Algérie: les médias francophones publics réclament la libération de Khaled Drareni    Affaire Omar Radi : «Certaines ONG défendent sans cesse l'ouverture d'enquêtes pour viol, excepté quand les victimes sont marocaines» dit le SNPM    Algérie : le régime interdit une réunion du conseil national d'un parti de l'opposition    Quel avenir pour le tourisme au Maroc ?    Atlanta: hausse de 5,6% du résultat net à 213 MDH    La vision de la CGEM pour la relance    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Attentats contre des ambassades des Etats-Unis en Afrique : le Soudan se prépare à verser des indemnités    Côte d'Ivoire : à l'approche de la présidentielle, la crainte de troubles publics    Plus de 80% des cas dans les pays africains sont asymptomatiques, annonce l'OMS    Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo: ce que l'on sait    António Guterres : « la coopération internationale a échoué face à la Covid-19 »    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    LF 2021 : voici les propositions de la CGEM [Document]    Test PCR. On a piégé un laboratoire    Internats fermés. Des élèves dans la rue    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Supercoupe UEFA : Bounou et En-Nesyri finalistes malchanceux !    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Twitter ne protège pas assez les femmes, selon Amnesty International    Mission française : les parents d'élèves obtiennent un report de paiement des frais de scolarité    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Rabat: l'ambassadeur US reçu par Abdellatif Hammouchi    Maroc: emprunt obligataire d'un milliard d'euros, ce que l'on sait    Dislog: belle opération du groupe avec le rachat de Fine Hygienic Holding    Conseil de Bank Al-Maghrib : La recrudescence des contaminations Covid-19 fausse les calculs d' Abdellatif Jouahri    Démarchage téléphonique : une loi française met-elle les call center marocains en danger ?    L'agilité, c'est pour les gouvernements aussi    Casablanca Finance city: la réorganisation du pôle financier est actée    Covid-19 : 807 professeurs et 413 élèves contaminés depuis le début de l'année scolaire    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    Wydad-Raja: pas de vainqueur dans un derby très moyen (VIDEO)    Sahara marocain: nouveau coup asséné au polisario et à l'Algérie    Maroc/Etats-Unis : Abdellatif Hammouchi reçoit à Rabat l'ambassadeur américain David Fischer    Pathologique fièvre électorale aux Etats-Unis : Quel cap pour le Maroc face à une Amérique déchirée ?    L'ancien chef de mission de Macron, Alexandre Benalla testé positif au Covid    Ayoub El Kaabi de retour au Wydad!    Officiel: Luis Suarez signe à l'Atletico de Madrid!    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Rabat : A la capitale, les musées sont ouverts    "Watchmen", les super-héros qui confrontent l'Amérique à ses démons passés et présents    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    L'art des objets, l'art de la trace    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liberté religieuse: L'Algérie au ban de la communauté internationale
Publié dans L'observateur du Maroc le 04 - 08 - 2020


Josep Borrell

Le gouvernement algérien vient encore une fois d'être pointé du doigt par le Parlement européen, qui a publié, le 31 juillet 2020, une réponse du Haut représentant de l'Union européenne (UE) pour la politique étrangère et la sécurité et Vice Président de la Commission européenne, Josep Borrell.

Dans sa réponse, le haut responsable européen insiste, dans des termes qui ne souffrent pas l'équivoque, que l'encadrement de la liberté religieuse en Algérie par le biais de lois organiques constitue un "facteur porteur d'obstacles potentiels".
Joseph Brrel souligne que l'Union européenne "suit de près le processus en cours de révision constitutionnelle", en regrettant, toutefois, l'absence d'indications sur une éventuelle modification de l'Ordonnance 06-03. Dans cette même réponse, l'UE, qui fait état de son extrême inquiétude, affirme, en ce qui concerne la réouverture des églises, "suivre avec attention la situation et les développements futurs".
Tout en invoquant les précautions sanitaires mises en place dans le contexte du COVID-19, Borrell a tenu à rappeler que, conformément aux droits de l'Homme tels qu'internationalement reconnus, "ces limitations se doivent d'être proportionnées, légitimes et limitées dans le temps".
Dénonciations en série
La réponse du Haut représentant de l'Union européenne (UE) pour la politique étrangère et la sécurité et Vice Président de la Commission européenne, Josep Borrell, est intervenue en réponse à une question écrite sur les "attaques contre la liberté religieuse en Algérie", présenté par cinq euro-députés de l'intergroupe liberté religieuse que sont Carlo Fidanza, (ECR, Italie), Peter van Dalen (PPE, Pays Bas), Bert-Jan Ruissen (ECR, Pays Bas), Charlie Weimers (ECR, Suède), et Izabela-Helena Kloc (ECR, Pologne). Ces Euro-députés avaient tenu à rappeler, dans leur question, que le Parlement Européen avait adopté, le 28 novembre 2019, une résolution sur les libertés religieuses en Algérie laquelle résolution "condamnait les violations des libertés fondamentales et des droits de l'Homme par le gouvernement algérien".
Dans une note analytique publiée le 30 juillet 2020, soit un jour avant la réponse du Josep Borrell, Religious Freedom Institute (RFI), une organisation américaine basée à Washington, a stigmatisé la "persistance des préoccupations au sujet des libertés politiques et religieuses en Algérie", en condamnant, dans ce cadre, l'incarcération prolongée d'activistes politiques et la fermeture continue des églises, ainsi que d'autres violations caractérisées des libertés religieuses "qui ont poussé la United States Commission on International Religious Freedom (USCIRF) à recommander de placer l'Algérie dans sa propre watch list et ce, pour la première fois".
Rappelons que dans son rapport annuel 2020 de l'USCIRF, qui fait l'inventaire des "pires (pays) violateurs des libertés religieuses", une place de choix est réservée au régime algérien, à un moment où le culte chrétien dans ce pays fait les frais d'une "vague sévère de répression".
Régissant au rapport de l'USCIRF, la International Christian Concern (ICC), qui est une organisation chrétienne non-gouvernementale et non-partisane, basée à Washington D.C, s'est félicitée de "la position forte" dont a fait montre l'USCIRF en soutien aux minorités religieuses persécutées en Algérie, estimant que cela "envoie un message fort au gouvernement algérien selon lequel son mépris systémique à l'égard des libertés religieuses n'est plus acceptable".
L'ICC a, dans ce cadre, interpellé le président Tebboune afin qu'il interagisse favorablement avec les préoccupations dont fait état le rapport de l'USCIRF et procède à la réouverture des églises fermées, dans un environnement qui doit assurer la protection des droits de cultes pour l'ensemble des citoyens algériens.

LIRE AUSSI

Focus sur le détournement de l'aide humanitaire par l'Algérie et le polisario


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.