Accélération des réformes pour l'amélioration du tissu productif    Laâyoune-Sakia El Hamra : Avortement de trois tentatives d'immigration clandestine    Cameroun : neuf morts dans un accident provoqué par des vents forts    Edito : Faux débat    France-Algérie : Quand le régime d'Abdelmadjid Tebboune use de la truanderie politique pour faire plier Paris    Afrique : Les 10 footballeurs les plus riches de tous les temps !    La Turquie reconnait le Pass vaccinal marocain    Ligue des champions : Le Raja au vert, le Wydad au rouge    Mohammed Benchaâboun et Youssef Amrai ambassadeurs en France et à l'UE    Pétrole et gaz : Une compagnie israélienne s'apprête à explorer au large de Dakhla    El Othmani gouverne... son cabinet de psychiatrie    L'Opinion : Le défi malien    Hydrocarbures : Une OPEP du gaz siérait bien à Moscou    Massacre des Algériens : la France commémore les 60 ans    Compteur coronavirus : 269 nouveaux cas positifs, 7 décès enregistrés en 24H    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 octobre 2021 à 16H00    Meknès : Un patrimoine architectural et urbanistique à préserver    Le concours « Ana Maghribi.a » revient pour sa 8ème édition    Le CNDH discute des recommandations à présenter au gouvernement    La BM et le FMI célébrent le «Success story» de Tanger Med    Préparation du projet de loi de Finances 2022    Les Emirats Arabes Unis ouvrent la possibilité d'un visa de 5 ans pour les Marocains    L'ADFM appelle à une réforme du code de la famille    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Quatre migrants morts et 13 autres interceptés au large de l'Algérie    Des experts africains appellent à l'expulsion de la «rasd» de l'UA    Fathallah Sijilmassi en devient le premier Directeur Général    Le Livre Blanc de la CGEM : 10 priorités pour l'opérationnalisation du « Nouveau modèle de développement »    La RS Berkane bat l'US Ben Guerdane et met un pied en phase de poules    Le Comité international olympique inquiet    Le Livre Blanc de la CGEM : 10 priorités pour l'opérationnalisation du « Nouveau modèle de développement »    Journalistes et youtubeurs analysent les extériorisations anti-marocaines de l'Algérie    Championnat d'Afrique de natation : Le Maroc récolte 10 médailles et finit 3ème    Une ode à la grâce et à l'élégance    Clôture du FICAM 2021: une édition professionnelle qui a tenu toutes ses promesses!    Immobilier: une assurance pour les loyers impayés, pourquoi pas ?    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Créer au pont de Saint-Ange    Contraception masculine : La pilule existe, mais elle a du mal à passer    Interview avec Sébastien Vaumoron : Télétravail, un mode alternatif à double face    Michel Barnier : élu, je ne «donnerais pas dans la repentance» sur les questions mémorielles avec l'Algérie    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    Migrants: au moins 8 victimes et 17 disparus au large de l'Espagne    Covid-19: le Maroc vaccine à toute allure, et appelle les réticents à se manifester    Bruits de bottes    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Adolescents & Applications mobiles : Qu'en est-il de la sécurité ?
Publié dans L'opinion le 19 - 09 - 2021

