Bruxelles: Ryad Mezzour expose les ambitions du Royaume    L'Espagne dénonce la violation par l'Algérie de l'accord d'association et de voisinage    Les évènements regrettables de Nador sont indissociables des causes profondes de la migration    Dislog Group signe un nouveau contrat avec Mars Wrigley    Le torchon brûle de nouveau entre Ankara et Athènes    Nasa: l'eau aurait coulé sur Mars durant 1,3 milliard d'années !    Au-delà du concept obsolète de l'espace    Un héritage ancestral de grande richesse    Peut-on inventer une histoire vraie ?    La Clinique Européenne de Casablanca ouvre ses portes    Jeune Afrique : « Algérie-Tunisie, l'autre frontière fermée du Maghreb »    Fouilles journalistiques, du magazine mural au mur de Facebook », nouvel ouvrage du journaliste écrivain Jamal El Mouhafid    CAF Awards 2022: forte présence du Maroc dans la liste des nominés    Adoption d'un projet de décret relatif à la création de la zone d'accélération industrielle de Ain Johra    Bourse de Casablanca: Clôture en baisse    José Manuel Albares : Les causes « du drame de la migration irrégulière », c'est la faim    L'Exécutif cherche à réformer le cadre légal des résidences immobilières de promotion touristique    OTAN : Les Etats-Unis redéployent leurs forces en Europe    Israël: Fin de la coalition gouvernementale, Yair Lapid devient PM intérimaire    Lancement d'un appel d'offres pour la restauration et la réhabilitation du Théâtre Cervantes de Tanger    Ceuta : La justice conclut que le rapatriement des mineurs marocains a violé leurs droits    OTAN : Le Sommet de Madrid a pris des « décisions transformatrices »    Medias Africains : ''Sport News Africa'' place le Wydad sur le toit de l'Afrique    CAF Awards : Les Lions de l'Atlas nominés dans la catégorie "Joueur de l'année"    Najat Rochdi nommée Envoyée spéciale adjointe pour la Syrie    Les Arts et cultures attachés à l'Islam au cœur d'une grande exposition à Paris    Attentats du 13 novembre en France : Salah Abdeslam condamné à la perpétuité incompressible    Migration irrégulière : Des eurodéputés appellent l'UE à appuyer le Maroc    Températures prévues pour le vendredi 1er juillet 2022    Aid Al-Adha: les paniers de repas autorisés, sous conditions, dans les prisons    CWTS Leiden 2022 : L'UM5 de Rabat, seule université marocaine à figurer dans le classement    (Vidéo) MD Talks-Régionalisation: Une vision de demain ancrée dans le passé    (Vidéo) MD Talks-Régionalisation: Quel rôle des Cours régionales des Comptes ?    Hooliganisme à Oujda : La préfecture de police dément tout décès parmi les supporters    Interview avec Hassan Fekkak : « Nous ne déplorons aucun cas d'intoxication aux JM d'Oran »    CAF : Le Maroc fait partie des 10 nominés au titre de la meilleure équipe nationale africaine de l'année    Trois nageurs marocains traversent le Détroit de Gibraltar à la nage en relais    Festival «Jazzablanca» : C'est parti pour la 15ème édition    Festival de cinéma «Les Téranga» de Dakar: Le Maroc invité d'honneur    37 millions DH pour un hub des métiers de l'automobile à Casablanca    JM Oran 2022 : Pour suivre le match Espagne – Maroc    Pourquoi la Turquie attire plus de touristes que le Maroc ? (VIDEO)    Le Maroc accumule 14 ans de retard en matière de droits des femmes    Kia Maroc. Retour remarqué du nouveau Carens    IPPIEM : hausse de 1% au cours du mois de mai (HCP)    Forsa : la SMIT dément les fausses informations concernant 2 appels d'offres    Casablanca: trois morts dans l'effondrement du fronton d'un café    African Lion 2022 : les tirs d'armes retentissent à Cap Draa lors des exercices interarmées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Médecine d'Urgence face à ses contraintes : Grave pénurie en ressources humaines qualifiées
Publié dans L'opinion le 09 - 11 - 2020

Surcharge des services d'accueil des Urgences, pénurie flagrante en ressources humaines qualifiées,
accès non équitable à des soins de qualité, et désert professionnel en secteur privé. Telles sont les principales lacunes auxquelles la Médecine d'Urgence (MU) au Maroc est confrontée.
