Concours «Street Art Casablanca»    Le plaidoyer du Maroc pour une OMC plus efficace    Mahrez envoie Manchester City en finale    LA BAD APPUIE LE MAROC AVEC PRÈS D'UN MILLION DE DOLLARS    Le Djibouti réitère son attachement «résolu et constant» à l'intégrité territoriale du Maroc    Secousse tellurique de 3 degrés dans la province de Ouarzazate    Nizar Baraka : "Il est temps de revoir la répartition des richesses"    L'accueil par l'Espagne du chef du "polisario" est contraire aux règles de partenariat avec le Maroc (El Khalfi)    La police Espagnole confirme que Brahim Ghali a été admis à l'hôpital San Pedro avec une fausse identité    Le Conseil de surveillance de Facebook décide le maintien de l'interdiction de Trump sur le réseau social    AGROALIMENTAIRE/Agropoles: des plateformes intégrées avec des incitations pour les investisseurs    Coupe du Trône : Ce soir, deux belles parties en perspective !    Le bus du Raja vandalisé dans le parking de l'hôtel du rassemblement à Rabat !?    Nordin Amrabat vers un retour en Europe    Covid-19/Maroc : 5 décès et 371 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    Madrid: Manifestation massive devant l'Audience Nationale pour réclamer l'arrestation du dénommé Brahim Ghali    La Bourse de Casablanca clôture dans le vert    Ce qu'il faut retenir des études relatives au développement du cannabis    USA: Facebook maintient l'interdiction du compte de Donald Trump    Chloroquine-hydroxychloroquine : les pharmacies bientôt réapprovisionnées    Le 11ème Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes se déroulera du 25 au 28 mai    Entre livre et lecture: La réalité numérique transforme le livre en mythe    Quand la pandémie pérennise son lexique dans la langue française    Hôtellerie : l'Israélien Fattal lorgne le Maroc    « Mon histoire avec les médicaments », une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 1]    Le dirham devrait s'apprécier face au dollar de 0,1%    Ramadan/Tanger: un restaurant sert un Ftour express, couvre-feu oblige (reportage)    Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Nuits ramadanesques : Le groupe Tarwa N-Tiniri se produira le 6 mai    Selon l'UAFA : Le Maroc organisera la Coupe Arabe des Nations U17 juillet prochain !    Hakimi dans le viseur du Bayern Munich    Covid-19: deux cas du variant indien détectés en Espagne    Coupe du Trône: voici le premier qualifié au dernier carré (VIDEO)    230 pompiers algériens lourdement sanctionnés pour avoir manifesté    Le Premier secrétaire de l'USFP s'entretient avec l'ambassadeur du Pakistan au Maroc    Brahim Ghali et cinq de ses complices dans les mailles de la justice espagnole    La BVC démarre en territoire positif    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 5 mai    Au Musée Reina Sofia à Madrid : «Trilogie marocaine : 1950-2020»    Jazz au Maroc: vivement le live !    Santé : Des médecins cubains au Maroc ?    Covid-19 : Deux cas du variant indien détectés en Espagne    Simplification des procédures administratives : La CMR se conforme à la nouvelle loi    Ministère: Près de 4 millions d'Espagnols au chômage    Météo: le temps prévu ce mercredi 5 mai au Maroc    Bill et Melinda Gates continueront à gérer ensemble leur fondation après leur divorce    Thomas Tuchel : "Aucune raison de faire trop de changements"    Le leader de Podemos, Pablo Iglesias, se retire de la vie politique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Oudou Lwatankoum ». Jbara et Ayouch dénoncent le sort des enfants soldats enrôlés par le Polisario
Publié dans L'observateur du Maroc le 08 - 02 - 2021

Réalisé par Youssef Kamili, le nouveau clip engagé « Oudou Lwatankoum » (Revenez dans votre patrie) du célèbre chanteur Jbara en duo avec le musicien/youtubeur Mohamed Ayouch, appelle au retour au pays des enfants retenus contre leur gré par le Polisario.

Tourné dans le sahara marocain, dans la province d'Assa-Zag, le clip de la nouvelle chanson « Oudou Lwatankoum » de Jbara et Mohamed Ayouch Oudou Lwatankoum (Revenez dans votre patrie) est une façon pour les deux artistes de rétablir la vérité dans cette province (notamment Mahbes) où se serait déroulée une guerre fictive inventée par les séparatistes du Polisario à coups d'images bidon. Avec des paroles fortes écrites par Jbara et Ayouch et des images d'une beauté époustouflante, le réalisateur Youssef Kamili vise à contrer la propagande menée par le Polisario via les fake news, l'enrôlement des enfants ainsi que le détournement de la musique hassanie à des fins propagantistes.

« Le Polisario est une mafia »



Réalisé par Youssef Kamili, le clip raconte le parcours d'un enfant-soldat enrôlé par le Polisario à travers le désert. Ce dernier fuit l'endroit le camp où il était détenu et se libère de l'enfer que lui faisait subir la formation fictive. Il entame un long chemin à travers le Sahara marocain en quête d'une vie meilleure et rencontre un groupe de musiciens marocains nomades qui voyagent, libres, à travers leur pays. Il découvre avec eux la beauté des paysages du pays qui est aussi le sien, dont on l'a privé, ainsi que la magie et le pouvoir guérisseur de la musique, lui qui n'a eu jusqu'ici que des armes à feu pour seuls jouets !
Né d'une mère sahraouie, Youssef Kamili se retrouve avec ce sujet, face à sa propre histoire familiale et se remémore ses propres souffrances. Lui qui n'a connu une partie de sa famille que dans les années 1980, après avoir regagner la patrie mère et avoir été séquestré de force à Tindouf. « J'ai vu les membres de ma famille pour la première fois et j'ai entendu les récits de leur emprisonnement, les tortures qu'ils ont subies, toutes les violences dont ils ont fait l'objet », confie celui qui considère désormais la Polisario comme une organisation criminelle et s'insurge lorsqu'il entend dire qu'il s'agit d'une « République démocratique ». « Je connais bien cette mafia, dans sa vérité et ses atrocités. Quand je vois les vidéos de ces enfants-soldats, je me dis que certains d'entre eux font peut-être partie de ma famille », conclut le réalisateur pour qui ce clip a été sorte de catharsis et qui estime que filmer un enfant soldat est un devoir, à l'heure où les vidéos d'enrôlement d'enfants dans les camps du Polisario foisonnent, ignorant les lois internationales de protection de l'enfance.

LIRE AUSSI :
Bientôt un musée à Laayoune


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.