Nador: Arrestation d'un individu pour implication dans la constitution d'une bande criminelle    Connaissez-vous (vraiment) la Déclaration des Droits de l'Homme ?    Destitution: Donald Trump et l'affaire ukrainienne    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Bilan encourageant pour la Fondation marocaine pour la promotion de l'enseignement préscolaire    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Aéronautique: Un deuxième mandat pour le président du GIMAS et un bilan positif    Journée internationale des droits de l'Homme : L'appel à la solidarité mondiale de Michelle Bachelet    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Indice du développement humain : Encore du chemin à faire pour le Maroc !    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    Hommage à Seddik Maâninou ce mardi à la MAP    La mosquée, l'école, le dispensaire…    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    La coordination «Akal» dénonce le laxisme des autorités    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    Un grand dirigeant nous quitte    Le Hassania d'Agadir se ressaisit    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    Bataille de chiffres entre Washington et Téhéran…    Des livreurs Chronopost disparaissent dans la nature... avec un million d'euros de marchandises    La justice égyptienne livre son verdict dans l'affaire de l'opposant Mohamed Ali    Fiscalité, OXFAM enfonce le clou    Réforme de la justice : la cadence est au ralenti    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    «Lalla Aïcha» de Mohamed El Badaoui, projeté en avant première au FIFM    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    L'AMMC vise la note relative à l'émission de billets de trésorerie de Douja Promotion Groupe Addoha    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    Aziza Jalal remonte sur les planches    Edito : Mobilité    Changement climatique : Le Maroc préside la réunion des Seychelles    Enseignants-cadres des AREF : Côté cour, côté jardin    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Ligue 1 : Marseille inarrêtable, Saint-Etienne de nouveau en panne    Le MCO défait à Oujda par l'ASFAR    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    Participation du Maroc aux 21èmes Journées théâtrales de Carthage    Grand engouement du public au FIFM 2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La philosophie n'est pas une réflexion aride réservée à des élites intellectuelles
Publié dans Libération le 15 - 11 - 2019

L'engouement du public pour les questions philosophiques ne s'est pas démenti depuis le lancement de la « Nuit des philosophes », un événement majeur de la programmation culturelle de l'Institut français au Maroc.
La sixième édition de ce magnifique rendez-vous, célébré à Rabat et à Casablanca, à quelques jours de la Journée mondiale de la philosophie qui aura lieu le 21 novembre courant, a une nouvelle fois confirmé cet engouement.
Dans une ambiance détendue, le public venu nombreux a pu vivre des moments exceptionnels d'échange et d'ouverture, en français et en arabe, aidé sans doute aussi par la thématique générale du « Partage » choisie pour cette sixième édition.
Directrice générale de l'Institut français du Maroc, Clélia Chevrier Kolačko n'est nullement surprise de l'enthousiasme du public. « La Nuit des philosophes attire chaque année des milliers de personnes et je dirais que cette année ne dément pas ce succès », a-t-elle déclaré dans son discours inaugural faisant remarquer que l'amphithéâtre Belmahi, où se tenait la conférence inaugurale, était plein « à craquer jusqu'au dernier rang. »
Le moins que l'on puisse dire, c'est que « La Nuit des philosophes » - 2019, qui se voulait aussi riche voire plus en partage que les précédentes éditions, a vraiment drainé du monde. Surtout du beau monde, serait-on tenté de préciser, qui a pris très tôt d'assaut l'amphithéâtre Belmahi de la Faculté des sciences de l'Université Mohammed V à Rabat pour assister à la conférence inaugurale.
Alors que les organisateurs s'activaient à mettre les dernières touches pour donner à cette soirée le rayonnement qu'il mérite, de nombreux jeunes et étudiants, professeurs, curieux et invités avaient choisi d'envahir très tôt les lieux, espérant ainsi trouver la bonne place pour ne surtout pas rater les premiers échanges de la soirée.
Un beau monde que l'on retrouvera tout au long de cette soirée dans les différents espaces devant accueillir les échanges et débats suscités par le thème de cette année et que les organisateurs avaient décliné en quatre sous-thèmes, « La terre en partage et partager la terre », « Partager le travail, le repos et les loisirs », « Partager le pouvoir et les richesses » et « Le partage du savoir », clairement inscrits dans l'actualité, soulignera la DG de l'Institut français dans son allocution.
Animée par les commissaires Dominique Meda et Mohamed Doukkali, respectivement philosophe et sociologue française et professeur marocain du département philosophie à l'Université Mohammed V à Rabat, la conférence inaugurale a réuni un public divers, jeune, passionné ou amateur venu échanger autour de la thématique du partage.
Une thématique que se sont chargés de décortiquer plus de trente-cinq intervenants dont de grands penseurs, philosophes et artistes venus de France et du Maroc confronter points de vue et opinions autour du sujet central.
S'il peut faire référence à un acte de division, donc de séparation, « le terme de partage fait aussi signe vers ce qui est réalisé en commun -partager une émotion, un spectacle, un repas – ou vers la gratuité du don », souligne Dominique Méda.
Commissaire des « Nuits des philosophes 2019 » et, par ailleurs, directrice IRISSO à l'Université Paris Dauphine, la philosophe et sociologue française a affirmé que « cette ambigüité constitutive est propice à la réflexion, notamment en ce moment particulier où la permanence de conditions de vie authentiquement humaines sur terre (selon l'expression du philosophe Hans Jonas) semble ne plus être assurée et où l'inégalité dans la répartition des revenus, des patrimoines, des chances et des accès atteint des sommets ».
Impressionnée par la forte présence des jeunes à cette manifestation, la philosophe a confié qu'elle aimerait qu'« ils retiennent que nous devons agir très vite en matière de dimension écologique de notre crise et qu'il faut absolument tenir ensemble la question sociale et la question écologique ». Car, a-t-elle soutenu : « On ne résoudra pas la question écologique si on ne combat pas les inégalités ».
De son côté, Clélia Chevrier Kolačko a assuré que « la philosophie n'est pas une réflexion aride réservée à des élites intellectuelles. C'est au contraire une discipline concrète qui aborde des questions du quotidien et sociales : qu'est-ce qu'on veut actuellement de notre terre ou de notre société ? Ce qui est bien le sens de la thématique du partage que nous avons choisie ».
Elle pense que « cela intéresse tout le monde de réfléchir à la manière dont on souhaite partager la terre qu'on a reçue en partage, les richesses, le pouvoir, notre temps entre la famille, le travail, les loisirs », poursuit-elle.
Mais au-delà de tout, « ce qui est important pour nous, c'est justement d'amener les jeunes et moins jeunes à venir prendre plaisir à la philosophie », assurant que l'Institut français du Maroc est ravi de pouvoir continuer à inviter et initier un large public à philosopher. »
Soulignons que le public a par la suite pu suivre des conférences thématiques, des conversations entre philosophes, des dialogues entre philosophes et intellectuels issus des sciences sociales. Des moments suivis d'échanges avec le public dans une ambiance conviviale.
Notons enfin que de public pouvait en parallèle à cette manifestation découvrir l'exposition « L'eau au cœur de la science » réalisée par l'Institut de recherche pour le développement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.