Vie privée: Le Parquet général veut renforcer la protection    Le projet de loi de finances au Parlement    Brexit: Les principaux points du nouvel accord    Un Monde Fou    Le groupe Lamatem inaugure la première usine de textile médical au Maroc    Dans un message adressé aux participants à la deuxième Conférence internationale de Marrakech sur la justice    Divers Economie    L'Espagne, berceau des précieux faucons du Moyen-Orient    La digitalisation joue un rôle prépondérant en matière d'impulsion de la croissance économique    Madrid de nouveau sur la sellette    Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Premier League : Manchester met fin à la série victorieuse de Liverpool    Calcio : L'Inter reste aux trousses de la Juve    Amine Harit convoité par le Barça    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    L'urgence d'investir dans l'éducation numérique en Afrique    Des chercheurs ont filmé la fourmi la plus rapide du monde    Mobilisation sociale contre la déperdition scolaire à Essaouira    L'UE et l'ONUDC en ordre de bataille à Rabat    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Sauvages" imagine un président français issu de l'immigration maghrébine    Participation marocaine à la Foire internationale du livre de Belgrade    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    Casablanca : Un pédophile viole plus de 40 fillettes    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    La Chine affiche son ambition de « grande puissance » de l'internet    Martil: Avortement d'une tentative de trafic de près de 600 kg de chira    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Faouzi Skali : «Nous sommes dans l'exploration de la culture soufie en tant que telle»    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Risk", un portrait de Julian Assange sans concessions
Publié dans Libération le 15 - 05 - 2017

img class="responsive" style="display:none" src="http://www.libe.ma/photo/art/grande/13416967-19907602.jpg?v=1494768108" alt=""Risk", un portrait de Julian Assange sans concessions" title=""Risk", un portrait de Julian Assange sans concessions" / img class="not-responsive" src="http://www.libe.ma/photo/art/default/13416967-19907602.jpg?v=1494768111" alt=""Risk", un portrait de Julian Assange sans concessions" title=""Risk", un portrait de Julian Assange sans concessions" /
Enigmatique champion d'un mouvement mondial pour la transparence et la démocratie, larbin de la Russie ou mégalomane en quête de célébrité, Julian Assange fait l'objet d'un portrait ambivalent dans un documentaire de la réalisatrice Laura Poitras. Désormais fugitif, reclus dans l'ambassade d'Equateur à Londres depuis cinq ans pour échapper à des accusations de viol, le fondateur de WikiLeaks apparaît comme un personnage assiégé et insaisissable. Dans "Risk", Laura Poitras révèle une face plus sombre de celui qui s'est posé comme un Robin des bois de l'ère numérique, arrachant les secrets des puissants pour les servir aux masses, bruts et non expurgés. Tourné pendant six années tumultueuses jusqu'à l'élection présidentielle américaine de 2016 qui a vu la victoire de Donald Trump, le documentaire plonge au plus près du premier cercle de Julian Assange. "Ce n'est pas le film que je pensais faire. Je pensais pouvoir ignorer les contradictions, je pensais que cela ne faisait pas partie de l'histoire. J'ai eu tort. C'est toute l'histoire", dit Laura Poitras dans le film. "Risk" doit sortir dans 36 salles américaines en mai, avant une première à la télévision cet été. WikiLeaks, fondé par Assange en 2006, s'est spécialisé dans le piratage de documents classifiés qui ont fait la une des journaux dans le monde entier, défiant les services de renseignement. Le codeur informatique de 45 ans est réfugié à l'ambassade d'Equateur à Londres depuis 2012, pour éviter d'être extradé en Suède. Il fait l'objet d'un mandat d'arrêt international pour des accusations d'agression sexuelle et de viol datant de 2010. Julian Assange nie en bloc.
Le portrait de Laura Poitras fait suite à son "Citizenfour" (2014), primé aux Oscars, sur Edward Snowden et ses révélations sur les pratiques de la NSA américaine. L'aspect le plus remarquable de "Risk" réside peut-être dans la façon dont le documentaire met en lumière la misogynie sous-jacente du monde des hautes technologies, avec un Julian Assange décrivant les accusations d'agression sexuelle à son encontre comme le produit d'un complot féministe. Julian Assange nie s'être fâché avec Laura Poitras, mais à travers les messages qu'elle lit devant la caméra, il apparaît de plus en plus distant avec elle, vexé par le fait qu'elle n'ait pas utilisé WikiLeaks pour publier les documents de Edward Snowden sur la NSA. "Cela a créé, je pense, comme vous le voyez dans le film, une tension entre moi et Julian", a déclaré la réalisatrice de 53 ans lors d'une séance de questions après l'avant-première nord-américaine du documentaire au Festival Art of the Real, à New York, la semaine dernière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.