Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Laâyoune : Les intempéries mettent à nu la précarité des infrastructures
Publié dans Libération le 25 - 02 - 2010

Les pluies diluviennes qui se sont abattues ces dernières semaines sur l'ensemble du Royaume n'ont pas épargné les provinces sahariennes où elles ont fait d'importants dégâts matériels. Mais, on déplore aussi la mort d'un homme. Comme c'est de coutume, sitôt les premières pluies tombées, on se précipite vers les retenues d'eau où les citernes sont remplies pour être versées dans les réservoirs que chaque Sahraoui se fait un devoir de construire dans la cave de sa maison. Cette eau est généralement bien gardée pour la préparation du thé dont les Sahraouis sont friands et en particulier lors des cérémonies.
Ainsi dans la soirée de lundi à mardi, le chef du service électrique de la chaîne régionale de télévision, en voulant nettoyer la réserve d'eau de la maison de ses parents, y a laissé la vie. Il est mort asphyxié par les gaz dégagés par la motopompe. Deux de ses compagnons sont encore sous traitement à l'hôpital régional de Laâyoune où leurs jours ne sont plus en danger.
Pour ce qui est des dégâts matériels, en plus des ponts sur les oueds Sayad et Boukila à quelques kilomètres de Guelmim, des maisons se sont effondrées aussi bien à Guelmim qu'à Laâyoune et Tan Tan.
Mais ce qui dérange le plus les habitants des provinces sahariennes, c'est l'état déplorable des routes, où quelle que soit la quantité de pluies, ce sont des mares qui se forment dans les rues. Elles attirent des nuées de mouches et de moustiques et dégagent des odeurs nauséabondes, surtout que les rues sont rarement nettoyées et le peu de bitume existant est emporté par les crues les transformant, non seulement en nids-de-poule dangereux mais aussi en crevasses.
Cet état lamentable des infrastructures persiste, bien que durant la période 2005-2009, la province de Laâyoune, à elle seule, a connu la réalisation de 179 projets dans le cadre de l'INDH.
D'une valeur globale de 90 millions de DH, ces projets qui ont profité à près de 71.000 habitants, ont concerné la mise en place de nouvelles infrastructures dans les quartiers sous-équipés et la réalisation de centre d'accueil et de structures dédiées à la promotion des prestations de base.
Malgré ces réalisations, les autorités municipales qui font de leur mieux, nous explique-t-on, n'arrivent pas à maîtriser cette situation pour laquelle des solutions ponctuelles sont trouvées en attendant la prochaine saison des pluies pour voir ressurgir les défaillances qu'on croyait avoir surmontées.
A Assa, par exemple, la municipalité, avec l'aide de la Protection civile, a eu recours aux motopompes pour dégager les grandes places de la ville où la circulation était devenue impossible du fait des crues de l'oued Assa qui, chaque année, menace la ville et surtout l'historique ksar.
Malgré l'importance des moyens mobilisés, que ce soit dans le cadre de l'INDH ou autres programmes destinés au développement durable dans ces provinces, on ne parvient pas à mettre fin à cette situation.
Parmi les dégâts provoqués par les pluies, les routes, surtout celles reliant Guelmim aux différentes communes rurales, notamment, la route reliant Guelmim à la commune de Targaouassaye, via l'oasis de Lagsabi à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Bab Sahara.
Si à Guelmim, Tan Tan ou Assa, les dégâts seront oubliés du fait de la bonne année agricole attendue, ce n'est pas le cas à Laâyoune où personne ne pratique l'agriculture et où les terres sont arides.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.