299 femmes vont bientôt devenir « adoules »    L'appui du Souverain aux Palestiniens salué par l'Union interparlementaire arabe    Trump, Poutine et l'UE    Maroc-Tunisie en amical à Radès    Photos- Jawhara Talents 2018 dévoile la liste des gagnants    25 enfants victimes d'intoxication alimentaire à El Haouzia    Officiel : La finale de la Supercoupe d'Espagne 2018 aura lieu à Tanger    Faux départ du Conseil national de la presse    Attention, la canicule tue !    L'après-Russie2018: Le président de la CAF en colère    Benabdallah: Cette décision est «dangereuse, condamnable et inacceptable»    L'examen crucial des accords de pêche!    Frais de dossier: l'ISCAE réagit enfin!    A Monaco, Soufiane El Bakkali signe la meilleure performance de l'année    Rebaptisée CineAtlas, Le Colisée, salle mythique, de Rabat, fait peau neuve    Le Maroc, « le plus bel endroit au monde » selon The Hollywood Reporter    Le Conseil de gouvernement examine les effets juridiques de la décision de la Cour constitutionnelle    3 ans de prison pour agression à l'arme blanche    Aid Al Adha : L'ONSSA fait le point sur le cheptel    La campagne agricole 2017-2018 s'annonce prometteuse    Croissance: le gouvernement trop optimiste    Etats-Unis : Un homme interpellé après une prise d'otages dans une épicerie d'Hollywood    Jeux Africains à Alger: Le Maroc vise les JO de Buenos Aires    Une hausse de 0,2% de l'indice des prix à la consommation enregistrée en juin selon le HCP    Youssoufia : Il la violente et met le feu à sa maison    Le Maroc prend part à la 23e édition du Salon international du livre de Lima    El Haddad entre le championnat turc et le Golfe...    299 femmes réussissent le concours d'adoul...une première    Al Hoceima: Le ministère de la Santé rassure sur l'avancement des projets    Careem et deux syndicats de taxis signent le début d'une belle aventure    Prix à la consommation : Les produits de la mer en hausse de 4,4%    Marrakech : Pour se venger de sa femme il met le feu au domicile conjugal    Visite au Centre culturel africain au Maroc après rénovation    Décès de l'ancien portier du WAC Mohamed El Khalidy, alias «Yachine»    Christian Adda : «Le Maroc peut être un carrefour de la culture africaine»    Ahidous à l'honneur à Aïn Louh    Mahmoud Abbas condamne l'adoption de la loi sur « l'Etat-nation juif »    Coupe de la Confédération : Le Raja sort la tête du goulot    Trump menace de taxes punitives les 505 milliards de dollars de produits chinois importés    Les grands enjeux d'Agadir!    Retraite des parlementaires: Manque de consensus et interminable débat    Rencontre des députés du PPS et le réseau Anaruz    Des enfants d'Al Qods visitent le mausolée Mohammed V    Italie : Le torchon brûle entre Salvini et Saviano    Corée du Sud : La présidente déchue condamnée à huit ans de plus    Le ministère de la santé dénonce les actes d'agressions répétitifs visant son personnel hospitalier    Il fait l'actu : Nizar Baraka, président du CESE    Vers la création d'un musée de la mémoire juive marocaine à Fès : Le message fort de Mehdi Qotbi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La chaleur extrême pourrait rendre l'Asie du sud en partie invivable d'ici 2100
Publié dans Libération le 12 - 08 - 2017

La chaleur humide extrême provoquée par le réchauffement climatique risque de rendre une partie de l'Asie du sud - où vit un cinquième de l'humanité - inhabitable d'ici la fin du siècle si rien n'est fait pour réduire les gaz à effet de serre.
"L'augmentation des températures et de l'humidité durant l'été pourrait atteindre des niveaux excédant la capacité de l'organisme humain à survivre sans protection", ont déterminé les chercheurs dont les travaux sont publiés mercredi dans la revue Science Advances.
"Ces vagues de chaleur mortelle pourraient même se produire d'ici seulement quelques décennies dans des régions d'Inde, du Pakistan et du Bangladesh, y compris dans les bassins fertiles de l'Indus et du Gange, d'importantes régions de production agricole", préviennent aussi ces scientifiques.
En 2015, la cinquième vague de chaleur la plus mortelle de l'histoire avait frappé une grande partie de l'Inde et du Pakistan faisant environ 3.500 morts.
De nombreuses études en Asie du sud ont établi un lien entre le changement climatique et la fréquence des canicules et leur impact sur la santé humaine.
Mais, expliquent ces chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et de l'Université Loyola Marymount à Los Angeles, on n'avait pas fait auparavant de prévisions de "chaleur humide" étouffante et de ses effets sur la capacité de l'organisme humain de s'y adapter.
De récentes études montrent que les effets les plus dangereux de la chaleur résultent d'une combinaison de température et du niveau d'humidité.
Cela est mesuré selon un indice composite de température intégrant les effets de la chaleur, de l'humidité et du rayonnement solaire.
Il indique la capacité d'évaporation de la sueur, le mécanisme permettant au corps humain de maintenir une température normale.
Quand cet indice de température atteint 35 degrés Celsius, l'évaporation de la sueur est très limitée et dans ces conditions la survie devient difficile.
Or, cette température critique sera atteinte en été dans la plus grande partie de l'Asie du sud d'ici la fin du siècle si l'on ne réduit pas les émissions de dioxyde de carbone (CO2).
Dans quelques endroits, cette chaleur pourrait excéder les 35 degrés.
Avec un scénario prévoyant une réduction des émissions de CO2 similaire à celle sur laquelle se sont engagés les pays signataires de l'Accord de Paris sur le climat en 2015, les températures dépasseront encore les 31 degrés Celsius, considérés comme dangereux pour la santé.
Les régions les plus durement touchées seraient probablement le nord de l'Inde, le Bangladesh et le sud du Pakistan où vivent au total 1,5 milliard de personnes.
Ces régions comptent aussi parmi les plus pauvres d'Asie du sud où une partie importante de la population dépend de cultures nécessitant de longues heures de dur labeur dans les champs sans protection contre le soleil.
"Ces conditions rendent ces populations très vulnérables à ces changements du climat si aucune mesure n'est prise pour minimiser le réchauffement", explique Elfatih Eltahir, professeur d'ingénierie environnementale au MIT, l'un des principaux auteurs de l'étude.
Bien que les projections au niveau mondial indiquent que le Golfe persique pourrait devenir d'ici la fin du siècle la région du globe où se produiront les pires vagues de chaleur, le nord de l'Inde arrive juste derrière suivi par l'est de la Chine, également très peuplé.
"Nous espérons qu'il sera possible d'éviter que ces projections de vagues de chaleur meurtrières se concrétisent en Asie du sud en réduisant suffisamment les émissions de gaz à effet de serre pour contenir le réchauffement climatique", pointe le professeur Eltahir, selon qui "ce n'est pas un scénario inévitable".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.