Météo: le temps qu'il fera ce mercredi au Maroc    Vie privée: Un outil de veille pour mars prochain    FMI: «Pour être riche, il faut investir dans les gens»    Fès: Le stade Hassan II rouvre ses portes, mais…    Droit d'accès à l'information: Attention au délai du 12 mars 2020    Cinéma: Les maux du pays auscultés dans un hôpital    Coronavirus: l'Algérie enregistre son premier cas (VIDEO)    Cap sur la production décarbonée    Lydec affiche une baisse de 17% de son résultat net    Divers    Un Américain meurt en voulant prouver que la Terre est plate    Maintenir ou non le carnaval en Haïti    Vers l'institutionnalisation des relations entre la Chambre des représentants et le Conseil saoudien de la Choura    Eden Hazard Fissure de la cheville et gouffre d'inquiétudes    Garrido, nouvel entraîneur du Wydad    Botola Pro D2 : Aucune visibilité avant le dernier tiers de l'exercice    DGSN: la police de Safi s'attaque aux fumigènes    Rencontre sur la réforme du système judiciaire    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    Insolite : Pour sauver sa main    Psychose de par le monde Le Coronavirus tend vers la pandémie    Une très grosse menace pèse sur l'Afrique    Le Crédit Agricole du Maroc booste son soutien aux TPE et aux petites entreprises    Les groupes "Meriem & Band" et "Khmissa" en concert à Casablanca et Rabat    Philippe Garrel revient à ses premières amours    Saad Lamjarred et Fnaire ont-ils plagié une chanson de Hamid Zaher ? (VIDEO)    SUEZ remporte deux contrats dans le secteur automobile au Maroc    Habib El Malki recadre certains politiciens d'Europe    Modèle de développement: Le forum des jeunes d'Al Akhawayn formule une série de recommandations    Casablanca: un “khettaf” percute volontairement un fourgon de police    HCP : les secteurs « des services » et « de l'agriculture, des forêts et de la pêche » demeurent les premiers pourvoyeurs d'emploi    L'ancien président égyptien Hosni Moubarak n'est plus    Quand la fédération cautionne le hooliganisme!    3e édition de l'Afrique du Rire    Charles Berling lit Nuit d'épine de Christine Toubira    Primaires démocrates : Sanders en pole position, Biden sous pression    6 jeunes auteurs en résidence d'écriture pour le film d'animation    Attijariwafa bank : un nouvel organigramme    Enseignement supérieur : clôture du projet de jumelage institutionnel Maroc-UE    Alliances Développement Immobilier : Alami Lazraq franchit à la hausse le seuil de participation    En Allemagne, une voiture fonce dans la foule d'un carnaval à Volkmarsen, et blesse une trentaine de personnes    Coronavirus : à Wall Street, pire séance en deux ans pour le Dow Jones    Pétitions, le Parlement fait le point    Le Wydad remercie Desabre et trouve son remplaçant (PHOTO)    4ème édition de Oulad Mogador Music Action : Deux groupes sélectionnés    Eliminatoires africaines de para-taekwondo: Rajaa Akermach et Soukaina Sebbar qualifiés aux Jeux de 2020    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Laâyoune : Les intempéries mettent à nu la précarité des infrastructures
Publié dans Libération le 25 - 02 - 2010

Les pluies diluviennes qui se sont abattues ces dernières semaines sur l'ensemble du Royaume n'ont pas épargné les provinces sahariennes où elles ont fait d'importants dégâts matériels. Mais, on déplore aussi la mort d'un homme. Comme c'est de coutume, sitôt les premières pluies tombées, on se précipite vers les retenues d'eau où les citernes sont remplies pour être versées dans les réservoirs que chaque Sahraoui se fait un devoir de construire dans la cave de sa maison. Cette eau est généralement bien gardée pour la préparation du thé dont les Sahraouis sont friands et en particulier lors des cérémonies.
Ainsi dans la soirée de lundi à mardi, le chef du service électrique de la chaîne régionale de télévision, en voulant nettoyer la réserve d'eau de la maison de ses parents, y a laissé la vie. Il est mort asphyxié par les gaz dégagés par la motopompe. Deux de ses compagnons sont encore sous traitement à l'hôpital régional de Laâyoune où leurs jours ne sont plus en danger.
Pour ce qui est des dégâts matériels, en plus des ponts sur les oueds Sayad et Boukila à quelques kilomètres de Guelmim, des maisons se sont effondrées aussi bien à Guelmim qu'à Laâyoune et Tan Tan.
Mais ce qui dérange le plus les habitants des provinces sahariennes, c'est l'état déplorable des routes, où quelle que soit la quantité de pluies, ce sont des mares qui se forment dans les rues. Elles attirent des nuées de mouches et de moustiques et dégagent des odeurs nauséabondes, surtout que les rues sont rarement nettoyées et le peu de bitume existant est emporté par les crues les transformant, non seulement en nids-de-poule dangereux mais aussi en crevasses.
Cet état lamentable des infrastructures persiste, bien que durant la période 2005-2009, la province de Laâyoune, à elle seule, a connu la réalisation de 179 projets dans le cadre de l'INDH.
D'une valeur globale de 90 millions de DH, ces projets qui ont profité à près de 71.000 habitants, ont concerné la mise en place de nouvelles infrastructures dans les quartiers sous-équipés et la réalisation de centre d'accueil et de structures dédiées à la promotion des prestations de base.
Malgré ces réalisations, les autorités municipales qui font de leur mieux, nous explique-t-on, n'arrivent pas à maîtriser cette situation pour laquelle des solutions ponctuelles sont trouvées en attendant la prochaine saison des pluies pour voir ressurgir les défaillances qu'on croyait avoir surmontées.
A Assa, par exemple, la municipalité, avec l'aide de la Protection civile, a eu recours aux motopompes pour dégager les grandes places de la ville où la circulation était devenue impossible du fait des crues de l'oued Assa qui, chaque année, menace la ville et surtout l'historique ksar.
Malgré l'importance des moyens mobilisés, que ce soit dans le cadre de l'INDH ou autres programmes destinés au développement durable dans ces provinces, on ne parvient pas à mettre fin à cette situation.
Parmi les dégâts provoqués par les pluies, les routes, surtout celles reliant Guelmim aux différentes communes rurales, notamment, la route reliant Guelmim à la commune de Targaouassaye, via l'oasis de Lagsabi à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Bab Sahara.
Si à Guelmim, Tan Tan ou Assa, les dégâts seront oubliés du fait de la bonne année agricole attendue, ce n'est pas le cas à Laâyoune où personne ne pratique l'agriculture et où les terres sont arides.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.