« The New York Times » chante les louanges des paysages marocains    Sidi Moumen : Le Roi Mohammed VI inaugure un Centre médical de proximité    Digital : La Cour des Comptes exhorte le secteur public à publier les données non personnelles    La RSB assure à Berkane avant la confirmation à Alexandrie    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    Bouskoura. Mort par asphyxie de 3 ouvriers dans un canal des eaux usées    Madison Cox lauréat du prix de la Rosa d'Oro    Coopération bilatérale : Bourita s'entretient avec son homologue libérien    Rabat : Arrestation d'une quadragénaire qui vendait illégalement, des boissons alcoolisées    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    49ème édition du cycle de conférences de la Fondation Attijariwafa bank : Valeurs éthiques et vivre-ensemble au centre des échanges    Le Festival international de musique andalouse à Casablanca    Journée internationale : La diversité biologique célébrée à Rabat    Casa Transport lance les travaux d'une trémie au niveau de Ghandi    L'Arabie Saoudite intercepte des missiles visant la Mecque et Djeddah    Service militaire : Le nombre de candidats dépasse toutes les espérances    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Les professeurs universitaires annoncent un grève nationale    Casablanca-Settat : Destruction de 56 tonnes de produits alimentaires impropres à la consommation    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Huawei ne cédera pas à la pression de Washington, assure son fondateur    L'ancien ministre RNIste, Taieb Bencheikh, n'est plus    La CGEM octroie son Label RSE à Géocycle Maroc    CAN2019. Mascotte, plateforme de vente de billets... l'organisation s'active    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Kylian Mbappé élu meilleur joueur du Championnat français    Abdelhak Zerouali, le maître du monodrame    US – Iran : Téhéran minimise les risques de conflits malgré les menaces américaines    Les sans-papiers protestent à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle    Salon Viva Technology. Quid de l'offre Maroc ?    Projet de loi organique sur la grève. Les syndicats listent leurs "préalables"    La Chambre d'agriculture de Draâ-Tafilalet primée en Tunisie    Edito : INDH évolutive    ''Avengers" se fait doubler par ''John Wick'' sur le box-office américain    Et si notre amnésie était dégénérescente… ?    Ramadan et diabète riment obligatoirement avec des dispositions spécifiques    WhatsApp attaqué par Pegasus    Projets d'extension de la SOMACA et de création d'un Institut de formation aux métiers de l'automobile à Casablanca    Mohamed Jalid Les intellectuels marocains ne sont pas suffisamment ouverts sur les médias !    Ces Marocains dits de la 3ème et de la 4ème générations Tiraillés entre l'identité revendiquée et celle attribuée    Le "biz-Hoeness model" gagnant du Bayern    La sélection marocaine féminine de boxe remporte le tournoi international du Gabon    L'humoriste Bassou offre un spectacle captivant au public r'bati    Meknès abrite son premier Festival international du film arabe    Egypte: Près de 17 blessés dans l'explosion d'un bus touristique    Caire. Au moins 17 blessés dans une explosion visant un bus de touristes    Une délégation de la Direction du PPS au Mausolée Mohammed V    Washington dans le bourbier vénézuélien…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'abattage des chiens une vile pratique impunie
Publié dans Libération le 13 - 04 - 2018

Qui veut noyer son chien l'accuse de rage, dit-on et cette maxime en remplaçant ‘'noyer'' par abattre, n'en devient que plus illustrative dans le plus beau pays du monde au regard de l'abattage massif justement dont, ont été victimes ces derniers temps, nos clebs ici-bled. Le plus récent et qui a mobilisé des internautes sur les réseaux sociaux suite à la diffusion de plusieurs vidéos montrant des employés municipaux abattre à coups de chevrotines à grande échelle des chiens errants ou en divagation, voire des bêtes stérilisées, vaccinées et taguées dans des localités proches d'Agadir, Tamraght et Aourir entre autres.
