Malgré des imperfections, les OPCI restent attractifs    Orage    CFCIM: Les enjeux d'une élection atypique    Brèves Internationales    Réforme des retraites en France: Le bras de fer continue    Algérie: Des élections sous haute tension    Généralisation du préscolaire: Comment éviter le scénario du simple «gardiennage» d'enfants?    Brèves    L'Espagne salue la position du Maroc dans la lutte contre le terrorisme    La prison Moul El Bergui fait une mise au point et dément les rumeurs de viols    Mohamed Amkraz appelle à une réglementation permettant d'encadrer les nouveaux modèles d'emploi    Energie électrique : La BAD accorde un financement de 245 M€ au Maroc    Mango revient en force au Maroc    La perception de la violence envers les femmes selon OXFAM Maroc    Paris accueille le 4e Forum parlementaire franco-marocain    Qui sont les cinq candidats à la présidentielle en Algérie ?    Les cours des produits alimentaires au plus haut depuis plus de deux ans    Rien ne va plus pour l'ovalie nationale    Energie: Le modèle marocain expliqué à Madrid    Assises de la régionalisation avancée les 20 et 21 décembre à Agadir    Un Guide pour aider les procureurs à mieux lutter contre la torture    Le Lesotho suspend toutes les décisions et déclarations antérieures relatives au Sahara et à la pseudo-RASD    Conférence internationale à El Jadida sur la famille et l'éducation dans le monde arabe    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Le rêve s'éveille par le pinceau d'Abdellah Elatrach    Journées théâtrales de Carthage : «Un autre ciel» en lice pour le Tanit d'Or    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    Camp payant de l'Espayonl Barcelone pour enfants au Maroc    OCK-WAC et Raja-MAT ce mercredi    Benmoussa dévoile sa méthodologie et son agenda    Notre photographe Ahmed Boussarhane de nouveau primé au Grand Prix National de la Presse    Agadir: Une cérémonie voluptueuse!    Des membres fédéraux quittent la Fédération royale marocaine de rugby    Euro-2020 : La Suisse et l'Allemagne en match préparatoire en mai    Finlande: Sanna Marin, 34 ans, nouvelle cheffe du gouvernement…    La Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement fait son bilan    Mise à jour de la Botola Pro D1 : Le MAT défend son fauteuil de leader face au Raja    Impeachment, quel impeachment? Trump retrouve des couleurs    Johnson brandit le risque de « paralysie » du Brexit en cas de défaite jeudi    Le Lesotho fait évoluer sa position sur le Sahara    Congrès international de l'arganier : De nouvelles orientations prometteuses pour l'arganier    Le ministre Bill Barr, bouclier de Trump et fer de lance conservateur    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    Un musée privé de musique voit le jour à Marrakech    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdellatif Jouahri : La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation
Publié dans Libération le 15 - 11 - 2019

La révolution digitale constitue l'une des plus grandes mutations de notre époque, a déclaré mercredi dernier à Rabat le wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri, soulignant qu'elle transforme de manière progressive mais profonde les processus de production et l'organisation des marchés et des échanges.
«La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité, entre autres, posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation», a toutefois concédé le responsable de la régulation du système bancaire.
Les défis induits par la digitalisation sont tels que « réguler les industries et les services émergents nécessite une approche qui allie la souplesse indispensable, pour permettre leur éclosion et leur développement, à la rigueur nécessaire pour éviter tout dérapage et minimiser les effets néfastes sur les consommateurs, l'activité et la stabilité économique », a-t-il expliqué lors d'une rencontre internationale placée sous le thème : « Les politiques et droit de la concurrence : expériences nationales et partenariat international ».
Le gouverneur de la Banque centrale du Royaume du Maroc, qui est intervenu à cette rencontre de deux jours, organisée à l'initiative du Conseil de la concurrence et à laquelle ont pris part d'éminents experts venus du Maroc et de l'étranger, a relevé, à titre d'exemple, que « l'essor que connaissent la production de la donnée et son utilisation pour créer de la valeur ajoutée pose de nombreux défis en termes de concurrence et de protection des informations à caractère
personnel».
Ainsi que l'a fait remarquer Abdellatif Jouahri, certains des défis induits par la production de la donnée sont « parfois même d'ordre politique comme l'illustre le cas de FacebookCambridge Analytica », indiquant, en outre, que le développement des médias sociaux, le fléau des fake news et leurs impacts politiques, sociaux et économiques sont également une autre illustration des implications de la révolution digitale et des défis qu'elle engendre en matière de régulation.
L'autre exemple de la difficulté qu'ont les autorités nationales et même les institutions internationales à définir une approche appropriée pour appréhender toutes les conséquences des innovations technologiques se ressent dans « la perplexité et l'hésitation devant l'approche à adopter face au développement des crypto-actifs et de la monnaie digitale », a-t-il poursuivi.
Il est à souligner que dans le domaine financier, Abdellatif Jouahri a fait savoir qu'« outre les implications de la digitalisation, la multiplication des difficultés dans le sillage de la crise financière de 2008 a conduit à un resserrement sans précédent de la régulation bancaire ».
Si la résurgence des difficultés économiques et l'atonie du crédit bancaire plaident pour son assouplissement, afin de redonner vigueur à la demande et à la croissance, force est de constater que les appels se multipliaient pour la poursuite de ce resserrement.
Pour le gouverneur de la Banque centrale, la situation est telle que les régulateurs doivent s'accorder pour trouver et surtout préserver « un équilibre difficile et souvent fragile entre le durcissement des règles prudentielles pour la stabilité, primordiale au demeurant, du système bancaire et financier et leur assouplissement pour faciliter davantage le financement et contribuer à la relance de l'économie ».
D'autant plus que le développement de la Fintech et les exigences en matière de lutte contre le changement climatique, ainsi que celles de plus en plus renforcées pour combattre le financement du terrorisme et le blanchiment des capitaux compliquent davantage la mission des régulateurs, a-t-il rappelé.
Dans ce cas, et quand bien même cela se traduirait par un véritable déluge réglementaire auquel fait face le secteur financier, Abdellatif Jouahri pense que le véritable défi pour les systèmes financiers des pays émergents et en développement consistera à « assurer la conformité avec les standards internationaux tels que ceux du GAFI ou encore ceux imposés par certaines grandes économies, tel que la loi américaine FATCA ».
Pour un pays comme le Maroc, qui aspire à l'émergence par une plus grande ouverture et une plus large insertion dans les chaînes de valeur mondiales, « cette conformité est une nécessité qui requiert des efforts et des arbitrages souvent difficiles pour les autorités de régulation », a-t-il souligné.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.