350 bénéficiaires de tablettes numériques : La Fondation Banque Populaire soutient les élèves des quartiers défavorisés    Commerce et industrie : Renault Maroc consolide son leadership    ONDA : Le trafic aérien en baisse de plus de 71% en 2020    Interdiction de fumer : Le niet gouvernemental !    BMCE Capital Research analyse les pistes de reprise : La relance économique tributaire de l'éradication de la Covid-19    Economie du web : l'effet Covid se fait ressentir    Le Maroc classé 53ème en 2021 dans le rapport sur les effectifs militaires    Liga : Mardi face à Alaves, En-Nesyri et Bounou étaient décisifs    CHAN : La Zambie et la Guinée vainqueurs de la Tanzanie et de la Namibie    Lutte contre la corruption dans le secteur financier : 2021, une année de renforcement des capacités    Campagne de vaccination : Plus de 25.000 cadres de santé mobilisés    Covid-19 : Le taux de reproduction du virus se stabilise à 0,88    Vaccination : le gouvernement envisage aussi d'autres mesures pour éviter les rechutes    Evolution du coronavirus au Maroc : 1246 nouveaux cas, 461.390 au total, mardi 19 janvier 2021 à 18 heures    Pedro Sanchez : Le Maroc revêt une «importance capitale» pour les intérêts de l'Espagne    Edito: Le maire doit partir    Retard de vaccination : El Othmani pointe du doigt les fournisseurs des vaccins    David Fisher: Nous soutenons fortement le plan d'autonomie    Secousse tellurique de magnitude 3,4 dans la province d'Azilal    Badr Hari refait surface sur Instagram    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Ammouta : Victoire d'une importance capitale    Le Maroc éliminé après 3 défaites successives    Maroc-USA:Fischer rassure quant à la position de l'administration Biden sur le Sahara    Un Casque bleu marocain parmi les victimes en République centrafricaine    Visas: Le plaidoyer du député franco-marocain M'jid El Guerrab pour l'Afrique    Pays-Bas: Démission du gouvernement de Mark Rutte    Nexans : nouvelle usine à Nouaceur    Un MoU pour renforcer les relations économiques et commerciales    Couvre-feu et semi-confinement : prolongation jusqu'au 3 février    Président à part, sera-t-il aussi un ex-président à part ?    Le Maroc réussit son entrée vers la défense de son titre    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    Stud'IFO : Concert virtuel entre Cheikh Brahmi et Snitra    Les USA n'ont fait que dire tout haut ce que pensent les autres Etats et le Conseil de sécurité    Coronavirus : voici les variants les plus compliqués à maîtriser par le système immunitaire [Etude]    L'envoyé US pour la lutte contre l'antisémitisme salue la «vision de paix» de SM le Roi    Profitant du nul entre la Libye et le Niger : La RDC prend seule la tête du groupe B    Le sélectionneur du Zimbabwe accuse le Cameroun de sorcellerie !    Ben Abdelkader pose les conditions de modernisation du système judiciaire    Meknès retrouve la culture à l'air libre    Une nouvelle émission rendant hommage à la diversité culturelle    «Le discours de la folie dans le patrimoine arabe et occidental»    La BAD compte sur le Maroc pour développer son indice    Euromed : Quel avenir ?    Le Maroc et les Etats-Unis s'engagent contre le trafic illicite    Communication: rapprochement stratégique entre le marocain Brand & Image et l'israélien Kam Global Strategies    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un village égyptien embaume le monde d'effluves de jasmin
Publié dans Libération le 01 - 09 - 2020

Sur les coups de minuit et équipée d'une lampe frontale, Imane Mahanna commence la cueillette du jasmin dont l'odeur raffinée se répand bien au-delà de son village de Choubra Beloula, dans le nord de l'Egypte. "Nous récoltons le jasmin depuis notre enfance. La cueillette se déroule entre minuit et huit ou neuf heures du matin, selon ce qu'on arrive à en tirer", raconte-t-elle, un panier rempli de délicates fleurs blanches sous le bras.
