Tourisme : les opérateurs se mobilisent pour la relance du secteur    Coronavirus : 44 nouveaux cas, 7.910 au total, mercredi 3 juin à 10h    Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Le grand bazar    Repli de l'IPPIEM hors raffinage de pétrole en avril    Ebranlés par la crise, les professionnels du tourisme dans l'expectative    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    Un communiqué riche en enseignements    Ils sont tous devenus des épidémiologistes et des économistes !    Le cérémonial sahraoui du thé bousculé par le coronavirus    Le satisfecit de l'Université Mohammed V    L'Université Hassan II tient son premier festival culturel à distance    «Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Réunion à distance sur la création d'un centre culturel et gastronomique à Agadir    Penser le concret    3673 demandes examinées par le CNP et 2928 cartes attribuées    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Amélioration à tous les étages    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    France: C'est l'heure de la reprise économique    Hyperpuissance    Les Etats-Unis s'embrasent    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada
Publié dans Libération le 01 - 04 - 2020

Depuis quelques jours, les vidéos et les pages Facebook appelant à secourir les étudiants marocains au Canada fusent. Des membres de la communauté marocaine sollicitent l'intervention de S.M le Roi pour le rapatriement de ces étudiants vers la mère-patrie ou appellent à la solidarité et à la charité des MRE installés dans le pays pour subvenir à leurs besoins en logement et en nourriture.
Selon plusieurs témoignages postés sur le Net, bon nombre d'étudiants marocains qui poursuivent leurs études au Canada se trouvent aujourd'hui privés de logement et de ressources financières. Une situation due à la fermeture des campus universitaires depuis la propagation du Covid-19 et à la crise qui frappe le marché de l'emploi dont lequel ces étudiants émargent comme temporaires.
Pourtant, un important détail interpelle, suscitant moult interrogations. En effet, sur les dizaines de vidéos enregistrées et sur les pages Facebook postées, on ne trouve aucune trace de quelque étudiant ou étudiante qui aurait évoqué cette situation ou exprimé son souhait de retourner au Maroc. Serait-ce par pudeur ou par appréhension ?
Pour Abdou Zirat, journaliste marocain exerçant au Canada et responsable de « M FM Radio Montréal », ni l'une ni l'autre puisque le problème n'existe pas. « Plusieurs de ces étudiants m'ont affirmé qu'ils avaient reçu une note de la part de leurs universités au début de la crise du Covid-19 les informant que les personnes qui en ont les moyens peuvent quitter le campus et que des mesures d'accompagnement allaient être accordées à ceux qui n'ont pas d'autres lieux où résider », nous a-t-il indiqué. Et de poursuivre : « D'autant plus qu'il n'y a pas une seule université canadienne qui pourrait s'aventurer à les jeter dehors en pareille conjoncture. Pareille décision serait inhumaine et pourrait nuire gravement à l'image et à la notoriété des établissements universitaires canadiens».
Concernant la situation financière de ces étudiants, notre source nous a expliqué que malgré la crise actuelle, certains secteurs recrutent à bras-le-corps à l'image de celui de l'alimentation. « Le directeur de la grande chaîne de distribution « Métro » a récemment indiqué au cours d'une émission de télé que son entreprise n'arrivait pas à embaucher faute de main-d'œuvre disponible. Dire donc qu'il n'y a pas de travail temporaire pour ces étudiants relève de l'affabulation ».
Abdou Zirat nous a précisé, en outre, que le Premier ministre Justin Trudeau s'est engagé à ce que son pays prenne en charge toute personne qui se trouverait sur le sol canadien, et ce nonobstant sa situation administrative. Notre interlocuteur ajoute que les banques alimentaires canadiennes offrent par ailleurs une vaste gamme de produits et services à celles et à ceux qui en ont besoin (boîtes de céréales, pâtes, beurre d'arachide, pain, lait, savon, shampoing, désodorisant, couches pour bébés, produits d'entretien ménager, etc.) « Donc, personne n'est dans le besoin et si jamais quelque ressortissant marocain se retrouverait dans cette situation, les services diplomatiques et consulaires marocains nous ont affirmé qu'ils sont prêts à l'aider et à le soutenir financièrement », nous a-t-il précisé.
Notre source va encore plus loin. Elle se demande pourquoi certains membres de la communauté ont choisi de prendre la parole à la place des premiers concernés. « En effet, il s'agit bien d'étudiants de l'enseignement supérieur, en l'occurrence de futurs ingénieurs, médecins ou autres qui sont censés assumer à l'avenir des responsabilités et gérer le pays. C'est l'élite de demain et ce ne sont pas des gamins de CM1 ou CM2. S'ils avaient été réellement touchés, pourquoi n'en ont-ils pas parlé comme l'ont fait leurs alter ego en Chine qui sont montés au créneau pour demander leur rapatriement », s'est-elle interrogée.
A noter que le nombre d'étudiants marocains au Canada s'élève à 3000 dans la seule province du Québec, selon certaines sources consulaires.
D'autres sources sur place nous ont affirmé, sous le sceau de l'anonymat, que cette affaire a été exploitée par certains pour se mettre sur les devants de la scène médiatique ou pour faire de la collecte d'argent.
De son côté, Hamid Benanni, acteur associatif, estime que la situation de ces étudiants n'est pas tout à fait claire et que les rumeurs enflent tout en précisant que la bonne volonté et l'esprit de solidarité entre les Marocains du Canada ont poussé certains à sonner l'alerte via les réseaux sociaux. A ce propos, il a mis en exergue le travail de soutien initié par plusieurs membres de la communauté arabe et marocaine du Canada au profit des étudiants et des personnes âgées. Cependant, il estime nécessaire que les autorités canadiennes et marocaines interviennent avec diligence si des étudiants se trouvent réellement en difficulté et rapatrier ceux d'entre eux qui manifesteraient leur envie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.