Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    OCI : Les attaques israéliennes contre les Palestiniens aggravent les risques d'instabilité dans la région    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chabat Vs Benkirane : Les premiers responsables des jeunes réagissent
Publié dans L'observateur du Maroc le 13 - 12 - 2012

Le derby politique entre Abdelilah Benkirane et Hamid Chabat ne laisse pas indifférents le secrétaire général de la Jeunesse istiqlalienne, ni celui de la jeunesse du PJD. Abdelkader El Kihel et Mostafa Baba commentent diversement les sorties des deux zaïm.
Par : Mohammed Zainabi
Le secrétaire général de la Jeunesse istiqlalienne défend mordicus le chef de son parti. Pour Abdelkader El Kihel, Hamid Chabat est dans son droit quand il s'attaque à Benkirane en sa qualité de chef du gouvernement. « Le travail d'éveil qu'entreprend Hamid Chabat envers le gouvernement figure dans le programme électoral pour lequel il a été élu secrétaire général au sein de notre parti. Il ne s'agit nullement d'un conflit personnel », rappelle-t-il. Et d'ajouter : « Ces sorties ne sont que l'expression du mécontentement général qui se fait sentir dans le pays au vu du manque d'efficacité et de célérité du gouvernement ». À l'opposé, le secrétaire général de la jeunesse du PJD estime que cela relève de l'incohérence politique que d'être le chef d'un parti qui se trouve être l'une des composantes essentielles de la majorité au pouvoir et de la critiquer. « Cela revient à mettre un pied dans le gouvernement et un autre dans l'opposition, ce qui n'existe nulle part dans le monde », ironise Mostafa Baba. Ce dernier va plus loin, estimant que Chabat est « hors sujet » dans chacune de ses sorties. Il en veut pour preuve le dépit exprimé à ce propos par le secrétaire général du PPS, Nabil Benabdallah, et également par le numéro deux du MP, Saïd Ameskane. Ces derniers se sont ouvertement plaints des critiques émanant non seulement des parlementaires istiqlaliens, mais aussi et surtout du chef de leur parti. Cela ne change rien aux avis d'Abdelkader El Kihel qui avance qu'il serait anormal de laisser Benkirane élaborer et appliquer des mesures unilatérales sans que personne ne réagisse, « surtout que l'opposition ne fait pas suffisamment entendre sa voix », glisse-t-il. D'ailleurs, selon lui, c'est parce que le chef du gouvernement s'est habitué à faire cavalier seul dans sa gestion des affaires, avant l'arrivée du nouveau secrétaire général de l'Istiqlal, qu'il est étonné des rappels à l'ordre répétitifs qui lui sont désormais adressés par Hamid Chabat. Comme pour enfoncer le clou, El Kihel dit regretter que face à l'hégémonie du PJD, les autres composantes de la majorité se trouvent marginalisées. « Ce n'est pas normal ! », crie-t-il de la même manière que le fait Chabat.
Le secrétaire général de la jeunesse istiqlalienne croit connaître les vraies raisons de la colère du chef du gouvernement : « C'est parce que Chabat fait de l'ombre à Benkirane que ce dernier le prend mal, lui qui était habitué à être la vedette médiatique incontestée et l'orateur adulé. Il voit désormais qu'il a un concurrent de taille sur ces terrains-là et cela le dérange, voire l'énerve ».
Chabat Vs Chabat ?
Pour Baba, Chabat est en train de soliloquer. « Il ne fait que polémiquer avec lui-même puisque Benkirane ne lui répond même pas ». D'ailleurs, quand le secrétaire général de l'Istiqlal s'attaque même aux ministres istiqlaliens, il ne fait que se tirer une balle dans le pied. « N'y a-t-il pas une continuité dans le parti de l'Istiqlal puisqu'on dit que la démocratie prévaut désormais dans cette formation ? », se demande le jeune Pjdiste en s'étonnant de voir Chabat « essayer à tout prix de placer les siens ». Baba estime que selon la logique de Chabat, qui s'en est pris à Nizar Baraka, ou encore à El Ouafa, à chaque fois qu'il y aura changement de secrétaire général dans l'un ou dans l'autre parti de la majorité, le nouveau venu exigera alors de placer les siens dans l'équipe gouvernementale. « On croyait pourtant révolue l'ère des pharaons », s'écrie Mostafa Baba.
Quid du remaniement ?
Pour le secrétaire général de la jeunesse du PJD, quand Chabat réclame un remaniement, il est dans son plein droit. « Seulement, il doit le faire dans les règles et en respectant les institutions », rectifie-t-il. Baba exhorte Chabat de présenter une demande formelle et de provoquer des réunions officielles pour débattre de toutes ses doléances au sein de la majorité, puisqu'il y a des réunions prévues à cet effet. « La démarche prônée jusque-là par Chabat est inadmissible », regrette le Pjdiste. Et d'ajouter : « Le nouveau secrétaire général du parti de l'Istiqlal doit reconsidérer ses positions pour être en cohérence avec lui-même ». En clair, Baba demande à Chabat d'opter soit pour la majorité et d'y travailler sereinement et dans les règles, soit de bifurquer vers l'opposition et il aura tout le loisir d'attaquer qui il voudrait attaquer. Un esprit que refuse El Kihel qui estime que le PJD « cherche par tous les moyens à diriger une majorité apprivoisée ». L'istiqlalien rappelle que son parti ne souhaite en aucun cas l'échec du gouvernement actuel qu'il veut plutôt renforcer. El Kihel joint donc sa voix à celle de con chef pour réclamer l'efficience dans le travail gouvernemental qui ne pourrait, selon lui, être obtenue que sur la base d'un travail concerté et d'une démarche participative. Cet appel semble avoir été entendu puisque Benkirane lui-même ne demande pas mieux. Il vient de l'affirmer lors de son dernier passage au parlement. Peut-être que le PJD et l'Istiqlal parviendraient, dans leur la prochaine réunion de la majorité, à accorder leurs violons.
En tout cas, il est clair aujourd'hui que Chabat et l'Istiqlal ne comptent pas changer de sitôt leur méthode. Le parti est d'ailleurs en passe d'élaborer une plate-forme politique à travers laquelle, il présentera sa vision globale du travail gouvernemental. Serait-ce la clé qui mettrait fin à la longue partie de ping-pong à laquelle se livrent Benkirane et Chabat, ou ce document ne ferait-il que compliquer les rapports des deux hommes ? L'avenir nous le dira.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.