Fernando Da Cruz, nouvel entraineur de l'AS FAR (PHOTO)    USA : l'écrivain Salman Rushdie entre la vie et la mort après une attaque à l'arme blanche (VIDEO)    Une hausse dans les opérations en ligne via cartes bancaires    Météo: les prévisions du samedi 13 août    Le dirham se déprécie de 2,47% vis-à-vis du dollar en juillet    Retraite : L'horizon d'épuisement des réserves de la CNSS se situe à 2038    Jeux de la solidarité islamique : Les athlètes marocains décrochent deux médailles d'or et deux de bronze    Fouzi Lekjaa revient sur les raisons du limogeage de Vahid Halilhodzic    FIFA: le coup d'envoi du Mondial-2022 fixé au 20 novembre    HCP: près de 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes au Maroc    Arrestation de l'agresseur d'un policier à Casablanca    Canicule au Maroc : Jusqu'à 46°C ces vendredi et samedi    E-commerce au Maroc: 12,8 millions d'opérations à fin juin    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    Benzema, Courtois et De Bruyne nommés pour le titre de Joueur européen de l'année    E-commerce: 85% des consommateurs au Maroc préoccupés par la protection de leurs données personnelles    Des écologistes plaident pour un changement radical de la politique agricole    L'Algérie rejette la main tendue de SM le Roi    Rabat-Salé-Kénitra: destruction par incinération d'une importante quantité de drogues    L'actrice américaine Anne Heche succombe à ses blessures    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    Avec sa nouvelle loi sur l'immigration, le Portugal pourrait bénéficier de la main-d'œuvre marocaine    Bourse de Casablanca: Clôture dans le vert    Reportage / Mondial-2022: Un QG unique pour parer aux incidents dans les stades    Liga saison 2022-2023 : Début ce soir avec Osasuna - FC Séville (20h00)    Le Maroc compte 5,9 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans    Transport aérien : Ryanair annonce la fin des billets à 10 euros    Biens culturels volés : Le Maroc adhère à la convention d'Unidroit de 1995    Diagnostic confirmé, Hamid El Hadri souffre bien d'une tumeur cérébrale (PHOTO)    Saad Lamjarred dévoile son tout dernier single « Alacheq Alhayem » (VIDEO)    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    Le problème des visas pour la France arrive au parlement    « Pegasus » révèle que 12 pays européens ont utilisé son programme    Président du parti politique argentin Demos : le Maroc a montré le « cap » d'ouverture sur le Monde    Sécheresse chronique: la Californie veut stocker davantage d'eau    USA/Ohio: Un homme armé tué après avoir tenté d' »entrer par effraction » dans les bureaux du FBI à Cincinnati    Les Marocains deuxièmes bénéficiaires des premiers permis de séjour en Europe en 2021    Nouvelle vision pour les polices marocaine et espagnole    Des journalistes MRE découvrent de près la promotion du service audiovisuel public    Perquisition au domicile de Trump en Floride: Le FBI cherchait des documents liés au nucléaire (presse)    ONU/Ukraine: l'AIEA réclame l'accès à la centrale nucléaire de Zaporijjia    Mohammedia : Coup d'envoi du 5ème Festival du film éducatif pour les enfants en colonies de vacances    Le Polisario en quête d'une sortie honorable pour sa «guerre contre le Maroc»    La météo pour ce vendredi 12 août 2022    La revue de presse du vendredi 12 août    Création numérisée : 11,5 millions de dirhams pour cinq cinémas    Mondial 2022: la Fifa entérine l'avancement d'une journée du match d'ouverture    Interview avec Hicham Lasri : « La majorité des films marocains sont des soap opéras »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



PLF 2021 : le pari risqué de Benchaâboun pour surmonter la crise
Publié dans L'opinion le 28 - 09 - 2020

Face aux périls d'une forte récession, le gouvernement fait l'ébauche d'une Loi de Finances qui tente de sauver la situation en promettant davantage de déficit, davantage de dette.
Confronté aux perspectives sombres de la récession, l'Exécutif prépare le budget de l'année prochaine dans des conditions exceptionnelles, caractérisées par un manque de visibilité sur la conjoncture économique à cause des vicissitudes de la crise sanitaire.
Le Maroc est en phase de décroissance, comme en témoignent les prévisions de récession qui se succèdent jour après jour. La Banque centrale avait fait état d'une contraction de 6,3% de l'économie, après que le HCP avait limité le taux de récession à 5,8% à la fin de 2020, chiffre qu'avait retenu le gouvernement pour fixer les hypothèses du budget de l'Etat pour 2021 dans la lettre de cadrage qu'avait adressée Saad Edine El Othmani aux différents départements ministériels.
Encore, la conjonction périlleuse d'une sécheresse persistance et de l'effet jugulateur de la crise sanitaire a contraint le gouvernement à durcir sa conduite dans les dépenses publiques qui penche désormais de plus en plus vers la rigueur. Le Chef de gouvernement a appelé à la rationalisation des dépenses des établissements publics, de même que le ministère de l'Intérieur a exhorté les collectivités territoriales de serrer la ceinture.
