Quand Renard faisait danser ses joueurs avant les matches    DGI : Une application mobile pour le marché de l'immobilier    De Bonnes Sources    France : quatre morts dans une collision entre un train et un bus scolaire    Droits de l'Homme: El Othmani promet un plan d'action    Programme des principaux matchs de ce samedi 16 décembre    Eredivisie : Oussama Assaidi incertain face au Vitesse Arnhem    Exposition: Quand Mederic Turay sublime l'Afrique    Tanger : Hommage au caricaturiste Abdeslam Mrini    Mundiapolis lance une nouvelle formule d'e-learning    Un mondial sans Espagne ?    Barid Al-Maghrib obtient la certification de l'activité courrier recommandé    L'agroalimentaire marocain intéresse les Chinois    Deux chocs pour les Lions en mars    Disney rachète 21st Century Fox    Mise en place de commissions provinciales pour lutter contre les effets de la vague de froid    Fortes pluies prévues vendredi soir et samedi dans plusieurs régions du Royaume    Lactalis retire son lait de bébé Picot du marché    DGAPR : Fermeture définitive de la prison locale Salé 1    L'Ambassadeur du Maroc à Bucarest décorée par le Président roumain    Sahara marocain    La migration africaine se joue à 80 % à l'intérieur du continent    Négociations sur le Brexit: ce que l'on sait    Institut français : Quand Oujda écrit l'histoire    Tanger City Mall s'expose !    Le Maroc adhère au protocole... 3 ans après    Casablanca : 2,325 kg de cocaïne extraits des intestins d'un ressortissant congolais    Le jackpot pour Casablanca    9e session du Comité central du PPS    Dernière ligne droite avant des élections en Catalogne qui pourraient ne rien régler    L'ex-ministre de l'économie jugé pour corruption    Les grandes questions à exorciser!    Fisc: Le Luxembourg fait appel de la sanction de Bruxelles sur Amazon    La Chambre des représentants adopte en deuxième lecture le projet de loi de Finances 2018    Le Hamas appelle à des manifestations « de colère » tous les vendredis    CPI: 10 millions de dollars de réparations pour les enfants-soldats d'une milice congolaise    Jumelage institutionnel Maroc-Union européenne : Renforcement du processus de BSG    Wydad: l'heure du bilan a sonné    Saisie et destruction de 345 t de produits impropres à la consommation en novembre    CE LUNDI,ASSEMBLEE GENERALE DU MCO FOOTBALL    AMATEURS:L'USK PERD SUR TAPIS VERT ?    Un officier de police suspendu pour dépassements dans l'exercice de ses fonctions    Bipolarité    L'UE «satisfaite» de l'Accord avec le Maroc    Terrorisme: Des peines allant de 1 à 3 ans de prison ferme à l'encontre de 4 accusés    Ligne rouge    Leith Alam, artiste Marocain, auteur, compositeur et arrangeur musical    «Spend» à l'espace Kulte Gallery Editions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La chaleur extrême pourrait rendre l'Asie du sud en partie invivable d'ici 2100
Publié dans Libération le 12 - 08 - 2017

La chaleur humide extrême provoquée par le réchauffement climatique risque de rendre une partie de l'Asie du sud - où vit un cinquième de l'humanité - inhabitable d'ici la fin du siècle si rien n'est fait pour réduire les gaz à effet de serre.
"L'augmentation des températures et de l'humidité durant l'été pourrait atteindre des niveaux excédant la capacité de l'organisme humain à survivre sans protection", ont déterminé les chercheurs dont les travaux sont publiés mercredi dans la revue Science Advances.
"Ces vagues de chaleur mortelle pourraient même se produire d'ici seulement quelques décennies dans des régions d'Inde, du Pakistan et du Bangladesh, y compris dans les bassins fertiles de l'Indus et du Gange, d'importantes régions de production agricole", préviennent aussi ces scientifiques.
En 2015, la cinquième vague de chaleur la plus mortelle de l'histoire avait frappé une grande partie de l'Inde et du Pakistan faisant environ 3.500 morts.
De nombreuses études en Asie du sud ont établi un lien entre le changement climatique et la fréquence des canicules et leur impact sur la santé humaine.
Mais, expliquent ces chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et de l'Université Loyola Marymount à Los Angeles, on n'avait pas fait auparavant de prévisions de "chaleur humide" étouffante et de ses effets sur la capacité de l'organisme humain de s'y adapter.
De récentes études montrent que les effets les plus dangereux de la chaleur résultent d'une combinaison de température et du niveau d'humidité.
Cela est mesuré selon un indice composite de température intégrant les effets de la chaleur, de l'humidité et du rayonnement solaire.
Il indique la capacité d'évaporation de la sueur, le mécanisme permettant au corps humain de maintenir une température normale.
Quand cet indice de température atteint 35 degrés Celsius, l'évaporation de la sueur est très limitée et dans ces conditions la survie devient difficile.
Or, cette température critique sera atteinte en été dans la plus grande partie de l'Asie du sud d'ici la fin du siècle si l'on ne réduit pas les émissions de dioxyde de carbone (CO2).
Dans quelques endroits, cette chaleur pourrait excéder les 35 degrés.
Avec un scénario prévoyant une réduction des émissions de CO2 similaire à celle sur laquelle se sont engagés les pays signataires de l'Accord de Paris sur le climat en 2015, les températures dépasseront encore les 31 degrés Celsius, considérés comme dangereux pour la santé.
Les régions les plus durement touchées seraient probablement le nord de l'Inde, le Bangladesh et le sud du Pakistan où vivent au total 1,5 milliard de personnes.
Ces régions comptent aussi parmi les plus pauvres d'Asie du sud où une partie importante de la population dépend de cultures nécessitant de longues heures de dur labeur dans les champs sans protection contre le soleil.
"Ces conditions rendent ces populations très vulnérables à ces changements du climat si aucune mesure n'est prise pour minimiser le réchauffement", explique Elfatih Eltahir, professeur d'ingénierie environnementale au MIT, l'un des principaux auteurs de l'étude.
Bien que les projections au niveau mondial indiquent que le Golfe persique pourrait devenir d'ici la fin du siècle la région du globe où se produiront les pires vagues de chaleur, le nord de l'Inde arrive juste derrière suivi par l'est de la Chine, également très peuplé.
"Nous espérons qu'il sera possible d'éviter que ces projections de vagues de chaleur meurtrières se concrétisent en Asie du sud en réduisant suffisamment les émissions de gaz à effet de serre pour contenir le réchauffement climatique", pointe le professeur Eltahir, selon qui "ce n'est pas un scénario inévitable".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.