« Malgré les efforts mis en œuvre pour améliorer la qualité des services rendus par la Médecine d'Urgence, de nombreuses faiblesses persistent encore et exigent une approche globale et intégrée de la problématique des urgences hospitalières et préhospitalières », souligne la Société Marocaine de Médecine d'Urgence (SMMU) dans son Livre blanc sur la Médecine d'Urgence, fraîchement publié.
La première lacune ainsi soulevée a trait à la surcharge des Services d'Accueil des Urgences (SAU). En effet, selon la SMMU, plus de 6 millions de patients fréquentent annuellement les urgences hospitalières, avec un accroissement annuel moyen d'environ 10%. Ce qui représente plus de 50% des consultations ambulatoires des hôpitaux publics, dont 10% se soldent par une hospitalisation.
35,5% des interventions chirurgicales majeures sont réalisées en urgence, ce qui justifie la nécessité de restructurer ces services, d'en assurer la mise à niveau et d'actualiser leurs fonctions et attributions, tient à noter la même source.
118 services d'urgences au Maroc
La SMMU fait observer également, concernant toujours la question de la surcharge des services d'accueil des urgences, qu'il n'y a pas une bonne coordination entre les intervenants, tant en intrasectoriel (prise en charge pluridisciplinaire) qu'en intersectoriel dans un souci de gestion des délais d'intervention (Protection Civile, SAMU, secteur privé, ...etc.). La SMMU souligne, à ce titre, une nécessité de la qualification professionnelle des intervenants. « La prise en charge urgente exige un personnel médical et paramédical ayant des compétences spécifiques leur permettant d'agir rapidementet très souvent dans des situations d'incertitude. Sur les 118 services d'urgences au Maroc (soit 85% des hôpitaux publics) fonctionnels 24 h/24 et 7 j/7 durant toute l'année, le travail est assuré, dans la plupart des cas, par des médecins généralistes appuyés, dans certains hôpitaux, par des médecins spécialistes. Au moment où l'évolution rapide des sciences médicales font de plus en plus appel à des techniques de diagnostic, d'organisation et de traitement de plus en plus sophistiquées qui exigent une réponse adaptée aux différentes situations d'urgences », estime la même source.
La SMMU fait observer, en outre, que l'accès à des soins de qualité n'est pas équitable.« Les Marocains fréquentant les SAU exigent d'avoir un accès équitable et effectif à des soins de qualité avec respect des droits humains, délivrés par un personnel médical et paramédical qualifié et d'un professionnalisme exemplaire », est-il indiqué.
Pénurie flagrante en ressources humaines qualifiées
Autre élément soulevé dans ledit livre blanc : il existe une pénurie flagrante en ressources humaines, notamment qualifiées, que ce soit pour le personnel médical ou paramédical dans les deux secteurs de Santé (public et privé). Par ailleurs, les Unités Pédagogiques et de Recherche (UPR) assurant la formation de ces personnels n'existent que dans deux universités, dont celle de Casablanca qui n'est plus active. Aussi, l'inexistence de postes d'enseignement universitaire constitue un pronostic « sombre » dans la transmission des connaissances, des compétences et des valeurs.
Désert professionnel
Le secteur de la Médecine d'Urgence au Maroc souffre aussi d'un autre problème non négligeable, à savoir le désert professionnel en secteur privé. En effet, poursuit la même source, aucun spécialiste en MU ou ISSISU (Infirmiers Spécialistes en Soins Intensifs et Soins d'Urgences) n'exerce en secteur privé où les Urgences sont gérées par des généralistes et infirmiers polyvalents, souvent non qualifiés et/ou des médecins en formation, surtout en vacation de nuit. Sachant que le nombre des cliniques privées est de 332 avec une capacité d'environ 8.400 lits, soit 23% de la capacité litière nationale totale.
