Casablanca : La commune mobilise plus de 2300 agents pour Aïd Al Adha    PUMA signe Luis Suarez    PLF 2018 : la lettre de cadrage de El Otmani    Aïd Al Adha : les conseils de Autoroutes du Maroc    Le tramway de Casablanca s'adapte à Aïd Al Adha    Transfert : La nouvelle destination de Hamza Mendyl    Munir El Haddadi décide de rester au FC Barcelone    Italie : un séisme d'une magnitude de 5,2 touche le centre du pays    Coupes africaines : Des destins opposés attendent le Wydad et le DHJ    Le Maroc et l'Australie-Méridionale examinent les opportunités de coopération    Le cadrage royal    Le BCIJ loue la coopération antiterroriste avec l'Espagne    La crise de la livre turque : est-ce vraiment un complot ?    Le potentiel d'Agadir Ida Outanane!    50.000 enseignants contractuels déjà en ordre de bataille    Averses orageuses fortes et temps chaud attendus vendredi et ce weekend dans plusieurs provinces ce weekend    Madona, «Berber Queen» pour son anniversaire à Marrakech    Mohamed Brahmi, le Cheikh qui veut moderniser la danse Reggada    Recrudescence de cyberattaques sur les comptes Instagram    Pont effondré à Gênes: encore 10 à 20 disparus selon les médias italiens    Facebook offre la diffusion de la Ligue des champions à l'Amérique latine...et la Liga à l'Asie du Sud    Israël: Netanyahu entendu par la police pour corruption présumée    Pakistan: Imran Khan sur le point d'être élu Premier ministre    Le Médiateur dresse son bilan : Près de 10.000 plaintes en 2017    Edito : Jeunesse d'esprit    «Hacky hack hack» : un adolescent australien de 16 ans pirate les systèmes d'Apple    Les jeunes, notre avenir    Un Canadien à la tête d'Air France-KLM    Le «Ceuta est marocaine», fait refuser la nationalité espagnole à une résidente marocaine    Emploi, social, politique : Ce que propose le CESE    Pluie d'hommages mondiaux après la mort d'Aretha Franklin    Classement mensuel de la FIFA: La Maroc perd 5 places et pointe au 46ème rang    Aretha Franklin la reine de la Soul s'est éteinte    760.000 spectateurs au Festival Jawhara    Le Festival des plages Maroc Telecom touche à sa fin    3e tour de qualification pour la Ligue des champions d'e l'UEFA : Elimination précoce de Celtic et Fenerbahçe    Appel à l'Union    Vaste opération de ratissage de l'Etat!    Ali Yata ou la fidélité à un grand fidèle à la patrie et au peuple    Cheb El Hindi se retire de la scène artistique algérienne!    La FNM rend hommage au professeur Joudia Hassar-Benslimane    Les recherches de survivants continuent dans les décombres    Le «Momo challenge», un nouveau défi dangereux pour nos enfants ?    Loi sur l'avortement : Les Algériennes gagnent une partie du pari    Méningite : La situation épidémiologique n'est pas préoccupante    Le Paraguay soutient la marocanité du Sahara    L'Atlético de Madrid bat le Real Madrid et remporte la Super coupe    Agadir accueillera une conférence internationale sur la gestion de la pénurie d'eau    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'après-Russie2018: Le président de la CAF en colère
Publié dans L'observateur du Maroc le 22 - 07 - 2018

Il faut mettre en place des programmes réels de formation et de gouvernance pour atteindre le niveau mondial, ont souligné les participants à une Conférence de la Confédération africaine de football (CAF), tenue hier (samedi 21 juillet 2018) à Rabat pour évaluer la participation des pays du continent au Mondial Russie-2018 de football.
« Si on prend en compte qu'il s'agit d'un échec, il faut assumer », a dit le président de la CAF, Ahmad Ahmad à cette occasion, soulignant la nécessité de faire une analyse minutieuse, pour avoir des constats et chercher avec les parties prenantes des potentielles solutions.
Cette conférence est organisée pour expliquer les raisons de l'élimination des cinq pays africains (Maroc-Tunisie-Egypte-Nigeria-Sénégal) dès le 1er tour de la Coupe du monde 2018.
Le Malgache ne s'est pas arrêté là, mettant l'accent sur l'impératif de voir également le format des qualifications, mais surtout avant tout le football de jeunes (U20 et U23) et les programmes de formation.
« Les équipes européennes ont bien réussi ce Mondial parce qu'elles mettent en place des programmes cohérents de formation », a-t-il constaté, notant que l'exemple concret de l'efficacité de cette stratégie est la France.
« La France est championne du monde par la formation ! Ils ont produit beaucoup de talents, devenus aujourd'hui toutes des stars mondiales », a-t-il enchaîné.
La CAF est toujours prête à mettre en œuvre les suggestions et les propositions émanant des techniciens et spécialistes pour revaloriser le travail, a-t-il poursuivi.
Cette conférence, qui s'étale sur deux jours et à laquelle prennent part des légendes du football, notamment Aliou Cissé, ancien joueur et actuel sélectionneur du Sénégal, le Camerounais Patrick Mboma ou encore son compatriote Geremi Njitap, a été également l'occasion de mettre l'accent sur les moyens mis en place par le pays du Grand Ours pour organiser l'un des mondiaux les plus « beaux » et les plus « réussis » de l'histoire.
« Nous venons de vivre une Coupe du monde FIFA 2018 très riche à tous les niveaux », s'est-il réjoui, faisant savoir que la planification, le travail sérieux et l'ardent désir de servir son pays furent les principales clés qui ont rendu ce pays une vraie terre d'accueil et ce mondial l'un des plus beaux et des plus réussis de l'histoire du football mondial.
« Peut-on rêver d'appliquer à nos plus belles compétitions, la CAN ou la Ligue des champions, entre autres, de telles mesures pour espérer atteindre le très haut niveau dans l'organisation ? », s'est interrogé Ahmad.
« La réponse est oui », a-t-il tranché, précisant qu'il faut « revoir notre vision sur l'avenir, asseoir les bases d'une approche stratégique et mettre en place une feuille de route et de nouvelles règles bien définies de planification, de rigueur pour entrer dans une nouvelle ère. L'ère du travail bien fait ».
De son côté, le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaâ a indiqué que ce genre de conférences est l'occasion de réfléchir sur les mesures à prendre pour développer le football africain et permettre aux pays du Continent de rivaliser l'ascension du football mondial.
« Il faut faire en sorte de rattraper des décalages qui aujourd'hui deviennent de plus en plus des réalités, que ce soit au niveau de la pratique, de la formation et de la gouvernance de football », a-t-il insisté.
« A part quelques initiatives individuelles, les conditions de pratique ne répondent pas aux normes », a-t-il regretté, déplorant le fait de ne pas avoir des processus professionnels pour la formation des jeunes.
Ceci étant, « la gouvernance de notre football nous interpelle et nous interpellera durant les prochaines années pour mettre en place des mesures concrètes au niveau de la formation, des infrastructures et permettre à notre football d'aller rivaliser les grandes nations du football mondial », a lancé Lekjaâ, également membre du bureau exécutif de la CAF.
Il s'est ensuite attardé sur la question de l'arbitrage, relevant que les nouvelles technologies, en l'occurrence la VAR doivent être discutées avec des « interpellations philosophiques et civilisationnelles pour qu'elles assument leur rôle principal, celui d'être un instrument d'assurer l'impartialité sur les pelouses et faire régner la justice footballistique ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.