Tariq Ramadan reconnait avoir eu des rapports sexuels avec deux plaignantes    Nouveau modèle du développement : Résultats du brainstorming de Skhirat (Document)    Khashoggi : Ankara parle d'un meurtre « planifié », la presse implique MBS    Retrait américain d'un traité nucléaire : John Bolton à Moscou pour explications    Italie : Rome maintient son budget mais promet à l'UE de contenir la dette    Le Maroc décide l'expulsion des migrants stoppés devant Melilla    Télémédecine : Lancement des premières activités de téléconsultations    Andalousies Atlantiques. Raymonde El Bidaouia et Hajja El Hamdaouia en "cœur" à Essaouira    Sanchez, VRP du Maroc auprès de l'UE    Botola Maroc Telecom D1 : L'Ittihad de Tanger tarde à décoller    Régions. L'Etat tient ses promesses    IAM: la Data accélère la croissance    Tennis de table : Le Maroc au 30e Championnat arabe prévu du 2 au 8 novembre à Tunis    Real Madrid / Lopetegui: « Je serai encore l'entraîneur demain »    Partenariat : CFC signe un protocole d'accord avec Shanghai    Météo : Temps passagèrement stable dès mardi    Douze militaires blessés à Melilla    Attijariwafa bank : Deux nouveaux Espaces Libre service Bancaire à Agadir et Tiznit    Tourisme. L'embellie pour Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Coin de l'expert    Le Wydad de Casablanca s'imposé à domicile face au Mouloudia d'Oujda    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Meknès    Inondations dans l'Aude : 200 millions d'euros de dégâts    Transformation numérique : L'industrie 4.0 en débat à l'Ecole Centrale Casablanca    Le Projet «Réussir» laisse place au bilan    Le prince Moulay El Hassan préside la cérémonie de remise des prix SM le Roi Mohammed VI de saut d'obstacles    Culture et identité : quels défis à relever?    « Visa for Music » dévoile la sélection officielle    Abdelwahab Doukkali expose ses «génies» à Bab Rouah    Edito : Exercice particulier    Le conseil communal de Mohammedia destitue son président PJD    Tanger Med : Plusieurs opérations de trafic de produits de luxe avortées    Pour avoir provoqué un accident de la route en état d'ébriété : Un brigadier-chef placé en garde à vue à Béni Mellal    Mouhcine Malzi, artiste jusqu'aux tripes    Ramed. 2019, l'année de la fin des galères ?    Kamal Lahlou : La participation du Maroc aux JOJ à Buenos Aires a été très honorable    Des Centres de santé défaillants    Divers    Séminaire international sur le rôle des Parlements et des CES d'Afrique face aux défis de la migration    News    Tenue à Asunción de la première session des consultations politiques Maroc-Paraguay    La Russie réitère sa volonté d'approfondir sa coopération avec le Maroc    Le choc OCK-Raja débouche sur un nul    Jack Lang : Ceux qui ont suscité la polémique contre l'enseignement de l'arabe sont en vérité des xénophobes et leurs arguments sont absurdes    Le conte populaire marocain, un patrimoine humain authentique et millénaire au bord de l'extinction    La rareté du lectorat pèse lourdement sur la chaîne du livre    L'Affaire Khashoggi et la main de Washington…    Malgré les aveux saoudiens, Trump et l'UE réclament plus de détails sur le meurtre de Khashoggi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'après-Russie2018: Le président de la CAF en colère
Publié dans L'observateur du Maroc le 22 - 07 - 2018

Il faut mettre en place des programmes réels de formation et de gouvernance pour atteindre le niveau mondial, ont souligné les participants à une Conférence de la Confédération africaine de football (CAF), tenue hier (samedi 21 juillet 2018) à Rabat pour évaluer la participation des pays du continent au Mondial Russie-2018 de football.
« Si on prend en compte qu'il s'agit d'un échec, il faut assumer », a dit le président de la CAF, Ahmad Ahmad à cette occasion, soulignant la nécessité de faire une analyse minutieuse, pour avoir des constats et chercher avec les parties prenantes des potentielles solutions.
Cette conférence est organisée pour expliquer les raisons de l'élimination des cinq pays africains (Maroc-Tunisie-Egypte-Nigeria-Sénégal) dès le 1er tour de la Coupe du monde 2018.
Le Malgache ne s'est pas arrêté là, mettant l'accent sur l'impératif de voir également le format des qualifications, mais surtout avant tout le football de jeunes (U20 et U23) et les programmes de formation.
« Les équipes européennes ont bien réussi ce Mondial parce qu'elles mettent en place des programmes cohérents de formation », a-t-il constaté, notant que l'exemple concret de l'efficacité de cette stratégie est la France.
« La France est championne du monde par la formation ! Ils ont produit beaucoup de talents, devenus aujourd'hui toutes des stars mondiales », a-t-il enchaîné.
La CAF est toujours prête à mettre en œuvre les suggestions et les propositions émanant des techniciens et spécialistes pour revaloriser le travail, a-t-il poursuivi.
Cette conférence, qui s'étale sur deux jours et à laquelle prennent part des légendes du football, notamment Aliou Cissé, ancien joueur et actuel sélectionneur du Sénégal, le Camerounais Patrick Mboma ou encore son compatriote Geremi Njitap, a été également l'occasion de mettre l'accent sur les moyens mis en place par le pays du Grand Ours pour organiser l'un des mondiaux les plus « beaux » et les plus « réussis » de l'histoire.
« Nous venons de vivre une Coupe du monde FIFA 2018 très riche à tous les niveaux », s'est-il réjoui, faisant savoir que la planification, le travail sérieux et l'ardent désir de servir son pays furent les principales clés qui ont rendu ce pays une vraie terre d'accueil et ce mondial l'un des plus beaux et des plus réussis de l'histoire du football mondial.
« Peut-on rêver d'appliquer à nos plus belles compétitions, la CAN ou la Ligue des champions, entre autres, de telles mesures pour espérer atteindre le très haut niveau dans l'organisation ? », s'est interrogé Ahmad.
« La réponse est oui », a-t-il tranché, précisant qu'il faut « revoir notre vision sur l'avenir, asseoir les bases d'une approche stratégique et mettre en place une feuille de route et de nouvelles règles bien définies de planification, de rigueur pour entrer dans une nouvelle ère. L'ère du travail bien fait ».
De son côté, le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaâ a indiqué que ce genre de conférences est l'occasion de réfléchir sur les mesures à prendre pour développer le football africain et permettre aux pays du Continent de rivaliser l'ascension du football mondial.
« Il faut faire en sorte de rattraper des décalages qui aujourd'hui deviennent de plus en plus des réalités, que ce soit au niveau de la pratique, de la formation et de la gouvernance de football », a-t-il insisté.
« A part quelques initiatives individuelles, les conditions de pratique ne répondent pas aux normes », a-t-il regretté, déplorant le fait de ne pas avoir des processus professionnels pour la formation des jeunes.
Ceci étant, « la gouvernance de notre football nous interpelle et nous interpellera durant les prochaines années pour mettre en place des mesures concrètes au niveau de la formation, des infrastructures et permettre à notre football d'aller rivaliser les grandes nations du football mondial », a lancé Lekjaâ, également membre du bureau exécutif de la CAF.
Il s'est ensuite attardé sur la question de l'arbitrage, relevant que les nouvelles technologies, en l'occurrence la VAR doivent être discutées avec des « interpellations philosophiques et civilisationnelles pour qu'elles assument leur rôle principal, celui d'être un instrument d'assurer l'impartialité sur les pelouses et faire régner la justice footballistique ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.