Maroc/Météo : Temps assez chaud ce mardi 3 août    Tokyo 2020 / Athlétisme : Première médaille d'or pour le Maroc grâce à Soufiane El Bakkali    Adjudications: Hausse de 46,2% des émissions du Trésor en 2020    La canicule sévit en Grèce, les vagues de chaleur se font fréquentes en Europe    Covid-19/ Casablanca : Reportage au cœur des services de réanimation du CHU Ibn Rochd    Hommages olympiques du roi Mohammed VI à Soufiane El Bakkali après son sacre    Eagle Hills livre la première phase de « Rabat Square »    Le Parlement Jeunesse du Maroc tient sa 3ème session législative    Israël accuse et menace l'Iran qui rejette toute implication    Amrani met en exergue les choix visionnaires de Sa Majesté le Roi    Lancement du Guide de la procédure d'extradition    JO-2020 : El Bakkali offre au Maroc l'Or olympique    Une coupe spectaculaire... sur les traces de la Botola    Dissolution de la direction technique nationale et gel de toutes les activités    Rabat/plage des Oudayas : Le surf de plus en plus populaire (Reportage)    Le Chef d'Etat-major de l'Armée de Terre des Etats-Unis reçu par le ministre chargé de l'Administration de la Défense Nationale    Baisse des revenus des sociétés de financement en 2020    Ministère de l'Economie, des Finances et de la réforme administrative. Un nouvel organigramme entre en vigueur    Pfizer et Moderna augmentent le prix de leurs vaccins contre le Covid    L'intérieur dément les allégations sur la désertion des Forces auxiliaires à Sebta    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    Fatima Regragui tire sa révérence    Le groupe marocain Asif est de retour avec « Balbala »    Couvre-feu à 21H, interdiction des déplacements, fermeture des salles de sport...le gouvernement annonce de nouvelles restrictions    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    L'ancien maire de Marrakech, Omar Jazouli, tire sa révérence    Chambres professionnelles : plus de 12.000 candidats aux élections    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 2 août 2021 à 16H00    Sites marchands/e-marchands. Les transactions par cartes bancaires atteignent un chiffre record    Fès : l'USMBA accueille le premier Hackathon "Serious Games"    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    JO de Tokyo : « L'or » de la vérité a sonné    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Israël-Palestine
L'impasse américaine
Publié dans L'observateur du Maroc le 16 - 09 - 2009

Zone H1. Le nom n'a rien de poétique. Il désigne ce morceau de terre de Palestine qui sépare Jérusalem-Est de Male Adumine, une des plus grandes colonies israéliennes de Cisjordanie. Des villages palestiniens sont installés depuis toujours dans H1. La droite israélienne rêve de les obliger à partir pour bâtir des colonies. «Pas question», ont jusqu'alors répondu les Etats-Unis. C'est d'ailleurs une des rares interdictions que Condoleeza Rice, la secrétaire d'Etat de George Bush, était parvenue à imposer à l'Etat hébreu. Cette interdiction est en train de voler en éclats. Benyamin Netanyahou a autorisé cette semaine la construction de 450 nouveaux logements dans le prolongement de Male Adumine sur la zone H1. L'objectif est clair : faire la jonction entre la colonie (qui coupe déjà partiellement la Cisjordanie d'ouest en est) et Jérusalem-Est. La conséquence ? Supprimer la continuité territoriale, de ce côté, entre la Cisjordanie et Jérusalem-Est et couper les Palestiniens de la Ville sainte.
Ironie du sort, c'est avec Barack Obama que ce dernier forfait pourrait s'accomplir. Les Américains sont désemparés devant l'entêtement israélien et le refus de Benyamin Netanyahou de geler, même pour six mois, la construction des colonies. Un gel qui pourrait permettre, espéraient-ils, de reprendre des négociations avec les Palestiniens et d'obtenir des pays arabes un assouplissement de leurs relations avec l'Etat hébreu. Ils ne sont pas encore prêts à «tordre le bras» de Netanyahou craignant les réactions de la communauté juive américaine. Le Premier ministre israélien joue sur du velours. Il plaide son impuissance politique face à ses alliés de l'extrême droite qui le menacent de quitter la coalition gouvernementale s'il accepte les demandes américaines. On peut aussi parier que Netanyahou qui n'a, sur le dossier des colonies, jamais marqué de grandes divergences avec l'extrême droite, joue la montre et l'affaiblissement de Barack Obama englué dans ses problèmes politiques (assurance maladie, Afghanistan). Benyamin Netanyahou est donc flexible en paroles (création de deux Etats et gel des colonies) sans rien lâcher sur le fond.
Pour les Américains, le refus de Netanyahou est un camouflet cinglant. Et ils n'ont pas de plan de rechange. Aussi certains disent-ils vouloir parier sur le projet de Salam Fayyad. Fin août, à Ramallah, le Premier ministre de l'Autorité palestinienne et ancien ministre des Finances, bien vu de Washington qui l'avait imposé à Arafat, Fayyad a présenté son plan: accord de paix ou pas, les Palestiniens doivent déclarer leur indépendance au plus tard en 2011 et créer un Etat arabe, démocratique et souverain en Cisjordanie et à Gaza. La Palestine indépendante sera dotée d'institutions pluralistes, respectueuses des droits de l'homme. Pour sortir de son enclavement, elle devra construire un aéroport international dans la vallée du Jourdain et rouvrir l'aéroport de Gaza. Ce dernier avait été bombardé par les Israéliens une semaine après que le premier avion s'y est posé. La Palestine indépendante entend favoriser l'investissement étranger par des incitations fiscales et ménager Israël en refusant de se doter d'une armée et en signant des accords de sécurité avec Tel-Aviv. Une annonce mal vue de la droite israélienne bien que Salam Fayyad soit un des rares Palestiniens qui trouvent grâce à ses yeux. Il y a quelques années, il avait même été invité au mariage de la fille de Dov Weisglass, le directeur de cabinet du Premier ministre Ariel Sharon et placé à la droite de ce dernier. D'autres, en Israël, qui assurent soutenir le plan Fayyad, ont surtout envie d'attiser la rivalité croissante entre le Premier ministre et Mahmoud Abbas, le président de l'Autorité palestinienne. Ils savent que Fayyad rêve de devenir calife à la place du calife et déclarent ne plus croire en la capacité d'Abou Mazen, l'homme de paix, à parvenir à une solution. Ils feignent d'oublier que si Fayyad est l'enfant chéri des Occidentaux, il n'a aucune base politique en Palestine. On voit mal comment il pourrait arriver seul à la paix. Reste à savoir si Israël en a envie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.