Journée internationale des droits de l'Homme : L'appel à la solidarité mondiale de Michelle Bachelet    Aéronautique: Un deuxième mandat pour le président du GIMAS et un bilan positif    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Dar Bouazza : Les autorités locales poursuivent l'abattage des chiens errants    Indice du développement humain : Encore du chemin à faire pour le Maroc !    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    La mosquée, l'école, le dispensaire…    Hommage à Seddik Maâninou ce mardi à la MAP    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    La coordination «Akal» dénonce le laxisme des autorités    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    Fiscalité, OXFAM enfonce le clou    Destitution de Trump: Démocrates et républicains à couteaux tirés sur l'enquête    Un grand dirigeant nous quitte    Le Hassania d'Agadir se ressaisit    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Bataille de chiffres entre Washington et Téhéran…    Des livreurs Chronopost disparaissent dans la nature... avec un million d'euros de marchandises    La justice égyptienne livre son verdict dans l'affaire de l'opposant Mohamed Ali    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    Réforme de la justice : la cadence est au ralenti    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    «Lalla Aïcha» de Mohamed El Badaoui, projeté en avant première au FIFM    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    Un élève soupçonné de dénonciation calomnieuse : Une enquête est ouverte à Fès    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    L'AMMC vise la note relative à l'émission de billets de trésorerie de Douja Promotion Groupe Addoha    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Aziza Jalal remonte sur les planches    Edito : Mobilité    Changement climatique : Le Maroc préside la réunion des Seychelles    Enseignants-cadres des AREF : Côté cour, côté jardin    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Ligue 1 : Marseille inarrêtable, Saint-Etienne de nouveau en panne    Le MCO défait à Oujda par l'ASFAR    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    Participation du Maroc aux 21èmes Journées théâtrales de Carthage    Grand engouement du public au FIFM 2019    Le RNI fustige le comportement inexpliqué et ambigu du groupe du PJD à la deuxième Chambre    Dialogues méditerranéens : Mohcine Jazouli plaide pour des partenariats durables au Mena    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commémoration aujourd'hui de la Journée mondiale des droits de l'enfant

Le monde commémore ce 20 novembre la Journée internationale des droits de l'enfant. Cette année est également marquée par la célébration du 30ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant, une occasion pour évaluer l'application de ces droits, sachant qu'à ce jour, 193 pays l'ont ratifiée.
La situation des enfants dans le monde, en particulier dans les zones de guerre, est marquée par des violations aussi flagrantes que croissantes, au point d'être utilisés comme boucliers humains. Les enfants sont ainsi devenus les premières victimes dans les zones de conflit, ce qui a eu un impact négatif sur leur situation, se trouvant désormais contraints à l'émigration.
La famine et l'insécurité alimentaire dans de nombreux pays pauvres ont également assombri la situation des enfants, ce qui va à l'encontre de leurs droits fondamentaux tels que les droits à la survie, à la croissance, au développement et à la protection contre les mauvais traitements et l'exploitation. Malgré les efforts de la communauté internationale pour prévenir les violations des droits de l'enfant, ce phénomène est toujours présent dans de nombreux pays.
Dans ses rapports, le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) a mis en garde contre les violations des droits des enfants et leur exploitation (exploitation sexuelle, emploi précoce, non-garantie du droit à l'éducation et à la santé, etc).
Le Maroc a ratifié la Convention internationale sur les droits de l'enfant en 1993 et tente d'être au diapason des Conventions internationales relatives aux droits des enfants, et ce conformément aux dispositions de la nouvelle Constitution du Royaume.
Au cours des 20 dernières années, le Maroc a ouvert d'importants chantiers dans le domaine de la protection de l'enfance. Cette politique permet au Maroc de disposer de systèmes de protection intégrés des enfants, conformément aux principes du droit international ratifiés. Parmi ses objectifs, il y a le renforcement du cadre légal de protection des enfants et de son efficacité, la création de mécanismes territoriaux intégrés de protection de l'enfance, la définition de normes pour les établissements et les pratiques et la promotion des normes sociales de protection, l'instauration de systèmes d'information, de suivi et d'évaluation et la mise en place d'un environnement protégeant les enfants contre toutes les formes de négligence, d'oppression, de violence et d'exploitation, etc.
Malgré quelques défaillances en termes de mise en œuvre de cette politique, surtout au niveau territorial, elle reste une plateforme de convergence des efforts déployés par chaque département concerné à l'instar du Conseil national des droits de l'Homme, la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus, la protection et l'intégration des enfants, l'Observatoire national des droits de l'Homme. Sans oublier le rôle de premier plan des associations de la société civile s'occupant de l'enfance et leur plaidoyer permanent sur ses questions essentielles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.