Le pass vaccinal, une condition d'accès aux aéroports marocains    PLF 2022 : Hausse des subventions du gaz butane et des produits alimentaires    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Sahara : José Manuel Albares rectifie les duperies du Polisario    Equipement : Baraka annonce un grand chantier d'infrastructures    Déclarations de l'Algérien Mohamed Antar Daoud : la France enjoint au «respect» de sa souveraineté    Un homme retrouvé décapité et éviscéré dans le sud-est de la France, le suspect en fuite    Kénitra : trois interpellations dans une affaire d'escroquerie    Le prix Sakharov 2021 décerné à la bête noire de Vladimir Poutine, Alexeï Navalny    Affaire Brahim Ghali: Les ingérences du gouvernement Sanchez dénoncées par le procureur général de Saragosse    Gazoduc Maghreb-Europe: Rabat étudie (déjà) les alternatives    En Espagne, le 40e congrès du PSOE prend fait et cause pour le Maroc, le Polisario choqué    Livres : Le chercheur Taib Ajzoul publie deux nouveaux travaux    Evolution du coronavirus au Maroc. 188 nouveaux cas, 942.967 au total, mercredi 20 octobre 2021 à 16 heures    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Selon la dernière note du HCP, la confiance des ménages s'améliore    Crise Maroc-Algérie : le nouvel ambassadeur d'Israël apporte son soutien à Rabat    Dell Technologies contribue à l'évolution du support informatique et de la sécurité    Ligue des Champions : Youssef En-Nesyri absent ce soir    Newcastle : Les Saoudiens arrivés, l'entraîneur limogé    Wecasablanca Festival dévoile sa programmation    Sahara marocain : Le Mexique réaffirme son soutien à une solution juste et mutuellement acceptable    PLF 2022 : Net rebond des recrutements au sein de l'administration de la Défense nationale    Comment le Maroc se prépare pour exploiter son "or vert"    Décès d'Ahmed Snoussi, ancien diplomate, 92 ans    Pass vaccinal: un choix stratégique pour les Marocains    Abdulrazak Gurnah, prix nobel de littérature 2021    Impôt sur les sociétés: le PLF propose une nouvelle mesure    Liaisons aériennes : Suspension des vols avec trois pays européens    Covid-19: une nouvelle forme de variant inquiète le gouvernement britannique    Chine. Quatre propositions pour assurer la protection de la biodiversité    Urgent. Le Maroc suspend ses vols vers l'Allemagne, les Pays-bas et le Royaume-Uni à compter de ce mercredi 20 Octobre    Latifa Akharbach: "La pandémie a rappelé la grande utilité sociale des médias"    LaLiga et le monde du football se préparent pour le premier ElClasico de la saison    Le FMI s'attend à un renforcement de la reprise post-Covid au Maroc    Le nouvel ambassadeur d'Israël au Maroc accorde un entretien à la chaîne i24news [Vidéo]    Marrakech : La Mamounia s'apprête à abriter une grande vente aux enchères organisée par Artcurial Maroc    ''Femmes écrites'', un nouveau recueil de Houda El Fchtali en kiosques au Maroc et dans plusieurs pays francophones    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Grâce Royale au profit de 510 personnes à l'occasion de l'Aïd Al Mawlid Annabawi    Les 100 ans de Georges Brassens.. Un souffle de poésie et de musicalité joyeuse parcourt la ville de Sète    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Made In Morocco : Les Marocains veulent consommer local, mais...!
Publié dans L'opinion le 26 - 09 - 2021

Condition sine qua non pour la souveraineté économique, la promotion du « Made In Morocco » est devenue une stratégie d'Etat. Le soutien populaire est là, or le rapport qualité/prix s'impose.
« En achetant ce produit, vous contribuez à l'économie de votre pays », un slogan qu'on n'a eu de cesse, pendant des années, d'entrevoir dans l'emballage de plusieurs produits fabriqués localement. Mais un slogan qui suscitait les plus vives moqueries, à l'époque, tant il fut perçu inutile et superflu. Maintenant que les choses ont changé et que le pays se jette dans un élan d'industrialisation, le « Made In Morocco » est devenu une politique d'Etat et une priorité nationale à l'ère du Nouveau Modèle de Développement.
Ce n'est plus uniquement la préoccupation des hautes sphères de l'Etat et de l'élite économique et industrielle, il s'agit désormais d'un souci citoyen, comme l'indique une nouvelle étude intitulée « Les Marocains et le Made In Morocco : Préférence et Implication » réalisée par « Imperium », opérateur national dans le traitement de la data et de l'information économique.
Elaborée du 25 février au 6 mars 2021, cette étude porte sur « la signification, la perception et le degré de confiance vis-à-vis du label Made In Morocco ». Il en ressort que les Marocains sont résolument convaincus de l'importance de« consommer marocain », en témoignent les chiffres avancés : 5 Marocains sur 10 de la population interrogée déclarent faire attention au label « Made In Morocco » lors de leurs achats des produits habituels, et 2 à 3 Marocains sur 10 le font « plus » à « beaucoup plus » (12%), notamment les femmes.
Les Marocains sont, en général, attentifs à l'origine des produits qu'ils consomment. L'étude explique que plus d'un Marocain sur deux déclarent faire attention au label « Made In » lors de l'achat des produits habituels tandis que 39% déclarent implicitement que cet acte fait partie de leurs habitudes d'achat.