À l'ère du numérique, il est de plus en plus difficile pour les parents de savoir ce que font leurs enfants sur Internet. Grâce à leur smartphone ou tablette, ils utilisent des tonnes d'applications mobiles, et partagent massivement des photos et des vidéos en plus de diverses informations les concernant. Mais que font les jeunes toute la journée, les yeux rivés sur leurs portables ? Ils vont sur leurs applications préférées évidemment. On vous dit lesquelles.
Appli. Applications. Ces mots à la mode deviennent en quelque sorte des éléments indispensables de nos vies. Au fur et à mesure qu'Internet se développe et que la technologie évolue, ces applications deviennent de plus en plus sophistiquées et chaque jour plus importantes dans notre routine. Un tas d'applications se présente comme étant idéales pour les jeunes adultes, mais s'avèrent être plutôt effrayantes. Quelles sont les plus populaires chez les ados ? Sont-elles sûres pour vos enfants ?
En 2021, on estime que 59,3% de la population utilise au moins un réseau social au Maroc, soit 4 millions de personnes de plus qu'en 2020. En 2022, le nombre de téléchargements d'applications mobiles dans le monde devrait atteindre 258 milliards.
Les parents ne connaissent que vaguement Snapchat et TikTok ? La génération Z, née avec Internet, ne jure quant à elle que par ces nouveaux outils numériques aux multiples possibilités. On vous présente les applications qui font fureur chez les adolescents.
TikTok, l'application pour devenir une star
Si vous voyez régulièrement votre enfant chanter en playback dans sa chambre ou dans la rue, tout en se filmant, rassurez-vous. Il n'est pas fou. Il est probablement en train de participer à un challenge sur TikTok.
Concrètement, chaque semaine, l'application lance un défi, identifiable via un hashtag. Le but pour les adolescents : se montrer le plus créatif possible, à grand renfort d'effets ou de filtres. La joie de vivre est de mise, les vidéos inventives, et de nombreux utilisateurs, très jeunes, donnent tout pour imiter les « grands ».
« Les espaces commentaires sont évidemment ouverts à tous et comme sur tous les réseaux sociaux, des messages blessants et malveillants peuvent affecter les plus jeunes », indique Jihane Laraichi, coach scolaire. « Comme beaucoup d'utilisateurs, vos enfants veulent que leur talent soit découvert par le plus grand nombre. C'est pourquoi ils risquent de remuer ciel et terre pour que leurs vidéos soient diffusées en masse », alerte la spécialiste.
Pour instaurer le contrôle parental, TikTok a commencé à déployer, depuis 2020, des fonctionnalités permettant aux parents de contrôler la manière dont leurs enfants utilisent l'application. Tout cela se fait via le « Family Safety Mode » : décider combien de temps votre enfant peut utiliser l'application, déterminer qui sont les utilisateurs autorisés à le contacter via les messages privés, et enfin bloquer le contenu qui ne lui convient pas.
Yubo, le Tinder pour adolescents
Surnommée « le Tinder Teens », car sur Tinder, il faut avoir au moins 18 ans pour s'inscrire. Yubo se concentre donc sur la tranche d'âge située juste en dessous. Le concept de Yubo est extrêmement similaire à celui de Tinder : swiper sur des profils pour rencontrer des gens. Yubo est l'application qui a le plus fait de « buzz » en 2021. Et pour cause, elle repose principalement sur le Live Stream.
Les utilisateurs sont invités à se filmer et à diffuser en temps réel leur vidéo. Les ados peuvent donc réaliser des video-chats avec jusqu'à 10 personnes ou même se filmer en train de faire quelque chose : danser, jouer... Mais surtout, ils peuvent parler avec leurs amis comme avec de stricts inconnus, auxquels ils se connectent de façon totalement aléatoire... avec un simple swipe.
« De nombreux utilisateurs mentent sur leur âge. De plus, les profils sont tous publics, on ne sait donc jamais sur qui on va tomber », explique Jihane Laraichi. « Il y a donc inévitablement des risques de tomber sur des personnes malintentionnées. Il est alors important que vos enfants réfléchissent soigneusement à ce qu'ils partagent », ajoute-t-elle. Yubo est souvent critiqué car l'application est parfois utilisée à mauvais escient pour intimider ou harceler les utilisateurs en messages privés.
L'application ne propose pas de contrôle parental intégré. Le dialogue avec vos enfants est donc primordial. Discutez avec eux du comportement à adopter sur Internet, ce qu'il convient d'y partager et ce qu'il faut éviter. Aussi, n'hésitez pas à jeter un oeil à l'application avant de laisser vos enfants l'utiliser.
Meryem EL BARHRASSI

Attention aux smartphones « jailbreakés » et « enracinés »

Le jailbreak et l'enracinement sont des méthodes qui vous donneront un accès illimité ou administratif à l'ensemble du système de fichiers de votre appareil mobile. La différence entre le jailbreak et l'enracinement est que jailbreak fait référence aux appareils Apple iOS, alors que l'enracinement fait référence aux appareils Android. En jailbreakant votre appareil mobile, vous avez un meilleur contrôle sur celui-ci et vous pouvez le «modifier» à votre guise.
Après un jailbreak ou une racine, par exemple, vous pouvez installer des applications bloquées dans l'App Store ou Google Play.
Le jailbreak et l'enracinement comportent des risques. D'une part, ils annulent techniquement votre garantie. Un autre problème est que votre appareil peut être plus vulnérable aux applications malveillantes et vous pouvez éventuellement le blesser pendant le processus d'enracinement ou de jailbreak.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.