Le Pakistan réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Tenue prochaine de la 14ème Réunion de haut niveau France-Maroc    L'ambassadeur du Royaume à Saint-Marin remet ses lettres de créance    «Raconte-moi ton Histoire-Handicap: le courage d'en parler»    La fête de l'Huma s'illumine!    Le danger plane sur nos assiettes : Lait, légumes, fruits, viande, rien n'est totalement sain, selon la Cour des comptes    L'offre mondiale de céréales plus abondante que prévu    Le Maroc présente les atouts de son offre touristique à Saint-Pétersbourg    Trump a "du mal à croire" qu'Israël ait espionné la Maison Blanche    Insolite : Venue arrêter quatre suspects, la police philippine repart avec 277 Chinois    Suspense total avant le premier tour de la présidentielle tunisienne    Italie: Le gouvernement Conte 2 obtient la confiance du Parlement    Comment le terrorisme se résilie, se régénère, se diversifie et innove    Ligue 1 : Neymar observé, tribunes scrutées    Divers sportifs    Qui d'autres que le WAC ? Sacré trois fois en cinq saisons, les Rouge et blanc semblent les mieux armés    Divers    Les nouveautés de la loi-cadre 51.17 présentées à Laâyoune    Faire de petites siestes, c'est bon pour le cœur    Ibrahim Bouslah : L'affaire Karoui, un casse-tête juridique    Sophia Hadi revisite avec brio "La chute" d'Albert Camus    Une centaine de productions étrangères tournées au Maroc en 2019    Sidi Larbi Cherkaoui, le chorégraphe référence de la danse contemporaine en Belgique    La Nouvelle Tribune et www.lnt.ma, partenaires du Wall Street Journal !    Fonds de retraite du RCAR, mise au point de la CDG    La BAD émet une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars    Grève des pilotes : British Airways annule ses vols le 27 septembre    Surf : Le marocain Ramzi Boukhiam qualifié pour les JO 2020    La Tribune de Nas : Pas de « Karti »…er…    Une mini NBA pour les juniors marocains    Des matchs palpitants d'entrée    Coupes africaines : Voici les affiches du deuxième tour    Ouagadougou : sommet de la CEDEAO sur le terrorisme, avec la participation du Maroc    Catastrophes naturelles: Une taxe de solidarité au Conseil du gouvernement    Affaire Imlil: La partie civile réclame l'ex-ministre de la justice à la barre    Météo : quel temps fera-t-il ce samedi ?    Al Haouz : Plus de 110.000 bénéficiaires de l'initiative royale "Un million de cartables"    Inondations dans le sud-est de l'Espagne : cinq morts en deux jours, le pays sous le choc    Les manuels scolaires manquants seront disponibles entre les 17 et 20 septembre    El Jadida : Décès d'une personne placée en garde à vue    CIH: le RNPG en baisse de plus de 47% au S1-2019    L'Etat s'attaque aux chargeurs de téléphones non conformes    Négociations commerciales avec Pékin: Washington veut « des progrès substantiels »    Ouragan Dorian: 1.300 personnes non localisées aux Bahamas menacées par une nouvelle tempête    Laâraj insiste sur une renaissance culturelle pour un développement plus efficace    Les Inqualifiables poursuivent leur tournée !    Après Londres, le MACAAL accueille une grande rétrospective dédiée à Mohamed Melehi    Festival de Fès de la culture soufie: «Une autre civilisation est possible»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'abattage des chiens une vile pratique impunie
Publié dans Libération le 13 - 04 - 2018

Qui veut noyer son chien l'accuse de rage, dit-on et cette maxime en remplaçant ‘'noyer'' par abattre, n'en devient que plus illustrative dans le plus beau pays du monde au regard de l'abattage massif justement dont, ont été victimes ces derniers temps, nos clebs ici-bled. Le plus récent et qui a mobilisé des internautes sur les réseaux sociaux suite à la diffusion de plusieurs vidéos montrant des employés municipaux abattre à coups de chevrotines à grande échelle des chiens errants ou en divagation, voire des bêtes stérilisées, vaccinées et taguées dans des localités proches d'Agadir, Tamraght et Aourir entre autres.
