ANP: Un chiffre d'affaires en hausse de 4,1% en 2019    Pour que Aid-Al Adha ne se transforme pas en catastrophe    Le Laboratoire de l'info : Spécial paix au Proche-Orient (Vidéo)    Etat d'urgence sanitaire : L'intérieur procédera à la fermeture des quartiers à risque    Maroc/Covid-19: 191 nouveaux cas, 5 autres décès ces dernières 24h    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Abdeladim Chennaoui    Coronavirus : le ministère de la Santé appelle à la vigilance    Mauvaises langues    TPME: la Confédération veut intégrer le conseil d'administration de la nouvelle CCG    Le gouverneur de Casablanca-Anfa relevé de ses fonctions    Mehdi Benbachir, nouveau DGA chez Société Générale Maroc et membre du Comex    Le détournement des aides humanitaires destinées aux camps de Tindouf se poursuit    Le frère de Serge Aurier tué dans une fusillade    UFC : le nigérian Kamaru Usman conserve son titre!    «L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières»    Elections 2021: Quelle approche faut-il adopter?    Serie A: Sofyan Amrabat confirme contre la Fiorentina    Des restaurants fermés pour non-respect des mesures de distanciation    Bulgarie: Le président réclame la démission du gouvernement «mafieux»    Coronavirus: l'urgence d'une relance économique plus verte    Vols spéciaux : la RAM étend la commercialisation aux agences de voyages [Communiqué]    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Monténégro    La relance du tourisme au menu du Conseil de gouvernement    Coronavirus : Le point sur les vaccins anti Covid-19 et sur ce que dit l'OMS    Coronavirus : Tanger en total lockdown    Essaouira reprend son souffle    Manchester City: le TAS annule la sanction de l'UEFA    Driouch: une virée à la plage tourne au drame    Les Frères Naciri réalisent et produisent «Malheur Malheur» de Maître Gims    Aides aux ménages du secteur informel : le 3ème versement à partir de ce samedi    La RAM est-elle moins stratégique que Air France-KLM?    Lekjaâ veut un contrat programme entre la FRMF et la DTN    Un artiste charismatique s'en va    Données personnelles : Trois programmes Data-Tika lancés par la CNDP    UNFPA : La santé des femmes à l'heure de la Covid-19 mise en lumière    Chelsea doute, City qualifié pour la prochaine C1    Sainte Sophie. Erdogan veut mettre la main sur l'Islam    Accès au territoire national : Les précisions du ministère des Affaires étrangères    Le dialogue social reprend ses droits    Retour béni    Messi toujours muet, le Barça souffre mais gagne    La CAF prise de court par le Cameroun    La mue écologique du 7ème art    "Migration féminine à Casablanca, entre autonomie et précarité", nouvel ouvrage de la Collection Tiwizi    "Away", la série spatiale de Netflix dévoile son premier trailer    Abdeladim Chennaoui n'est plus    Turquie: l'ancienne basilique Sainte-Sophie redevient mosquée    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Absentéisme des parlementaires: Biadillah jette la pierre aux partis politiques
Publié dans Libération le 16 - 07 - 2010

«Si l'absentéisme chronique des parlementaires était une tumeur, on l'aurait extraite ». Le propos est du président de la Chambre des conseillers, Mohamed Cheïkh Biadillah. Intervenant jeudi lors d'une conférence de presse, au lendemain de la clôture des travaux de la deuxième Chambre, M. Biadillah semblait dresser un constat d'échec. Quand cela ne relèverait pas de la « conscience » des parlementaires, ce qui revient à dire que les valeureux députés et conseillers, en tout cas la majorité d'entre eux, n'ont pas de « conscience », cela dépendrait des partis politiques, y compris le Parti Authenticité et Modernité (PAM) dont M. Biadillah est le secrétaire général. M. Biadillah avait l'air de s'excuser. « Nous ne sommes pas un parti fait que des anges », a-t-il reconnu, sur un ton qui tient plutôt du mea culpa. Il n'y a pas de quoi. Pour le fameux dispositif disciplinaire annoncé en grande pompe au départ, dont cette fameuse coupe dans les salaires gracieux et injustifiés de nos heureux parlementaires qui se tournent les pouces, repassez pour la prochaine rentrée parlementaire. On ne parle pas non plus de cette autre mesure disciplinaire qui consisterait à publier, sur les colonnes du Bulletin officiel, les noms des parlementaires non réguliers. Ou carrément abonnés aux absents. Les promesses n'engagent que ceux qui veulent bien y croire, pour reprendre une formule courante. Ce sont les partis politiques, et rien que les partis politiques, surtout les partis politiques, encore eux et à tout jamais, qui seraient responsables, si l'on ose écrire, du « sabbatisme » des chers représentants du peuple. Point, à la ligne.
Cela étant, à quoi servirait donc une institution comme la deuxième Chambre, - une véritable machine budgétivore -, si ce n'est à organiser, encadrer, réglementer le travail des conseillers, quitte à installer le système du pointage, que sais-je, établir des listes de présence pour amener nos « respectables parlementaires » à respecter le calendrier, et tout, et tout ?
Car, l'heure est grave. Dans un pays où, heureusement, les pelleteuses tournent à plein régime, où les chantiers s'assemblent et ne se ressemblent pas, bref, où ça bouge, nos valeureux conseillers n'ont pas réussi à faire passer une seule proposition de loi. N'est-ce pas leur boulot ? Sur toute la session parlementaire du printemps, pas un poil de proposition de loi ! Peut-on, là encore, trouver une excuse à cette autre faille dans le dysfonctionnement de la deuxième Chambre ? Si, mais si. M. Biadillah pique un exemple outre-atlantique, oui aux Etats-Unis, où les parlementaires appelleraient en aide, moyennant une grosse contrepartie sonnante et trébuchante, des juristes, entre autres experts en la matière, pour l'élaboration de propositions de loi.
Bien sûr, la comparaison n'est pas raison. Mais ce qui reste moins sûr, c'est de trouver une explication rationnelle à l'inaction, voire l'inertie, d'une deuxième Chambre qui a toujours grand-peine à justifier, clairement et preuves à l'appui, son utilité et d'apporter sa pierre, petite ou grande, à l'édifice législatif d'un pays pourtant en plein changement. A quoi sert de faire venir, aujourd'hui, un ministre à la deuxième Chambre pour lui poser la même question posée la veille à la première ? Résultat ? On se retrouve avec une montagne de redites tellement c'est ennuyeux !
Au-delà de ces deux questions-là, surgit une troisième en rapport avec la raison d'être même de la deuxième Chambre. Interrogé sur l'absence d'une bibliothèque proprement dite parlementaire, à l'instar de tous les parlements du monde, M. Biadillah a été explicite. Il est vrai que l'on a une bibliothèque, mais elle est toute petite que rangée timidement à l'abri des regards. Nos chers parlementaires ne lisent-ils pas ? Sauf exception, il faut renvoyer la majorité d'entre eux à leurs chères études. Et ce ne sont pas ces tonnes d'impairs linguistiques qu'ils nous servaient à longueur d'années qui vont nous contredire.
Tout bien considéré, il est encore loin le temps de ce sursaut parlementaire tant espéré. Bonnes vacances quand même …


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.