Royaume du Maroc Un horizon vertical    CHAN : La RDC bénéficiaire de la 1ère journée du groupe « B »    Exercice naval conjoint entre la Marine Royale et l'US Navy    Bernard Casoni, nouvel entraîneur du MCO    Manifestation sportive au sein de l'UH2C pour inciter les jeunes à pratiquer le sport    Evolution du coronavirus au Maroc : 806 nouveaux cas, 459.671 au total, dimanche 17 janvier 2021 à 18 heures    Notre objectif est de retarder l' arrivée au Maroc de la nouvelle souche de la Covid-19 et de limiter sa propagation    Le rêve ou l'illusion sont forcément de l'autre côté    Ben Affleck évoque les violentes critiques à l'époque de son couple avec Jennifer Lopez    Bong Joon-ho présidera le jury du Festival de Venise    Les employés du Groupe Sentissi en visite au passage d'El Guergarat    L'Opinion : Susciter l'adhésion des sceptiques    Achraf Hakimi vendu à crédit par le Réal, l'Inter en défaut de paiement !    Yahya Abounizar, artiste peintre au parcours éloquent...    3è réunion de la Commission nationale du suivi et de l'accompagnement    Pas de solution en dehors de l'initiative d'autonomie    Le Maroc a réalisé des acquis stratégiques dans ses provinces Sud    La Marine Royale avorte une opération de trafic de chira au large de cap spartel    Agadir, à l'aune de génération de réformes!    WhatsApp repousse la modification de ses conditions d'utilisation    Azilal : campagne de chirurgie générale au profit des zones touchées par la vague de froid    Mondial de Handball : Face aux Islandais, dernière chance pour les Marocains, mais... difficile !    Fusion : PSA et FCA officiellement unis    Maroc : l'Ukraine pourrait détrôner la France comme premier fournisseur de blé    Une entreprise américaine investit dans le projet du développement du premier robot humanoïde marocain    Biden promet une série de décrets dès mercredi    Confessions dominicales : Témoignage édifiant en réponse aux chantres du défaitisme    La jeunesse partisane appelle au renforcement de sa représentation politique    L'Agence marocaine antidopage tient à Rabat son premier conseil d'administration    Officiel: le Maroc désigné pays-hôte    Ronaldo: «Le Real a eu tort de laisser partir Hakimi»    Défis et perspectives de l'aménagement territorial post Covid-19    Agriculture-Pluies: l'année s'annonce prometteuse    Marc Thépot, une nouvelle vie    Vient de paraître : «Le Secret de la lettre» de Mohammed Ennaji    Les temps sont durs pour Mohamed Ismaïl!    Abdelkhaleq JAYED : Dans l'envers des pages une réflexion sur le temps, les sons, les couleurs et les signes    Bank Of Africa veut cofinancer l'investissement chinois en Afrique    La situation politique et sociale en Algérie est "désastreuse"    L'Arabie saoudite et le Qatar rouvriront leurs ambassades respectives «dans les prochains jours»    UGTM : Moulay Brahim El Othmani nouveau président du Conseil d'administration de la MGPAP    Covid-19 : 1 million de doses du vaccin chinois Sinopharm sont arrivées en Serbie    e-commerce : la Covid-19 dope le marché en 2020    Le Président américain accorde la Légion du mérite des Etats-Unis au Roi Mohammed VI    SM Le Roi Mohammed VI décoré de la "Legion of Merit, Degree Chief Commander"    Biden dévoile un plan de relance de 1.900 milliards de dollars    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc appelé à mettre à niveau ses structures institutionnelles
Publié dans Libération le 06 - 06 - 2013

L'économie marocaine s'approche de plus en plus d'une intégration graduelle dans le marché intérieur de l'UE. Avec le très attendu nouvel accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA), que le Maroc et l'Union européenne (UE) ont décidé de conclure au courant de l'année, «la tentation devient de plus en plus grande pour le Royaume » d'après la dernière lettre de mai du Centre marocain de conjoncture (CMC). Et ce du fait qu'il «compte sur les opportunités offertes par le partenariat avec l'Europe pour mettre à niveau ses structures institutionnelles et démocratiques et booster son développement économique et social», expliquent les experts du CMC.
