Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Chauffeurs de taxi: Cet autre corps de métier qui pâtit de la crise sanitaire    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    «Avoir un bon réseau est utile dans l'insertion sociale et professionnelle future»    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    ADM invite les usagers à vérifier leur solde Jawaz    Le coût du confinement en Afrique s'élève mensuellement à 09 milliards de dollars    La vérité derrière le mensonge    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Cyclisme: Prudence et sécurité, maîtres mots de la reprise    Exclu-Al Bayane: Boutaib en discussion avancée avec un club de la Botola    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 8.030 au total, vendredi 5 juin à 10h    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Parlement: Les conseillers préparent leur déconfinement    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Le virus prépare une révolution monétaire    Débat sur la place de la culture dans le Maroc d'après-pandémie    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Retour d'expérience et stratégies de déconfinement    Le tourisme et le transport seront essentiels à la reprise de l'économie nationale après la crise    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    La stratégie de développement durable remise sur le chantier    La ministre de la Solidarité détaille son action devant la commission parlementaire des secteurs sociaux    Opération exceptionnelle d'établissement des CNIE pour les MRE    Covid-19 aidant, SAMIR met à disposition ses bacs de stockage    Les éclaircissements de la Chabiba ittihadia    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La syphilis regagne du terrain
Publié dans Libération le 19 - 07 - 2019

Selon un rapport du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM), 260.000 nouveaux cas de syphilis ont été observés sur le Vieux Continent entre 2007 et 2017. Le recul du nombre de cas enregistrés jusqu' en 2010 n'y a rien fait, puisque les chiffres sont repartis à la hausse de telle sorte que depuis les années 2000, il y a plus de cas de syphilis que de VIH, alors qu'à une certaine époque elle avait complètement disparu.
De ce côté-ci de la Méditerranée, en l'absence d'enquête épidémiologique, il est difficile d'avoir une idée sur le nombre de personnes atteintes de syphilis, et donc sur l'évolution de la maladie dans le Royaume. N'empêche qu'il convient tout de même de faire un topo sur le sujet, d'autant plus que sa transmission est due à une activité universelle, puisqu'elle est considérée comme maladie sexuellement transmissible (MST). Le sujet infecté est contagieux pendant les deux premières années de sa maladie.
Qu'est-ce que c'est ?
D'après la littérature scientifique sur le sujet, la syphilis est une maladie infectieuse, sexuellement transmissible, due à une bactérie : le spirochète (Treponema pallidum). Dans le monde, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), estime qu'il y a chaque année 12 millions de nouveaux cas. Si en Europe la majorité des cas concernent principalement des hommes homosexuels, dont la plupart sont infectés par le VIH (virus du sida), elle peut également atteindre les hétérosexuels masculins et féminins. On parle même de cas observés chez des femmes en âge de procréer avec comme risque potentiel la survenue d'une syphilis congénitale en cas de grossesse. D'ailleurs, la syphilis pendant la période de grossesse figure toujours parmi les causes majeures de décès des mères et des nouveau-nés, surtout dans les pays en développement.
Maladie chronique, elle évolue sur plusieurs années, notamment en l'absence de traitement. Durant cette période, la concentration de la bactérie est la plus élevée dans le sang, puis elle diminue lentement du fait de l'acquisition d'une immunité par le malade. Cela dit, les phases secondaires et primaires ne se développent pas systématiquement chez tous les malades. Justement, la distinction classique : stades primaire, secondaire et tertiaire, a laissé place de nos jours à la notion de syphilis précoce et de syphilis tardive. La première englobe les syphilis primaire et secondaire, tandis que la seconde est relative à la syphilis latente de moins d'un an.
Quels sont les traitements
existants ?
S'agissant des phases primaire et secondaire de la syphilis, leur traitement est décrit comme assez simple, très efficace et peu coûteux. A savoir, l'administration en une seule injection intramusculaire d'une forme de pénicilline G retard. Un traitement bien toléré et dont aucune résistance n'a été signalée jusqu'au jour d'aujourd'hui. En revanche, le traitement de la syphilis tardive est, quant à lui, plus difficile, et surtout moins efficace. En effet, alors que chez les femmes enceintes, l'infection peut être prévenue avec uniquement une dose de pénicilline, dans le cas de la syphilis congénitale, le traitement antibiotique de l'enfant prend beaucoup plus de temps. Une dizaine de jours. En sus, il est dit que les partenaires du malade doivent systématiquement être dépistés et traités s'ils sont infectés. Pour ce qui est de la prévention, évidemment, à l'instar de toutes les infections sexuellement transmissibles, le préservatif reste le seul moyen efficace afin d'éviter de contracter une syphilis.
Par ailleurs, l'Organisation mondiale de la santé, a déclaré via communiqué que l'épidémie d'Ebola est devenue une "urgence" sanitaire mondiale, vu que depuis l'été dernier, elle a fait près de 1.700 morts en République démocratique du Congo. L'OMS précise tout de même que cette déclaration d'urgence sanitaire mondiale « ne préjugeait pas de l'efficacité des équipes sanitaires sur place, mais était plutôt une mesure pour reconnaître les risques potentiels au niveau local et régional et la nécessité d'une action intensifiée et coordonnée pour y faire face ». Et d'ajouter : « Il est crucial que les Etats n'utilisent pas le statut d'urgence mondiale comme excuse pour imposer des restrictions au commerce et aux déplacements qui auraient un impact négatif sur la réponse (sanitaire) et sur la vie de la population dans la région ». Pour rappel, l'épidémie actuelle est la dixième du genre depuis 1976 en RDC et la deuxième plus grave dans l'histoire d'Ebola, après celle qui a frappé l'Afrique de l'Ouest en 2014-2016.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.