Cette expédition punitive jeudi dernier en terre soussie, fait suite à d'autres qui ont eu lieu dans plusieurs villes et régions marocaines qui avaient défrayé les chroniques, et ce, bien au-delà de nos frontières. Des ONG s'étaient soulevées contre ces barbaries de temps révolus en d'autres pays. Justement, Agadir donnant l'exemple avait même signé des conventions ou protocoles avec des associations de protections d'animaux afin de vacciner, taguer, stériliser et ligaturer chiens et chiennes errants et surtout l'interdiction de les abattre. Or lors du massacre, beaucoup d'entre ces derniers ont fait partie du lot macabre. Le prétexte tout trouvé des communards à défaut de la rage qui aurait plutôt mieux fonctionné, est d'un ridicule. Jugez-en ! "Les chiens dérangent les touristes". De qui parle-t-on ? Allemands, Français, Britanniques, Russes ... ou ceux qui s'abreuvent d'alcool après la prière ? D'aucuns ont aussi prêché le zèle et l'initiative d'un caïd au-dessus de tout cela.
On privilégie plus au Maroc cette façon de tuer que le poison utilisé lors des campagnes d'abattage car ce dernier de par sa stabilité et sa durée se répand dans la nature sans se dégrader et rejetant ses substances malsaines et mortelles dans la chaîne alimentaire, passant de la charogne aux insectes et leurs prédateurs (autres microfaunes), puis à la végétation et ainsi de suite jusqu'à finir même dans nos assiettes.
L'impact de cette sauvagerie systématique aux dégâts collatéraux inestimables porte atteinte à l'image de notre pays surtout en ces temps où l'on rivalise avec d'autres nations et non des moindres, afin d'organiser un évènement mondial, dont rêvent depuis des décennies et des décennies, nos compatriotes à savoir l'organisation de la Coupe du monde 2026. Ô temps, ô espace! (visite d'inspection de la FIFA le 17 avril à Agadir), des mauvaises langues ont vite fait d'associer ce fait de rubrique ‘'chiens écrasés'' à la Task Force disant que les Gadiris avaient pris exemple sur la Russie qui avait décidé pour le bon déroulement de son Mondial d'abattre des milliers de chiens errants présents dans les onze villes hôtes. Qu'à cela ne tienne ! Nos autorités, par ailleurs, à titre de défense brandissent à chaque coup de fusil ou d'empoisonnement, la Réglementation spécifique de la rage. En effet, même si revu et corrigé à plusieurs reprises, il est un Arrêté et plus particulièrement le plus récent, celui du ministre actuel de l'Agriculture et de la Pêche maritime n°2271-13 du 17 Moharrem 1435 (21 novembre 2013) relatif aux mesures complémentaires et spéciales pour lutter contre la rage animale, qui permet justement l'abattage des animaux.
La vraie raison d'une battue au regard de la législation marocaine est cette maladie funeste qu'est la rage dont le vecteur principal entre autres animaux reste le chien. Plus de quatre cents cas d'animaux et une vingtaine d'humains sont recensés chaque année, ce qui fait que dans le Royaume ce fléau est une zoonose très présente.
Mais est-ce que l'abattage systématique est une solution à la rage ? Non bien sûr. La population de chiens errants ou en divagation au Maroc, est estimée à plus de 2 millions. Sans aucun contrôle, ils peuvent certes transmettre d'autres maladies que la rage. Et quand on en abat, d'autres reconquièrent le territoire abandonné. De plus, qu'on le veuille ou non, ils sont utiles. Ils se nourrissent dans les décharges publiques et enrayent la prolifération d'autres bestioles plus nuisibles à l'homme tels les rats par exemple. Cependant comme dirait un vétérinaire notoire, le Dr Yassine Jamali, il est une alternative efficace recommandée par l'OMS qui a été développée par l'Inde, la Turquie et d'autres pays. Il s'agit de la méthode TNR, en anglais Trap Neuter Release qui signifie "Attraper, Stériliser, Relâcher". Pratiquée à Jaipur, Chennai, Mumbai, cette méthode a permis en quelques années de réduire le nombre d'agressions et de supprimer totalement les cas de rage humaine. En même temps qu'ils sont stérilisés, les chiens sont vaccinés, soignés et déparasités. Relâchés très rapidement sur leur territoire à l'endroit exact où ils ont été capturés, ils le réoccupent et le défendent.
Alors que sous d'autres cieux, les sociétés et notamment celles occidentales progressent sans cesse dans le sens de la protection des animaux, le meilleur ami de l'homme au Maroc, le chien, au contraire du chat qui lui aussi est autant vecteur de microbes, d'épidémies et de maladies contagieuses, demeure cet animal maudit de par une culture religieuse qui ne lui vaut que cruauté gratuite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.