Ce n'est pas sur le fronton de la scène du Marrakech du rire qu'on lira « Castigat ridendo mores »    Le ministère du Tourisme dément l'annulation de la gratuité du transport pour ses fonctionnaire    Les températures attendues ce dimanche 26 juin 2022    Le temps qu'il fera ce dimanche 26 juin 2022    Le président sénégalais Macky Sall salue la participation d'une forte délégation du Maroc à la célébration du Centenaire de la disparition de Cheikh El Hadj Malick Sy    Météo: temps assez chaud ce dimanche 26 juin au Maroc    Botola Pro D1 / 28e journée / OCS-IRT (3-1) : Les Mesfiouis restent en première division, les Tangérois en stand by !    Le ministère du Tourisme dément l'annulation de la gratuité du transport pour ses fonctionnaires    Futsal : Les Lions de l'Atlas progressent au 10è rang mondial    L'assaut de Melilla: l'Espagne dénonce « les mafias » et salue les sacrifices de la gendarmerie marocaine    Saison estivale : la tutelle étudie les potentialités touristiques de Dakhla    Laâyoune: le RNI tient son congrès régional    Décès du professeur Yves Coppens: les condoléances du roi Mohammed VI    L'Espagne annonce un nouveau plan d'aide de neuf milliards d'euros pour surmonter l'inflation    Drame de Melilla : PP et Podemos pointent le Maroc, Sánchez accuse la mafia    Les arrivées touristiques ont plus que quadruplé à fin mai 2022    Assaut de migrants à Nador: 2 membres des forces de sécurité et 33 migrants à l'hôpital    Plusieurs joueurs du Raja et Wydad sanctionnés par la FRMF    Mohsine Moutouali persona non grata au Raja ?    Covid-19 : 3.235 nouveaux cas et un décès ce 25 juin    Le Gnaoua Festival Tour un Succès Populaire Grandissant Porté Par Les Alizés    USA: Biden signe une loi historique pour restreindre l'accès aux armes à feu    Manuel Albares : La position de l'Espagne sur le Sahara "très claire" et "souveraine"    African Lion : l'hôpital militaire de campagne prend soin des habitants de Taliouine    Assaut à Melilla/Nador: Pedro Sanchez accuse les "mafias" de trafic d'êtres humains    Hakim Ziyech aurait choisi sa prochaine destination    Maroc. Smeia dévoile en avant-première la nouvelle Série 7 et le X7    L'ONCF déploie son plan Eté 2022    Saad Lamjarred enflamme un mariage en Egypte (VIDEO)    Yassine Esqalli : né d'une simple curiosité, le voyage de 50 mille km parcouru à...vélo    Appel à la mobilisation pour accompagner le retour des MRE    L'international marocain Zakaria Aboukhlal signe à Toulouse    Maroc-Algérie : Omar Hilale saisit le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU    Mme Akharbach : Les doubles standars contribuent à « antagoniser les opinions publiques »    Fusillade à Oslo: la police enquête sur un « acte terroriste »    Le jeune pianiste marocain Marouan Benabdallah anime avec brio un concert à Rome    Sénégal. Le FMI revoit à la baisse ses prévisions de croissance    Ghana. L'inflation atteint son plus haut niveau en 18 ans    Fouzi Lekjaa réélu à la tête de la FRMF pour un troisième mandat    USA: Biden fustige la décision de la Cour suprême sur le droit à l'avortement    CA de l'Agence Maroc PME: Hausse importante des réalisations 2021    Irlande : L'histoire du Maroc présentée dans la cathédrale Christ Church de Dublin    Lutte anti-terroriste: La coopération entre le Maroc et les Nations Unies "forte et fructueuse"    Classement 2022 des World Airport Awards : L'aéroport Med V de Casablanca au Top 5    Les jeunes astronomes à l'honneur lors de la 10e édition du festival d'astronomie d'Ifrane    C'est parti pour la première édition de l'évènement « Anfa Park en fête » (VIDEO)    Soirée à Dublin sous le signe de la culture et de l'histoire du Maroc    Ouverture à Rabat du Bureau de formation de l'ONU contre le terrorisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Algérie-Espagne La défiance continue
Publié dans L'observateur du Maroc le 21 - 01 - 2010

C’est finalement les 7 et 8 janvier que José Luiz Zapatero et Abdelaziz Bouteflika se sont rencontrés à Madrid. Alors que ce sommet était attendu depuis près d’un an, la déclaration commune adoptée à son issue n’indique pas que le malaise existant entre Alger et Madrid soit dissipé. Un long article titré «Les ambiguïtés de Madrid» publié le 9 janvier par El Watan semble d’ailleurs le confirmer. «L’ambiguïté que continue à entretenir le gouvernement Zapatero autour du conflit du Sahara occidental, écrit le quotidien algérien, le dialogue de sourds entourant le débat sur la libre circulation des personnes et les attaques répétées dont fait l’objet l’entreprise Sonatrach dans la péninsule ibérique laissent perplexe quant à la volonté réelle de Madrid de défendre les positions algériennes à Bruxelles. Les dossiers, objet de litiges bilatéraux, n’ont pas vraiment avancé(…) et aucun accord n’a été signé».