C'est dans ce contexte nébuleux que l'Exécutif esquisse la genèse de La loi de Finances 2021. Le ministre de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'administration, Mohammed Benchaâboun, a tracé les contours du budget de 2021 dans un exposé présenté devant les membres de la Commission des Finances et du Développement économique de la Chambre des représentants. Il s'agit de clarifier les enjeux de l'élaboration du PLF 2021 et la programmation des dépenses. Il est également question de faire le point sur l'exécution de la Loi de Finances rectificative de l'année courante.
La détresse de l'économie nationale
Malgré la sortie du confinement, la deuxième vague de la recrudescence de la Covid-19 empêche toujours la reprise effective de l'activité, estime M. Benchaâboun qui table sur une récession de 5,8% à la fin de 2020. Ce dernier a fait état d'une chute vertigineuse de 50% de l'activité du secteur du tourisme à cause d'une saison estivale catastrophique. La valeur ajoutée des secteurs du commerce et du transport a reculé respectivement de 12% et 9,1% suite au choc de la pandémie, a-t-il en outre indiqué.
Face au recul de l'activité, les conditions de financement de l'économie se sont toutefois améliorées, précise le ministre de l'Economie et des Finances, et ce, grâce à l'augmentation des crédits bancaires de 29,1 milliards dont la majeure partie est consacrée au soutien aux entreprises dans le cadre des crédits garantis (Daman Oxygène). Or, cela a considérablement affecté la liquidité bancaire qui demeure soutenue par une intervention permanente de Bank-Al-Maghrib par le biais du refinancement des banques et la libéralisation des réserves obligatoires.
La conjoncture s'est aggravée avec la montée du chômage qui atteint son comble (13%) après avoir enregistré une hausse de 4,2% cette année, selon le ministre qui précise que le confinement a couté quasiment 10.000 emplois par jour.
Un bilan mitigé de la Loi de Finances rectificative
Le coût de la récession est d'ores et déjà palpable sur l'état des comptes publics qui souffrent d'une baisse de 13,8 milliards de dirhams des recettes de l'Etat. Ceci est dû notamment à une chute abyssale des rentrées fiscales. Au moment où l'Etat est très attendu pour mener l'effort de relance, les rentrées du fisc ont chuté de 11,5 milliards de dirhams à tous les niveaux (-1,9 M pour l'IR, -3,7% pour la TVA et une légère baisse de l'IS), selon les chiffres du ministre de l'Economie. La contraction du commerce extérieure a également privé l'Etat de 2,4 milliards de dirhams de droits de douane.
Ainsi, l'exécution du budget de cette année a abouti à la dégradation des comptes publics qui se trouvent dans un état critique. En témoignent un déficit du Trésor de 7,6% (55,5 milliards) dont la dette atteint des niveaux alarmants (76,1% du PIB).
Face à l'urgence de la situation, Noureddine Modiane, chef du groupe itiqlalien à la Chambre des représentants et membre de la Commission des finances, a appelé le gouvernement à prendre des mesures plus audacieuses dans l'élaboration du budget 2021 afin de sortir de la récession quasi-absolue de l'activité économique.
Surmonter la récession
Le ministre de l'Economie et des Finances a indiqué devant les députés que le PLF 2021 sera voué essentiellement au plan de relance, à la généralisation de la couverture sociale et à la réforme du secteur public, conformément aux directives royales. Ainsi, il sera procédé à la généralisation de l'assurance maladie obligatoire (AMO), des allocations familiales, des retraites et des allocations de chômage dès janvier 2021, avec un régime sociale universel qui inclura même les professions libérales. Ce chantier coûtera 4,2 milliards de dirhams, selon le ministre.
Le budget de 2021 se veut plus généreux vis-à-vis des secteurs de la Santé et de l'Education auxquels seront alloués cinq milliards supplémentaires. Ils bénéficieront de plus de postes budgétaires (1500 pour l'Education et 2000 pour la Santé) et d'une hausse des investissements dans les équipements.
M. Benchaâboun affirme que le budget de 2021 sera l'occasion d'opérer le plan de relance économique et la mise en œuvre du pacte pour la relance, destiné à soutenir les entreprises, et l'alimentation du fonds stratégique d'investissement. Tout cela nécessitera des caisses publiques plus de 10 milliards de dirhams.
En somme, le financement du budget de 2021 exige une hausse des dépenses publiques estimée à 13,6 milliards au moment où le gouvernement prévoit un recul de 25 milliards de recettes fiscales en 2021. Ceci est susceptible de creuser les déficits publics ce qui pourrait pousser le Maroc à s'endetter davantage auprès des marchés internationaux alors qu'il vient d'y lever un milliard de dollars.
Enfin, estime Mohammed Benchaâboun à l'issue de son intervention devant les députés, il est peu probable que le Maroc revienne au niveau de croissance de 2019, les prévisions de croissance pour l'année 2021 ne dépassent pas 4,8% ce qui est loin de combler le fossé de la récession qui poussé le pays à perdre 5,8% de son PIB.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.