Beyrouth : la ville dévastée par des explosions dans son port    Vidéo : Ce ministre se lance dans un un tour de France à vélo en solo pour défier le coronavirus    US Open: pourquoi Nadal ne défendra pas son titre    ONSSA: Aïd Al-Adha s'est déroulé dans de bonnes conditions    Explosions à Beyrouth: le roi Mohammed VI a écrit au président Aoun    Retraite: près de 49 MMDH de cotisations collectées en 2019    Covid-19. Une deuxième vague s'attaquerait-elle aux jeunes ?    Liban : des tonnes de nitrate d'ammonium à l'origine des explosions    Relance économique : Le montage financier dévoilé    4 nouveaux cas de Covid-19 dans un club de Ligue 1    Beyrouth: au moins 100 morts et plus de 4000 blessés (nouveau bilan)    Twitter. #SoisUneFemme, le hashtag contre le sexisme au quotidien    Innovation : Al Akhawayn partenaire du projet EM4FIT    Via agence ou mobile, Cash Plus simplifie l'ouverture d'un compte de paiement    Expérience client multicanale : Eqdom lance son service de crédit en ligne    Iker Casillas annonce sa retraite    Covid-19 : le Vietnam attaqué par une souche encore plus virulente    Des mesures préventives à Tanger-Assilah et à Fès    Liberté religieuse: L'Algérie au ban de la communauté internationale    Les délais de paiement, un problème posé avec acuité    Bernal frappe fort à moins d'un mois du Tour    L'Espanyol demande à LaLiga d'annuler sa relégation    La CAF dévoile le calendrier des finales des compétitions interclubs    Tikhanovskaïa, une femme ordinaire devenue égérie pour bouleverser le Bélarus    US Round Up du mardi 4 août – Microsoft/TikTok, Recensement 2020, NYC Restaurants, Sean Penn & Leila George    Bataille d'Oued Al-Makhazine : Une épopée lumineuse dans les annales de la résistance nationale contre les convoitises étrangères    L'intensification des échanges commerciaux bénéficie économiquement aux femmes    Un Banksy vendu aux enchères au profit d'un hôpital de Bethléem    Mel Gibson complètement remis du coronavirus    Au Bac, le taux dé réussite a frôlé les 80%    Pour congés écourtés ou annulés, mais pas que...    Accident mortel à Tamri    Entretien avec Omar Menzhi, expert en épidémiologie    Maroc-Etats-Unis: une nouvelle année de collaboration fructueuse    Le Discours de la clarté et de l'espérance    Officiel : Wail Sadaoui rejoint le Raja    Football: La DTN désigne 48 responsables techniques des ligues régionales    La sculpture de Farid Belkahia s'ouvre sur l'espace public    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Accident d'Agadir: ce que l'on sait    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat    Le discours du Trône constitue une feuille de route claire pour le présent et l'avenir    Début de la 100ème édition du festival de Salzbourg, sous restrictions à cause de la pandémie    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières», un beau-livre de l'agence de l'Oriental    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Si Abderrahmane et Marie-Hélène El Youssoufi ont fêté avec le TAS un sacre attendu depuis 80 ans
Publié dans Libération le 08 - 07 - 2020

Il est des vies qui s'écrivent d'entrée en pointillés et d'autres qui forment un cercle parfait. La vie d'Abderrahmane El Youssoufi en est une. Il a fait de la haute ambition son terrain de prédilection. Et le Tihad Athletic Sport (TAS)est le parfait exemple. En surface, il est difficilement concevable qu'Abderrahmane El Youssoufi, né le8 mars 1924 à Tanger, syndicaliste et homme politique hors pair, aitété l'un des fondateurs du TAS. Mais à y regarder de plus près, ce n'est pas aussi étonnant que cela en a l'air.
Pour comprendre comment El Youssoufi s'est retrouvé à tracer les lignes d'un terrain à Hay El Mohammadi, il faut revisiter tout un pan de l'histoire du bonhomme et du Maroc. A l'époque où El Youssoufi était élève interne au Lycée Moulay Youssef de Rabat, il avait rejoint les rangs du mouvement national. L'histoire s'en rappellera bien évidemment comme étant l'un des militants historiques du nationalisme marocain. Sans surprise, il a adhéré à l'âge de dix-neuf ans au parti de l'Istiqlal avec pour priorité majeure, améliorer les conditions de vie de la classe ouvrière et en particulier des plus jeunes d'entre elle. Le tout enrobé d'une envie tenace d'imprégner la jeunesse du mouvement nationaliste. Feu El Youssoufi le confirme. « Le TAS a vu le jour pour encadrer les jeunes et les encourager à adhérer à la bataille pour l'indépendance », confiait-il fièrement il y a un peu plus de dix ans. Une volonté d'émancipation également palpable dans la création du club de Cosumar. Mais pas que. « Nous avons aussi fondé la Ligue de football marocaine, en opposition à celle instaurée par le colonisateur avant de créer la Coupe du Trône », racontait-il.
Malheureusement, pour cet amoureux du ballon rond, ses vœux politiques ont été exaucés contrairement à ses ambitions sportives. Le TAS n'a malheureusement jamais été un grand club par son palmarès, mais il l'a été par sa popularité et tous les joueurs qui y sont passés avant d'aller faire les beaux jours de clubs casablancais plus huppés mais loin d'être aussi populaires que le TAS. Une popularité qui a sauté aux yeux des plus jeunes d'entre nous lorsqu'au printemps 2017, après avoir longtemps végété au niveau amateur (3ème division), le TAS avait enfin été promu en seconde division. Difficile d'être passé à côté de la liesse populaire qui a envahi chaque recoin de Hay Mohammadi. En dépit d'un état de santé fragile, Abderrahmane El Youssoufi, maillot du TAS floqué à son nom, a tenu coûte que coûte à marquer ce jour de sa présence, là où tout a commencé. « C'est dans ce quartier mythique qu'est né le TAS en 1946. Nous avons de nos propres mains tracé les lignes pour délimiter le terrain dans le quartier Moulay Chrif », se remémorait il y a quelque temps, l'ancien Premier ministre.
Dès lors, on vous laisse imaginer sa joie quand le TAS a remporté ce trophée hautement symbolique l'année dernière, qui plus est lors de la Fête du Trône, contre toute attente et au courage, en prenant le meilleur sur le Hassania d'Agadir(2-1). Cette victoire au forceps a été dédiée à juste titre par les joueurs, le staff et toutes les composantes du club à Abderrahmane El Youssoufi. Ce dernier, survêt du club sur les épaules, n'a pas hésité un seul instant au moment d'accueillir ses héros du moment. A la manière du meneur d'homme qu'il était, il leur a certainement rappelé le contexte particulier dans lequel leur club a vu le jour. Comme pour les persuader que le Tihad Athletic Sport n'était vraiment pas un club comme les autres et que ,désormais, l'avenir du club est entre leurs mains.
Quiconque se trouverait à leur place en tirerait une immense fierté, car le cœur d'un homme aussi extraordinaire ne peut vouer un amour et une admiration aussi indéfectibles à un club de football ordinaire. Désormais, l'étoile d'Abderrahmane El Youssoufi brillera pour toujours au-dessus du TAS. Et plus que jamais, le TAS aura la charge d'honorer sa mémoire en multipliant les exploits et pourquoi pas réaliser son vœu le plus cher, à savoir renouer avec la première division après lui avoir offert un magnifique cadeau quasiment un an avant sa mort. Un cercle parfait on vous dit !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.