John Bolton : «Joe Biden restera attaché à la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté marocaine sur le Sahara»    La généralisation de la protection sociale, «une révolution en douceur» (expert indonésien)    Football : douze grands clubs européens lancent la «Super League», un projet qui déchaîne les passions    Météo Maroc: le temps prévu lundi 19 avril 2021    Afghanistan: Joe Biden siffle la fin de la partie    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Errachidia : Mise en échec d'une tentative de trafic international de drogue    Youssef En-Nesyri vers un transfert record pour le club du FC Séville    Covid-19: Vaccinations, infections, décès...les chiffres officiels de ce dimanche    Déraillement d'un train en Egypte : Au moins 11 morts et près de 100 blessés (nouveau bilan)    Covid-19 : la moitié des adultes américains a reçu au moins une dose d'un vaccin    Création d'un institut de formation professionnelle    Chelsea et Tuchel en finale grâce à Ziyech!    Le Raja s'offre le MAT, le HUSA s'incline face à la RSB    Le FMI félicite le Maroc    La conjoncture et l'enjeu    El Otmani: une «illustration des contours de la politique sociale de SM le Roi»    Reportage// Ramadan : Je ne sais pas lire l'arabe, comment avoir un contact avec le Saint Coran ?    Le journal égyptien «Al Ahram» met en lumière sur les traditions du Ramadan au Maroc    Kafala: Le procureur général appelle à une intervention positive    Santé : le Maroc va ouvrir ses portes aux médecins étrangers    Le livre. Demain l'âge d'or de Jacque Heitz (suite)    Le livreur algérien de Deliveroo qui refusait de servir des clients juifs a été expulsé vers son pays    Les dates des premières élections fixées    Ancienne médina de Rabat: Une offre abondante et diversifiée pour le Ramadan    Phosphates : un think tank américain appelle à l'annulation des droits d'importations imposés au Maroc    Rachid El Ouali s'exprime sur sa première expérience en tant que réalisateur de sitcom dans Info Soir (Vidéo)    Le match fou du PSG contre Saint-Etienne (VIDEO)    Arrivée à Beyrouth du 2ème lot des aides alimentaires marocaines au Liban    Nucléaire iranien : Des avancées malgré la difficulté des négociations    Maroc : Réunion ce mardi 20 avril du Conseil de gouvernement    Revalorisation : La grogne monte chez les agents de la protection civile en Algérie    Sarah & Ismael: quand la passion guide!    Maroc/Trésor : Déficit budgétaire de 7,3 MMDH à fin mars 2021    Covid-19 : personnes porteuses de maladies chroniques, comment se faire vacciner    Ramadan: Une véritable aubaine pour l'activité commerciale à Souk « Tlat » d'Al Hoceima    Colombie : au moins 14 rebelles et un militaire tués lors de combats    Le profond malaise qui demeure entre la France et l'Algérie s'exaspère    The Legal 500 consacre plusieurs bureaux d'avocats marocains    URGENT ..Foot: la direction du Bayern « désapprouve » l'annonce par Flick de son départ    AMIC : Les levées de fonds pourraient atteindre 2,9 MMDH en 2021    Finale de la Coupe du Roi : Le Real félicite le Barça après son 31ème sacre    OCS-RCOZ (2-1) : Les Messfiouis maîtres chez eux !    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    Don Royal: Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires pour le Liban    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Le fils du Prophète » de Mohamed Ennaji
Publié dans L'observateur du Maroc le 17 - 09 - 2014


