John Bolton : «Joe Biden restera attaché à la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté marocaine sur le Sahara»    La généralisation de la protection sociale, «une révolution en douceur» (expert indonésien)    Football : douze grands clubs européens lancent la «Super League», un projet qui déchaîne les passions    Météo Maroc: le temps prévu lundi 19 avril 2021    Afghanistan: Joe Biden siffle la fin de la partie    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Errachidia : Mise en échec d'une tentative de trafic international de drogue    Youssef En-Nesyri vers un transfert record pour le club du FC Séville    Covid-19: Vaccinations, infections, décès...les chiffres officiels de ce dimanche    Déraillement d'un train en Egypte : Au moins 11 morts et près de 100 blessés (nouveau bilan)    Covid-19 : la moitié des adultes américains a reçu au moins une dose d'un vaccin    Création d'un institut de formation professionnelle    Chelsea et Tuchel en finale grâce à Ziyech!    Le Raja s'offre le MAT, le HUSA s'incline face à la RSB    Le FMI félicite le Maroc    La conjoncture et l'enjeu    El Otmani: une «illustration des contours de la politique sociale de SM le Roi»    Reportage// Ramadan : Je ne sais pas lire l'arabe, comment avoir un contact avec le Saint Coran ?    Le journal égyptien «Al Ahram» met en lumière sur les traditions du Ramadan au Maroc    Kafala: Le procureur général appelle à une intervention positive    Santé : le Maroc va ouvrir ses portes aux médecins étrangers    Le livre. Demain l'âge d'or de Jacque Heitz (suite)    Le livreur algérien de Deliveroo qui refusait de servir des clients juifs a été expulsé vers son pays    Les dates des premières élections fixées    Ancienne médina de Rabat: Une offre abondante et diversifiée pour le Ramadan    Phosphates : un think tank américain appelle à l'annulation des droits d'importations imposés au Maroc    Rachid El Ouali s'exprime sur sa première expérience en tant que réalisateur de sitcom dans Info Soir (Vidéo)    Le match fou du PSG contre Saint-Etienne (VIDEO)    Arrivée à Beyrouth du 2ème lot des aides alimentaires marocaines au Liban    Nucléaire iranien : Des avancées malgré la difficulté des négociations    Maroc : Réunion ce mardi 20 avril du Conseil de gouvernement    Revalorisation : La grogne monte chez les agents de la protection civile en Algérie    Sarah & Ismael: quand la passion guide!    Maroc/Trésor : Déficit budgétaire de 7,3 MMDH à fin mars 2021    Covid-19 : personnes porteuses de maladies chroniques, comment se faire vacciner    Ramadan: Une véritable aubaine pour l'activité commerciale à Souk « Tlat » d'Al Hoceima    Colombie : au moins 14 rebelles et un militaire tués lors de combats    Le profond malaise qui demeure entre la France et l'Algérie s'exaspère    The Legal 500 consacre plusieurs bureaux d'avocats marocains    URGENT ..Foot: la direction du Bayern « désapprouve » l'annonce par Flick de son départ    AMIC : Les levées de fonds pourraient atteindre 2,9 MMDH en 2021    Finale de la Coupe du Roi : Le Real félicite le Barça après son 31ème sacre    OCS-RCOZ (2-1) : Les Messfiouis maîtres chez eux !    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    Don Royal: Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires pour le Liban    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sofia Alaoui: Symbole d'une irrésistible ascension de la création cinématographique marocaine
Publié dans Libération le 04 - 03 - 2021


Avec un film en lice pour la 46è cérémonie des César, prévue le 12 mars prochain, Sofia Alaoui s'est distinguée par un style exhibant la pureté de ses personnages et d'un genre qui mêle le fantastique au réel. Découvert à l'occasion de festivals nationaux et internationaux, le film "Qu'importe si les bêtes meurent" de Sofia Alaoui a remporté plusieurs prix, notamment le Prix SensCritique du meilleur court-métrage et le Grand Prix du jury au festival de Sundance 2020. Après quatre courts-métrages et plusieurs autres auto-produits, son talent de mise en scène se révèle au grand jour avec "Qu'importe si les bêtes meurent", fruit d'une riche culture marocaine multiséculaire dont l'authenticité se reflète par un dialogue en Amazigh, mélangé à la splendeur des paysages du Haut-Atlas. Revisitant un style cinématographique propre au folklore américain, Sofia Alaoui a gardé toute l'originalité de ses racines marocaines, en choisissant de tourner son court-métrage à Imilchil dans le Haut-Atlas pour mettre en avant la sensibilité naturelle de cette région, avec des scènes éclairées naturellement ou à la bougie. Cette jeune Casablancaise, fan de cinéma international, notamment celui de Bong Joon-ho, de Lars von Trier et de Denis Villeneuve, rivalise par son récit fantastique avec le cinéma hollywoodien, tout en gardant les éléments propres d'un patrimoine marocain multiculturel et surtout pluriséculaire. "Après mes études de cinéma à Paris, j'ai vite compris que la réussite dans ce monde passait avant tout par mon évolution sur le terrain", a-t-elle confié à la MAP, soulignant que "seule l'envie de se dresser et de surmonter les obstacles et les entraves compte vraiment". Agrippée à sa caméra depuis sa tendre jeunesse, elle explorait le monde d'un œil artistique. "Ma passion du métier est née de ma soif et de ma curiosité à connaître l'autre et le comprendre, pour ensuite laisser libre court à mon expression à travers le cinéma", a-t-elle expliqué. Concernant le titre de son courtmétrage, "Qu'importe si les bêtes meurent", Sofia Alaoui indique que c'est un jeu de mots qui met en avant "l'insignifiance des choses quotidiennes face à l'arrivée d'un événement plus important". C'est une parabole sur la nature humaine qui en dit long sur la perception humaine de l'altérité. Sur la question de la place de la femme dans le secteur cinématographique, elle relève qu'il existe un rapport de forces, sous-jacent, entre les deux gents. "Je crois que ce genre de confrontation n'est pas réduit au monde du cinéma, mais plutôt au niveau de tous les secteurs professionnels". Exprimant sa fierté d'être sélectionnée aux César 2021, Sofia Alaoui espère voir en ces distinctions "une forme d'encouragement pour les jeunes, femmes et hommes, à croire en eux et en leurs rêves". "C'est possible de faire un cinéma différent, un cinéma de Femme, qui soit à la fois international et surtout très très marocain", a-t-elle dit. Son regard de Femme se révèle dans son court-métrage à travers son personnage Itto, une femme forte et courageuse qui, à l'opposé des hommes du village, a aperçu l'arrivée de cette mystérieuse forme de vie comme une bénédiction, choisissant la voie de la liberté au lieu de se réfugier dans la peur. "Aujourd'hui, il y a un fort besoin de voir émerger de nouveaux modèles féminins, et munir la caméra d'un nouveau regard, plus nourrissant et d'une approche féminine plus forte, cassant ce regard porté sur la femme comme objet de désir", a-t-elle préconisé. Plus qu'un symbole, le 8 mars est une occasion pour cesser les stéréotypes du genre et libérer la femme d'une manière agissante. "Il existe une forte pression exercée sur la femme, afin de correspondre à des modèles bien précis, qui est le résultat d'une modernité d'apparence", a-t-elle rétorqué à cet effet. Evoquant la période du confinement sanitaire, un moment d'usure de l'âme propre, Sofia Alaoui estime qu'elle en a profité en résidence d'écriture forcée pour écrire son prochain long-métrage, une adaptation de sa dernière fiction.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.