Cyclisme: La FRMC organise un stage de préparation à Benslimane    CAN U20: Les Lionceaux de l'Atlas visent le podium    Manifs anti-couvre-feu : La Hollande s'enflamme (vidéos)    Le gouvernement Netanyahou approuve l'accord de reprise des relations Maroc-Israël    L'Espagne doit privilégier la raison pour tirer profit des récents développements intervenus au Sahara marocain    El Mouloudi Benhammane, président de la FNBTP    L'Europe doit devenir une puissance climatique mondiale    Demi Lovato reviendra sur son overdose    Shakira vend son catalogue à un fonds d'investissement    Scolarité des enfants : les conséquences de la pandémie relevées par la Fondation IPSOS    Hassan Baraka réalise une nage de 1.600 mètres en eau glacée    Le silence, quels bénéfices pour la santé ?    Projection virtuelle du documentaire "Dans tes yeux, je vois mon pays "    Nasser Bourita : Le Maroc accompagnera les parties libyennes jusqu 'à résolution de la crise    Compteur coronavirus : 520 cas testés positifs et 22 décès en 24H    Une Marocaine tente de voyager avec un test falsifié    Calcio : L'AC Milan, championne d'hiver    Communication de marque : ce que cache le changement de logo des constructeurs    Mohamed Ayouch, le chanteur qui détricote les mensonges du Polisario    Maroc-Grande Bretagne: une amitié séculaire    Réseau FCA Morocco : La Continentale tisse sa toile à El Jadida    L'AMMC dévoile ses actions prioritaires pour 2021    Le Maroc se contente du nul face au Rwanda    L'UFC vire Azaitar!    En Nesyri surclasse Messi et Suarez    Ovnis : la CIA lève le voile sur ses dossiers secrets désormais librement disponibles au téléchargement    Céréaculture: Le baromètre de la réussite de la saison agricole    Bir Gandouz et El Guerguarat auront bientôt des zones de distribution et de commerce    Confessions dominicales : Un Président inapte et retour en force du «chibanisme»    Maroc: une diplomate met à nu les allégations mensongères de certaines voix dissonantes sur les réseaux sociaux    Le dossier iranien au menu du premier contact entre l'Administration Biden avec Israël    Le Maroc reçoit une première livraison du vaccin anti-Covid 19    Vaccins Vs Nouveaux variants    Moncef Slaoui : « la lenteur et la confusion autour du déploiement des vaccins ont frustré des millions de personnes dans le monde »    Accord pour la formation des équipes de travail pour prendre des mesures pratiques    USA : Deb Haaland, une amérindienne ministre de l'Intérieur    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Calligraphe: Rihani expose ses œuvres à Sidi Moumen    L'icône du jazz sud-africain Jonas Gwangwa n'est plus    La M.N.A entre vents et marées!    Déficit budgétaire de 82,4 MMDH à fin 2020    UNESCO et UE : Main dans la main pour lutter contre les contenus haineux sur Internet    Guerguarate – Sources autorisées : Situation calme et normale malgré de nouvelles vaines provocations du Polisario    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





US Round Up du mercredi 8 juillet – PPP, Banques, Eglises, Texas, Harry et William
Publié dans L'observateur du Maroc le 08 - 07 - 2020