Le critique est un être partial. Il aime ou n'aime pas une oeuvre, il apprécie ou n'apprécie pas un auteur. Il arrive qu'il aime l'oeuvre et pas l'auteur, apprécie l'auteur et pas l'oeuvre. Les auteurs, en général, préfèrent qu'il apprécie leurs oeuvres. Ce n'est pas toujours le cas. Le professeur Mohamed Ennaji s'est aventuré à publier un roman dont le personnage essentiel est Zayd Ibn Haritah, fils adoptif du Prophète de l'Islam, qui ne le sera plus à un moment donné de la révélation, et pour rendre son récit plus romanesque en fera la victime d'un complot Koraïchite qui l'écarterait de la succession de « père ». L'idée en soi est intéressante et peut être acceptable. Ce projet a été évoqué par quelques historiens en mal de sensationnalisme, mais le roman ne fut pas convaincant et ne m'a donc pas convaincu. Ce compagnon du prophète est un passionnant personnage de roman. Le choix est donc judicieux. La thématique, plus judicieuse encore. Faire d'Oussama, son fils, le conteur de l'histoire est de plus une astuce littéraire particulièrement bienvenue. Le tout allait toutefois manquer de persuasion et de vérité romanesque. Parce qu'il y a une vérité du roman et cette vérité réside dans un noyau de réalité qui quelque soit la fertilité de l'imagination du romancier ne peut et ne doit être ni disloquée, ni brisée, ni malmenée. L'écriture enfin est pressée ! Comme Malek Halter dans son roman « Khadija », épouse du Prophète, Mohamed Ennaji a malmené ce noyau de vérité pour rendre l'intrigue plus dramatique, le récit plus tragique. Au cours de la lecture de ce récit au titre accrocheur, je ne pouvais m'empêcher de me poser la question suivante : comment se fait-il que le Professeur Ennaji qui a accès à toute les biographies du Prophète en langue arabe, en langue française, en langue anglaise, rapporte que la rencontre de Zayd et du Prophète se fit lors d'un voyage de ce dernier qui le sauva de la faim et de la soif, assista à la mort de sa mère, l'adopta, le ramena, inquiet de la réaction de Khadija, son épouse. Il affirme aussi que cet enfant était sans famille et que les parents qui le cherchaient depuis sa disparition étaient fictifs. Il précise en outre que la biographie de Zayd que rapportent les commentateurs n'est qu'invention mensongère. Comme Marek Halter ? Zayd n'aurait donc jamais été kidnappé lors d'une attaque effectuée par des brigands, ni vendu au souk Okad, ni acheté par Hakim, le neveu de Khadija, ni offert par celui-ci à sa tante, ni par celle-ci à Mohamed qui l'aima beaucoup, l'affranchit, en fit son fils adoptif et le commandant de son armée contre les Byzantins et les Ghassanides. Curieuse coïncidence !! J'ai consulté ,تاريخ الطبري je n'ai pas trouvé la version Ennaji qui est la version Marek Halter. J'ai consulté الطبقات الكبرى « لإبن سعد » , je n'ai pas trouvé la version Ennaji-Halter. J'ai consulté الإصابة في تمييز الصحابة « لإبن حجر » , je ne l'ai pas trouvée non plus. Aussi رجال حول الرسول « لخالد محمد خالد » « les Compagnons du Prophète » de Messoud Abu Oussama, la « Biographie » de Martin Lings, et le Dictionnaire du Coran (sous la direction de Mohamed Ali Amir Moezi) que je recommande vivement à tout lecteur curieux de la religion islamique. La source qui a inspiré ces deux auteurs de roman existe probablement. Je ne l'ai pas encore trouvée.Ils ont sûrement été mal inspirés, par quelque version peu authentique. La vie de leurs deux personnages est en soi une vie de roman. Aucun besoin d'en accentuer les événements ou alors en restant fidèle, en le faisant, au noyau de vérité. Je suis sûr que si l'auteur du « Fils du Prophète » lisait cette chronique qui ne se veut nullement inamicale mais simplement interrogative, il comblerait mes lacunes, me révèlerait sa source et me permettrait d'enrichir mes connaissances inachevées dans l'approfondissement de mes recherches sur la plus décisive des religions monothéistes… En dépit de ses critiques acerbes et injustes sur les biographes, les commentateurs et les historiens de l'Islam ❚

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.