Coronavirus : Casablanca, Tanger, Fès et Marrakech, régions les plus touchées    Covid-19 : 1.345 nouveaux cas, nouveau record et 19 décès    Coronavirus : 1.345 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 32.007 cas cumulés samedi 8 août à 18 heures    Relance économique: El Othmani a échangé avec des experts    Selon un flash Covid-19 élaboré par l'ONMT Marrakech a une prépondérance des chambres d'hôtel de 74% tout comme Rome    Covid-19 : Fermeture du port de Laâyoune jusqu'à nouvel ordre    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Tanger : La Marine Royale saisit 1200 kg de chira    Fati Jamali confirme sa contamination par le nouveau coronavirus    Explosions au Liban: Moulay Hicham et Cheikh El Kettani blessent les Libanais    Oujda: 12 lingots d'or et plus de 2 millions d'euros saisis par la BNPJ    OCP fête son siècle d'existence    Marché des changes: le dirham quasi-stable face à l'euro    Vaccin anti-Covid-19: un institut indien compte produire plus de 100 millions de doses    Le tourisme: Une affaire de santé aussi    Ligue des champions : les résultats et le programme des quarts    Arrivée à Beyrouth de l'aide marocaine médicale et humanitaire    Rabat constitue son parc à sculpture    Un concours pour révéler les talents arabes du court-métrage    Champions League: le Real s'effondre face à City, Lyon sort la Juve (VIDEOS)    Le classement général de la Botola (mise à jour)    Macron réclame une enquête internationale    Rachid Yazami : Je n'en reviens toujours pas qu'une telle quantité de nitrate d'ammonium ait été stockée pas loin du centre de Beyrouth    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Le chômage poursuit son envolée au deuxième trimestre sous l'effet du Covid-19    Berkane s'offre le WAC    Aguerd vers Rennes et En-Neysiri en quart de l'Europa League    Rentrée scolaire 2020-2021 : Démarrage des cours le 7 septembre    Examen de passage pour Gattuso    La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Ligue des champions : Huit chocs pour quatre billets pour Lisbonne    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Accord de sponsoring : Le Raja et OLA Energy renforcent leur partenariat    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    La terre a tremblé en Algérie    Trump interdit TikTok et WeChat et la Chine crie à la « répression politique »    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ramid-Amnesty. Le grand dilemme du ministre des droits de l'Homme
Publié dans L'observateur du Maroc le 07 - 07 - 2020


Mustapha Ramid du temps où Amnesty était utile

Objectivement, le ministre des Droits de l'Homme aurait du démissionner suite au scandale qu'il a suscité en exploitant une secrétaire pendant plus de 23 ans dans son cabinet d'avocat sans droits sociaux. C'est ce qui se serait passé, si nous étions dans
un pays qui ne transige pas avec l'intégrité.
Mais à y voir de plus près, les choses peuvent être un peu plus nuancées.
L'affaire d'Amnesty International, qui accuse le Maroc, sans preuves jusqu'à maintenant, d'espionner des journalistes, a révélé un aspect très important du jeu politique. Qui va être aux premières lignes de front contre Amnesty? Le ministère des droits de l'Homme, c'est évident. Or, Mustapha Ramid qui est encore le titulaire du poste, ne peut oublier ce que Amnesty avait fait pour son parti islamiste, le PJD, quand il était encore dans l'opposition.
Le PJD allait se plaindre auprès de l'ONG à la moindre anicroche avec la police, comme c'était le cas lors des dernières élections communales.
Le PJD s'était plaint qu'un de ses chefs locaux à Oujda avait subi des actes de maltraitance de la part de la police, le plongeant dans le coma. Ramid qui était le chef des droits de l'homme de son parti, via une association qu'il présidait, ne refusait pas le petit coup de main d'Amnesty.
Mais ça c'était avant. Aujourd'hui, il ne peut plus tolérer que l'ONG britannique se mêle des affaires du pays, en mentant, de surcroit.
D'ailleurs, son département vient de nier dans un communiqué, avoir reçu la moindre correspondance d'Amnesty International au sujet des personnes qui prétendent avoir été espionnées.
Mais, comme on dit, la tête qui ne tourne pas est une colline. Ramid n'a eu aucun mal à se retourner contre l'ONG des droits de l'homme. Facile, le PJD, lui-même a retourné sa veste dès qu'il a mis les pieds au gouvernement.
On peut demander ce qu'on veut au PJD. Dans ce parti, si l'homme a inventé la veste, c'est pour qu'elle soit retournée. Ce n'est pas un parti, c'est retoucherie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.