Clôture au Cap Draâ des manœuvres militaires maroco-américaines    Encore 3 000 migrants à Sebta, un mois après la marrée inédite    122e semaine du Hirak en Algérie : «Monsieur 23 %, dehors !»    Union Africaine: une pléiade d'experts africains appellent à exclure le polisario    La titrisation est un formidable moyen pour libérer des capacités de financement    Iran : Ebrahim Raïssi élu président avec 62 % des voix, selon des résultats partiels    La terre a tremblé dans la province de Driouch    Copa America : L'Argentine bat l'Uruguay et se hisse en tête    Ligue des Champions / WAC-Kaiser Chefs : La CAF autorise une jauge de 5000 supporters...les autorités marocaines refusent    Officiel : Mohamed Bouldini rejoint Santa Clara    Sofiane Alakouch dans le viseur de deux clubs de Ligue 1    Salé: un policier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Temps nuageux prévu pour samedi 19 juin    Covid-19 : Réception d'un million de doses du vaccin Sinopharm    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    Antonio Guterres officiellement reconduit pour un second mandat de Secrétaire général de l'ONU    Euro 2020: voici pourquoi la finale pourrait être délocalisée    Younes Belhanda ne retournera pas au Montpellier HSC cet été    Je suis venu travailler au Qatar pour poursuivre mes rêves, mais ma vie est un cauchemar    La star du FC Cologne s'affiche en maillot du Wydad (PHOTO)    Inde: mort du « Flying Sikh » Milkha Singh, l'un des sportifs les plus célèbres du pays    BBC News: Le ministre des Finances du Qatar arrêté dans le cadre d'une enquête pour corruption    En Colombie, le blocage des routes ne sera plus considéré comme manifestation pacifique    Pérou: 27 morts dans un accident d'autocar    « Nous sommes traitées comme des enfants », déclarent des femmes qataries à un groupe de défense des droits    Deux enfants bloqués en Turquie: Ouahbi interpelle Laftit et Bourita    Education nationale: 57% taux de participation aux élections des représentants du personnel    L'«Algérie nouvelle», une illusion d'optique à l'issue des législatives    Ligue des champions d'Afrique : le WAC affûte ses armes avant le match retour    Inauguration en grande pompe du DS Store Massira Al khadra (VIDEO)    Global Capital Bonds Awards 2021: Le Maroc décroche 3 distinctions    Royal Air Maroc : la route touristique Paris Orly-Dakhla opérationnelle    Développement durable, le Maroc trace sa voie    Etat civil : la nouvelle loi finalisée    Evolution du coronavirus au Maroc : 481 nouveaux cas, 525.924 au total, vendredi 18 juin 2021 à 16 heures    Ressources humaines dans la santé : Le Maroc peut-il gagner la bataille ? [Dossier]    Maroc-Espagne : l'opposition creuse la tombe du gouvernement Sanchez    Voici pourquoi un bon nombre de stars de la chanson française sont à Marrakech    [Interview avec Nabil Ayouch] «Haut et fort», de Casablanca à Cannes    Rabat : La joie au coeur de l'exposition « Joy »    Bientôt un prix national des meilleures publications dans les encyclopédies digitales    «Le Feu qui forge» : Une exposition collective à L'Atelier 21    Arizona : un tireur circulant en voiture fait un mort et 12 blessés    La Douane met en service une nouvelle version de la plateforme digitale [email protected]    Pollution: 86,3% des déchets marins au niveau national sont en plastique    Marhaba 2021 : arrivée du premier navire au port Tanger Med [Vidéos]    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    Tifinagh...et le football    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sebta et Mellilia : les 5 conditions du Maroc pour la réouverture des frontières
Publié dans L'opinion le 28 - 09 - 2020

Selon des informations rapportées par le journal « El Espanol », le Maroc aurait imposé des conditions strictes à l'Espagne pour la réouverture des frontières avec les présides Sebta et Mellilia. Revue des 5 conditions, sine qua none, posées par le Maroc.