Cette expédition punitive jeudi dernier en terre soussie, fait suite à d'autres qui ont eu lieu dans plusieurs villes et régions marocaines qui avaient défrayé les chroniques, et ce, bien au-delà de nos frontières. Des ONG s'étaient soulevées contre ces barbaries de temps révolus en d'autres pays. Justement, Agadir donnant l'exemple avait même signé des conventions ou protocoles avec des associations de protections d'animaux afin de vacciner, taguer, stériliser et ligaturer chiens et chiennes errants et surtout l'interdiction de les abattre. Or lors du massacre, beaucoup d'entre ces derniers ont fait partie du lot macabre. Le prétexte tout trouvé des communards à défaut de la rage qui aurait plutôt mieux fonctionné, est d'un ridicule. Jugez-en ! "Les chiens dérangent les touristes". De qui parle-t-on ? Allemands, Français, Britanniques, Russes ... ou ceux qui s'abreuvent d'alcool après la prière ? D'aucuns ont aussi prêché le zèle et l'initiative d'un caïd au-dessus de tout cela.
On privilégie plus au Maroc cette façon de tuer que le poison utilisé lors des campagnes d'abattage car ce dernier de par sa stabilité et sa durée se répand dans la nature sans se dégrader et rejetant ses substances malsaines et mortelles dans la chaîne alimentaire, passant de la charogne aux insectes et leurs prédateurs (autres microfaunes), puis à la végétation et ainsi de suite jusqu'à finir même dans nos assiettes.
L'impact de cette sauvagerie systématique aux dégâts collatéraux inestimables porte atteinte à l'image de notre pays surtout en ces temps où l'on rivalise avec d'autres nations et non des moindres, afin d'organiser un évènement mondial, dont rêvent depuis des décennies et des décennies, nos compatriotes à savoir l'organisation de la Coupe du monde 2026. Ô temps, ô espace! (visite d'inspection de la FIFA le 17 avril à Agadir), des mauvaises langues ont vite fait d'associer ce fait de rubrique ‘'chiens écrasés'' à la Task Force disant que les Gadiris avaient pris exemple sur la Russie qui avait décidé pour le bon déroulement de son Mondial d'abattre des milliers de chiens errants présents dans les onze villes hôtes. Qu'à cela ne tienne ! Nos autorités, par ailleurs, à titre de défense brandissent à chaque coup de fusil ou d'empoisonnement, la Réglementation spécifique de la rage. En effet, même si revu et corrigé à plusieurs reprises, il est un Arrêté et plus particulièrement le plus récent, celui du ministre actuel de l'Agriculture et de la Pêche maritime n°2271-13 du 17 Moharrem 1435 (21 novembre 2013) relatif aux mesures complémentaires et spéciales pour lutter contre la rage animale, qui permet justement l'abattage des animaux.
La vraie raison d'une battue au regard de la législation marocaine est cette maladie funeste qu'est la rage dont le vecteur principal entre autres animaux reste le chien. Plus de quatre cents cas d'animaux et une vingtaine d'humains sont recensés chaque année, ce qui fait que dans le Royaume ce fléau est une zoonose très présente.
Mais est-ce que l'abattage systématique est une solution à la rage ? Non bien sûr. La population de chiens errants ou en divagation au Maroc, est estimée à plus de 2 millions. Sans aucun contrôle, ils peuvent certes transmettre d'autres maladies que la rage. Et quand on en abat, d'autres reconquièrent le territoire abandonné. De plus, qu'on le veuille ou non, ils sont utiles. Ils se nourrissent dans les décharges publiques et enrayent la prolifération d'autres bestioles plus nuisibles à l'homme tels les rats par exemple. Cependant comme dirait un vétérinaire notoire, le Dr Yassine Jamali, il est une alternative efficace recommandée par l'OMS qui a été développée par l'Inde, la Turquie et d'autres pays. Il s'agit de la méthode TNR, en anglais Trap Neuter Release qui signifie "Attraper, Stériliser, Relâcher". Pratiquée à Jaipur, Chennai, Mumbai, cette méthode a permis en quelques années de réduire le nombre d'agressions et de supprimer totalement les cas de rage humaine. En même temps qu'ils sont stérilisés, les chiens sont vaccinés, soignés et déparasités. Relâchés très rapidement sur leur territoire à l'endroit exact où ils ont été capturés, ils le réoccupent et le défendent.
Alors que sous d'autres cieux, les sociétés et notamment celles occidentales progressent sans cesse dans le sens de la protection des animaux, le meilleur ami de l'homme au Maroc, le chien, au contraire du chat qui lui aussi est autant vecteur de microbes, d'épidémies et de maladies contagieuses, demeure cet animal maudit de par une culture religieuse qui ne lui vaut que cruauté gratuite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.