Cependant, l'attention des consommateurs marocains, au moins ceux interrogés par l'étude, demeure plus concentrée sur d'autres critères tels que la qualité (70%), le prix (57%), l'emballage (36%) et le nom de la marque (32%). Ces critères dépassent de loin celui de l'origine du produit (14%), relève Imperium dans ses conclusions. Pourtant, selon l'étude, il n'en apparaît pas moins que le « Made In » reste un levier important sur lequel il est possible de bâtir un attachement aux marques chez les Marocains.
J'achète marocain, pourvu qu'il soit de bonne qualité !
En effet, les Marocains sont prêts à consommer local et réduire la part de l'importé dans leur panier, à condition que le produit soit de qualité. L'étude s'est penchée sur la question de la confiance. Il en ressort que 72% des personnes sondées se sont déclarées confiantes vis-à-vis des produits fabriqués au Maroc, dont 28% se disent très confiantes, notamment des personnes de la classe moyenne âgées de 35 ans et plus.
Par contre, les jeunes semblent plus réticents que leurs aînés, sachant que 44% des gens sondés, qui sont peu confiants, sont précisément les Marocains de moins de 24 ans. Ceci dit, « le Made In Morocco » est confronté donc à l'exigence de qualité pour s'enraciner dans l'esprit du consommateur marocain, qui est, après tout, légitimement exigeant.
L'étude reconnaît cette exigence des citoyens marocains qui semblent faire preuve d'une nouvelle maturité dans leur comportement de consommateur. « Le consommateur marocain est prédisposé à consommer « marocain » à condition que la marque arrive à appréhender l'équation basée sur les paramètres du prix, la qualité et la confiance », souligne le document, arguant que cela aboutira à la construction d'un environnement convivial de consommation.
Il s'agit en effet de la même conclusion que celle du rapport sur le Nouveau Modèle de Développement, qui indique, noir sur blanc, que « les citoyens considèrent que l'encouragement de la consommation du « Made In Morocco » est tributaire d'un rapport qualité-prix favorable ».
Un levier de croissance
Au moment où le Maroc s'emploie à redresser son économie après la rude épreuve de récession due au Covid-19, la promotion de l'industrie locale et du produit marocain fait partie de la stratégie de relance de l'économie nationale. Sur la base de ses sondages, l'étude fait ressortir que les Marocains croient aux vertus du « Made In Morocco » dans la réussite du plan de relance.
Pour arriver à cette conclusion, l'étude d'Imperium a posé la question suivante : « Consommer marocain vat- il aider à la relance de l'économie marocaine ? ». 76% de la population sondée a répondu par l'affirmative, adhérant ainsi à ce principe.
En fait, cette population est composée surtout des classes D et E et appartenant à la tranche d'âge 25-44 ans, explique la même source. Compte tenu de tout ce qui précède, l'enquête d'Imperium conclut que le concept « Made In Morocco » est « un vrai catalyseur qui peut assurer une dynamique majeure pour la relance de l'économie nationale au niveau du marché domestique et au-delà ».
Selon le document, cela passera par la construction d'une image de marque et d'une crédibilité à l'égard du consommateur. Outre cela, les résultats de l'étude montrent une convergence de vues entre l'Etat et l'orientation de la population, ainsi tous deux vont plus ou moins dans le même sens et adhèrent harmonieusement à l'idée qu'il est nécessaire de promouvoir la préférence nationale. C'est-à-dire : privilégier tout ce qui est marocain, tout ce qui est produit localement.
« Les Marocains sont prêts en tant que citoyens, par leurs habitudes et leur attachement à leur pays, à consommer marocain et à encourager leur pays », explique l'étude susmentionnée, ajoutant que la crise de la Covid-19 n'a fait qu'accentuer ce « sentiment national ».
Anass MACHLOUKH


Made In Morocco
Une stratégie d'Etat à l'ère du Nouveau Modèle de Développement
Tout au long d'une vingtaine d'années, le Maroc a construit sa stratégie de développement pour sortir de la crise à la fin des années 90, sur la base de l'ouverture aux IDE et la politique des grands chantiers.
Le but était d'abriter les géants de l'industrie et notamment les constructeurs automobiles, et créer des emplois qualifiés. Le Royaume s'est élancé concomitamment dans la mondialisation commerciale en s'engageant dans le libre-échange.
Bien que cela ait donné des résultats, plus ou moins discutables (taux d'intégration élevé de la fabrication des voitures, croissance, développement des écosystèmes industriels, etc.), les déficits commerciaux colossaux, accumulés ces dernières années, et les enseignements de souveraineté durant la crise sanitaire ont poussé les décideurs à changer d'approche et ceci s'est traduit dans le rapport du Nouveau Modèle de Développement.
Révision des accords de libre-échange et promotion de la préférence nationale sont désormais en tête des priorités. Le rapport a conclu que les citoyens et les opérateurs souhaitent que le Maroc renforce sa capacité à produire les biens essentiels.
Il est question, aux yeux de la commission de Chakib Benmoussa, d'un impératif de souveraineté, puisque les préoccupations de souveraineté visent à se prémunir des perturbations du contexte économique international, et particulièrement à préserver l'intégrité du marché intérieur face à la dynamique conquérante des importations et sécuriser, in fine, les emplois domestiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.