Le Pakistan réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Tenue prochaine de la 14ème Réunion de haut niveau France-Maroc    L'ambassadeur du Royaume à Saint-Marin remet ses lettres de créance    «Raconte-moi ton Histoire-Handicap: le courage d'en parler»    La fête de l'Huma s'illumine!    Le danger plane sur nos assiettes : Lait, légumes, fruits, viande, rien n'est totalement sain, selon la Cour des comptes    L'offre mondiale de céréales plus abondante que prévu    Le Maroc présente les atouts de son offre touristique à Saint-Pétersbourg    Trump a "du mal à croire" qu'Israël ait espionné la Maison Blanche    Insolite : Venue arrêter quatre suspects, la police philippine repart avec 277 Chinois    Suspense total avant le premier tour de la présidentielle tunisienne    Italie: Le gouvernement Conte 2 obtient la confiance du Parlement    Comment le terrorisme se résilie, se régénère, se diversifie et innove    Ligue 1 : Neymar observé, tribunes scrutées    Divers sportifs    Qui d'autres que le WAC ? Sacré trois fois en cinq saisons, les Rouge et blanc semblent les mieux armés    Divers    Les nouveautés de la loi-cadre 51.17 présentées à Laâyoune    Faire de petites siestes, c'est bon pour le cœur    Ibrahim Bouslah : L'affaire Karoui, un casse-tête juridique    Sophia Hadi revisite avec brio "La chute" d'Albert Camus    Une centaine de productions étrangères tournées au Maroc en 2019    Sidi Larbi Cherkaoui, le chorégraphe référence de la danse contemporaine en Belgique    La Nouvelle Tribune et www.lnt.ma, partenaires du Wall Street Journal !    Fonds de retraite du RCAR, mise au point de la CDG    La BAD émet une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars    Grève des pilotes : British Airways annule ses vols le 27 septembre    Surf : Le marocain Ramzi Boukhiam qualifié pour les JO 2020    La Tribune de Nas : Pas de « Karti »…er…    Une mini NBA pour les juniors marocains    Des matchs palpitants d'entrée    Coupes africaines : Voici les affiches du deuxième tour    Ouagadougou : sommet de la CEDEAO sur le terrorisme, avec la participation du Maroc    Catastrophes naturelles: Une taxe de solidarité au Conseil du gouvernement    Affaire Imlil: La partie civile réclame l'ex-ministre de la justice à la barre    Météo : quel temps fera-t-il ce samedi ?    Al Haouz : Plus de 110.000 bénéficiaires de l'initiative royale "Un million de cartables"    Inondations dans le sud-est de l'Espagne : cinq morts en deux jours, le pays sous le choc    Les manuels scolaires manquants seront disponibles entre les 17 et 20 septembre    El Jadida : Décès d'une personne placée en garde à vue    CIH: le RNPG en baisse de plus de 47% au S1-2019    L'Etat s'attaque aux chargeurs de téléphones non conformes    Négociations commerciales avec Pékin: Washington veut « des progrès substantiels »    Ouragan Dorian: 1.300 personnes non localisées aux Bahamas menacées par une nouvelle tempête    Laâraj insiste sur une renaissance culturelle pour un développement plus efficace    Les Inqualifiables poursuivent leur tournée !    Après Londres, le MACAAL accueille une grande rétrospective dédiée à Mohamed Melehi    Festival de Fès de la culture soufie: «Une autre civilisation est possible»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Terres collectives et Guich : Sit-in aujourd'hui des femmes soulaliyates et guichiates devant le Parlement
Publié dans Libération le 01 - 07 - 2010

Le combat des femmes soulaliyates et guichiates se poursuit. Un sit-in est prévu aujourd'hui à Rabat, devant le Parlement, pour dénoncer les obstacles, les résistances et l'acharnement qui empêchent ces femmes de faire valoir leurs droits.
Organisé par le Réseau pour le droit des femmes aux terres collectives et Guich, avec la participation d'ONG en provenance de Zagora et de Ouarzazate ainsi que les femmes soulaliyates de toutes les régions du Maroc, cette action intervient après celle organisée le 2 juillet 2009 pour la défense et le respect des droits des femmes soulaliyates. Il s'inscrit dans le cadre des actions entreprises par le Réseau pour normaliser la procédure de cession des terres collectives et obtenir une nouvelle loi pour que les hommes et les femmes bénéficient des mêmes droits dans l'exploitation ou la cession de ces terres collectives réservées aux seuls hommes. Pour Amina Tafnout, de l'ADFM : « Ce sit-in sera organisé pour mettre fin à la cession de ces terres collectives car malgré la circulaire du ministère de l'Intérieur, les femmes soulaliyates sont encore victimes de la confiscation de leurs droits ».
