Jeux africains : Le prince Moulay Rachid donne le coup d'envoi    Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Ce que veut dire la Révolution du Roi et du Peuple    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Karim Alami perd tragiquement son fils    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La France se prépare à accueillir le G7    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Le fauteuil    La prise de conscience!    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Météo: les prévisions de ce lundi    Parcs zoologiques. Vers la fin de la capture et la vente des éléphants d'Afrique    Le Maroc: marché international de commerce de fossiles    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La syphilis regagne du terrain
Publié dans Libération le 19 - 07 - 2019

Selon un rapport du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM), 260.000 nouveaux cas de syphilis ont été observés sur le Vieux Continent entre 2007 et 2017. Le recul du nombre de cas enregistrés jusqu' en 2010 n'y a rien fait, puisque les chiffres sont repartis à la hausse de telle sorte que depuis les années 2000, il y a plus de cas de syphilis que de VIH, alors qu'à une certaine époque elle avait complètement disparu.
De ce côté-ci de la Méditerranée, en l'absence d'enquête épidémiologique, il est difficile d'avoir une idée sur le nombre de personnes atteintes de syphilis, et donc sur l'évolution de la maladie dans le Royaume. N'empêche qu'il convient tout de même de faire un topo sur le sujet, d'autant plus que sa transmission est due à une activité universelle, puisqu'elle est considérée comme maladie sexuellement transmissible (MST). Le sujet infecté est contagieux pendant les deux premières années de sa maladie.
Qu'est-ce que c'est ?
D'après la littérature scientifique sur le sujet, la syphilis est une maladie infectieuse, sexuellement transmissible, due à une bactérie : le spirochète (Treponema pallidum). Dans le monde, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), estime qu'il y a chaque année 12 millions de nouveaux cas. Si en Europe la majorité des cas concernent principalement des hommes homosexuels, dont la plupart sont infectés par le VIH (virus du sida), elle peut également atteindre les hétérosexuels masculins et féminins. On parle même de cas observés chez des femmes en âge de procréer avec comme risque potentiel la survenue d'une syphilis congénitale en cas de grossesse. D'ailleurs, la syphilis pendant la période de grossesse figure toujours parmi les causes majeures de décès des mères et des nouveau-nés, surtout dans les pays en développement.
Maladie chronique, elle évolue sur plusieurs années, notamment en l'absence de traitement. Durant cette période, la concentration de la bactérie est la plus élevée dans le sang, puis elle diminue lentement du fait de l'acquisition d'une immunité par le malade. Cela dit, les phases secondaires et primaires ne se développent pas systématiquement chez tous les malades. Justement, la distinction classique : stades primaire, secondaire et tertiaire, a laissé place de nos jours à la notion de syphilis précoce et de syphilis tardive. La première englobe les syphilis primaire et secondaire, tandis que la seconde est relative à la syphilis latente de moins d'un an.
Quels sont les traitements
existants ?
S'agissant des phases primaire et secondaire de la syphilis, leur traitement est décrit comme assez simple, très efficace et peu coûteux. A savoir, l'administration en une seule injection intramusculaire d'une forme de pénicilline G retard. Un traitement bien toléré et dont aucune résistance n'a été signalée jusqu'au jour d'aujourd'hui. En revanche, le traitement de la syphilis tardive est, quant à lui, plus difficile, et surtout moins efficace. En effet, alors que chez les femmes enceintes, l'infection peut être prévenue avec uniquement une dose de pénicilline, dans le cas de la syphilis congénitale, le traitement antibiotique de l'enfant prend beaucoup plus de temps. Une dizaine de jours. En sus, il est dit que les partenaires du malade doivent systématiquement être dépistés et traités s'ils sont infectés. Pour ce qui est de la prévention, évidemment, à l'instar de toutes les infections sexuellement transmissibles, le préservatif reste le seul moyen efficace afin d'éviter de contracter une syphilis.
Par ailleurs, l'Organisation mondiale de la santé, a déclaré via communiqué que l'épidémie d'Ebola est devenue une "urgence" sanitaire mondiale, vu que depuis l'été dernier, elle a fait près de 1.700 morts en République démocratique du Congo. L'OMS précise tout de même que cette déclaration d'urgence sanitaire mondiale « ne préjugeait pas de l'efficacité des équipes sanitaires sur place, mais était plutôt une mesure pour reconnaître les risques potentiels au niveau local et régional et la nécessité d'une action intensifiée et coordonnée pour y faire face ». Et d'ajouter : « Il est crucial que les Etats n'utilisent pas le statut d'urgence mondiale comme excuse pour imposer des restrictions au commerce et aux déplacements qui auraient un impact négatif sur la réponse (sanitaire) et sur la vie de la population dans la région ». Pour rappel, l'épidémie actuelle est la dixième du genre depuis 1976 en RDC et la deuxième plus grave dans l'histoire d'Ebola, après celle qui a frappé l'Afrique de l'Ouest en 2014-2016.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.