Alger préoccupée
Maigre résultat pour un sommet censé aplanir plusieurs différends. Y compris sur l’immigration clandestine où Madrid appelle Alger à «collaborer» davantage car 65% des immigrants clandestins interceptés en 2009 en Espagne viennent d’Algérie… Pouvait-il en être autrement quand la morosité et la défiance à l’égard du gouvernement de José Luis Zapatero ont remplacé l’excellence des rapports entretenus avec celui de José Maria Aznar et le rapprochement scellé par la visite d’Etat du président Bouteflika en 2002 à Madrid ?
En réalité, si Abdelaziz Bouteflika s’est, cette fois, décidé à faire le déplacement, accompagné d’une grosse délégation ministérielle, c’est que l’Algérie est préoccupée. Le roi Mohammed VI vient d’annoncer la «régionalisation» du Maroc, régionalisation qui va bénéficier en premier lieu au Sahara Occidental. Et, dans l’affaire Aminatou, l’Espagne s’est éloignée de sa position de soutien au Front Polisario. En affirmant qu’elle «prenait acte du fait que ce territoire était administré par Rabat», elle a fait un pas, prudent mais réel, en direction de la thèse marocaine sur l’autonomie.
Ce pas inquiète d’autant plus les autorités algériennes qu’il survient après que Madrid se soit abstenu par deux fois de voter des résolutions du Conseil de Sécurité sur le Sahara Occidental. Il est donc décisif pour Alger de convaincre l’Espagne de rester neutre dans ce conflit. Surtout au moment où elle assume pour six mois la présidence de l’Union Européenne et où se tiendra, sous sa présidence, le 5e conseil d’association Algérie-UE.
Medgaz retardé
En matière énergétique, les tensions ne manquent pas non plus, alors que Madrid importe 35% de son gaz naturel d’Algérie. Les conflits d’intérêts semblent faire du sur-place : ils opposent la Sonatrach, la société algérienne des hydrocarbures, à ses homologues espagnoles sur le prix et la distribution par Sonatrach de ses produits en Espagne. Alger avait entamé en 2005, au moment où les prix du pétrole s’envolaient, des négociations sur la révision à la hausse du prix du gaz acheminé vers l'Espagne par le gazoduc Maghreb-Europe… Or, note El Watan, «l’Espagne de Zapatero donne la nette impression de vouloir profiter au maximum de son partenariat avec l’Algérie sans rien céder en échange. Les officiels espagnols, qui souhaitent que les entreprises espagnoles obtiennent des parts de marché dans le vaste programme d’équipement algérien prévu en 2010-2014, sont restés muets sur les doléances de Sonatrach de renégocier, par exemple, les prix du gaz»… L’arbitrage sur le prix de gaz devrait quoi qu’il en soit être rendu ce mois ci ou en février. En attendant, ces différends ont retardé la mise en service du gazoduc Medgaz qui reliera directement Béni Saf en Algérie à Almeria en Espagne. Un projet d’un coût global de 900 millions d’euros financé par la Sonatrach (majoritaire avec 36%), les espagnoles Cepsa et Iberdola (20% chacune), ainsi que Gaz de France et Endesa…
Message à la France
Seuls points positifs pour le président algérien, premier invité de l’Espagne depuis qu’elle a pris la présidence de l’UE : Madrid a proposé qu’Oran accueille les 26 et 27 avril la prochaine réunion des 5+5 regroupant les pays des deux rives de la Méditerranée consacrée à l'énergie et à l'environnement. Et, en se rendant à Madrid, Abdelaziz Bouteflika a envoyé un message aux Français : vous n’êtes plus des partenaires incontournables et privilégiés. Car là, tout agace Alger : l’arrestation à Marseille d’un diplomate algérien, la relance par la justice française du dossier de l’assassinat des moines de Tibéhirine en Algérie, la faiblesse des investissements français, les contrats militaires, l'avenir de l'Union pour la Méditerranée que Paris souhaite relancer. Et, bien sûr, le soutien de la France au Maroc sur le Sahara Occidental.
Du coup, la visite d’Abdelaziz Bouteflika en France annoncée fin 2008, n’a toujours pas eu lieu. Signe des temps : le président algérien aurait fait un bref passage fin décembre à Paris pour raisons médicales. Dans la plus grande discrétion et sans rencontrer aucun officiel français.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.