L'offensive de Trump met en péril la survie de Huawei, selon des experts    Huawei : Nouvelle salve de Washington contre Pékin    Turkish Airlines lance une ligne Antalya-Casablanca    L'Espagne reste premier partenaire commercial du Maroc, selon Eurostat    Elections : Des dirigeants européens se mobilisent contre les populistes    Le Maroc réélu au bureau exécutif du Conseil des ministres arabes de la Santé    Maradona appelle à boycotter un film sur lui    Etude. Maîtriser l'anglais améliore-t-il nos conditions au travail?    Rabat. Un centre de santé lancé à Diour Jamaâ    Le Musée national d'histoire naturelle de Rabat célèbre la journée internationale des musées    La RSB fait l'essentiel à Berkane face au Zamalek, en attendant la confirmation au Caire    Stress hydrique. La Chine et le Maroc allient leurs forces    Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Préfecture de Marrakech : Quelque 1.031 projets réalisés durant la phase I et II de l'INDH pour un coût global de 1,7 MMDH    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    RDC : Moïse Katumbi accueilli en héros national après son retour au bercail    Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Kamal Daissaoui fait chevalier de l'ordre pour le progrès des sciences et de l'invention    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les groupes extrémistes font des destructions de biens culturels un cheval de bataille
Publié dans Libération le 02 - 09 - 2015

L'explosion par l'EI du temple de Bêl, joyau de la cité antique de Palmyre en Syrie, confirmée lundi par l'ONU, fait suite à plusieurs destructions par l'EI et d'autres groupes extrémistes de trésors archéologiques en Syrie, en Irak, en Libye, au Mali et en Afghanistan.
En Syrie le 23 août 2015, les jihadistes de l'EI ont fait exploser le temple de Baalshaminun, un des plus célèbres de la cité antique de Palmyre, prise en mai. Moins d'une semaine avant, le groupe avait décapité l'ancien chef des Antiquités de la ville, Khaled al-Assaad, 82 ans, une référence mondiale sur cette cité antique. En juillet, l'EI avait déjà détruit la fameuse statue du Lion d'Athéna et transformé le musée en tribunal et en prison. Selon l'ONU, plus de 300 sites historiques syriens ont été endommagés, détruits ou pillés depuis le début du conflit il y a plus de quatre ans.
En Irak l'EI, qui contrôle de larges pans de territoire en Irak et la moitié du territoire de la Syrie depuis la prise de Palmyre, s'est livré à "un nettoyage culturel" en rasant une partie des vestiges de la Mésopotamie antique, selon l'ONU, ou en revendant des pièces au marché noir.
Une vidéo diffusée en février 2015 a montré des combattants de l'EI saccager des trésors pré-islamiques dans le musée de Mossoul, 2e ville d'Irak prise aux premiers jours de leur offensive début juin 2014. Selon des responsables des antiquités, quelque 90 oeuvres ont été détruites ou endommagées. Les jihadistes, qui ont aussi mis le feu à la bibliothèque de Mossoul, avaient dynamité en juillet 2014 devant la foule la tombe du prophète Jonas, aussi connu sous le nom de Nabi Younès. Une vidéo diffusée en avril 2015 a montré les combattants de ce groupe détruire à coups de bulldozers, de pioches et d'explosifs le site archéologique de Nimroud, joyau de l'empire assyrien fondé au XIIIe siècle. Ils s'en sont aussi pris à Hatra, cité de la période romaine vieille de plus de 2.000 ans, située dans la province de Ninive (nord).
En Libye, plusieurs mausolées ont été détruits par des islamistes extrémistes à coups de pelleteuse ou d'explosifs à travers le pays depuis la révolte qui a renversé le régime de Kadhafi en 2011. Pour ces intégristes, ces sanctuaires érigés à la mémoire de saints contreviennent à leur interprétation de l'islam.
En 2012, des dizaines d'intégristes ont fait exploser le mausolée du cheikh Abdessalem Al-Asmar, un théologien soufi du XVIe siècle, à Zliten (est de Tripoli), le plus important en Libye. Une bibliothèque et une université au nom du cheikh ont été la cible de destructions et de pillage. A Misrata, le mausolée du cheikh Ahmed al-Zarrouk a été détruit. En 2013, une attaque à l'explosif a visé un mausolée à Tajoura, banlieue de Tripoli, datant du XVIe siècle et qui constituait l'un des plus anciens de capitale. En 2014, l'Unesco a condamné les actes de vandalisme contre plusieurs mosquées de Tripoli, dont la mosquée Karamanli datant du XVIIIe siècle.
Au Mali, Tombouctou, "la cité des 333 saints" inscrite au patrimoine mondial de l'humanité, est restée d'avril 2012 à janvier 2013 sous le contrôle de groupes islamistes armés qui l'ont défigurée. En juin 2012, les jihadistes de différents mouvements liés à Al-Qaïda, qui considèrent la vénération des saints comme de "l'idolâtrie", ont entamé la démolition de plusieurs mausolées, dont celui de la principale mosquée de la ville. D'autres mausolées, témoignage de l'âge d'or de la ville au XVIe siècle, ont été détruits.
Début 2013, l'Institut de recherches islamiques Ahmed Baba a été saccagé, mais la majeure partie des célèbres manuscrits et livres précieux avaient été mis à l'abri. En mars 2014, des travaux de reconstruction ont commencé.
Enfin, en Afghanistan, en mars 2001, le chef suprême des talibans, le mollah Omar, ordonne la destruction des deux bouddhas géants de Bamiyan (centre-est), trésors archéologiques vieux de plus de 1.500 ans, jugés "anti-islamiques" car mettant en scène des représentations humaines. Pendant 25 jours, des centaines de talibans venus de tout le pays s'acharneront à détruire, à coups de roquettes et de dynamite, les gigantesques statues.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.