En Méditerranée, l'action du Maroc est guidée par une Vision Royale volontariste    Le Maroc et la République centrafricaine, déterminés à consolider leurs relations bilatérales    PCNS : La démondialisation en débat    Confessions dominicales : De la défense des droits de l'homme à l'exploitation sexuelle    La classe moyenne agressée!    Agroalimentaire: Secouée par la crise, Danone se réorganise    Le blasphème dans le monde : droit ou délit ?    Beyrouth: L'hôpital marocain de campagne a atteint les objectifs fixés    Comité Exécutif du PI : l'Istiqlal condamne l'escalade de l'islamophobie en France    Liga: Le Real Madrid et Ramos dominent le Barça    Le WAC quitte la compétition la tête baissée    Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    Restreindre oui mais expliquer et contrôler    La Place Jamaâ El Fna renoue avec le spectacle    Patrimoine : Un canon volé à la Kasbah des Oudayas sauvé de justesse    El Guergarate: Bourita fustige les brigands polisariens à la solde de l'Algérie    L'idéal islamique marocain débattu à Pretoria    L'AMMC décrypte son activité de 2019    «Le modèle de développement souhaité devrait intégrer les valeurs de la solidarité, de l'éthique et du vivre-ensemble»    Pop philo, quand tu nous tiens!    Fouzia Nejjar ou le double défi    La Zambie inaugure son ambassade à à Rabat    L'ONMT booste le déploiement de Ryanair sur le Maroc    Adel Taarab va rester au Benfica    Débuts difficiles pour Ziyech avec Chelsea (vidéo)    Samsung annonce le décès de son président, Lee Kun-hee    Vaccin anti-covid au Maroc: Dr Ibrahimi donne son point de vue    Ligue 1 : le match Lens-Nantes reporté à cause du Covid-19    Covid-19: Mohamed Melihi admis en soins intensifs    Fermeture des salles de sport à Rabat    45.000 cas en France. Mais les touristes français peuvent aller au Maroc    Turquie-France. Erdogan pète les plombs    Israël-Soudan. Le troisième accord de paix est dans la boîte    Inauguration à Rabat de l'ambassade de la République de Zambie au Maroc    Sanction des camions marocains en Espagne : le Maroc contre-attaque    Evolution du Coronavirus au Maroc : 4045 nouveaux cas, 194.461 au total, samedi 24 octobre à 18 heures    Accès aux prépas: le ministère a fait une annonce    Mobilité internationale des étudiants marocains (1/5) : la destination France reste la plus prisée    Algérie: le président Tebboune entre en confinement volontaire    Le wali Ahmidouch invite les entreprises privées de Casablanca à mettre en place et généraliser le télétravail    Tanger: trois jeunes devront répondre de leurs actes    Beyrouth : Mission accomplie pour l'Hôpital de campagne marocain (vidéo)    Les figurants du film "L7asla" réclament «leur dû», Sonia Terrab répond    Destination Maroc: Le deal ONMT et Ryanair    Maroc : voici le calendrier des jours fériés 2020-2021    La FNM enrichit son capital culturel    Les grosses écuries au rendez-vous de la première journée    Ligue des Champions : Le match Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Twitter ne protège pas assez les femmes, selon Amnesty International
Publié dans L'opinion le 25 - 09 - 2020

Dans un nouveau rapport, Amnesty International accuse Twitter de ne pas prendre les mesures adéquates pour protéger les femmes contre la violence et les abus en ligne.
Le programme Twitter Scorecard (évaluation) évalue le bilan de ce réseau social s'agissant de mettre en œuvre une série de recommandations pour éradiquer les violences ciblant les femmes sur la plateforme, depuis qu'Amnesty International a révélé l'ampleur du problème dans son rapport de 2018 intitulé Toxic Twitter, souligne L'ONG dans un communiqué parvenu à L'Opinion.

