John Bolton : «Joe Biden restera attaché à la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté marocaine sur le Sahara»    La généralisation de la protection sociale, «une révolution en douceur» (expert indonésien)    Football : douze grands clubs européens lancent la «Super League», un projet qui déchaîne les passions    Météo Maroc: le temps prévu lundi 19 avril 2021    Afghanistan: Joe Biden siffle la fin de la partie    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Errachidia : Mise en échec d'une tentative de trafic international de drogue    Youssef En-Nesyri vers un transfert record pour le club du FC Séville    Covid-19: Vaccinations, infections, décès...les chiffres officiels de ce dimanche    Déraillement d'un train en Egypte : Au moins 11 morts et près de 100 blessés (nouveau bilan)    Covid-19 : la moitié des adultes américains a reçu au moins une dose d'un vaccin    Création d'un institut de formation professionnelle    Chelsea et Tuchel en finale grâce à Ziyech!    Le Raja s'offre le MAT, le HUSA s'incline face à la RSB    Le FMI félicite le Maroc    La conjoncture et l'enjeu    El Otmani: une «illustration des contours de la politique sociale de SM le Roi»    Reportage// Ramadan : Je ne sais pas lire l'arabe, comment avoir un contact avec le Saint Coran ?    Le journal égyptien «Al Ahram» met en lumière sur les traditions du Ramadan au Maroc    Kafala: Le procureur général appelle à une intervention positive    Santé : le Maroc va ouvrir ses portes aux médecins étrangers    Le livre. Demain l'âge d'or de Jacque Heitz (suite)    Le livreur algérien de Deliveroo qui refusait de servir des clients juifs a été expulsé vers son pays    Les dates des premières élections fixées    Ancienne médina de Rabat: Une offre abondante et diversifiée pour le Ramadan    Phosphates : un think tank américain appelle à l'annulation des droits d'importations imposés au Maroc    Rachid El Ouali s'exprime sur sa première expérience en tant que réalisateur de sitcom dans Info Soir (Vidéo)    Le match fou du PSG contre Saint-Etienne (VIDEO)    Arrivée à Beyrouth du 2ème lot des aides alimentaires marocaines au Liban    Nucléaire iranien : Des avancées malgré la difficulté des négociations    Maroc : Réunion ce mardi 20 avril du Conseil de gouvernement    Revalorisation : La grogne monte chez les agents de la protection civile en Algérie    Sarah & Ismael: quand la passion guide!    Maroc/Trésor : Déficit budgétaire de 7,3 MMDH à fin mars 2021    Covid-19 : personnes porteuses de maladies chroniques, comment se faire vacciner    Ramadan: Une véritable aubaine pour l'activité commerciale à Souk « Tlat » d'Al Hoceima    Colombie : au moins 14 rebelles et un militaire tués lors de combats    Le profond malaise qui demeure entre la France et l'Algérie s'exaspère    The Legal 500 consacre plusieurs bureaux d'avocats marocains    URGENT ..Foot: la direction du Bayern « désapprouve » l'annonce par Flick de son départ    AMIC : Les levées de fonds pourraient atteindre 2,9 MMDH en 2021    Finale de la Coupe du Roi : Le Real félicite le Barça après son 31ème sacre    OCS-RCOZ (2-1) : Les Messfiouis maîtres chez eux !    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    Don Royal: Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires pour le Liban    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fièvre migratoire s'empare des patrons de la pêche artisanale
Publié dans Libération le 04 - 01 - 2021


La migration irrégulière vers les îles Canaries n'est plus l'affaire des seuls jeunes à la recherche de l'Eldorado européen, elle touche désormais les professionnels de la pêche artisanale. Leur nombre reste inconnu, mais plusieurs sources ont corroboré cette information. Une vidéo circulant sur YouTube a confirmé également cette nouvelle tendance en filmant la traversée de plusieurs personnes avec femmes et enfants et qui se sont présentées comme des patrons de la pêche artisanale. «Ce phénomène est récent puisque nous n'avons jamais vu des professionnels de la pêche parmi les candidats à l'immigration. Pis, ce