CAN féminine: bon départ pour les Lionnes de l'Atlas (VIDEO)    Foot U18: fin de l'aventure pour le Maroc (VIDEO)    Météo Maroc: temps assez chaud ce dimanche 3 juillet    Mali: l'ambassadeur d'Espagne convoqué après des propos sur une implication de l'Otan    Immigration illégale : Le Maroc fait face à une "situation extrêmement complexe" affirme le ministre espagnol de la Migration    Botola Pro: l'AS FAR bat l'OCK et termine la saison à la 3e place (VIDEO)    Restrictions commerciales algériennes : l'Espagne transfère à l'UE les plaintes des hommes d'affaires    Région TTA: plus de 14.800 candidats passeront le rattrapage du bac    Maroc/Covid-19: 3.306 nouveaux cas et 3 décès ces dernières 24h    Covid-19: le ministère de la santé recommande une dose de rappel du vaccin pour les personnes âgées    Amal Ayouch réagit à la condamnation de Faouzi Skalli    CAN Féminine: La dotation revalorisée à hauteur de 150%    Le leadership marocain en matière de sécurité énergétique et alimentaire mis en avant à Naples    Dakar: "Annato" de Fatima Boubekdi remporte le Grand Prix du chef de l'Etat du 3-ème Festival de cinéma "Les Téranga"    Gazoduc Maroc-Nigéria : Les études avancent dans de »très bonnes conditions'' (Amina Benkhadra)    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Abdelhadi Baraka    Jeux méditerranéens : Le boxeur marocain Said Mortaji remporte l'argent    Echange de tirs dans le Kentucky: Trois policiers tués, l'assaillant arrêté    L'activité industrielle poursuit son amélioration    Casablanca, capitale marocaine du Jazz pendant trois jours (vidéo)    La CDT appelle à l'arrêt de la flambée des prix et à manifester contre le gouvernement Akhannouch, ce samedi à 19h à Mohammedia    L'apostille : Dbibina a bien cru être atteint de Polyopie, avant que Fouad Abdelmoumni, Aziz Chahir et Ali Anouzla ne le rassurent    CAN, Maroc 2022 : Lionnes de l'Atlas et Etalons Dames pour lancer le bal    Maroc-Japon: Signature d'un Accord de prêt de 1,6 MMDH pour améliorer l'environnement des apprentissages    Ambiance festive pour l'ouverture de Jazzablanca (VIDEO)    Sahara : Séminaire sur la dévolution des compétences législatives dans les régions autonomes    Casablanca : Mise en échec du trafic de 2 tonnes de résine de cannabis    Devant la Commission des finances, Nadia Fettah décortique la loi sur les pratiques anticoncurrentielles    Marché des capitaux : Plus de 27,7 milliards DH de levées    African Lion 2022 : Cap Draâ sous un déluge de feu    Abattage, écorchage, stockage... Les conseils de l'ONSSA pour l'Aïd al-Adha    Renouvellement du mandat de la MINUSMA: Bamako pose ses conditions    Libye: des manifestants investissent le siège du Parlement    Selon le Sunday Business Post, le roi Mohammed VI a changé la face du Maroc    Un étudiant déguisé en femme pour passer les examens condamné à de la prison ferme    CAN féminine 2022 : La VAR disponible pour tous les matchs du tournoi    Maroc: lancement de la campagne de sensibilisation à la cybersécurité    Sahara: Staffan de Mistura attendu samedi à Rabat pour une nouvelle tournée dans la région    Remise des prix de la deuxième phase du programme éducatif « inwi Challenge » (VIDEO)    Lancement de la campagne de sensibilisation à la cybersécurité    L'ANME tient une « rencontre communicationnelle » à Casablanca    Marhaba 2022 : Journée infernale pour des Marocains bloqués à Ceuta    Général Stephen J. Townsend : « Les Forces Armées Royales ont atteint les standards de l'OTAN »    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feue Maria Rosa de Madariaga    Maluma sort du silence après l'annulation de son concert à Marrakech    Cinéma : quand Elvis se raconte à travers Baz Lhurrman    Agenda culturel: les bons plans de ce vendredi et du week-end    Théâtre Cervantes : L'appel d'offres pour la restauration et la réhabilitation est lancé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tests PCR : le Conseil de la Concurrence juge les marges des laboratoires "élevées"
Publié dans L'opinion le 28 - 05 - 2022

Le Conseil de la Concurrence a publié une étude dans laquelle il a scruté le marché des tests Covid-19, dont les conclusions ont relevé des marges élevées réalisées par les laboratoires privés malgré le plafonnement des prix par l'Etat. En plus, le Conseil a émis une série de recommandations pour améliorer la gouvernance d'un tissu productif national plus solide et moins dépendant de l'étranger. Détails.
