Coronavirus : le Maroc s'engage sur le plan africain en mettant à contribution son expérience et expertise    UNAF U21 : les lionnes de l'Atlas s'acharnent sur l'Algérie (2-0)    Barça: le quadruplé retentissant de Messi face à Eibar (VIDEO)    Al-Kass Cup: l'Académie Mohammed VI s'incline face au Real Madrid (VIDEO)    PAM : le 25ème Conseil national du PAM aura lieu le 7 mars    Des installations du tramway de Casablanca sérieusement endommagées (PHOTOS)    Hamza monbb : des aveux mettent à mal les soeurs Batma    Tragique accident entre Marrakech et Imintanoute    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    Mutandis Auto réduit ses parts dans Immorente Invest    Paradis fiscaux: le Maroc peut mieux faire    Coronavirus : Les 167 Marocains rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    Un conseiller du PJD arrêté à la frontière pour faux et usage de faux    Lourde sanction contre les supporters de Dortmund    PAM : des dirigeants du parti refusent de participer au bureau politique formé par Abdellatif Ouahbi    Crédit du Maroc dresse le bilan de son plan stratégique CAP 2020    Blocage de l'adoption du code pénal, la sèche mise au point de Ben Abdelkader    Mehdi Lahlou : les banques islamiques ne sont aucunement différentes des banques classiques    Un nouveau "portefeuille pédagogique" pour lutter contre la violence en milieu scolaire    Fès: une ressortissante étrangère agressée sur la voie publique    Une voiture interceptée à l'entrée de Salé    Equipementiers Une 4e usine pour TE Connectivity    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    Top mondial YouTube: Zouhair Bahaoui cartonne avec son nouveau clip (VIDEO)    Azilal : le parc jurassique ouvrira ses portes fin mars    Le Maroc prêt à apporter au Qatar tous les moyens humains et logistiques pour réussir le Mondial-2022 de football    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Dans le bagage des candidats à la Maison Blanche il y a aussi… des casseroles    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Adieu Abdeslam Alla    Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    La déconstruction d'un mythe    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Mohamed Benchaâboun: « Tous les indicateurs montrent que la dette marocaine est soutenable »    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les attaques iraniennes contre les tankers dans le Golfe font partie des fondements du pouvoir iranien
Publié dans L'observateur du Maroc le 22 - 06 - 2019


Chronique de Hamid Enayat
Alors que les tensions américano-iraniennes montent en flèche, la menace est grande. Pas seulement pour le commerce mondial, mais aussi pour la paix et la sécurité dans la région et dans le monde.
Les Etats-Unis, l'Arabie saoudite et le Royaume-Uni sont catégoriques sur le fait que ce sont les forces iraniennes qui ont, d'une manière ou d'une autre, posé des mines magnétiques sur la coque de navires en mouvement et les ont fait exploser.
Bien que l'Iran nie les accusations selon lesquelles il aurait attaqué des pétroliers la semaine dernière, ou la destruction d'un drone américain ce jeudi, il est limpide que de telles actions terroristes font partie des fondements du pouvoir iranien.
L'Iran a toujours agi en tant que provocateur régional, et dans ces derniers événements il n'y a rien différent. L'Iran a de nouveau eu recours à des tactiques liées à sa réputation d'Etat voyou avec des attaques contre les navires de commerce et la liberté de navigation, des menaces sur la livraison de pétrole et son classique chantage nucléaire. L'illustration parfaite de la continuation de sa politique belliqueuse qu'il mène depuis 40 ans.
Les buts poursuivis par Téhéran sont multiples. En tête d'entre eux se trouve la lutte contre toute opposition. Suit la guerre contre les « grand et le petit Satan », Etats-Unis et Israël, puis le règlement de litiges, comme cela a été le cas au milieu des années 1980 avec la France. Pour l'Iran, le terrorisme est un moyen de combat au même titre que la guerre.
Le régime des mollahs a montré à maintes reprises qu'à défaut d'armes de destruction massive, il appréciait particulièrement les actions terroristes.
Au cours de la dernière année, le régime iranien a intensifié ses activités terroristes en Europe et a simultanément intensifié sa propagande contre l'OMPI. En Albanie, à Paris, aux Pays-Bas, aux Etats-Unis et au Danemark, rien qu'en 2018, on ne compte plus les tentatives d'attentats terroristes du régime iranien. Que ce soit l'arrestation d'un agent des services secrets iraniens agissant sous couvert de son statut diplomatique autrichien, l'expulsion de trois diplomates iraniens impliqués dans des actions terroristes en France et aux Pays-Bas, les liens plus qu'étroits du terroriste arrêté au Danemark avec l'ambassadeur d'Iran en Norvège. Autant de faits qui démontrent que L'Etat iranien – du haut Conseil de sécurité en passant par les Gardiens de la révolution, la Force Qods, le ministère de Renseignement, le ministère des Affaires étrangères et les ambassades – est impliqué massivement a tous niveaux et dans toute sortes d'actions terroristes à l'étranger.
Le régime du Guide suprême a été encouragé dans le crime par la politique de complaisance européenne, préférant éviter de punir les mollahs en prétextant que le terrorisme n'est l'œuvre que de certaines factions au sein du régime.
Le discours européen d'apaisement face à l'Iran encourage les attaques contre les valeurs et la sécurité du monde libre. Il est nécessaire de faire face au terrorisme de Téhéran avec fermeté. Il est temps que l'Europe se joigne aux efforts de l'administration américaine contre ce régime terroriste. Les mollahs redoutent le langage de la fermeté. Il suffirait aux gouvernements internationaux d'opter pour une politique intransigeante, en désignant les pasdaran comme entité terroriste par exemple, comme l'ont fait les Etats Unis en avril, pour rétablir la stabilité dans la région.
Pour freiner son terrorisme, ses ingérences déstabilisatrices au Moyen-Orient et son programme nucléaire et balistique, la réaction de la communauté internationale doit être à la hauteur des crimes.
La destruction d'un drone américain, l'attaque de pétroliers ou celles au cœur de l'Arabie saoudite avec des missiles, doivent aussi amener le Conseil de sécurité de l'ONU à agir contre ceux qui sont responsables, afin de maintenir la sécurité et la stabilité dans la région.
Un changement est à portée de main à condition que les pays occidentaux et les lobbies du régime iranien cessent leurs activités avec la théocratie iranienne. Le régime des mollahs ne mettra fin à sa belligérance que lorsqu'il y sera contraint.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.