné    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Bouillon de culture    Troisième marche du podium pour le Nigeria    De "captain" Mahrez à la révélation Bennacer Le carré d'as algérien    Hicham El Idrissi : Il ne faut pas compter sur des joueurs qui ne veulent plus jouer pour le KACM    La syphilis regagne du terrain    Drame d'Imlil. Peine capitale pour les trois principaux accusés    Turquie: 17 morts dans l'accident d'un minibus de migrants    Contrairement à Nicki Minaj, 50 Cent et Janet Jackson chanteront en Arabie Saoudite    "Les Enfants de la mer", un film d'animation écologiste et spirituel    Le court-métrage en fête à Ifrane et Azrou    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Fouzi Lekjaa nommé 2ème vice-président de la CAF    Projection du film «Tel Aviv on Fire» à l'IF d'Oujda    El Akademia Master class : L'Orchestre national des jeunes du Maroc régale    Migration illégale. Comment retenir les mineurs au Maroc    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Pour renforcer sa contribution au marché financier marocain : L'AMMC se dote d'un conseil scientifique    Gnaoua Festival : Berlin en transe en août prochain    Le 10è festival «Timizart» d'argent du 18 au 22 juillet à Tiznit    Algérie-Sénégal : La CAF change l'arbitre de la finale !    Le FMI appelle à des réformes ambitieuses du marché du travail    Instagram masque les likes dans six pays    World's Coffee Growers Seek to Set Minimum Price to Help Poor Farmers    Apollo's Code: Meet the Computer Programmer Who Landed Us on the Moon    Le Néerlandais de Ligt signe à la Juventus Turin    Terres soulaliyates. La commission adopte trois projets de loi    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Carola Rackete, capitaine du Sea-Watch 3, s'explique devant les magistrats    Objectif Downing Street : Ultimes plaidoyers des deux candidats    Promotion de l'emploi dans le secteur de l'aviation civile : L'ONDA et l'Anapec s'allient    Accès à l'eau potable : L'AFD et l'ONEE signent un accord de 101 millions d'euros    Loi-cadre sur l'Education: PJD et Istiqlal, porte-drapeaux de l'obscurantisme ?    Une saga nommée «Megri»    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Découverte en Asie centrale des plus vieilles traces d'usage de cannabis
Publié dans Libération le 25 - 06 - 2019

Dans un cimetière perché dans le massif du Pamir en Asie centrale, l'air se remplit des notes d'une harpe ancienne, d'un fort parfum de genièvre et de l'odeur peut-être plus forte de cannabis. Nous sommes à une cérémonie en l'honneur des dieux - ou des morts - il y a 2.500 ans.
Les rituels, reconstitués par des archéologues à partir de fouilles sur ce site dans la province chinoise du Xinjiang, représentent l'utilisation connue la plus ancienne du cannabis pour ses propriétés psychoactives.
La découverte, publiée mercredi dans la revue Science advances, ajoute le cannabis à la pomme, aux noix et aux nombreuses cultures qui ont évolué au fil des siècles jusqu'à leurs formes modernes le long des Routes de la soie, dit Robert Spengler, le principal archéobotaniste ayant participé à l'étude.
"Les voies d'échanges des premières Routes de la soie fonctionnaient plus comme les rayons d'une roue que comme une longue route toute droite, ce qui plaçait l'Asie centrale au cœur de l'ancien monde", explique le scientifique, basé au Max Planck Institute for the Science of Human History, en Allemagne.
Une forme plus ancienne de cannabis dans l'est de la Chine était domestiquée par les humains pour son huile et ses fibres il y a 6.000 ans: du chanvre. Mais ce chanvre n'avait pas les mêmes propriétés psychoactives.
Le site en question est le cimetière de Jirzankal, près de la frontière actuelle entre la Chine et le Tadjikistan.
Les archéologues ont découvert, dans huit tombes, un total de dix grands bols en bois contenant des pierres. Ces pierres avaient des traces de feu.
Le cimetière lui-même a des caractéristiques notables. Situé à plus de 3.000 mètres d'altitude, sa surface est couverte de cailloux et pierres noires et blanches, qui forment de grandes bandes noires et blanches alternées. Des monts funéraires parsèment le paysage.
Les scientifiques ont analysé les bols en bois ainsi que les pierres brûlées grâce à une technique de chromatographie (spectrométrie de masse), habituellement utilisée par la police scientifique mais de plus en plus par les archéologues.
Le principe est que l'on sépare les composants chimiques pour les identifier au niveau moléculaire.
"A notre grande joie, nous avons trouvé les biomarqueurs du cannabis, et en particulier des composants chimiques liés aux propriétés psychoactives", dit Yimin Yang, coauteur et professeur à l'université de l'Académie chinoise des sciences.
Les molécules détectées étaient principalement du cannabinol (CBN). Le principal ingrédient psychoactif du cannabis, le tetrahydrocannabinol (THC), devient du CBN au contact de l'air.
La découverte de harpes angulaires, des instruments utilisés dans les funérailles, et la composition des bols en bois de genièvre, qui émet une forte odeur de térébenthine, finissent de compléter le tableau rituel: des gens rassemblés autour d'un épais nuage hallucinogène pour une célébration.
Mais qui étaient les morts? Les tombes enfermaient à la fois une personne apparemment morte de cause naturelle, et des corps portant les stigmates de coups, signes laissant suspecter d'éventuels sacrifices humains.
Des analyses ADN, en cours, permettront peut-être de savoir si les morts étaient de la même famille.
Deux théories pourraient expliquer l'apparition progressive, au fil des siècles, d'un cannabis de plus en plus concentré en THC.
Soit le cannabis a été méthodiquement sélectionné par des cultivateurs qui cherchaient à augmenter le taux de THC. La culture en altitude pourrait y avoir contribué, puisque l'altitude stresse la plante et augmente naturellement le niveau de THC.
Soit le cannabis a évolué par "hybridisation". La plante aurait évolué au fil des transports et échanges humains, favorisant les croisements entre différentes variétés.
Ces travaux, du reste, complètent un peu plus un vieux puzzle sur l'usage antique des stupéfiants.
Au Ve siècle avant notre ère, l'historien grec Hérodote avait décrit des habitants des steppes caspiennes se rassemblant sous une petite tente, où ils brûlaient des plantes dans un bol avec des pierres chaudes.
Il y a aussi la substance mythique du "soma" mentionnée dans d'anciens textes hindous, tout comme le "haoma" des zoroastriens.
"J'espère que nous avons relancé l'intérêt de l'étude de l'usage antique des plantes dans cette partie du monde", dit Robert Spengler.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.