Driss Lachguar : Le rôle joué par le Maroc pour instaurer la sécurité, la stabilité et la paix procure une immense et légitime fierté    Mohamed Benabdelkader s'enquiert du chantier de construction du nouveau siège du tribunal de première instance de Dakhla    Condamnation du blocus économique exercé par le Polisario contre l' ensemble des peuples africains    Quatre startups marocaines nominées pour le World Summit Awards    Nouvel échec pour Trump devant un tribunal de Pennsylvanie    Entame réussie du TAS en Coupe de la Confédération    Mike Tyson, la vie par chaos    Le président de la FRMF met en avant le rôle des centres de formation dans la promotion du football national    2.260 lits hospitaliers supplémentaires prévus en 2021    Compteur coronavirus : 4.115 nouveaux cas et 50 décès en 24H    Une demi-dose du vaccin d'AstraZeneca plus efficace qu ' une dose complète    Prolongation des mesures préventives contre la Covid-19 à Essaouira    A Montréal, Leila Gouchi présente un concert empreint du charme de l'Andalousie    "Casarchives " , une exposition dédiée à la mémoire historique de Casablanca    Gomycode : La startup éducative    La diaspora marocaine manifeste à Paris en soutien à l'intervention marocaine à El Guerguarat    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution    Dialogue inter-libyen à Tanger : Nouveau pas vers la grande réconciliation    La Jeunesse socialiste s'active sur le front de la diplomatie parallèle    Confessions dominicales: Chakib Benmoussa paie un conseiller fantôme qui se paie la tête des responsables du pays    La défense de l'intégrité territoriale fait partie intégrante des valeurs professionnelles authentiques de la presse    Italie: L'Inter sur le podium, la Juve gâche encore des points    Angleterre: Liverpool leader frustré, Mahrez sur un nuage    Les Lions de l'Atlas grimpent à la 35è place    Vidéo : Des Argentins pleurent leur Diego et l'applaudissent    Liga: mais qu'arrive-t-il au Real Madrid ?    L'UM6P et le CRI de Marrakech-Safi s'allient pour accompagner le tissu entrepreneurial    Le dirham s'apprécie vis-à-vis du dollar du 20 au 25 novembre 2020    IB Maroc dévoile son chiffre d'affaires    «Les enjeux de l'emprunt national»    CNDH: nécessité de mettre en œuvre des principes juridiques et éthiques    Toutes les catégories des enseignants débrayent cette semaine    Covid-19: Des comportements disparates des Bourses africaines    Croissance soutenue des exportations    Une femme à la conquête du désert    Mahmoud El Idrissi, icône de la chanson marocaine, n'est plus    Communauté juive : Reconnaissance d'une marocanité...enracinée    L'hémiplégie : peut-on en guérir ?    Covid-19 et tabac : La nicotine protège-t-elle contre le virus ?    Sahara marocain : le nombre des consultas s'agrandit [Vidéo]    Bourita : la réunion de la Chambre des représentants libyenne consultative a été une «réussite»    Guerguarate: « Large soutien international » à l'intervention marocaine (magazine espagnol)    La décision du Bahreïn d'ouvrir un consulat à Laâyoune continue de faire réagir    Message du roi Mohammed VI au président mauritanien    Niamey : Les ministres des AE de l'OCI saluent les efforts du Souverain pour la protection d'Al Qods    La seule école et troupe de cirque du Gabon lutte pour sa survie    Mais que fait l'actrice marocaine Sarah Perles avec la star de «La Casa De Papel» ? (PHOTO)    Etude d'impact patrimonial à Rabat : L'orientation de SAR Lalla Hasna comme soubassement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels
Publié dans Libération le 27 - 10 - 2020

La commission des débats présidentiels des Etats-Unis a coupé les micros du président Donald Trump et de son opposant démocrate,Joe Biden, à certains moments de leur seconde rencontre télévisée, le 22 octobre, afin d'empêcherles candidats de s'interrompre l'un l'autre. La décision de ce groupe bipartite a suivi la réaction largement négative de l'opinion publique après que Trump a maintesfoisinterrompu son interlocuteur lors du premier débat, le 29 septembre. Mais derrière la tactique qui consiste à couper la parole à un contradicteur et à l'interrompre,se cachent de puissantsressorts psychologiques. Est-il possible que ces deux meneurs de campagne expérimentés – Trump, notamment – aient tenté de les mobiliser à leur avantage afin de paraître plus dominateurs etsûrs d'euxmêmes ? Le simple fait que les organisateurs du débat aient cherché une solution technique laisse penser qu'interrompre pourrait être une tactique beaucoup plus efficace qu'on ne le croit généralement. Il semble que lesstratèges politiques et psychologiques des deux équipes de campagne la considèrent de plus en plus comme une arme rhétorique. Que saventils que nous ne saurions pas ? La recherche en psychologie a démontré, avec l'aide d'expériences scientifiques, que ceux qui interrompent sont considérés parl'auditoire comme plus capables, plus confiants en eux-mêmes, plus dominateurs et plus persuasifs. Mais ces avantages ont un prix, car ceux qui interrompent sont aussi considérés comme moins sympathiques et moins séduisants. En pleine pandémie, certains électeurs peuvent préférerle candidat le plus dominateur et accorder moins d'importance à son côté sympathique ou antipathique. Ainsi les conséquences psychologiques des interruptions peuvent-elles