Guerguerat : le PPS condamne les agissements des séparatistes    Guergarat: N'en déplaise à l'APS, l'ONU a bel et bien rappelé le polisario à l'ordre    Chami présente ses recommandations pour une intégration régionale réussie du Maroc en Afrique    Immobilier marocain : la formule gagnante pour conquérir des capitaux institutionnels internationaux    Azzedine El Mountassir Billah revient aux affaires à la tête d'Inwi    Le roi Mohammed VI félicite le nouvel émir du Koweït    Real Madrid: Eden Hazard indisponible au moins 15 jours    L'affaire Naïma. Les parents racontent toute l'histoire derrière l'abominable meurtre de leur fillette (reportage vidéo)    ONDE: Mobilisation générale contre les violeurs et les agresseurs d'enfants (vidéo)    Après Latifa Raafat, le rappeur Droos s'indigne contre la subvention du ministère    Marrakech : «Hikayat Shahrazad», l'art au service des nobles causes    Roland-Garros: Serena Williams déclare forfait    Une étape importante qui transforme une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Le FC Barcelone tient son nouveau défenseur !    Le HUSA assure son maintien, le CAYB menacé    Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Hong Kong: Arrestation de Joshua Wong    TikTok : La bataille juridique s'achèvera-t-elle ?    L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars pour équilibrer son budget    Cour des Comptes : L'encours à la dette a plus que doublé durant la dernière décennie    Les enfants, les adolescents et les maladies cardio-vasculaires    Le «nœud»    Années 30. Comment vivaient les Juifs du Maroc    «Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan    Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?    La Chikha est avant tout une guerrière    Cour des comptes: dégringolade du rendement des principaux impôts    Marsa Maroc : CA de 1 454 MDH au 30 juin    Le nouvel Émir du Koweït prête serment    Colère en Inde après la mort d'une jeune femme à la suite d'un viol collectif    Des Marocains bloqués à Melilia bientôt rapatriés    L'OMS enquête sur des accusations de crimes sexuels liées à l'épidémie d'Ebola en RDC    100 millions de doses de vaccins supplémentaires pour les pays démunis    Présidentielle américaine : le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden sombre dans la confusion générale    CNSS : nouveau soutien au profit des entreprises [Document]    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Imam Mahmoud Dicko: dans les situations difficiles, le Maroc "est le premier pays qui vient au secours du Mali"    Abdeslam Seddiki pointe du doigt les « réalisations et les grandes réformes » du gouvernement    Restitutions d'œuvres d'art : la gestion française du dossier laisse à désirer    Impôts: La DGI propose de nouvelles fonctionnalités en ligne    Roland, Strasbourg et Hambourg    Covid-19 au Maroc: triste bilan des décès    Aït Taleb: « le Maroc n'est pas à l'abri d'une nouvelle vague » (VIDEO)    Industrie: Baisse de l'indice des prix à la production en août (HCP)    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La hausse des cas touchés par le coronavirus perçue différemment
Publié dans Libération le 08 - 08 - 2020

Ces jours-ci, une phrase est reprise en boucle par nos professionnels de santé : «Le coronavirus vit encore parmi nous et il faut s'attendre au pire d'ici l'hiver ».
Dr Jamal Bouzidi, pneumo-allergologue, fait partie de ceux qui tirent la sonnette d'alarme sur une éventuelle deuxième vague plus violente. « La situation est aujourd'hui très inquiétante et la prochaine vague sera pire », nous a-t-il affirmé. Et pour cause, le relâchement total des citoyens face au virus. « Il n'y a plus de respect pour les mesures barrières. Le port du masque, le respect de la distanciation sociale, l'usage du gel hydroalcoolique,... sont devenus des pratiques obsolètes », nous a-t-il indiqué. Et de poursuivre : «Il faut s'attendre à une deuxième vague en hiver, c'est sûr. Et c'est dans la deuxième vague qu'il faut s'attendre au plus dur comme ce fut le cas avec la 2ème phase de la grippe espagnole qui a provoqué plus de morts que la première vague ». En effet, la deuxième vague qui a commencé en septembre 1918 aux Etats-Unis (précisément à Camp Devens, un campement militaire en banlieue de Boston) a été la plus létale de la pandémie. Elle apparaît en même temps en Europe, aux Amériques et en Asie, et elle a tué environ 40 millions de personnes à travers le monde, en un automne [de l'hémisphère Nord]".
Le pire, selon notre interlocuteur, c'est que certaines parties de la population marocaine croient à la théorie du complot et pensent que le Covid-19 n'a jamais existé. D'autres, au contraire, croient à l'existence de la maladie, mais ils estiment que le risque est levé avec la fin du confinement. « Plusieurs individus confondent entre le déconfinement et la fin de la maladie alors que le coronavirus vit encore parmi nous et on doit s'habituer à cette réalité tout en sachant qu'il s'agit d'une maladie grave qui tue, peu importe l'âge de la personne touchée », nous a-t-il expliqué. Et d'ajouter : «Le virus laisse également des séquelles qui peuvent être graves et devenir chroniques».
Un diagnostic que confirme le docteur Gérald Kierzek, médecin urgentiste, qui a affirmé, dans un entretien accordé au site doctissiomo, que le Covid-19 peut avoir des conséquences à plus ou moins long terme sur notre organisme allant de la perte de l'odorat et du goût ou la fatigue jusqu'aux complications cardiovasculaires, rénales et neurologiques.
Face à ce discours alarmiste, il y a ceux qui relativisent l'ampleur du danger. Selon ces minimalistes, l'explosion du nombre des cas est normale vu l'augmentation du nombre des prélèvements. En effet, plus de 130.700 tests de dépistage Covid-19 ont été effectués jusqu'au 22 juillet par les laboratoires nationaux et les équipes d'intervention rapide, soit une moyenne journalière de près de 18.000 tests, selon Mouad Mrabet, coordonnateur du Centre national des opérations d'urgence de santé publique au ministère de la Santé. D'autant plus que l'explosion du nombre des cas ne se traduit pas par l'explosion des taux d'hospitalisation.
Ces minimalistes estiment également que la situation est maîtrisable tant que le nombre des cas graves et des morts est sous contrôle. Concernant l'augmentation du nombre des décès enregistrés dernièrement, ils estiment que cela ne représente pas grand-chose en comparaison avec d'autres pays plus touchés puisque pour chaque 100 cas, cela représente 2,07, tandis que le rapport est de 5,35 en Chine, 13,97 en Italie et 14,94 en France.
Qui a tort et qui a raison ? Difficile de trancher vu les arguments des uns et des autres. Pourtant, tout le monde est d'accord sur le fait qu'il faudrait apprendre à vivre avec le virus pendant des mois, voire des années et de s'attendre à des évolutions de cette maladie pendant l'automne, notamment avec le retour des enfants et des étudiants aux écoles et universités considérés, selon des études récentes, comme d'éventuels gros propagateurs du virus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.