Malgré certaines améliorations notables, poursuit l'ONG britannique, la plateforme des réseaux sociaux doit faire beaucoup plus pour résoudre le problème. L'entreprise n'a pleinement appliqué qu'une seule des 10 recommandations concrètes formulées et n'a guère progressé sur la question d'améliorer la transparence sur la manière dont elle gère les signalements d'abus.

« Twitter n'agit pas suffisamment pour faire barrage au déluge de violence que subissent les femmes sur la plateforme. Notre analyse montre que malgré certaines avancées, Twitter ne se mobilise pas assez pour protéger ses utilisatrices, ce qui amène un grand nombre de femmes à se taire ou à s'autocensurer sur la plateforme, a déclaré Rasha Abdul Rahim, co-directrice d'Amnesty Tech.
« Nous avons défini des étapes claires et simples que Twitter peut mettre en place pour rendre sa plateforme plus sûre et permettre aux femmes d'exprimer leurs opinions. Twitter peut et doit faire davantage pour protéger les femmes».
Toxic Twitter

Depuis la publication de Toxic Twitter en 2018, Amnesty International n'a cessé de dénoncer l'ampleur des violences que les femmes subissent sur Twitter, notamment en Argentine, en Inde, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. Parallèlement, les femmes ont continué de parler des abus dont elles sont victimes sur Twitter et de l'inaction de l'entreprise face à ce fléau.

Les abus persistants que les femmes subissent sur la plateforme sapent leur droit de s'exprimer équitablement, librement et sans crainte.

Amnesty International a fait des recommandations concrètes afin que Twitter s'acquitte mieux de ses responsabilités en matière de droits humains. Elle a mis 10 points en avant qui sont essentiels pour lutter contre les abus en ligne ciblant les femmes. Twitter Scorecard repose sur un système de feux tricolores pour noter les progrès de Twitter dans la mise en œuvre des recommandations – transparence, mécanismes de signalement, et fonctionnalités renforcées relatives à la vie privée et à la sécurité, entre autres. « Rouge » : la recommandation n'est pas mise en œuvre ; « orange » : le processus est en cours ; « vert » : la recommandation est pleinement appliquée.
Du fait que Twitter ne fournit pas de données pertinentes, il est difficile d'évaluer ne serait-ce que la véritable ampleur du problème, indique Amnesty International, ajoutant que la plateforme des réseaux sociaux ne fournit toujours pas de données ventilées par pays sur les signalements d'abus par les utilisatrices, ou sur le nombre d'utilisatrices qui signalent des types spécifiques de propos injurieux, comme des insultes fondées sur le genre ou l'origine ethnique.

Twitter se montre également réticente concernant le fait de dévoiler des informations détaillées sur le nombre de modérateurs qu'elle emploie et sur le type de couverture déployée dans les différents pays et dans les différentes langues.
La plateforme de réseaux sociaux doit se montrer plus transparente sur la manière dont elle conçoit et met en place des processus automatisés pour identifier les abus en ligne contre les femmes.

Twitter est tenue de respecter les droits humains, notamment le droit de vivre sans subir de discriminations ni de violences, et le droit à la liberté d'expression et d'opinion, souligne-t-on.

La réponse de Twitter

En réponse à l'analyse d'Amnesty International, Twitter a reconnu devoir faire davantage. L'entreprise a déclaré que la combinaison de modération humaine et technologique lui permet d'apporter une réponse plus préventive aux abus en ligne. Sur le fait de publier des données ventilées par pays ou par région, Twitter a avancé que cela pourrait se prêter à une mauvaise interprétation et donner une impression trompeuse du problème.

Amnesty International reconnaît que le contexte est important, mais rien n'empêche Twitter de fournir du contexte associé aux données. Ses responsabilités en termes de droits humains lui imposent de faire preuve de transparence quant à la manière dont elle gère les signalements de violences et d'abus, souligne l'ONG, basé à Londres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.