Fusillade au Texas. Biden: « Quand pour l'amour de Dieu allons-nous affronter le lobby des armes? »    Le rachat de Chelsea approuvé par la Premier League    Chelsea : Hakim Ziyech voudrait changer d'air cet été    La Corée du nord a tiré 2 missiles selon Seoul    Une fusillade dans une école au Texas tue 14 enfants, Joe Biden va s'exprimer    Smurfit Kappa choisit le Maroc pour son premier investissement en Afrique    Sahara : Brahim Ghali menace l'Espagne    La tournée asiatique de Joe Biden    Création à Rabat de la subvention «Al Qods» d'appui aux libertés de la presse    Officiel: Noussair Mazraoui rejoint le Bayern (PHOTOS)    Karim Benzema brise le silence après la décision de Mbappé    Errachidia: trois garçons décèdent dans l'effondrement d'un mur    Festival Taragalte fait son grand retour !    Sur les traces des mineurs marocains en France    « Les 50 noms de l'amour » pour mieux goûter aux délices des sentiments    Covid-19: 200 nouveaux cas, plus de 6,38 millions de personnes ont reçu trois doses du vaccin    L'Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus reconduit à la tête de l'OMS    Agroalimentaire : Oland Group inaugure 4 nouvelles lignes de production de fromage fondu    Nador West Med. La BAD accorde un financement supplémentaire de 113 millions d'euros au Maroc    Le Groupe OCP rejoint le World Economic Forum    CinépsyMaroc : La 4ème édition se tiendra les 27 et 28 mai    Variole du singe : Ce qu'il faut savoir    Lutte contre les changements climatiques : le Maroc estime indispensable une alliance africaine    Le Maroc, l'Algérie et l'Espagne participent à un exercice maritime américain en Tunisie    Rabat: Le Procureur du Roi dément la disculpation de 17 accusés de viol    AREF-RSK : Festival régional des clubs pédagogiques de musique    Le Maroc prend les rênes de l'Union maghrébine des jeunes avocats    Première expérience mondiale réussie de transplantation d'arganiers adultes    Maroc-Israël: un partenariat économique en phase avec les évolutions technologiques mondiales    Le Kenya et le Zimbabwe exclus des éliminatoires de la CAN 2023    Maroc: Prêt de 350 millions de dollars de la Banque mondiale en appuie à l'économie bleue    Variole du singe : le Maroc en embuscade    PSG : Mbappé conseillé par Macron et Sarkozy !    Finale Wydad -Ahly : Des vols spéciaux '' Caire- Casablanca- Caire'' à environ 6000dh    Visas : les autorités consulaires françaises au Maroc «rejettent une demande sur deux»    Ligue des Champions : Le WAC se prépare au Complexe sportif de Maâmora    Travailleurs migrants. L'ONU salue la politique migratoire d'ouverture du Maroc    La politique migratoire du Royaume mise en exergue à Stockholm    La Bourse de Casablanca débute en hausse    27è SIEL : Bensaid s'attend à une édition réussie    Chambre des représentants : adoption d'un projet de loi relatif à la régulation du secteur de l'électricité    Oxford Economics Group : La hausse des prix ne fait que commencer    Protection sociale: les artistes auront bientôt une fondation, assure Bensaid    A travers son édition limitée Bled El Fen Sidi Ali rend hommage au Maroc    Rabat: Création de la subvention "Al-Qods" d'appui aux libertés de la presse    Valse des représentants du Polisario en Espagne après le soutien de Sanchez au Maroc    Météo: les prévisions du mardi 24 mai    Les Etats-Unis vont vacciner les cas contact de Monkeypox    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Liban : Le gouverneur de la Banque du Liban dans de sales draps
Publié dans L'opinion le 19 - 01 - 2022

Soupçonné de « détournement de fonds, enrichissement illicite et blanchiment d'argent », Riad Salamé, gouverneur de la BL s'est vu saisir ses biens après avoir été notifié par une juge d'une interdiction de quitter le territoire libanais.
Il y a quelques jours, la juge Ghada Aoun interdisait à Riad Salamé de quitter le territoire libanais. Elle a pris, mardi 18 janvier, la nouvelle décision de « geler » l'usage des biens du gouverneur de la Banque centrale afin de répondre à une plainte pour « détournement de fonds, enrichissement illicite et blanchiment d'argent » présentée par un collectif d'activistes.
Mardi, Ghada Aoun, une des rares juge qui osent enquêter sur des personnalités puissantes au Liban, a émis une interdiction sur tous les terrains et véhicules appartenant au gouverneur de la Banque centrale. Une semaine auparavant, elle avait interdit à Riad Salamé de quitter le territoire libanais.
Le même jour, un autre juge, Jean Tannous, s'était rendu avec des policiers dans plusieurs banques pour obtenir des relevés de comptes du frère du gouverneur. Le nom de Raja Salamé est cité avec celui de son frère dans une enquête ouverte en Suisse sur des mouvements de fonds portant sur 300 millions de dollars.
Le patron de la Banque du Liban dément ces accusations et affirme être victime d'une campagne de dénigrement.
2 milliards de dollars, patrimoine de Salamé en Europe
Déjà au mois de juin dernier, le parquet national financier français (PNF) a ouvert une enquête préliminaire pour « association de malfaiteurs » et « blanchiment en bande organisée » contre le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé. Considéré pendant des décennies comme l'un des artisans du miracle économique du Liban, le patron de la Banque centrale est aujourd'hui l'une des personnes les plus conspuées par la rue libanaise.
Un groupe d'activistes basé à Londres a accusé nommément le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé ainsi que ses proches, de corruption et de blanchiment d'argent sale.
Le groupe qui s'appelle Guernica37 a ainsi transmis ce rapport à la police britannique dès l'année dernière ainsi qu'à l'Agence nationale de lutte contre le crime. Ce rapport a été préparé à la demande de groupes d'activistes de la société civile libanaise.
Riad Salamé aurait ainsi pu détourner plusieurs centaines de milliards de livres libanaises, réinvestis en actifs financiers en Grande Bretagne, accusent les auteurs de ce rapport qui l'ont également transmis aux autorités judiciaires d'autres pays européens.
Riad Salamé, qui a pris connaissance de ce rapport estime qu'il s'agit de fausses allégations.
Les plaignants affirmaient que « le patrimoine global de Riad Salamé en Europe dépasserait les 2 milliards de dollars », une fortune qui ne peut être justifiée par son salaire.
Mais malgré les soupçons de détournements de fonds et de corruption qui planent sur Riad Salamé au Liban et à l'étranger, le gouverneur reste protégé par une partie de la classe politique, de la justice et de l'establishment financier.
Au nom du secret bancaire, les banques ont refusé de coopérer avec le juge qui aurait été tancé par le procureur général.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.