La fermeture des frontières continue d'empêcher le trafic habituel aux postes frontaliers de Sebta et Mellilia. Des milliers de personnes sont piégées d'un côté comme de l'autre. A Sebta et Mellilia, l'économie souffre, le chômage augmente, la main-d'œuvre se fait rare, les agrégats sont nécessaires pour la construction et les hommes d'affaires se plaignent. Au Maroc, des milliers de porteurs sont à la recherche d'une relocalisation et les travailleurs frontaliers se retrouvent sans emploi et sans aide malgré des contrats en vigueur avec des entreprises espagnoles.
Bien que les perspectives semblent sombres, la réouverture des frontières reste possible pour le Maroc, mais, avec des conditions :
Un seul passage frontalier
Le Maroc n'autorisera qu'un seul passage avec Sebta et Mellilia pour les citoyens et les touristes qui souhaitent visiter les villes, et pour les travailleurs marocains qualifiés résidents et avec un contrat ou les indépendants travaillant dans les villes, selon le journal. De cette façon, les entrées de Farjana, Barrio Chino et Mariguari seront scellées, et le seul accès à Mellilia se fera par Beni Ensar, précise-t-on de même source. Tandis qu'à Sebta, le Tarajal I sera le passage autorisé, le Tarajal II étant fermé là où les porteurs passaient la marchandise.
Mais en plus, comme les autorités marocaines expliquent à « El Espagnol », l'opération Paso del Estrecho (OPE) ne se déroulera plus à travers les villes, chose courante depuis 33 ans jusqu'à l'arrivée de Covid-19.
Adieu les coutumes commerciales
Depuis le 1er août 2018, unilatéralement et sans aucune information de l'Espagne, le Maroc a mis la touche finale aux coutumes commerciales avec Mellilia. Plus aucune marchandise ne passera par les frontières terrestres. On ne peut pas faire passer de marchandise au Maroc car il ne considère pas que les deux villes sont européennes et ne reconnaît donc pas les factures des produits en provenance.
Le nouveau modèle sera un bureau de douane portuaire, exportant et important le produit via les ports de Tanger Med et Beni Ensar. En outre, en 2021, le port de Nador Med sera lancé, transformant Beni Ensar en un petit port de pêche et un grand terminal pour recevoir les paquebots de touristes étrangers.
Fin de l'expédition
A Castillejos, une zone franche est en construction, et près de Mellilia, jusqu'à la frontière avec l'Algérie, plusieurs zones industrielles seront installées avec des entreprises pour employer les milliers de porteurs. Des microcrédits sont également accordés pour que les personnes qui ont perdu leur emploi à la frontière puissent démarrer leur petite ou moyenne entreprise, d'une épicerie, d'un coiffeur, à une entreprise d'exportation de produits d'arganier.
Nouveau statut pour les travailleurs
Parmi les négociations prévues par le gouvernement marocain avec l'Espagne avant l'ouverture des frontières terrestres, se trouve la question de la régularisation de ces milliers de personnes qui travaillent dans les villes de Sebta et Mellilia. « L'Espagne est censée être un pays démocratique et le travailleur y est défendu, mais nous nous sentons lésés dans nos droits », affirme Mustapha de Beni Ensar.
Contrôle du flux migratoire
Le Maroc s'est engagé avec l'Espagne dans le contrôle total de la migration à travers les accès des clôtures qui entourent les villes de Sebta et Mellilia, comme le confirme « El Espanol ». Cependant, cela ne garantit pas que les candidats à l'immigration ne puissent accéder aux rochers en bateau ou à la nage.
Les autorités de Beni Ensar expliquent que le Maroc ne permettra pas à « Mellilia de devenir un camp de réfugiés », entre autres en raison des plans d'investissement des entreprises étrangères dans cette zone.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.