Le DG de l'OIM salue la politique « humaniste et exemplaire du Maroc    Les cinq axes de l'équipe El Othmani    L'efficience des actions de la jeunesse du PPS    Douane: ce qui pourrait changer en 2018    Les entreprises solliciteront 80.000 compétences à l'horizon 2018    Mogadiscio – Le pire attentat de l'Histoire    Tanger : Saisie de centaines de comprimés psychotropes    La dette pénalise la capacité bénéficiaire de l'ONCF    Le Maroc veut intégrer le top 7 des constructeurs automobiles    Décès du père de l'ancien secrétaire général du Polisario à Inezgane    En fin de mandat, Janet Yellen défend son bilan à la FED    Royal Air Maroc poursuivra en justice le chef de la diplomatie algérienne    L'ostéoporose: une maladie qui se soigne    Clôture réussie du 10è festival de la Culture Soufie à Fès    Le GPBM tacle un Messahel ignare et menteur à la fois    Coupe de la CAF : le TP Mazembe élimine le FUS et va en finale    Programme des principaux matchs de ce dimanche 22 octobre Spécial    Sans Filtre⎜ André Azoulay, le sage de Mogador    Espagne: réunion de crise pour reprendre le contrôle de la Catalogne    Le WAC et le FUS tout près des finales continentales    El Khayam: Plus de 170 cellules terroristes démantelées depuis 2002 au Maroc    HCP : L'indice des produits alimentaires en hausse    Neutralisation d'une bande criminelle spécialisée dans l'enlèvement et la demande de rançon    Neymar avait décidé de rejoindre le PSG lors du mariage de Messi    WAC-USMA: le match de la saison    RABAT. LA VILLE S'EQUIPE DE TOILETTES PUBLIQUES    Suite aux déclarations de Messahel, le Maroc décide de rappeller son ambassadeur à Alger    PREVISIONS METEO: LE TEMPS QU'IL FERA CE SAMEDI    Toulouse: Un arsenal et plus de 5.000 munitions retrouvés chez un pilote de ligne    L'homo sapiens serait originaire de l'Afrique de l'est    Festival de Fès de la Culture soufie: Sur les traces de l'humanisme spirituel    Divers    Politique nationale d'immigration et d'asile : Les efforts déployés et les objectifs à atteindre    Des scientifiques créent un tissu artificiel de camouflage inspiré du poulpe    Hamada Eddarouich : Le Polisario n'agit que par procuration d'Alger    Shinzo Abe : Le talent du diplomate, la ruse du politicien    Après le yoga, place à la méditation pour tous    Comment diminuer son stress par une alimentation saine    Inauguration à Ksar El Kébir d'une annexe de la Faculté poly disciplinaire de Larache    Insolite : Un timbre à l'effigie du "Che"    Europa League : Arsenal et Milan sans génie mais toujours leaders    Lopes : On fait avec    Encore une manche biaisée du championnat de football D1    Elton John mettra fin en 2019 à sa résidence à Las Vegas    Johnny Depp attaque en justice ses propres avocats !    Le téléthon de Jennifer Lopez rapporte un joli pactole    Washington ne s'opposera pas au commerce UE-Iran, selon Tillerson    L'Académie du Royaume du Maroc s'ouvre à l'Amérique latine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La chaleur extrême pourrait rendre l'Asie du sud en partie invivable d'ici 2100
Publié dans Libération le 12 - 08 - 2017

La chaleur humide extrême provoquée par le réchauffement climatique risque de rendre une partie de l'Asie du sud - où vit un cinquième de l'humanité - inhabitable d'ici la fin du siècle si rien n'est fait pour réduire les gaz à effet de serre.
"L'augmentation des températures et de l'humidité durant l'été pourrait atteindre des niveaux excédant la capacité de l'organisme humain à survivre sans protection", ont déterminé les chercheurs dont les travaux sont publiés mercredi dans la revue Science Advances.
"Ces vagues de chaleur mortelle pourraient même se produire d'ici seulement quelques décennies dans des régions d'Inde, du Pakistan et du Bangladesh, y compris dans les bassins fertiles de l'Indus et du Gange, d'importantes régions de production agricole", préviennent aussi ces scientifiques.
En 2015, la cinquième vague de chaleur la plus mortelle de l'histoire avait frappé une grande partie de l'Inde et du Pakistan faisant environ 3.500 morts.
De nombreuses études en Asie du sud ont établi un lien entre le changement climatique et la fréquence des canicules et leur impact sur la santé humaine.
Mais, expliquent ces chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et de l'Université Loyola Marymount à Los Angeles, on n'avait pas fait auparavant de prévisions de "chaleur humide" étouffante et de ses effets sur la capacité de l'organisme humain de s'y adapter.
De récentes études montrent que les effets les plus dangereux de la chaleur résultent d'une combinaison de température et du niveau d'humidité.
Cela est mesuré selon un indice composite de température intégrant les effets de la chaleur, de l'humidité et du rayonnement solaire.
Il indique la capacité d'évaporation de la sueur, le mécanisme permettant au corps humain de maintenir une température normale.
Quand cet indice de température atteint 35 degrés Celsius, l'évaporation de la sueur est très limitée et dans ces conditions la survie devient difficile.
Or, cette température critique sera atteinte en été dans la plus grande partie de l'Asie du sud d'ici la fin du siècle si l'on ne réduit pas les émissions de dioxyde de carbone (CO2).
Dans quelques endroits, cette chaleur pourrait excéder les 35 degrés.
Avec un scénario prévoyant une réduction des émissions de CO2 similaire à celle sur laquelle se sont engagés les pays signataires de l'Accord de Paris sur le climat en 2015, les températures dépasseront encore les 31 degrés Celsius, considérés comme dangereux pour la santé.
Les régions les plus durement touchées seraient probablement le nord de l'Inde, le Bangladesh et le sud du Pakistan où vivent au total 1,5 milliard de personnes.
Ces régions comptent aussi parmi les plus pauvres d'Asie du sud où une partie importante de la population dépend de cultures nécessitant de longues heures de dur labeur dans les champs sans protection contre le soleil.
"Ces conditions rendent ces populations très vulnérables à ces changements du climat si aucune mesure n'est prise pour minimiser le réchauffement", explique Elfatih Eltahir, professeur d'ingénierie environnementale au MIT, l'un des principaux auteurs de l'étude.
Bien que les projections au niveau mondial indiquent que le Golfe persique pourrait devenir d'ici la fin du siècle la région du globe où se produiront les pires vagues de chaleur, le nord de l'Inde arrive juste derrière suivi par l'est de la Chine, également très peuplé.
"Nous espérons qu'il sera possible d'éviter que ces projections de vagues de chaleur meurtrières se concrétisent en Asie du sud en réduisant suffisamment les émissions de gaz à effet de serre pour contenir le réchauffement climatique", pointe le professeur Eltahir, selon qui "ce n'est pas un scénario inévitable".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.