Vaccins. Ait Taleb: « Le Maroc va amorcer un nouveau tournant »    CAN 2021 : Reprise pour Fayçal Fajr et Nayef Aguerd, d'autres joueurs absents    Benslimane: Le Roi préside le lancement des travaux de réalisation d'une usine de fabrication de vaccins anti Covid-19    Italie : Abdelhamid Sabiri aurait trouvé un accord avec un club de Seria A    CAN: Yassine Bounou s'exprime avant Maroc-Egypte (VIDEO)    Paxlovid: la pilule anti-Covid de Pfizer approuvée par l'EU    Casablanca : La galerie d'art ''L'atelier 21'' accueille Saïd Afifi    Covid-19 au Maroc : 5 560 nouvelles infections et 33 décès ce mercredi    Lois sur la concurrence : une mesurette en attendant la grande réforme    Wall Street ouvre en hausse, portée par de bons indicateurs et des résultats d'entreprises    Justin Trudeau, cas contact testé négatif, à l'isolement pour 5 jours    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 27 Janvier 2022 à 16H00    Le CESE lance sa plateforme participative « Ouchariko »    L'artiste Abdellatif Hilal n'est plus    CAN: Derraji félicite les Marocains (PHOTO)    Covid-19: le Maroc prolonge l'état d'urgence sanitaire (Officiel)    Burkina-Faso: Les militaires arrêtent le président    L'essentiel est de gagner et de passer au prochain tour    Mise en exergue de l'importance du projet de loi relatif aux droits d'auteur et droits voisins    BERD : le financement vert domine les investissements réalisés au Maroc en 2021    Alerte au phishing, une campagne use de documents powerpoint malveillants    Approbation d'une série de projets de développement social et humain pour un million de dollars    Alerte météo : fortes pluies attendues jeudi et vendredi dans plusieurs provinces    L'ONU salue le leadership du Maroc    La Guinée équatoriale et l'Egypte complètent le tableau des quarts de finale    USFP : Abdelkrim Benatiq retire sa candidature au poste de Premier secrétaire    Investigation : "Pegasus, les dessous d'une affaire" (Replay)    Maroc: Rebond « exceptionnel » de l'économie en 2021    Marrakech: le wali règlemente l'usage de l'eau courante et de la nappe phréatique    L'alliance Nissan-Renault-Mitsubishi va dépenser 23 milliards d'euros pour promouvoir les véhicules électriques    Covid-19: Certains médicaments seraient inefficaces contre Omicron    Les Etats-Unis fournissent près de 1,6 million de doses Pfizer au Maroc    Températures prévues pour le vendredi 28 janvier 2022    « Pas positif »: froideur russe après la réaction américaine à ses exigences    CAN 2021 / Ghana : Milovan Rajevac officiellement limogé    Pegasus: Le tribunal de Paris va-t-il ouvrir le dossier ?    France : La Fondation Tayeb Saddiki représentante du Maroc à Versailles pour les 400 ans de Molière    Délais de paiement : ce qui va changer avec la nouvelle loi    Les positions constantes du Maroc envers la cause palestinienne réitérées devant l'UA    Justice : L'Amazighe acte son entrée dans le système judiciaire    Il permet au public de découvrir la richesse historique et culturelle de la ville    Mehdi Fath publie «Tu avais raison ...» en juin prochain    Etchika Choureau, grand amour interdit de Hassan II, décède à l'âge de 92 ans    Conseil de gouvernement : l'état d'urgence sanitaire sera-t-il prolongé ?    Année judiciaire : 4.611.236 affaires enregistrées au titre de l'année 2021    BCIJ : Deux Daechiens interpellés à Al Haouz    Foot: un entraîneur allemand falsifie son certificat de vaccination    OMC : La Chine autorisée à imposer des sanctions tarifaires aux Etats Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Algérie-Espagne La défiance continue
Publié dans L'observateur du Maroc le 21 - 01 - 2010

C’est finalement les 7 et 8 janvier que José Luiz Zapatero et Abdelaziz Bouteflika se sont rencontrés à Madrid. Alors que ce sommet était attendu depuis près d’un an, la déclaration commune adoptée à son issue n’indique pas que le malaise existant entre Alger et Madrid soit dissipé. Un long article titré «Les ambiguïtés de Madrid» publié le 9 janvier par El Watan semble d’ailleurs le confirmer. «L’ambiguïté que continue à entretenir le gouvernement Zapatero autour du conflit du Sahara occidental, écrit le quotidien algérien, le dialogue de sourds entourant le débat sur la libre circulation des personnes et les attaques répétées dont fait l’objet l’entreprise Sonatrach dans la péninsule ibérique laissent perplexe quant à la volonté réelle de Madrid de défendre les positions algériennes à Bruxelles. Les dossiers, objet de litiges bilatéraux, n’ont pas vraiment avancé(…) et aucun accord n’a été signé».
