Les Emirats Arabes Unis ouvrent un consulat à Laâyoune    Volleyball: le message du roi Mohammed VI à Bouchra Hajij    Covid-19 : une étude britannique fait état d'une diminution rapide de l'immunité acquise chez les malades asymptomatiques    PLF 2021: l'opposition déplore « un manque d'audace »    Banques participatives: 7,7 MMDH de financements accordés à fin juin 2020    Un autre pays africain ouvre son consulat à Laâyoune    Prison de Tiflet: le chef de la cellule terroriste démantelée à Témara commet un meurtre    Crimes et violence au Maroc: 220.000 arrestations en 2020    FC Barcelone: Josep Maria Bartomeu démissionne    Le président de la FIFA testé positif au covid-19    Tourisme: quelle est la perception générale de la destination Maroc ? (Etude)    3988 nouveaux cas au Maroc: la répartition par régions    Aïd Al Mawlid: contrôles renforcés à Tanger    Magazine : F.C. Séville et Atalanta Bergame, deux clubs qui donnent des leçons gratuites    Ce que l'on sait sur l'assassinat d'un gardien de prison par «Moul triporteur»    Football : La Renaissance Sportive de Berkane sur le toit de l'Afrique    Le Maroc plaide à l'ONU pour un système multilatéral renouvelé et plus équitable    Habib El Malki reçoit son homologue libyen    Les fondements psychologiques de l'incorrection de Trump lors des débats présidentiels    Sektioui, brillante transition de la pelouse au banc    Bouchra Hajij élue présidente de la CAVB    Hausse de l' encours global des avoirs conservés par Maroclear en 2019    Maroc Telecom, "Top Performer RSE" pour la 7ème fois consécutive    Le Conseil supérieur des oulémas dénonce toute forme d'atteinte à la sacralité des religions    Journée du patrimoine audiovisuel, une "fenêtre sur le monde " au temps de la Covid19    Les révélations inattendues de Lara Fabian    "Eclat d' amour et des amours confinées " , nouveau recueil de Bouchra Fadel    Coronavirus au Maroc : le bilan bimensuel du ministère de la Santé    Intox au sujet de la forêt de Bouskoura : Les précisions du département des Eaux et Forêts    US Round Up du mardi 27 octobre – Elections américaines, Wall Street, La juge ACB, le Dakota du Sud    « Finding Agnes ». Le Maroc inspire les réalisateurs étrangers    Les signatures et approbation des marchés déléguées aux directeurs régionaux    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Dans un communiqué conjoint du PPS, PI et PAM    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Hier, l'avenir était meilleur !    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quel bénéfice le Maroc peut-il tirer de la conclusion de l'ALECA ?
Publié dans Libération le 17 - 02 - 2014

Voilà presque un an que le processus de négociation pour la conclusion d'un accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA) a commencé entre le Maroc et l'Union européenne, et que le gouvernement Benkirane n'a pas bougé d'un iota pour informer les Marocains sur le fond de ces négociations.Lancées le 1er mars 2013, ces négociations qui vont hypothéquer l'avenir de toute une économie sont aujourd'hui au 4ème round, prévu au deuxième trimestre 2014.
Depuis l'entame de ces négociations, plusieurs documents ont été signée par la partie marocaine, notamment un partenariat pour la mobilité, le 7 juin 2013, et pourtant on ne sait toujours rien sur le contenu de ces accords.
Se vantant de défendre le droit d'accès à l'information, le gouvernement Benkirane n'a rien communiqué sur le fond de ces négociations. La moindre des choses aurait été d'informer le public sur ce qui a été signé.
Pire, contrairement à ce que stipule la Constitution, l'Exécutif continue d'agir dans l'opacité, d'une manière unilatérale et sans concertation avec le Parlement qu'il devait pourtant informer.
