Reportage de M6: les autorités algériennes contre-attaquent    Taqa Morocco: Le RNPG recule    Casablanca: la Fédération Marocaine du Commerce en Réseau voit le jour    Bureau d'ordre digital: Ça commence à prendre    SMI portée par la hausse du cours de l'argent    AIEA: Le Maroc préside la 64e conférence    Vidéo – Le Maroc fera entendre sa voix à la 1ère Assemblée générale des Nations Unies se tenant à distance    Botola: le Hassania d'Agadir tombe à Oued Zem (VIDEO)    Coronavirus: nouveau record de guérison au Maroc    Covid/Données personnelles: Fuites sans suite...    inwi money lance la réception du transfert international    Le déroulement de la rentrée scolaire au menu du Conseil de gouvernement    Mohammadia: des mesures restrictives pour affronter la prolifération du Covid-19    Fès : saisie de plus de 5 000 bouteilles de boissons alcoolisées    Casablanca: un individu interpellé pour trafic de psychotropes    Tanger: le lycée Regnault fermé pour 14 jours    Premier League: Liverpool mate Chelsea    Les professionnels du tourisme décidés à passer à l'offensive pour la reprise du secteur à Marrakech    L'hôpital des FAR prodigue des soins permanents aux brûlés de l'explosion de Beyrouth    Les poudres et liquides saisis lors de l'opération antiterroriste du 10 septembre servent à la fabrication des explosifs    Karima Benyaich : S.M le Roi a inscrit l'approche genre au centre des priorités de la consolidation de l'Etat de droit    Jawad Yamiq proche du Getafe    Le Real Madrid manque sa rentrée    Reda Boudina expose sa démarche du graffiti    La CGEM publie un guide sur la "Cybersécurité en entreprise"    Le Covid-19 a un impact "dévastateur " sur les populations les plus vulnérables    Michael Lonsdale, le comédien pèlerin, est décédé    Officiel: El Haddadi éligible pour représenter le Maroc    Une consécration de l'engagement du Royaume pour une pratique sportive saine    Italie: débuts flamboyants pour la Juve de Pirlo    Football : Nayef Aguerd débute bien la saison en France    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Suivez le LIVE de l'émission « Al Moukawil » de MFM Radio    Débat autour d'un viol. Au Maroc, on ne fouette pas, on ne coupe pas la main    L'ambassadeur de France en Côte d'Ivoire au cœur d'un scandale sexuel    « FinCEN Files » : de grandes banques soupçonnées de faciliter la circulation d'argent sale    Bolivie: La présidente par intérim se retire de la course à la présidence    Préfecture de Marrakech : généralisation de l'enseignement en alternance à partir de ce lundi    Un rapport accablant du ministère public    Le Maroc s'est distingué par son engagement en faveur d'une solution pacifique libyo-libyenne, affirme un institut d'études slovène    Secteur de l'automobile : la courbe des exportations se redresse progressivement    Distribution : les Marocains fidèles au marché et à l'épicier pour l'alimentaire    Des centaines de sans-papiers entament un périple de 700 Km    Le roman des énigmes    «M'ZORA CARAVANE»: plus de 30 artistes internationaux à l'honneur    «Le Fez Art Lab», un nouvel espace culturel à Fès    Quatre productions marocaines en lice au Festival du film arabe de Malmö    Allemagne : des milliers de manifestants réclament à de prendre en charge les réfugiés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdellatif Jouahri : La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation
Publié dans Libération le 15 - 11 - 2019

La révolution digitale constitue l'une des plus grandes mutations de notre époque, a déclaré mercredi dernier à Rabat le wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri, soulignant qu'elle transforme de manière progressive mais profonde les processus de production et l'organisation des marchés et des échanges.
«La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité, entre autres, posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation», a toutefois concédé le responsable de la régulation du système bancaire.
Les défis induits par la digitalisation sont tels que « réguler les industries et les services émergents nécessite une approche qui allie la souplesse indispensable, pour permettre leur éclosion et leur développement, à la rigueur nécessaire pour éviter tout dérapage et minimiser les effets néfastes sur les consommateurs, l'activité et la stabilité économique », a-t-il expliqué lors d'une rencontre internationale placée sous le thème : « Les politiques et droit de la concurrence : expériences nationales et partenariat international ».
Le gouverneur de la Banque centrale du Royaume du Maroc, qui est intervenu à cette rencontre de deux jours, organisée à l'initiative du Conseil de la concurrence et à laquelle ont pris part d'éminents experts venus du Maroc et de l'étranger, a relevé, à titre d'exemple, que « l'essor que connaissent la production de la donnée et son utilisation pour créer de la valeur ajoutée pose de nombreux défis en termes de concurrence et de protection des informations à caractère
personnel».
Ainsi que l'a fait remarquer Abdellatif Jouahri, certains des défis induits par la production de la donnée sont « parfois même d'ordre politique comme l'illustre le cas de FacebookCambridge Analytica », indiquant, en outre, que le développement des médias sociaux, le fléau des fake news et leurs impacts politiques, sociaux et économiques sont également une autre illustration des implications de la révolution digitale et des défis qu'elle engendre en matière de régulation.
L'autre exemple de la difficulté qu'ont les autorités nationales et même les institutions internationales à définir une approche appropriée pour appréhender toutes les conséquences des innovations technologiques se ressent dans « la perplexité et l'hésitation devant l'approche à adopter face au développement des crypto-actifs et de la monnaie digitale », a-t-il poursuivi.
Il est à souligner que dans le domaine financier, Abdellatif Jouahri a fait savoir qu'« outre les implications de la digitalisation, la multiplication des difficultés dans le sillage de la crise financière de 2008 a conduit à un resserrement sans précédent de la régulation bancaire ».
Si la résurgence des difficultés économiques et l'atonie du crédit bancaire plaident pour son assouplissement, afin de redonner vigueur à la demande et à la croissance, force est de constater que les appels se multipliaient pour la poursuite de ce resserrement.
Pour le gouverneur de la Banque centrale, la situation est telle que les régulateurs doivent s'accorder pour trouver et surtout préserver « un équilibre difficile et souvent fragile entre le durcissement des règles prudentielles pour la stabilité, primordiale au demeurant, du système bancaire et financier et leur assouplissement pour faciliter davantage le financement et contribuer à la relance de l'économie ».
D'autant plus que le développement de la Fintech et les exigences en matière de lutte contre le changement climatique, ainsi que celles de plus en plus renforcées pour combattre le financement du terrorisme et le blanchiment des capitaux compliquent davantage la mission des régulateurs, a-t-il rappelé.
Dans ce cas, et quand bien même cela se traduirait par un véritable déluge réglementaire auquel fait face le secteur financier, Abdellatif Jouahri pense que le véritable défi pour les systèmes financiers des pays émergents et en développement consistera à « assurer la conformité avec les standards internationaux tels que ceux du GAFI ou encore ceux imposés par certaines grandes économies, tel que la loi américaine FATCA ».
Pour un pays comme le Maroc, qui aspire à l'émergence par une plus grande ouverture et une plus large insertion dans les chaînes de valeur mondiales, « cette conformité est une nécessité qui requiert des efforts et des arbitrages souvent difficiles pour les autorités de régulation », a-t-il souligné.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.