Jeux africains : Le prince Moulay Rachid donne le coup d'envoi    Répit pour Huawei en plein flou sur les négociations commerciales avec Pékin    Ce que veut dire la Révolution du Roi et du Peuple    Marocains résidant à l'étranger : Cartographie des Marocains d'Europe    Point de vue : Faites la Jeunesse avant qu'elle ne soit vieillesse…    Le village de la 12e édition des Jeux africains ouvre ses portes à Rabat    Philippe Coutinho s'engage avec le Bayern Munich    Karim Alami perd tragiquement son fils    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    La Bourse de Casablanca réalise une bonne performance hebdomadaire    Managem annonce un chiffre d'affaires en baisse    El Andaloussi quitte Safran Electronics & Defense Morocco    Télécoms: L'ANRT dématérialise les agréments    Développement durable: La Commission nationale bientôt opérationnelle    L'expertise marocaine brille lors d'une formation internationale sur le sauvetage sportif en Centrafrique    Aïd Al Adha 1440 : Bon déroulement de l'opération d'abattage    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    Moussaoui Ajlaoui : Créer un nouvel Etat en Afrique du Nord serait suicidaire pour la région. La position de Washington va dans ce sens    La France se prépare à accueillir le G7    L'administration américaine s'oppose à la création d'une entité fantoche    Macron reçoit Poutine avant le sommet du G7    Macron recevra jeudi Boris Johnson puis Kyriakos Mitsotakis    Syrie: les forces gouvernementales entrent dans la ville de Khan Cheikhoun    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Casablanca    Le fauteuil    La prise de conscience!    Doukkal s'entretient avec son homologue chinois sur la coopération dans le domaine de la santé    Le Royaume prend très au sérieux l'avenir et le présent de ses jeunes : Pour un Maroc fait par et pour sa jeunesse    La liste élargie de Hallilodzic    Jeux Africains : Le Maroc gagne par forfait l'Afrique du Sud    Démarrage de la nouvelle saison    Vidéo. Ce que pensent les Casablancais de la nomination d'Halilhodzic    Facebook, Google, Apple... : Attention, les Gafam vous pistent!    Visite de travail à Copenhague du président du Conseil exécutif de l'UNICEF, Omar Hilale    L'incendie qui ravage Grande Canarie hors de contrôle, nouvelles évacuations    Un incendie ravage une forêt de pins sur les hauteurs de Béni Mellal    Les usagers d'Instagram pourront désormais dénoncer la désinformation    Météo: les prévisions de ce lundi    Parcs zoologiques. Vers la fin de la capture et la vente des éléphants d'Afrique    Le Maroc: marché international de commerce de fossiles    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    Azelarabe Alaoui préside le jury du Festival Cèdre du court métrage    Nouvelle édition du Festival "Voix de femmes" à Tétouan    The Mask : Un reboot au féminin en préparation    La Star Afrofunk Bantunani à Casablanca    11è édition des Voix de Femmes à Tétouan du 19 au 24 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez
Publié dans Libération le 20 - 07 - 2019

Poker menteur ou risque réel d'échec ? Le socialiste espagnol Pedro Sanchez n'a toujours pas les appuis suffisants pour être reconduit au pouvoir la semaine prochaine par le Parlement, Podemos refusant jusqu'ici de le soutenir.
Près de trois mois après les législatives du 28 avril, le spectre d'une poursuite de l'instabilité politique plane toujours sur la quatrième économie de la zone euro, qui est déjà allée aux urnes trois fois en trois ans et demi.
Vainqueur des élections, le chef du gouvernement sortant ne dispose que de 123 sièges sur 350 à la Chambre des députés. Il a donc absolument besoin de l'appui des 42 députés du parti de gauche radicale Podemos, et de celui de plusieurs partis régionalistes, pour être reconduit au pouvoir la semaine prochaine lors de la session d'investiture.
Un premier vote des députés aura lieu mardi mais il requiert une majorité absolue que Sanchez ne semble a priori pas en mesure de rassembler.
Un deuxième vote devrait donc se tenir jeudi où une majorité relative suffira. Mais il n'a pour le moment aucune garantie de le remporter car il n'a toujours pas obtenu l'appui de Podemos.
En cas de nouvel échec jeudi, M. Sanchez pourra retenter d'être investi d'ici au 23 septembre, date-butoir fixée avant la convocation automatique de nouvelles élections pour novembre.
Podemos exige depuis le début son entrée au gouvernement. Après avoir opposé une fin de non-recevoir, M. Sanchez a lâché du lest en acceptant la nomination de ministres de Podemos au profil plus technique que politique.
Mais il a en revanche martelé jeudi qu'il ne voulait pas de Pablo Iglesias, chef de cette formation, au sein de son exécutif.
"Un gouvernement incluant Iglesias serait paralysé" par ses "contradictions internes", a déclaré le chef du gouvernement sortant, en citant en particulier leurs divergences sur la Catalogne, dont la tentative de sécession en 2017 a provoqué l'une des pires crises politiques du pays.
Dans cette partie de poker menteur, Pablo Iglesias a affiché un certain optimisme vendredi.
"Il faut être patient avec le Parti socialiste (...) je suis convaincu qu'ils vont finir par conclure que la voie la plus sensée - et la seule possible - est de négocier un accord de coalition avec nous", a-t-il déclaré dans la presse.
L'historique des relations entre les deux formations est chaotique.
L'an dernier, Podemos a permis l'accession au pouvoir de Sanchez en soutenant sa motion de censure contre le conservateur Mariano Rajoy.
Mais en 2016, le socialiste avait tenté sans succès de négocier un accord avec ce parti pour devenir chef de gouvernement. Podemos avait ensuite voté contre l'investiture du socialiste, soutenu par les libéraux de Ciudadanos. Le blocage avait entraîné de nouvelles élections.
Politologue à l'université de Saragosse, Cristina Monge ne veut pas croire cette fois à un nouveau scrutin.
"On ne peut rien exclure mais je pense que personne n'y a intérêt. D'une manière ou d'une autre, ils parviendront à un accord", souligne-t-elle.
Selon Oriol Bartomeus, politologue à l'Université autonome de Barcelone, la menace de nouvelles élections "est plus un épouvantail, un jeu de dupes qu'une volonté réelle".
Mais "nous pourrions finir par arriver à de nouvelles élections sans le vouloir, ce qui représenterait un grave problème pour la confiance (des citoyens) envers la classe politique", met-il toutefois en garde.
Face à ce risque, M. Sanchez appelle la droite à faciliter son investiture en s'abstenant lors du vote, ce qu'elle refuse, car il veut absolument éviter que son élection ne dépende des voix des indépendantistes catalans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.