Le Forum Afrique Développement monte en gamme    Garanties mobilières: Le projet de loi adopté    Fonction publique: Nouveau modèle à l'étude    Fintech: Les bons conseils du FMI aux émergents    Le débat sur le changement d'heure reprend    Macron en Afrique de l'Est: Des intérêts stratégiques    Le CESE renouvelle ses instances au titre de l'année 2019    Mettre l'homme africain au cœur du développement et de la protection sociale    Le Groupe Crédit Agricole du Maroc primé à Tunis    La réussite de l'entreprise est tributaire de la garantie du bien-être du salarié    Trafic aérien intense à Dakhla à l'occasion du Forum Crans Montana    Les manifestations contre Bouteflika mettent à mal le Polisario    Arlene Foster, la femme qui détient les clefs du Brexit    La Nouvelle-Zélande va durcir sa législation sur les armes    L'Opep et ses partenaires font le point sur leur stratégie de soutien aux prix    Le Barça se rapproche de la consécration    Mbappé et Di Maria, un duo pour l'unité du Parc    Coupe de la Confédération : "Le Hassania in, le Raja out of Africa"    "Un partenariat novateur au service des compétences"    Pour de jeunes Canadiennes, le cannabis permet d'être une meilleure mère    Insolite : Selfie imprudent    Aziz Samsaoui, l'ambassadeur de la musique arabo-andalouse en Espagne    "Kilikis, la cité des hiboux" remporte le prix du meilleur film étranger au Canada    Captain Marvel commande toujours le box-office    Crash d'Ethiopian Airlines. Le P-DG de Boeing réagit    SIDA. Un programme ciblant les jeunes, les femmes et les migrants    Agressions sexuelles : Koffi Olomidé condamné à deux ans de prison    La Tribune de Nas : Vers une finale Leo/Cris ?    Flexibilité du dirham : Les objectifs de la première phase pleinement atteints    Message royal au 5e Forum Crans Montana de Dakhla    Digitalisation: C'est maintenant ou jamai!    Fès : Sous l'effet de l'alcool, un marchand ambulant tue son ami    El Jadida: 8 ans de réclusion criminelle pour un tailleur pédophile    Tétouan : Un jeu de hasard qui finit dans le sang    IB Maroc passe au rouge    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad se qualifie haut la main en quarts de finale    Le PPS condamne vigoureusement l'attaque terroriste de deux mosquées en Nouvelle Zélande    La porte du souk hebdomadaire d'El Aroui inscrite au patrimoine national    Point de vue : «Terrasses en Scènes» de Morocco l'Ghedd !    «A la croisée des chemins» de Youssef Douieb à la galerie Nadar de Casablanca    Maroc-Argentine. Messi sera de la partie    37ème Conférence des ministres de la jeunesse et des sports de la Francophonie à Marrakech : Rachid Talbi Alami désigné nouveau président    Bank Al-Maghrib, the limitations of an accommodative monetary policy    « Lumières Marocaines », Fouad Laroui rend hommage à l'art contemporain marocain    Les Marocains s'illustrent aux Special Olympics d'Abu Dhabi    Fiscalité, AMO… La corporation des cliniques privées fait le point    18 FICAM®: L'Espagne à l'honneur    UMT : Miloudi Moukharik rempile    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'après-Russie2018: Le président de la CAF en colère
Publié dans L'observateur du Maroc le 22 - 07 - 2018

Il faut mettre en place des programmes réels de formation et de gouvernance pour atteindre le niveau mondial, ont souligné les participants à une Conférence de la Confédération africaine de football (CAF), tenue hier (samedi 21 juillet 2018) à Rabat pour évaluer la participation des pays du continent au Mondial Russie-2018 de football.
« Si on prend en compte qu'il s'agit d'un échec, il faut assumer », a dit le président de la CAF, Ahmad Ahmad à cette occasion, soulignant la nécessité de faire une analyse minutieuse, pour avoir des constats et chercher avec les parties prenantes des potentielles solutions.
Cette conférence est organisée pour expliquer les raisons de l'élimination des cinq pays africains (Maroc-Tunisie-Egypte-Nigeria-Sénégal) dès le 1er tour de la Coupe du monde 2018.
Le Malgache ne s'est pas arrêté là, mettant l'accent sur l'impératif de voir également le format des qualifications, mais surtout avant tout le football de jeunes (U20 et U23) et les programmes de formation.
« Les équipes européennes ont bien réussi ce Mondial parce qu'elles mettent en place des programmes cohérents de formation », a-t-il constaté, notant que l'exemple concret de l'efficacité de cette stratégie est la France.
« La France est championne du monde par la formation ! Ils ont produit beaucoup de talents, devenus aujourd'hui toutes des stars mondiales », a-t-il enchaîné.
La CAF est toujours prête à mettre en œuvre les suggestions et les propositions émanant des techniciens et spécialistes pour revaloriser le travail, a-t-il poursuivi.
Cette conférence, qui s'étale sur deux jours et à laquelle prennent part des légendes du football, notamment Aliou Cissé, ancien joueur et actuel sélectionneur du Sénégal, le Camerounais Patrick Mboma ou encore son compatriote Geremi Njitap, a été également l'occasion de mettre l'accent sur les moyens mis en place par le pays du Grand Ours pour organiser l'un des mondiaux les plus « beaux » et les plus « réussis » de l'histoire.
« Nous venons de vivre une Coupe du monde FIFA 2018 très riche à tous les niveaux », s'est-il réjoui, faisant savoir que la planification, le travail sérieux et l'ardent désir de servir son pays furent les principales clés qui ont rendu ce pays une vraie terre d'accueil et ce mondial l'un des plus beaux et des plus réussis de l'histoire du football mondial.
« Peut-on rêver d'appliquer à nos plus belles compétitions, la CAN ou la Ligue des champions, entre autres, de telles mesures pour espérer atteindre le très haut niveau dans l'organisation ? », s'est interrogé Ahmad.
« La réponse est oui », a-t-il tranché, précisant qu'il faut « revoir notre vision sur l'avenir, asseoir les bases d'une approche stratégique et mettre en place une feuille de route et de nouvelles règles bien définies de planification, de rigueur pour entrer dans une nouvelle ère. L'ère du travail bien fait ».
De son côté, le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaâ a indiqué que ce genre de conférences est l'occasion de réfléchir sur les mesures à prendre pour développer le football africain et permettre aux pays du Continent de rivaliser l'ascension du football mondial.
« Il faut faire en sorte de rattraper des décalages qui aujourd'hui deviennent de plus en plus des réalités, que ce soit au niveau de la pratique, de la formation et de la gouvernance de football », a-t-il insisté.
« A part quelques initiatives individuelles, les conditions de pratique ne répondent pas aux normes », a-t-il regretté, déplorant le fait de ne pas avoir des processus professionnels pour la formation des jeunes.
Ceci étant, « la gouvernance de notre football nous interpelle et nous interpellera durant les prochaines années pour mettre en place des mesures concrètes au niveau de la formation, des infrastructures et permettre à notre football d'aller rivaliser les grandes nations du football mondial », a lancé Lekjaâ, également membre du bureau exécutif de la CAF.
Il s'est ensuite attardé sur la question de l'arbitrage, relevant que les nouvelles technologies, en l'occurrence la VAR doivent être discutées avec des « interpellations philosophiques et civilisationnelles pour qu'elles assument leur rôle principal, celui d'être un instrument d'assurer l'impartialité sur les pelouses et faire régner la justice footballistique ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.