Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Covid-19: Le nombre des cas actifs s'élève à près de 11.000    Live. Coronavirus : la situation au Maroc, vendredi 14 août à 18h    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.306 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 39.241 cas cumulés, vendredi 14 août à 18 heures    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Covid-19 au Maroc: témoignages poignants de médecins réanimateurs    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Vaccin anti-Covid-19: accord entre l'UE et une société américaine    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Adil Bouaouad en quête de « rédemption »
Publié dans L'observateur du Maroc le 06 - 07 - 2020

Réputé pour sa voix atypique et aigue, le chanteur et parolier du groupe de Rock « Babel » entame un « voyage » intérieur avec comme première escale « Mankdarch » (Je ne peux pas), extrait du nouvel album « Voyage ».


A l'entendre chanter, l'on croirait entendre l'incroyable voix d'Axl Rose du célèbre groupe Guns N' Roses, à un détail près, la voix chante en darija. Âgé de 40 ans, le chanteur et parolier ayant rejoint le groupe de rock marocain Babel en 2010 confère à la formation un nouveau souffle Rock avec une touche marocaine.
Après avoir sorti deux versions (Remix et Rock) de sa célèbre chanson « Feels so right » réalisé par le RedOne, Babel qui avait remporté le prix du meilleur groupe « fusion » lors du festival Génération Mawazine 2011, revient avec « Mankdarch », 2e chanson de son album « Voyage ».
Chanté en darija, le titre dont les paroles ont été écrites par le chanteur du groupe Adil Bouaouad, a été réalisé au Studio DBF et produit par Maroc Cultures. Disponible depuis le 13 juin 2020 sur YouTube et sur les plateformes de téléchargements légaux, le clip tourné en noir et blanc dépeint la dure réalité des jeunes qui désespèrent à l'idée de trouver un boulot.

Parlez-nous un peu de « Mankdarch » ?

C'est un peu une sorte de dialogue avec soi-même. La chanson parle des gens qui sont désespérés, qui n'ont pas de travail et qui galèrent pour vivre dignement. C'est comme une sorte de voyage qu'on entreprend depuis l'adolescence. Un voyage où on se pose plusieurs questions comme : pourquoi moi ? pourquoi je n'ai pas de chance ? pourquoi je n'arrive pas à réaliser mes rêves ?…
« Manekdarch » est le premier épisode qui dépeint la vie d'un personnage qui va entamer un voyage avec son esprit en quête de rédemption. A la fin, il finit par trouver la solution, reçoit une récompense, se réconcilie avec ses démons et se libère de ses chaines intérieures qui le retiennent comme esclave. C'est un travail sur soi, le personnage est enfin apaisé et peut célébrer cela avec lui-même et c'est ce que résume le dernier épisode en anglais intitulé « Celebration day ».

Le morceau a été enregistré en DBF en 2015. Pourquoi l'avoir sorti en clip maintenant ?
Vu la crise sanitaire et les problèmes qu'elle a engendré, j'ai trouvé que c'était le moment opportun pour nous de le sortir car plusieurs personnes ont perdu leur boulot pendant cette période critique et traversent des moments très difficiles. Le taux de chômage est grandissant et les jeunes ont du mal à trouver du travail pour vivre dignement. C'est aussi un peu autobiographique, car quand j'étais jeune, j'ai eu du mal à réaliser mes rêves, je voulais poursuivre mes études à l'étranger, mais comme ça coïncidait avec les événements du 11 sept 2011, ça n'était pas évident.

Les autres thématiques sont un peu d'ordre existentielles ?
Oui, nous utilisons beaucoup de métaphores dans nos chansons. Il y a un morceau en darija qui va être prochainement lancé, et qui parle de la trahison entre amis. Un autre morceau « Corrosion », est un peu philosophique, et qui parle du fait que tout change dans la vie et la nature, c'est une métaphore qui signifie que rien ne reste tel quel, tout s'altère, à l'image des corrosions en mer, causées par l'eau qui creuse les pierres. La nature change et donc, l'esprit des êtres humains aussi, il se forge avec le temps, devient plus fort malgré les corrosions du temps. Je parle des corrosions sentimentales aussi.
Il y a « Look at me now » qui parle de notre expérience musicale. Il y a aussi « The way to heaven » en darija et anglais, qui parle du bon chemin à emprunter pour échapper aux ténèbres de la vie. C'est une sorte de dialogue intérieur d'une personne perdue qui se cherche en quête pour retrouver le salut, dans un monde sans merci.
Les groupes qui ont influencé votre parcours ?
J'ai toujours aimé et ce, depuis mon plus jeune âge des groupes comme Bon Jovi et Guns N' Roses. A 12 ans, j'étais tombé amoureux des 2 albums de Guns N' Roses, « Use your illusion1 and 2 », j'étais émerveillé par la voix d'Axl Rose, l'une des plus grandes tessitures au monde. C'est pour cette raison que ma voix lui ressemble un peu.

Pourquoi le Rock ?
Le Rock, c'est moi. Avant, j'écoutais Michael Jackson, mais quand j'ai écouté Guns N' Roses, je suis tombé raide amoureux de la voix d'Axl Rose. A l'époque, on convertissait des albums vigniles en K7. J'aime l'esprit du Rock, la liberté d'expression qu'il permet et surtout le fait qu'il il n'y ait pas de limites dans le rythme. Je préfère le Rock Heavy, c'est un style plus mélodique et plus ouvert.
Il y a un public très large du rock au Maroc, et on aimerait bien hisser son drapeau. A part Hoba Hoba Spirt et Darga, plusieurs groupes n'arrivent pas à percer, même s'ils passent par L'Boulevard. Il faut persévérer pour imposer son style. Un jour, peut-être, quand je serais vieux, je deviendrais plus sage et je chanterais de la world music mais ce n'est encore à l'ordre du jour !
LIRE AUSSI :
« Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.