La récolte annuelle du jasmin se déroule de juillet à novembre, de nuit car les fleurs sont alors pleinement ouvertes.
Tandis que le soleil se lève à l'horizon, l'ouvrière saisonnière troque sa lampe frontale pour une casquette.
Ce travail "nécessite vraiment de la concentration", il faut distinguer "les fleurs écloses des bourgeons" qui ne sont cueillis "que le lendemain", explique-t-elle.
L'Egypte et l'Inde, dont les productions sont équivalentes, génèrent près de 95% du volume mondial d'extrait de jasmin pour parfums, selon la Fédération internationale du commerce d'huiles essentielles et d'arômes (IFEAT).
Plus de 90% des champs égyptiens de jasmin se trouvent dans le gouvernorat de Gharbiya (nord), autour des villages de Koutour, Choubra Beloula et Bassioun.
Au petit matin, des camions transportant des cageots débordant de jasmin fraîchement cueilli déposent les fleurs à l'entrée de l'usine Fakhri.
Cet établissement traite environ 70% du jasmin de Gharbiya et produit près de trois tonnes d'extrait aromatique par an sur les cinq produites en Egypte habituellement, affirme Badr Atef, qui supervise la pesée et le dépôt de la récolte à l'usine.
"C'est la première manufacture d'huiles essentielles à avoir été établie en Egypte" après que son fondateur Ahmed Fakhri a "introduit le jasmin dans les années 1960" au retour de ses études à Grasse (sud de la France), terre de production florale et capitale française des parfums, précise M. Atef.
Les fleurs sont transformées à l'usine en pâte grossière, dont l'huile essentielle extraite est quasiment entièrement destinée à l'exportation. Apprécié pour ses effluves raffinées, le jasmin est très prisé des parfumeurs et de l'industrie cosmétique.
Selon M. Atef, la culture du jasmin occupe quelque 400 hectares dans la région de Gharbiya et la production égyptienne de fleurs de jasmin atteint 20 tonnes par jour.
Mais le concurrent indien pratique des prix dérisoires qui poussent les exploitants locaux à casser leurs prix, malgré "la qualité supérieure" de leur production, déplore M. Atef.
Autre source de préoccupation pour les cultivateurs de Gharbiya, l'irrigation: la fleur blanche est gourmande en eau.
"Chaque feddan (0,4 hectare) est arrosé trois fois par mois (...) avec 450 à 500 m3 d'eau", explique Moataz Abdel Fattah, employé de Fakhri depuis 34 ans.
Cette eau est tirée du Nil voisin dont le débit est menacé par la construction en amont en Ethiopie du plus grand barrage hydro-électrique d'Afrique.
La cueillette ne peut être accomplie que manuellement, ce qui nécessite une main-d'oeuvre importante. Chaque ouvrier récolte entre deux et cinq kilogrammes de fleurs par jour, selon M. Abdel Fattah.
Le commerce du jasmin rapporte autour de 6,5 millions de dollars par an à l'Egypte, selon l'IFEAT.
Mais la pandémie de nouveau coronavirus a provoqué une diminution de moitié de la production d'huiles essentielles, selon les ingénieurs de Fakhri.
Actuellement, un kilo de fleurs de jasmin se vend environ 40 livres égyptiennes (soit 2,1 euros).
Plus de 50.000 familles, qui dépendent de cette industrie à Gharbiya, ont été affectées par la crise économique liée à la pandémie.
"Je n'ai pas fait la cueillette cette année (...) J'ai 60 ans, vous trouvez ça juste que je reste debout sous le soleil des heures durant pour 20 ou 30 livres?", dit Wafaa, une habitante de Choubra Beloula.
Pour d'autres saisonniers, la récolte reste un moment agréable, en particulier avant le lever du soleil. "La douceur de la cueillette, c'est d'être tous là, à discuter et à veiller ensemble", confie Mme Mahanna.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.