Marrakech-Safi : Le CRT lance une grande campagne de promotion digitale    97% des pharmaciens affirment que la chloroquine n'est pas disponible    L'arrivée d'Enzo Zidane au WAC : De l'infox et du « fake news » !    Demi-finales de la Ligue des Champions : Un vol spécial d'Al Ahly pour rallier Casablanca    Botola Pro D1 : Une bouffée d'oxygène pour le Hasania d'Agadir    Vente de boissons alcoolisées : la campagne d'assainissement se poursuit    Coronavirus: le Maroc enregistre 2444 nouveaux cas ce dimanche    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    Les Démocrates doivent désormais faire montre d' agressivité    Combats meurtriers au Karabakh, l'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Plaidoyer du CNDH en faveur du respect du droit de manifester pacifiquement    L'ambassadrice du Guatemala réitère la position de son pays en faveur de notre intégrité territoriale    Pour un nouveau multilatéralisme équitable et inclusif    Le Real Madrid piétine mais gagne enfin Zidane peut souffler    Botola Pro D2 : Le suspense jusqu ' au bout MAS-SCCM à l' affiche    Lancement d'un baromètre régional de l'investissement à Béni Mellal-Khénifra    Les exportations nationales accumulent les contre-performances    Mohcine Zouak : La transition numérique pose le défi de repenser l'école    Haro sur l'hydrochloroquine    Soutien exceptionnel à l'édition et au livre au titre de l' année 2020    Plaidoyer à Safi pour la création d' une Fondation du Festival national de l'Aïta    Programme d' animation culturelle à Guelmim-Oued Noun en dépit des contraintes du Covid-19    De précieuses découvertes archéologiques datant d'au moins du 2è siècle avant J.C    La formation et le travail de base, priorités de la FRMF    Centre d'immatriculation de Marrakech : tous les rendez-vous fixés précédemment sont annulés    Lycée Descartes : les parents d'élèves insatisfaits de l'enseignement à distance    Nouveaux programmes à fort impact social en 2020-2021    La généralisation de la couverture sociale nécessite une cohérence dans l'investissement à engager    La CGEM révèle ses propositions pour la LF-202    Or : c'est le moment de vendre vos bijoux !    «Revitaliser et répondre aux besoins de la standardisation de la langue amazighe»    L'émissaire par intérim de l'ONU en Libye soutient les conclusions des pourparlers de Bouznika    Togo : le premier ministre et le gouvernement quittent le pouvoir    Cour suprême : Biden exhorte le Sénat à ne pas confirmer la juge Barrett avant la présidentielle    Aéronautique : cinq nouvelles ouvertures d'usines d'ici fin 2020    Casablanca : une intervention policière vire au drame    Bourita s'entretient par vidéoconférence avec le Secrétaire Général de l'ONU    El Otmani : Le Maroc toujours engagé en faveur d'«une solution définitive au différend régional» autour du Sahara marocain    Le président du gouvernement espagnol réitère l'appel à une solution politique basée sur le compromis    13e Festival de Fès de la culture soufie: une édition très spéciale!    HUSA-FUS (2-1) : Une défaite "cruelle", une victoire tombée du ciel !    Guerguerat: l'ONU réagit aux gesticulations du polisario    Vaccin chinois : trois hauts responsables marocains participent aux essais    Liban: le nouveau Premier ministre jette l'éponge    Attaque à l'arme blanche à Paris: le principal suspect «assume» un acte dirigé contre Charlie Hebdo    Livre et édition : Un soutien de 9,32 millions de DH débloqué au titre de l'année 2020    Côte d'Ivoire : la cour de justice africaine récuse le rejet de la candidature de Laurent Gbagbo pour la présidentielle    L'acteur Anas El Baz est devenu papa (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les étudiants médecins violemment tabassés
Publié dans Libération le 24 - 10 - 2015

Quelques jours après les menaces proférées par le communiqué du chef du gouvernement daté de mardi dernier, les forces de l'ordre sont intervenues en force jeudi contre les étudiants de médecine qui manifestaient pacifiquement dans l'enceinte de la Faculté de médecine et de pharmacie à Rabat.
Le gouvernement, rappelle-t-on, avait usé d‘un ton comminatoire en affirmant qu'il «prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et la protection aux étudiants désireux de reprendre leur scolarité».
«Alors que les étudiants manifestaient pacifiquement dans le cadre des programmes de protestation normale que nous pratiquons quotidiennement, ils ont été surpris par l'entrée des agents de police et des Forces auxiliaires dans l'enceinte universitaire et ils ont commencé à appréhender les étudiants qui voulaient filmer l'intervention. Et effectivement, quatre étudiants ont été arrêtés et n'ont été relâchés qu'après trois heures de détention», a relaté un communiqué de presse signé par le bureau des étudiants de médecine à Rabat. Et de préciser que «ces étudiants ont été obligés de signer l'engagement de ne pas faire de protestation et de regagner les salles de cours ».
Les autres étudiants ont été traqués et certains d'entre eux ont été encerclés dans la buvette de la Faculté de médecine et au final, ils ont dû quitter l'enceinte de la Faculté après avoir reçu l'engagement des forces de l'ordre de libérer leurs camarades, selon la même source.
Contacté par Libé, El Mesbahi Oualid, membre de la Coordination nationale des étudiants et du bureau des étudiants de médecine à Rabat a affirmé que les forces de l'ordre ont interdit vendredi matin aux étudiants de médecine d'entrer dans l'enceinte universitaire pour poursuivre leur action revendicative. Il a ajouté que le sit-in prévu hier vendredi devant le siège du ministère de la Santé à Rabat a été annulé et que la marche nationale prévue mercredi prochain (28 octobre 2015) à Rabat est maintenue.
L'intervention musclée des forces de l'ordre a été vivement critiquée par le Syndicat national des médecins du secteur libéral présidé par Dassouli Badredine.
«C'est avec une grande colère et une profonde indignation que nous apprenons, la violation et l'intervention des forces de l'ordre au sein même de la Faculté de médecine de Rabat», a martelé le Syndicat dans un communiqué rendu public hier. Et de se demander :«Quel sens prendra et quelle crédibilité aura notre pays si les pratiques qui nous rappellent les années de plomb persistent à être perpétrées dans notre pays ?».
Ledit Syndicat a considéré que «la volonté de servir son pays à travers les prestations sanitaires octroyées par les médecins ne doit en aucun cas faire l'objet d'actes d'intimidation. Nous réclamons qu'il y ait enfin l'ouverture rapide d'une véritable enquête afin de sanctionner les responsables de cette barbarie».
Pour sa part, le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, a continué jeudi dernier lors de la tenue du Conseil du gouvernement à débiter la même litanie en appelant les étudiants des Facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire «à regagner les salles de cours, à reprendre le cours normal de l'année universitaire et à poursuivre le dialogue engagé avec les ministres de la Santé et de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres, au sujet du service national sanitaire».
D'un ton menaçant, le chef du gouvernement a affirmé que «la poursuite des études est un droit garanti par la loi, et l'Exécutif prendra les mesures nécessaires pour protéger le droit de ceux qui le souhaitent, à accéder aux salles de cours et aux différents services », et que «ceux qui veulent poursuivre leurs cours doivent avoir la possibilité de le faire, de même que ceux qui souhaitent poursuivre la grève et mettre leur avenir de médecins en péril sont libres».
Abdelilah Benkirane a également affirmé, pince sans rire, que le gouvernement "ne souhaite que le bien des étudiants dans le cadre de l'intérêt général du pays". Un bien qui ressemble comme deux gouttes d'eau au pire des maux à en juger par la répression de leur mouvement de protestation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.