Bank Of Africa-BMCE Group : Un produit net bancaire consolidé de 13,9 MM DH en 2019    Coronavirus : le CCM propose 25 films marocains en streaming gratuit    Marché national et coronavirus : l'approvisionnement est normal et les prix sont stables    Covid-19: Employeurs affiliés à la CNSS, ceci vous concerne    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    Covid-19 au Maroc: le bilan grimpe à 534 cas, 33 décès    Coronavirus : Crédit Agricole du Maroc décide du report des échéances de crédits    La planète se claquemure et guette le pic de l'épidémie    La Plateforme «Allo 300» enregistre près de 38.000 appels    En Algérie, la persécution judiciaire s'abat sur les opposants du régime en pleine pandémie de coronavirus    Fake news: arrestation d'un conseiller communal à Errachidia    Proche d'un retour, Xavi veut révolutionner l'effectif du Barça    En confinement : Voici une sélection de livres marocains à lire    Hassan El Fad fait son come-back avec sa célèbre série «Kabbour»    On connaît les nouvelles dates des JO de Tokyo    Opération de soutien provisoire: la mise au point de l'Intérieur    Covid-19 : Le Conseil provincial de Tiznit au chevet de la population locale    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Levinas, le visage, l'humanité    Coronavirus: la valeur de transfert des footballeurs a baissé    Lucile Bernard: «l'écriture comme unique porte de sortie, comme rédemption»    Nigeria : face au coronavirus, Lagos et Abuja se murent    Enseignement : Report des vacances du printemps    Temps stable dans tout le Maroc, ce lundi 30 mars    Covid-19: Ces solidaires… pour plaire    L'examen cyclique de l'humanité!    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    Les aides du Fonds spécial face à un dilemme de ciblage    Les effets du COVID-19 sur l'alimentation et l'agriculture à l'échelle mondiale    ADM maintient ses services sur le réseau autoroutier au standard de sécurité et de qualité    La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Abderrahim Nouri : Ça se passe bien avec Appie    Outre les meetings de Stockholm et Naples : La Diamond League reporte le meeting de Rabat    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    "Les artistes luttent contre le déplaisir du confinement    Bob Dylan sort une chanson taillée pour cette période    Le Bolchoï diffuse ses meilleurs spectacles sur YouTube    Algérie : le journaliste Khalid Drareni incarcéré en détention préventive    Vahid: Taarabt, un nouvel homme    Sondage: la cote de popularité de Macron s'envole    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Débat à Essaouira sur le rôle des jeunes dans la préservation du patrimoine gnaoui
Publié dans Libération le 22 - 07 - 2019

Un colloque dédié à débattre du rôle que les jeunes doivent jouer en vue de préserver le patrimoine gnaoui authentique, a été organisé samedi à Essaouira, et ce dans le cadre de la 2è édition du Festival ''Génération Gnaoua des jeunes''.
Placé sous le thème ''Le patrimoine gnaoui et les jeunes pour le développement et l'échange interculturel'', ce colloque se propose de jeter la lumière sur l'art gnaoui authentique et ancestral, tel que légué par les grands Maâlems et donc, de voir comment ce patrimoine peut être transmis fidèlement aux jeunes, tout en les incitant à en assurer la relève et le protéger.
Cette rencontre alliant à la fois aspect culturel, intellectuel et artistique de gnaoua, a été marquée par la présence d'un aréopage d'artistes, d'intellectuels, de chercheurs, et d'acteurs associatifs du Maroc et d'ailleurs.
Intervenant à cette occasion, Ahmed Harrouz, artiste-peintre, intellectuel et membre de l'Association Essaouira-Mogador, a salué l'initiative prise par les jeunes de l'Association ''Origines Gnaoua Essaouira'' d'organiser ce colloque pour soumettre à étude la question du patrimoine gnaoui en tant qu'un tout indivisible rassemblant à la fois musique, art, culture, style de vie, philosophie et rituel.
Ce colloque est l'occasion de soulever un certain nombre de questionnements importants sur la préservation de ce patrimoine (répertoire, tradition...), sa pérennisation et son positionnement aux côtés des autres créations artistiques existantes, dont gnaoua fait partie aussi, a ajouté M. Harrouz, s'interrogeant si ce patrimoine gnaoui authentique est transmis tel qu'il est aux jeunes générations, ou bien s'il est en train de dévier de sa trajectoire naturelle et donc se réduire uniquement en simple ''prestation artistique (musicale)''.
Il a, dans ce sens, passé en revue un certain nombre de grands Maâlems qui ont contribué à la préservation de cet art authentique, voire à l'emporter au-delà des frontières nationales, estimant, dans ce sens, indispensable pour les jeunes d'emprunter les voix des ancêtres, et de veiller à ce que ce patrimoine séculaire, continue de refléter et de reproduire toutes ses dimensions culturelle, philosophique, artistique et rituelle, mais aussi de contribuer à faciliter cet échange interculturel ainsi que le développement escompté.
Pascal Amel, écrivain et directeur d'un studio d'enregistrement musical à Essaouira, qui a longtemps travaillé sur la musique gnaoua, a insisté, quant à lui, sur la nécessité de faire la nuance entre le terme ''musique gnaouie'' qu'on utilise le plus souvent pour rapprocher le public de manière générale et le situer par rapport aux autres genres musicaux, tels le blues, le jazz..., et ''l'art gnaoui'' ou ''Tagnaouite'' qui incarne plusieurs dimensions.
''Parler de préservation et de transmission de l'art gnaoui aux générations montantes suppose d'abord de prendre en considération tous les aspects spirituel, artistique, culturel, rituel et musical de cet art ancestral et authentique'', a insisté M. Amel, mettant en avant la responsabilité que les jeunes se doivent d'assumer pour faire connaître davantage cet art, le préserver, le pérenniser et surtout d'oeuvrer pour que ce legs ancestral ne soit pas dénaturé ou réduit à de simples démonstrations musicales et de danses.
''L'art gnaoui est une culture, ce sont des traditions, c'est un style de vie et un rituel qu'il convient de respecter scrupuleusement, notamment en ces temps modernes'', a-t-il dit.
Anas Azza, président de l'Association ''Origines Gnaoua Essaouira'', a mis en avant l'importance de ce débat en soulevant toutes les questions intéressant l'art gnaoui, notant que c'est cette approche d'inviter l'art gnaoui authentique au banquet de la réflexion et du débat qui anime tous les jeunes membres de son association.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.