Selon les médias américains, le programme Paycheck Protection Program ou (PPP), censé offrir une aide directe aux petites et moyennes entreprises, a été mal conçu, et surtout mal ciblé. Ce sont des fortunés, des organismes et firmes aux reins solides et bien connectés politiquement dont des législateurs, des groupes de lobbyistes, des fonds de philanthropie et Kanye West qui en ont bénéficié...
Banques – $ 24 milliards pour la gestion du PPP
Les géants américains de la banque JPMorgan, Chase & Co. et Bank of America Corp. s'apprêtent à se partager entre $1,5 et $2,6 milliards en frais de gestion du programme gouvernemental des prêts d'urgence (Paycheck Protection Program) destiné aux petites entreprises touchées par le coronavirus, informe The Wall Street Journal. Les deux plus grandes banques américaines en termes d'actifs ont accordé plus de prêts d'urgence que tout autre établissement de crédit ayant participé au PPP. Elles devraient également se tailler la part du lion en matière de frais de gestion, selon les révélations de l'administration Trump. Au total, plus de 4000 établissements de crédit sont en lice pour se partager le gâteau des frais du traitement de ce programme estimé entre $14,3 milliards – $24,6 milliards. Et ce, dans le cadre d'un plan évalué à $670 milliards censé soutenir l'entreprise américaine. Par ailleurs, JPMorgan, Bank of America et Wells Fargo & Co. ont fait part de leur intention de faire don des profits issus du plan d'aide destiné aux petites entreprises, précise le Journal.
D'autre part, parmi les bénéficiaires les plus controversés de l'aide fédérale destinée aux petites entreprises: des législateurs, des groupes de lobbyistes, des organisations à but non lucratif dont Ayn Rand Institute et également Kanye West, souligne Politico. Alors que 650,000 entreprises sur 4,9 millions d'emprunteurs ont bénéficié du programme, environ 130 milliards de dollars restent dans les coffres du Paycheck Protection Program. Ces révélations devraient inciter la Maison Blanche et le Congrès à repenser ce programme pour le prochain coup de pouce financier, note la publication ajoutant que le secrétaire au Trésor, Steve Mnuchin, a déclaré qu'il devrait y avoir plus de contrôle sur les bénéficiaires de l'aide financière.
Les églises déconfinées deviennent des foyers épidémiques
Selon The New-York Times, de nouvelles flambées de coronavirus font rage dans les églises où les services religieux viennent de reprendre. Plus de 650 cas ont été recensés dans près de 40 églises à travers les Etats-Unis depuis le début de la pandémie, dont la majorité ont été détectés au cours du mois dernier suite au déconfinement amorcé par plusieurs Etats. Le virus a frappé des églises qui ont repris leurs activités tout en se conformant aux protocoles sanitaires ainsi que celles qui les ont défiés. Au Texas, environ 50 personnes ont contracté le virus après avoir été autorisées par un pasteur à s'embrasser. Pendant que le virus poursuit sa course à travers le Texas, dans l'Arizona et d'autres bastions évangéliques du Sud et de l'Ouest, certaines églises qui se sont démenées pour rouvrir ont décidé de refermer leurs portes et se demandent s'il sera toujours possible de prier ensemble en toute sécurité. « Nos églises ont respecté les protocoles sanitaires et pourtant il y'a des gens qui ont été testés positifs au coronavirus », regrette Cynthia Fierro Harvey, évêque de l'Eglise méthodiste de la Louisiane, où trois églises ont de nouveau fermé au cours de la semaine dernière.
Le Texas renoue avec les exécutions
Après des mois d'interruption en raison de la pandémie, les exécutions des personnes condamnées à la peine capitale vont reprendre le 8 juillet au Texas, signale The Washington Post. Billy Wardlow, âgé aujourd'hui de 45 ans doit être exécuté ce 8 juillet 2020. Il a été incarcéré pour le meurtre d'un homme de 82 ans, commis en 1993 alors qu'il n'avait que 18 ans. Depuis 2005 aux Etats-Unis, la peine de mort ne peut plus être prononcée contre une personne ayant moins de 18 ans au moment du crime commis car la Cour suprême a statué qu'une telle application était contraire à la Constitution. Des études scientifiques montrent que la maturation du cerveau n'est complète que dans les premières années qui suivent le vingtième anniversaire. Les tribunaux du Texas ont rejeté les appels pour annuler la peine de mort de Wardlow. Son exécution qui était prévue pour fin avril, a été reportée en raison de la pandémie. Six autres exécutions ont été reportées au Texas pour la même raison, a rapporté l'Associated Press.
Les princes Harry et William divisent le fonds commémoratif de Lady Diana
Prince William & Prince Harry
Le fossé continue de se creuser entre les deux frères. Selon le magazine People, Harry, 35 ans, et William, 38 ans, partageraient les produits du fonds commémoratif de la princesse Diana pour financer les œuvres caritatives qu'ils soutiennent tous les deux. Le Diana, Princess of Wales Memorial Fund a été créé après la mort tragique de leur mère en 1997 afin de poursuivre les activités humanitaires de la princesse. Depuis que le prince Harry a choisi de prendre son envol loin des Windsor, lui et son épouse Meghan Markle ont réorienté leurs efforts caritatifs et se sont séparés des activités de William et son épouse Kate Middleton qui poursuivront leurs activités au sein de la Royal Foundation, alors que Harry et Markle, 38 ans, se concentrent sur leur propre fondation de bienfaisance, Archewell. Selon People, le fonds commémoratif de Diana n'a pas levé de fonds depuis plusieurs années. Mais il reçoit toujours des dons réguliers. Il a injecté $27,000 dans le Royal Fund l'an dernier selon son rapport annuel, lit-on sur le site de Fox News..


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.