Dans ce sillage, plusieurs observateurs s'interrogent sur les prédispositions du Maroc à faire face aux nouvelles exigences de cet accord, étant donné que pratiquement les accords de libre-échange paraphés avec différents partenaires ont été plus bénéfiques pour ces derniers que pour le Royaume.
Un avis partagé par les experts du CMC qui se sont interrogés sur ce point. Cependant, «l'ouverture sur un marché européen de 500 millions de consommateurs ne doit pas occulter l'asymétrie qui caractérise les différents accords et qui met à rude épreuve les prédispositions du Royaume à assumer les conditions d'une compétition de haut niveau technique et de savoir-faire», ont-ils souligné.
Face à cet enjeu, le Maroc s'est trouvé contraint depuis 1996, date de conclusion de l'accord de l'Association européenne pour le libre-échange (AELE), d'améliorer la compétitivité de son économie pour la mettre en ligne avec les critères européens. En effet, l'AELE programmait le démantèlement progressif des produits industriels sur 12 ans pour aboutir à la zone de libre-échange en 2012 et puis se greffer sur les négociations pour l'ALECA à partir de 2013. Un accord que seule cette prédisposition du Maroc peut en déterminer le sort.
Dans ce sens, un signe positif a été donné par l'UE, ouvrant la porte à un optimisme modéré. En effet, l'ambassadeur de l'Union européenne auprès du Maroc, Rupert Joy, a déclaré mardi que «dans le but d'atteindre une intégration économique plus étroite, le Maroc et l'Union européenne (UE) ont décidé d'aller vers la conclusion de l'ALECA. »
S'exprimant lors d'une rencontre sur «Les relations commerciales entre l'Union européenne et le Maroc», organisée à Casablanca par l'Union des Chambres de commerce et d'industrie européennes au Maroc «EuroCham Maroc», M. Joy a expliqué que depuis le premier accord commercial UE-Maroc en 1969, l'UE est devenue de loin le plus important partenaire du Royaume et le premier investisseur étranger, notant que le commerce bilatéral a plus que doublé au cours de la dernière décennie grâce à la mise en œuvre de plusieurs accords : la zone de libre-échange pour les produits industriels, l'accord agricole, l'accord sur le règlement des différends ainsi que le lancement des négociations sur la pêche.
Par ailleurs, avec l'ALEAG, les perspectives économiques s'avèrent plus prometteuses que jamais. D'après les résultats préliminaires d'une étude menée par le cabinet de consulting ECORYS, chargé par la Commission européenne d'élaborer l'étude d'impact de développement durable pour l'ALEAG, sur le long terme, cet accord permettra un gain en PIB de 1,3 milliard d'euros par an pour le Maroc contre 1,4 milliard d'euros pour l'UE.
Ces mêmes résultats montrent qu'à court terme, les gains potentiels du Maroc seraient de près de 1,15 milliard d'euros par an, contre 834 millions d'euros pour l'UE, d'après Koen Berden, un des experts de cet organisme.
Par ailleurs, le contexte actuel marqué par l'absence d'une union maghrébine fait défaut aux perspectives de cet accord sur le long terme. Selon ladite lettre du CMC, «les pays du Maghreb sont davantage préoccupés par leurs dissensions internes et autres conflits frontaliers», ce qui «ne permet pas de construire des accords équilibrés entre les deux rives de la Méditerranée». La situation est dans une telle «désolation» que même l'UE considère que «le non-Maghreb engendre un manque à gagner auprès d'un interlocuteur qui aurait présenté de plus grandes capacités d'absorption des produits européens», ajoute la même source.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.