Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    L'ONMT part à la conquête du Moyen-Orient    Abdelhamid Addou, PDG de la RAM, élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Le Maroc réitère son soutien indéfectible aux droits légitimes du peuple palestinien    Le Groupe arabe à l'ONU salue le rôle important du Comité Al Qods dans la défense de la ville sainte    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Jacek Oalczak nommé PDG    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    RAIDS ISRAELIENS SUR LA BANDE DE GAZA: ACHARNEMENT CONTRE LE MAROC    Recherche scientifique: premier congrès au Maroc sur l'utilisation des dérivés du cannabis    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    Un candidat au poste de gouverneur de la Californie fait campagne avec un ours    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Cause palestinienne : Gare à l'effet de compensation !    Hervé Renard : "On m'a promis l'enfer avec les Lions de l'Atlas"    Algérie : un parti d'opposition dénonce une répression d'une « extrême violence » à l'égard des manifestants    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Industrie automobile, l'embellie se concrétise !    Israël devrait-il se méfier de la scène que le Qatar donne à Haniyeh, alors que la confrontation avec le Hamas entre dans son huitième jour?    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    Barça : « Koeman aurait un pied et demi en dehors du Barça ! »    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Centre national de l'arganier : Les travaux seront lancés cette année    Covid-19 : l'Algérie annonce une réouverture partielle de ses frontières malgré le contexte sanitaire difficile    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Algérie : garde à vue prolongée pour une journaliste, arrêtée lors de la manifestation du vendredi    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Edito : Piqures de rappel    Espagne: Le Salon international du tourisme de Madrid, du 19 au 23 mai en présentiel    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    Visionnage boulimique des séries : La guerre ouverte contre le sommeil    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Handball : En Egypte, un Mondial indécis à tous points de vue
Publié dans L'opinion le 13 - 01 - 2021

Des forfaits, des bulles, sans public et sans journalistes dans des salles neuves mais vides lors de cette 27ème édition
Des salles neuves mais vides de public, des favoris moins préparés que jamais et déjà deux abandons pour Covid-19 qui compliquent les affaires de la France: le Mondial masculin de handball qui a débuté hier mercredi en Egypte s'annonce indécis à tous points de vue jusqu'à la finale le 31 janvier.
Bulles: entre théorie et pratique
Ce 27e Championnat du monde, le deuxième en Egypte après 1999, s'annonçait déjà exceptionnel en tant que première édition à 32 équipes, contre 24 auparavant, maintenue malgré la pandémie de Covid-19. Mardi soir, à la veille de l'ouverture entre le pays hôte et le Chili, il avait déjà tenu ses promesses: République tchèque et Etats-unis, dont les effectifs ont été massivement touchés par le nouveau coronavirus, déclaraient forfait juste avant de prendre l'avion et étaient tour à tour remplacés par la Macédoine du Nord et la Suisse.
Les deux nations européennes, placées sur une liste d'attente en fonction de leur classement au dernier Euro, se tenaient prêtes en cas de désistement de dernière minute.
Les organisateurs des JO de Tokyo, repoussés de l'été 2020 à l'été 2021, doivent suivre en tremblant ce premier Mondial d'un sport collectif majeur depuis le début de la pandémie, à six mois d'un événement dont la tenue reste incertaine.
Malgré les risques de contamination et les énormes difficultés logistiques liées au protocole sanitaire, le pouvoir égyptien, directement impliqué dans l'organisation de l'événement, et la Fédération internationale, présidée par un Egyptien, ont tout fait pour maintenir cette vitrine.
Quitte à sacrifier les spectateurs au dernier moment --une jauge à 30 puis 20% était prévue jusqu'à dimanche avant de basculer vers le huis clos-- alors que 3 des 4 enceintes ont été construites pour l'occasion: la salle de la nouvelle capitale (7.500 places) à l'est du Caire, celle de la Ville du 6 Octobre (5.200), autre banlieue située à l'ouest de la gigantesque mégalopole, et celle d'Alexandrie (5.000). Pour chacun des sites, un gigantesque hôtel capable de loger huit équipes, les organisateurs et les rares médias accrédités a été érigé en bulle sanitaire. Mais les failles dans le protocole étaient visibles dès les premières arrivées massives dimanche, que ce soit dans l'organisation des tests PCR ou le respect des gestes barrière.
Une saison en enfer
Devant ces évolutions peu rassurantes, Hendrik Pekeler, Patrick Wiencek et Steffen Weinhold, les cadres allemands tout juste sacrés champions d'Europe avec Kiel ne doivent pas regretter d'être restés à la maison, eux qui ont fait au coeur de la deuxième vague du coronavirus le choix de rester en famille.
Ce sera pour eux l'occasion de se ressourcer dans une saison rendue infernale par les quarantaines, reports liés aux confinements ou cas de Covid-19, et par les enchaînements entre les compétitions. Les internationaux impliqués dans le Final Four de la Ligue des champions n'ont même pas eu une semaine, au Nouvel An, pour réintégrer leur sélection et disputer les qualifications pour l'Euro-2022, et partir dans la foulée pour l'Egypte... et Tokyo se profile au bout de ce long chemin, tout sauf droit.
Se roder, mais vite
Dans ce calendrier chaotique, l'élargissement du plateau est une bonne nouvelle pour les favoris qui, avec des adversaires néophytes (RD Congo, Uruguay, Cap Vert) et la réintroduction de quarts de finale, auront plus de marge pour se roder. Sauf les Bleus, redescendus de leur piédestal depuis leur dernier titre mondial en 2017, et qui croiseront le fer d'entrée avec la Norvège, finaliste des deux dernières éditions. Le perdant n'aura plus le droit à l'erreur au 2e tour pour lequel les points acquis au premier seront conservés. Or, les Bleus semblent au creux de la vague depuis leur échec retentissant à l'Euro-2020, qui avait coûté son poste au sélectionneur Didier Dinard. Son remplaçant, Guillaume Gille, autre ancien joueur de la grande époque (1996-2012), a dû attendre un an entre sa nomination et son premier match comme entraîneur principal.
Débuts ratés: battue en Serbie (27- 24), l'équipe du capitaine Michaël Guigou n'a pu accrocher que le nul au retour, samedi à Créteil (26-26). «On sort d'une préparation tronquée», a plaidé Gille. Qui navigue encore plus à vue depuis que la Suisse du demi-centre Andy Schmid, adversaire autrement plus redoutable que les Etats-Unis, a rejoint le parcours semé d'embûches jusqu'à un éventuel 7e sacre mondial.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.