Pour l'instant, peu d'informations circulent sur le fond de l'accord. La partie européenne, usant d'un langage terne, fait des déclarations (avril dernier et juillet) sous des titres très prosaïques tels que «approfondir les relations », «faciliter l'intégration économique marocaine dans l'espace européen».... En réalité, il n'y a que les quelques chiffres émanant de l'étude d'impact flatteuse commandée par l'UE auprès d'un cabinet de conseil néerlandais «Ecorys » qui prévoit que l'ALECA une fois signé va accroitre à long terme le PIB du Maroc d'environ 1,6%, les exportations de 15% et le pouvoir d'achat des Marocains de 1,6 à 1,9%. Mais on ne sait pas comment pour l'instant.
Dans ce contexte aux contours flous, le Maroc a clôturé dans le doute le 3ème round. Jusqu'à présent, subsistent des doutes relatifs à la présence de barrières non tarifaires (quotas, contingents, prix d'entrée, calendriers) concernant les produits pour lesquels le Maroc dispose d'un avantage comparatif, mais qui risquent d'entraver les importations de produits étrangers dans le Royaume.
Du côté marocain, le gouvernement qui n'a même pas informé les représentants de la nation, se contente de rassurer le secteur privé qui, pour sa part, s'acharne à préserver ses propres acquis en menant sa croisade contre l'ALECA.
La coalition internationale pour la préparation aux traitements (ITPC-Mena) et l'Association marocaine de lutte contre le sida (ALCS) se sont insurgés en estimant qu'il contient plusieurs clauses susceptibles de restreindre l'accès aux médicaments génériques. Ces deux associations ont demandé à être reçues par les négociateurs marocains pour les en alerter.
C'est aussi le cas de l'Association marocaine des exportateurs (Asmex) et la Fédération du commerce et des services (FCS) de la CGEM qui ont organisé, jeudi dernier, une table-ronde autour du thème : «L'ALECA et ses enjeux pour les secteurs du commerce et des services et leurs exportations».
En l'absence d'une conception exhaustive et claire de ce que doit être cet accord pour le Maroc, chaque groupe de pression se contente de défendre ses propres intérêts.
Le ministre délégué chargé du Commerce extérieur, Mohamed Abbou, n'a cessé de rassurer les opérateurs privés, en soutenant que leurs préoccupations sont prises en compte lors des négociations. «Le gouvernement comprend parfaitement les inquiétudes des opérateurs (privés), surtout ceux qui se sentent peu compétitifs ou ceux qui ne sont pas armés pour profiter de l'intégration à l'espace économique européen», a-t-il déclaré dans une interview accordée à un quotidien de la place. Il a, dans ce cadre, promis monts et merveilles, entre autres, tenir compte de leurs préoccupations lors des négociations, intégrer la convergence réglementaire dans les stratégies sectorielles, en renforçant les programmes d'appui aux entreprises et en mettant en place des mesures d'accompagnement adéquates.
Ce qui s'avère impossible, parce qu'on a, notamment, des barrières sur les fruits et légumes, les viandes, les produits laitiers et surtout des barrières qui ne disent pas leur nom qui sont liées à la normalisation. Un volet dans lequel le Maroc a un énorme retard.
Entrer à l'UE serait un véritable désastre pour plusieurs secteurs qui ne sont pas normalisés. C'est-à-dire qu'il faut avoir la même comptabilité, les mêmes normes d'architecture, les mêmes formations des médecins, les mêmes formations des infermières, des juristes, des avocats, etc. Il faut également avoir les mêmes mesures non tarifaires sur lesquelles doit s'aligner le Maroc.
En substance, la conclusion d'un tel accord ne pourrait en aucun cas passer sans dégâts.
On ne sait pas s'il faut commencer par se mettre à niveau, c'est-à-dire par une restructuration de l'industrie de l'agriculture ou alors utiliser ce type d'accord comme déclencheur. Ce qui serait un vrai désastre. Les secteurs qui sont fermés et qui ont perdu le lien avec le progrès technique, vont souffrir davantage. En particulier, le secteur céréalier qui perdra 2,7% de sa production à long terme, selon l'étude d'Ecorys.
Etant donné que le seul gain tiré des précédents accords de libre-échange était un déficit de 200 milliards de dirhams, pourquoi cherche-t-on, donc tous azimuts, à ouvrir davantage son économie, sans se restructurer et dans le manque de transparence?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.