Alger préoccupée
Maigre résultat pour un sommet censé aplanir plusieurs différends. Y compris sur l’immigration clandestine où Madrid appelle Alger à «collaborer» davantage car 65% des immigrants clandestins interceptés en 2009 en Espagne viennent d’Algérie… Pouvait-il en être autrement quand la morosité et la défiance à l’égard du gouvernement de José Luis Zapatero ont remplacé l’excellence des rapports entretenus avec celui de José Maria Aznar et le rapprochement scellé par la visite d’Etat du président Bouteflika en 2002 à Madrid ?
En réalité, si Abdelaziz Bouteflika s’est, cette fois, décidé à faire le déplacement, accompagné d’une grosse délégation ministérielle, c’est que l’Algérie est préoccupée. Le roi Mohammed VI vient d’annoncer la «régionalisation» du Maroc, régionalisation qui va bénéficier en premier lieu au Sahara Occidental. Et, dans l’affaire Aminatou, l’Espagne s’est éloignée de sa position de soutien au Front Polisario. En affirmant qu’elle «prenait acte du fait que ce territoire était administré par Rabat», elle a fait un pas, prudent mais réel, en direction de la thèse marocaine sur l’autonomie.
Ce pas inquiète d’autant plus les autorités algériennes qu’il survient après que Madrid se soit abstenu par deux fois de voter des résolutions du Conseil de Sécurité sur le Sahara Occidental. Il est donc décisif pour Alger de convaincre l’Espagne de rester neutre dans ce conflit. Surtout au moment où elle assume pour six mois la présidence de l’Union Européenne et où se tiendra, sous sa présidence, le 5e conseil d’association Algérie-UE.
Medgaz retardé
En matière énergétique, les tensions ne manquent pas non plus, alors que Madrid importe 35% de son gaz naturel d’Algérie. Les conflits d’intérêts semblent faire du sur-place : ils opposent la Sonatrach, la société algérienne des hydrocarbures, à ses homologues espagnoles sur le prix et la distribution par Sonatrach de ses produits en Espagne. Alger avait entamé en 2005, au moment où les prix du pétrole s’envolaient, des négociations sur la révision à la hausse du prix du gaz acheminé vers l'Espagne par le gazoduc Maghreb-Europe… Or, note El Watan, «l’Espagne de Zapatero donne la nette impression de vouloir profiter au maximum de son partenariat avec l’Algérie sans rien céder en échange. Les officiels espagnols, qui souhaitent que les entreprises espagnoles obtiennent des parts de marché dans le vaste programme d’équipement algérien prévu en 2010-2014, sont restés muets sur les doléances de Sonatrach de renégocier, par exemple, les prix du gaz»… L’arbitrage sur le prix de gaz devrait quoi qu’il en soit être rendu ce mois ci ou en février. En attendant, ces différends ont retardé la mise en service du gazoduc Medgaz qui reliera directement Béni Saf en Algérie à Almeria en Espagne. Un projet d’un coût global de 900 millions d’euros financé par la Sonatrach (majoritaire avec 36%), les espagnoles Cepsa et Iberdola (20% chacune), ainsi que Gaz de France et Endesa…
Message à la France
Seuls points positifs pour le président algérien, premier invité de l’Espagne depuis qu’elle a pris la présidence de l’UE : Madrid a proposé qu’Oran accueille les 26 et 27 avril la prochaine réunion des 5+5 regroupant les pays des deux rives de la Méditerranée consacrée à l'énergie et à l'environnement. Et, en se rendant à Madrid, Abdelaziz Bouteflika a envoyé un message aux Français : vous n’êtes plus des partenaires incontournables et privilégiés. Car là, tout agace Alger : l’arrestation à Marseille d’un diplomate algérien, la relance par la justice française du dossier de l’assassinat des moines de Tibéhirine en Algérie, la faiblesse des investissements français, les contrats militaires, l'avenir de l'Union pour la Méditerranée que Paris souhaite relancer. Et, bien sûr, le soutien de la France au Maroc sur le Sahara Occidental.
Du coup, la visite d’Abdelaziz Bouteflika en France annoncée fin 2008, n’a toujours pas eu lieu. Signe des temps : le président algérien aurait fait un bref passage fin décembre à Paris pour raisons médicales. Dans la plus grande discrétion et sans rencontrer aucun officiel français.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.