Ils ne sont forts que de nos faiblesses...    Top Performer RSE : Maroc Telecom maintient sa présence    Textile : Les perspectives post-Covid décryptées par l'IMIS    Digitalisation de l'agro-industrie, une réponse agile à la crise sanitaire    Maroclear : Hausse de 6,5% de l'encours global des avoirs conservés en 2019    Conjoncture : hausse de 0,3% de l'IPC en septembre dernier    Change: les devises étrangères contre le dirham marocain    Aérien : Oman Air rembourse les billets impactés par la Covid-19 au Maroc    Photo: Il y a 26 ans, la Jordanie et israël enterrent la hache de guerre    Islam de France. Erdogan se fait tirer les oreilles    Trump. L'Arabie saoudite va-t-elle signer la paix avec Israël?    Le roi Mohammed VI écrit au président autrichien    La CAF signe un accord de partenariat avec l'ICSS    Portugal : Adel Taarabt prolonge avec le Benfica Lisbonne    UFC 254: Le légendaire combattant Nurmagomedov prend sa retraite    L'humidité réduirait la contamination au coronavirus [Etude]    De nouvelles mesures restrictives à Taroudant    Intervention de la brigade antigang dans la banlieue de Casablanca    Vaccin contre la grippe au Maroc : de longues listes d'attente chez les pharmacies!    Boeing et l'Université d'Arizona mettent la main dans la main : Désinfection Covid-19    El Jadida : 20 ans de réclusion criminelle pour un officier de police    Marrakech : Pour une cigarette, il met fin à la vie de son ami    La Joconde débarque à Marrakech    Webinaire : La Fondation Attijariwafa bank débat de la protection des données personnelles    Injaz Al Maghrib. Sicom In remporte la compétition (vidéo)    Décès de Abderrazak Afilal Une icône du syndicalisme marocain s'en va    Le moment où les joueurs de Berkane ont soulevé le trophée (VIDEO)    Casablanca: grave collision entre une voiture et une grosse moto (VIDEO)    Sahara: Les consulats africains dépriment l'Algérie?    Covid-19: la situation épidémiologique à Casablanca-Settat au cœur du débat    Caricatures du Prophète : le Maroc réagit « vigoureusement »    Covid-19: décès d'un membre éminent de la Communauté juive marocaine    La Zambie se dote d' une ambassade au Maroc    Le Maroc condamne la poursuite de la publication des caricatures outrageuses à l'Islam et au Prophète Sidna Mohammed [Communiqué]    Le Real s'offre le Barça au Camp Nou    Ahmed Boukouss, recteur de l'Institut Royal de la culture amazighe    "Au détroit d'Averroès ". Une enquête ouverte sur le devenir d'une figure de la pensée    Hommage à Said Taghmaoui au Festival du film d'El Gouna    Abderrazak Afilal, fondateur de l'UGTM, n'est plus    Le blasphème dans le monde : droit ou délit ?    En Méditerranée, l'action du Maroc est guidée par une Vision Royale volontariste    La Place Jamaâ El Fna renoue avec le spectacle    L'idéal islamique marocain débattu à Pretoria    Pop philo, quand tu nous tiens!    Fouzia Nejjar ou le double défi    Adel Taarab va rester au Benfica    Samsung annonce le décès de son président, Lee Kun-hee    Covid-19: Mohamed Melihi admis en soins intensifs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les autorités publiques dénonce les contrevérités de « Human Rights Watch »
Publié dans L'observateur du Maroc le 30 - 09 - 2020

Les autorités publiques ont rejeté « catégoriquement », dans un communiqué publié ce mercredi 30 septembre 2020, la publication « tendancieuse » de Human Rights Watch (HRW).

A travers on communiqué datée du 21 septembre 2020 et intitulée, « Maroc : un journaliste critique poursuivi pour espionnage », « Human Rights Watch » tente, précise les autorités publique marocaines, d'induire en erreur l'opinion publique en donnant l'impression que le système judiciaire national n'est pas indépendant.
Les autorités publiques soulignent que le pouvoir judiciaire est indépendant en vertu de la Constitution et que la mise en application des garanties de l'indépendance des magistrats relève des prérogatives du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, institution constitutionnelle spéciale, indépendante des pouvoirs exécutif et législatif.
Cette institution avait publié, le 15 septembre 2020, un communiqué défendant l'indépendance et l'inviolabilité du pouvoir judiciaire, en réponse à certaines ONGs internationales qui, au lieu de contribuer à la consolidation de cette indépendance, appellent à faire pression pour y porter atteinte, rappelle la même source.
La justice marocaine, insistent les autorités publiques, est la seule responsable du dossier de la personne en question, poursuivie en justice pour son implication présumée dans la commission d'actes incriminés par le code pénal marocain. Il s'agit d'actes passibles de mesures et procédures légales et juridiques qui répondent aux conditions d'un procès équitable, souligne-t-on de même source. Cette poursuite en justice n'est aucunement liée à l'exercice par la personne concernée de sa fonction de journaliste, qu'il s'agisse de ses articles ou de ses investigations, que seul le Code de la presse et de l'édition marocain est habilité à régir, tout en sachant que la qualité de journaliste ne dispense point de la poursuite judiciaire, s'il s'avère que les actes reprochés au mis en cause constituent des éléments juridiques matériels et moraux d'un crime qui s'inscrit dans le cadre du droit public, explique le communiqué.
Les autorités publiques rejettent catégoriquement les tentatives de HRW d'assumer des rôles qui ne se rapportent pas à la défenses des droits de l'Homme, comme cela s'est reproduit dans sa dernière publication qui a tenté de semer le doute dans des jugements, d'exploiter, de mauvaise foi, la confidentialité des recherches et investigations judiciaires, et d'influer sur le déroulement normal d'une affaire judiciaire dont l'enquête est à ses débuts.
L'Organisation, poursuit le communiqué, a tenté de présenter une image contraire aux tenants et aboutissants et a fallacieusement interprété des textes et procédures juridiques et judiciaires sans fournir de preuves juridiques ou matérielles tangibles sur la non véracité des actes criminels sujet de l'affaire précitée, une action que seule la justice est habilitée à prendre dans tous les systèmes juridiques.
« Les fausses conclusions et les pré-jugements » contenus dans la publication ne peuvent refléter que des bases méthodologiques dénuées d'objectivité et entachées de sélectivité, approche qui est le propre de l'organisation dans son traitement de la situation des droits de l'Homme au Maroc, poursuit le communiqué.
Les autorités s'étonnent, poursuit la même source, du déni de HRW du droit à la liberté d'expression et d'opinion à une partie des médias nationaux pour la seule raison d'avoir publié des articles qui ne sont pas nécessairement en harmonie avec les conclusions de l'organisation et les orientations de ses soutiens.
A ceci s'ajoute l'adoption de l'organisation de versions appuyant une seule partie comme c'est le cas dans l'affaire relative au soupçon de viol et d'attentat à la pudeur, puisque l'organisation a violé le droit de la personne concernée à la protection judiciaire. Pis encore, conclut le communiqué, elle a délibérément renié la qualité professionnelle de celle-ci, fait constaté également par le Syndicat national de la presse marocaine dans son communiqué du 24 septembre 2020.

LIRE AUSSI
Affaire Omar Radi: Hafsa Boutahar dénonce l'impartialité d'un média français et d'une ONG américaine


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.