Mme. Tafnout pense que cette question est complexe, difficile et a plusieurs paramètres. « La complexité de ce dossier découle de deux facteurs : la multiplicité des coutumes qui régissent cette pratique et les enjeux financiers colossaux que représentent ces terres. Pourtant, cette affaire reste extrêmement importante et a de forts enjeux social, économique et juridique».
En effet, les terres collectives sont des terrains appartenant notamment à des groupes ethniques. Elles sont estimées à environ 12 millions d'hectares et bénéficient à plus de 9 millions de personnes. La gestion de ces terres est assurée par les chefs des tribus ou des délégués mandatés à cette tâche qui veillent à l'utilisation collective de ces terres, selon les coutumes et les us de chaque tribu. Ces terres sont régies par le Dahir du 27 avril 1919 modifié et complété par celui du 6 février 1963 qui organise la relation entre l'autorité de tutelle et les groupes propriétaires. Toute décision ou initiative concernant ces terres collectives ne peuvent être entreprises sans l'agrément de ce ministère et du Conseil de tutelle.
Ces terres sont exploitées de manière collective par le biais de l'usufruit ou de la jouissance de rentes revenu de ces terres par les ayants droit. Certaines zones n'ont pas hésité à adopter une répartition définitive, comme ce fut le cas dans le Moyen Atlas où des terrains collectifs sont devenus des propriétés exclusivement transmises aux bénéficiaires de sexe masculin.
Tout au long de leur histoire, ces terres collectives ont connu certaines répartitions sur la base de critères qui ont progressivement évolué, changeant selon le temps, les lieux ou parfois l'humeur des gens. Dans un premier temps, les techniques de répartition étaient basées sur le « Kanoun » avant d'être articulées autour de la notion d'«ayants droit», exclusivement de sexe masculin. Il s'agit d'hommes mariés ou de femmes veuves ayant des enfants de sexe masculin. Aujourd'hui, le concept d'«ayant droit» ne signifie que les hommes âgés de 16 ans et plus. Les femmes sont évincées et exclues. Leur droit de jouissance de ces terres a été confisqué quelle que soit leur situation. Femmes veuves ou divorcées avec enfants ou pas, elles sont privées de ce droit.
Il faut attendre 2007 pour qu'une plainte déposée par des femmes issues de la tribu de Lhaddada (région de Kénitra) pousse le ministère de l'Intérieur à reconnaître le droit des femmes à bénéficier des terres collectives et à adresser au wali de la région un courrier lui intimant l'ordre d'inscrire les collectivités en instance de cession de terres dans la démarche d'intégration des femmes dans les listes des ayants droit au même titre que les hommes. Grâce à cette décision, seules les femmes de la jamâa de Mehdia ont été indemnisées, au mois de novembre 2009. Les autres femmes soulaliyates des autres régions du Maroc se sont retrouvées face aux mêmes abus que par le passé. En 2008, un mouvement de protestation a été lancé de la ville de Kénitra par un groupe de femmes activistes et sous l'égide de l'Association démocratique des femmes marocaines (ADFM) pour dénoncer cette injustice sociale et économique. Depuis, les actions et les manifestations se sont enchaînées. L'ADFM et le Forum des alternatives Maroc (FMAS) ont saisi même le Tribunal administratif. Des poursuites ont ainsi été engagées par les femmes soulaliyates à propos de la légitimité des décisions du Conseil de tutelle concernant la cession des terres collectives et leur exclusion des procédures d'indemnisations.
L'Etat est-il conscient des enjeux de cette affaire ? « Il est difficile de répondre. Cependant, on a demandé à plusieurs reprises une rencontre avec le ministre de l'Intérieur. Seule la direction des affaires rurales, tutrice légale de ces terres, a accepté de nous recevoir. Ses responsables ont affiché une certaine compréhension et solidarité à nos revendications. A ce propos, il y avait la circulaire de ce département et, du coup, certaines jamaâ ont pu bénéficier de leurs droits. Mais ce qui manque, c'est la généralisation de la mise en application de cette mesure et son suivi. La bonne volonté ne suffit pas à elle seule. Il faut des actes concrets, notamment dans ces temps où les opérations de cession de ces terres s'accélèrent», a conclu Mme Tafnout. Affaire à suivre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.