phénomène ne touche pas que les simples pêcheurs, il concerne particulièrement les patrons de la pêche dont certains sont partis avec les membres de leurs familles vers les Iles Canaries», nous a indiqué Hamid Halim, expert en communication et en médias maritimes. Et d'ajouter : «C'est fort incohérent puisque ces patrons de la pêche sont mieux lotis que les autres pêcheurs». Concernant les causes de cette tendance migratoire qui a débuté en octobre dernier, elles sont à chercher, selon notre source, dans la situation économique de la région du Sud. «L'année 2020 a été catastrophique sur tous les plans. Notamment sur le plan économique. Le mauvais état de la mer a compliqué davantage cette situation et a aggravé la vulnérabilité économique des pêcheurs», nous a-t-elle affirmé. Elle estime aussi qu'il y a un problème qui est peu abordé et qui constitue un facteur indirect du départ de ces pêcheurs, c'est celui du changement climatique. En effet, plusieurs rapports ont précisé que ce phénomène oblige les poissons à migrer des zones équatoriales vers des zones plus froides, et entraîne aussi une diminution de leur taille. Il agit également sur la quantité des réserves halieutiques, leurs flux migratoires et leur taux de mortalité. Pourtant, un pêcheur natif de la région du Sud trouve une autre explication à l'immigration des pêcheurs. Il nous a confié sous le sceau de l'anonymat que si les patrons de la pêche sont aujourd'hui de plus en plus taraudés par le désir de partir ailleurs, c'est parce qu'ils ont le sentiment d'être privés d'une partie importante des recettes du secteur de la pêche dans la région dont les débarquements en poissons atteignent les milliards de dirhams. «La région du Sud bénéficie d'importantes infrastructures et de volumes importants de débarquements des produits de la pêche, mais leur impact sur les ressources humaines du secteur reste insignifiant. La valeur ajoutée et les richesses créées sont accaparées la plupart du temps par les investisseurs», nous a révélé notre source. Et d'ajouter : «Le seul gain que nous avons réussi à arracher pendant ces dernières années est celui de l'adhésion à la CNSS». Mais, quels que soient les causes de cette immigration et le nombre de ces pêcheurs, les Marocains sont, selon les médias espagnols, les premiers au classement des migrants irréguliers qui débarquent aux Iles Canaries. A en croire le journal El Confidencial, 51% de ces migrants sont des Marocains et le reste des Subsahariens, parmi lesquels les plus nombreux sont les ressortissants du Mali, de la Guinée-Conakry et de la Côte d'Ivoire. Le journal a ajouté qu'au cours des derniers mois, la proportion de Marocains a augmenté «crescendo» en précisant que depuis octobre, ils représentent la grande majorité et que leur nombre a doublé au cours du dernier mois par rapport à celui des Subsahariens. Ledit journal n'hésite pas à qualifier ces arrivées de migrants irréguliers de crise. Selon cette source, environ 23.500 migrants sont arrivés aux îles Canaries l'année dernière, soit 880% de plus qu'en 2019. «Pour la première fois, l'archipel a accueilli plus de «sans-papiers» que le reste de l'Espagne, où environ 18.100 sont arrivés, selon des données provisoires du ministère de l'Intérieur, qui n'ont pas été rendues publiques en détail», souligne le journal qui précise que cette crise reste difficile à gérer. En effet, la visibilité des migrants dans certains endroits suscite parfois le rejet de la population locale. Un rejet que partagent même certaines municipalités comme celles de Mogán et San Bartolomé de Tirajana. L'arrivée des migrants a provoqué également, selon la même source, des frictions entre les administrations qui souhaitent les envoyer vers la péninsule (gouvernement des Canaries et ministère de l'Inclusion) et ceux qui préfèrent prolonger leur séjour dans ces îles pour éviter l'effet d'entraînement produit par leur transfert vers le continent européen, d'où l'opacité relative du gouvernement sur cette question, a conclu El Confidencial.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.