Restructurer la formation médicale au sein des UPR
Face à ces contraintes, la SMMU suggère une série de mesures susceptibles d'améliorer l'exercice de la MU au Maroc.
Elle recommande, en premier lieu, de changer la terminologie actuelle de Médecine d'Urgences et de Catastrophe, en Médecine d'Urgence tout court, comme c'est le cas en France, aux USA, en Belgique, en Suisse, en Espagne et au Royaume Uni, ...etc., ou en Urgentologie, comme le cas au Canada.
Par ailleurs, en vue de qualifier les ressources humaines, la SMMU estime que le personnel ambulancier assurant le transport de malades/ victimes doit avoir la certification académique agréée par le ministère de la Santé pour exercer dans le domaine du transport sanitaire. Etant donné que la MU constitue un des piliers fondamentaux de la prise en charge des polytraumatisés, les spécialistes en cette discipline doivent faire partie de l'équipe multidisciplinaire opérant pour préserver la vie des victimes, et ce, depuis le ramassage à la phase pré-hospitalière jusqu'à l'admission du patient au bloc opératoire, aux plateaux de l'embolisation radiologique ou en réanimation.
Il est recommandé, également, la restructuration de la formation médicale en MU au sein des Unités Pédagogiques et de Recherche (UPR), au niveau de toutes les Facultés de médecine.
Limiter la durée de formation académique à 4 ans
Elle suggère aussi la révision de la formation académique en MU et surtout la durée qui doit être limitée à 4 ans (au lieu de 5 ans actuellement)...
A défaut de la disponibilité d'un Urgentologue, ajoute la même source, les acteurs des urgences au niveau des hôpitaux périphériques (CHL, CHP, CHR) doivent disposer d'au moins un diplôme de médecine générale et un DIU en « Secours, Soins de réanimations et Evacuations sanitaires en situations d'urgence ».
Autres mesures suggérées : avoir une stratégie nationale, régionale et pour chaque structure intégrée dans le système de santé, et reconnaître juridiquement la pénibilité de l'exercice de la Médecine d'Urgence...
La SMMU, une organisation à but non lucratif, se fixe pour missions la promotion et le développement des connaissances scientifiques et professionnelles dans tous les domaines d'exercice de la médecine d'urgence.
A. CHANNAJE
Repères
Risques liés à l'exercice de la MU
D'après la SMMU, le personnel des Urgences est exposé en permanence à de multiples risques professionnels qui, des fois, peuvent être fatals. Il s'agit, entre autres, des risques infectieux et des risques radiologiques. Pour les premiers risques, la SMMU souligne que les services des Urgences sont des lieux très souillés, où l'observance des règles d'hygiène est difficile à contrôler vu le flux des passages et la multiplicité des intervenants. Concernant les risques radiologiques, la même source indique que « L'utilisation des rayonnements ionisants lors des radiographies standards et le transfert des patients aux salles de Scanner exposent les équipes des Urgences (médicale et paramédicale) à des irradiations accidentelles ».
Terminologie
En 1980, l'American College of Emergency Physicians a défini la Médecine d'Urgence comme étant la spécialité qui intervient auprès des malades nécessitant des soins immédiats pour l'un des motifs suivants : menace de leur vie ou leur intégrité physique et/ou fonctionnelle, inconfort physique, social, ou psychologique important, et implications médico-légales (viols, violences envers un enfant ou une femme ou une personne infirme, ...etc.). C'est pourquoi la pratique de la Médecine d'Urgence regroupe le tri pré-hospitalier et intra-hospitalier, l'évaluation initiale et la prise en charge en urgence des situations pathologiques, que ce soit en Unités de Soins Intensifs (USI) ou Unités d'hospitalisations, jusqu'à la sortie ou le transfert vers un autre service de soins. La prise en charge des patients aux Urgences est le plus souvent multidisciplinaire. La coordination et la hiérarchisation de leurs interventions est l'une des missions du spécialiste en médecine d'urgence, qui joue le rôle de chef d'orchestre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.