être positives (on paraît plus assuré) et négatives (on se montre grossier). Il n'est pas sans intérêt d'ajouter que c'est encore plus vrai des interruptrices. Certaines enquêtes ont conclu que les hommes (notamment lorsqu'ils se montrent intrusifs) interrompent plussouvent que lesfemmes. D'autres étudesindiquent que les femmes sont plus souvent interrompues que les hommes, et que ces derniers interrompent beaucoup plus souvent des femmes que d'autres hommes. Mais la nature exacte de l'interruption et le moment où elle survient ont une grande importance. Les différents types d'interruptions ont des effets distincts. Les interruptions brutales et « intrusives » tentent de changer de sujet ou d'empêcherl'autre de s'exprimer. Les interruptions « de chevauchement » sont celles qui s'adressent à une personne qui estsurle point de terminerson argumentaire.Il existe même des interruptions dites « d'un silence », lorsque, par exemple, une personne oublie momentanément le mot qu'elle recherche ou marque un temps d'arrêt pour trouver l'expression juste ; son adversaire s'empresse alors de combler le trou, et détourne la conversation. Une expérience psychologique récente portant sur les différents genres d'interruption a montré que, de façon surprenante, un public évaluait plus positivement les interruptions dites « de désaccord » (probablement les plus nombreuses lors du premier débat Trump-Biden) que celles dites « de changement de sujet ». Cette évaluation positive persistait pour des interruptions fréquentes. On peut, selon les expérimentateurs, expliquer cette attitude par la perception d'une interruption « de désaccord » comme l'indication, au moins, d'une forte implication dansla question débattue, qui ne trahit pas nécessairement le même manque de respect pour son interlocutrice ou son interlocuteur que de lui couper brusquement la parole pour changer de sujet. En d'autres termes, certaines façons d'interrompre sembleraient justifiées. Mais comme tactique de débat dont le but est la défaite rhétorique d'une opposante ou d'un opposant, l'interruption cache des ressorts psychologiques puissants. Si vous savez que votre adversaire cherche à vous interrompre et guette à chaque instant l'occasion de vous ôter la parole, il est possible que vous parliez plus vite que vous ne l'auriez fait en temps normal. La crainte de lui fournir, par un « silence », l'occasion de vous interrompre, peut vous conduire en un territoire de conversation qui ne vous est pas familier, et vous faire buter sur les mots, vous pousser au lapsus, toutes gaffes que votre adversaire pourra exploiter. En outre,si vous vousrendez compte que votre contradicteur est en train de vous interrompre et de gagner sur vous du temps de parole, vous pouvez vous sentir poussé à répondre de la même façon. Mais si vous n'avez pas son talent pour interrompre, vous saurez moins bien choisir votre moment et l'occasion que vous aurez choisie peut alors donner de vous une image défavorable. C'est à vous qu'on imputera, finalement, un comportement grossier. Il existe même une tactique d'interruption qui consiste à dire qu'on est d'accord. Cela peut surprendre l'autre intervenant au point de lui faire marquer un temps d'arrêt : on saisit alors l'occasion d'expliquer que ce n'est pas avec ce qu'il pensait qu'on est d'accord. S'il vous coupe à son tour la parole alors que vous venez de dire que vous étiez de son avis, c'est lui qui semble désormais chercher le conflit et la confrontation. La véritable force psychologique de l'interruption n'apparaît peut-être même pas dans les propos échangés lors des débats présidentiels, mais réside plutôt dans sa capacité à troubler le raisonnement de l'autre candidat. C'est là qu'est le vrai danger : les interruptions ont atteint leur but lorsqu'elles vous ont empêché de penser clairement. Mais il est un élément plus subtil et peut-être plus profond dans l'interruption: elle établit entre deux personnes qui dialoguent une relation de pouvoir, peut être même au niveau de l'inconscient. On sait que dans une hiérarchie – par exemple au bureau –, les supérieurs ont plus tendance à interrompre leurs subordonnés que ces derniers n'ont l'habitude d'en faire autant. Certaines personnes, notamment celles qui montrent le plus de goût pour le pouvoir, peuvent s'en tenir à certains niveaux d'interruption afin d'être en mesure d'apprécier qui elles peuvent dominer, et qui elles ne le pourront pas. Des recherches récentes ont montré que ceux qu'on nomme des psychopathes « infracliniques « (des personnes, peut être, qui dirigent des organisations plutôt que de cambrioler des banques), parviennent à découvrir qui les interrompt le plus souvent, se montrant par la suite moins intéressés à établir une relation d'exploitation avec celles ou ceux qui leur ont coupé la parole.En d'autres termes,si l'on interrompt un psychopathe plus souvent qu'il n'y est habitué lorsqu'il déroule ses arguments, il le remarque rapidement, en conclut qu'il est plus difficile de nous manipuler ou de nous utiliser et choisit d'autres cibles. Ainsi lorsque Trump interrompait Biden lors des deux débats, beaucoup plus de choses étaient en jeu, sous la surface des apparences, qu'une simple question d'incorrection.
Par Raj Persaud
Psychiatre exerçant à Londres


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.