Le dossier des tests PCR n'est pas enterré, le Conseil de la Concurrence s'est penché sur le marché des tests PCR, qui a fait l'objet d'un rapport publié vendredi. Le Conseil présidé par Ahmed Rahhou a mis sous la loupe ce marché qui s'est développé de façon remarquable suite à la pandémie du Covid-19, avec un focus sur les marges réalisées par les laboratoires. Il en ressort que ces derniers continuent de réaliser des marges bénéficiaires relativement confortables bien que les prix aient été plafonnés. Le gouvernement, rappelons-le, sur la base d'un avis favorable du Conseil, a plafonné, en en septembre 2021, les prix des tests PCR classiques à 400 dirhams et ceux des tests rapides à 600 dh, après le désordre qu'a connu le marché. Les prix variaient de 600 à 800 dh selon les laboratoires.
Selon le rapport, les marges des laboratoires varient de 12 DH à 115 Dh, sachant que, rappelle le Conseil, "les frais liés à la composante du personnel et à l'amortissement des équipements et d'aménagement devraient baisser en fonction de l'augmentation du nombre des tests par jour et la réalisation parallèle des autres types de tests de diagnostic par le même laboratoire".
L'étude a montré également que les marges varient en fonction de la taille du laboratoire, le nombre de tests réalisés et le choix d'investissement adopté pour chaque laboratoire. Selon les calculs réalisés par les services d'instruction du conseil, les résultats nets annuels des laboratoires privés peuvent varier de plus de 126 952 milles dirhams, si le laboratoire ne réalise que la prestation de PCR conventionnelle, à plus de 1,7 million en cas de réalisation simultanée de tous les types de tests.
Sur la base de l'audition de certaines sociétés, le Conseil a conclu que les marges réalisées par les laboratoires privés demeurent élevées et largement confortables. Ceci prouve que ces derniers ne subissent pas de pertes suite au plafonnement décidé par le gouvernement. Dans le détails, certains laboratoires privés ont dégagé des marges encore supérieures, en optant pour des réactifs moins chers et des équipements de diagnostic, des fois gratuits, accordés dans le cadre des négociations d'achats avec certains importateurs. "Ce qui a permis à certains laboratoires privés de bénéficier des économies d'échelle", conclut l'étude.
Le Conseil de la Concurrence est parvenu à cette conclusion en examinant scrupuleusement le coût de production des tests. Les instructeurs du Conseil ont constaté que le prix de revient du test PCR conventionnel dépend fortement des coûts de réactifs et consommables à raison de 38% pour un prix minimum de coût de revient, à 61% pour un prix maximum. "La part du prix du réactif à lui seul varie entre 13% pour le cas d'un réactif produit localement, à 37% pour le cas d'un réactif importé", lit-on sur le document qui est paru sur le site officiel", explique le rapport. Sur ce point, le Conseil trouve le prix de revient sous-estimé dans la mesure où les charges communes (personnel, amortissement, équipements, charges divers...) ayant été comptabilisées pour chaque type de test, n'ont pas été répartis par type de tests faute de clé de répartition adéquate.
Prenant acte de la réalité du marché des tests, le Conseil a émis une série de recommandations pour tirer les conclusions de la crise liée à la pandémie. L'étude recommande d'atténuer la dépendance du marché national des chaînes d'approvisionnement mondiales. Ceci est d'autant plus nécessaire que le marché national est dominé par les importateurs et les distributeurs qui génèrent plus de 90% de son chiffre d'affaires. A titre d'exemple, le Conseil évoque le marché des réactifs de tests COVID qui, selon le rapport, compte un seul fabricant national avec un produit « 100% marocain », et deux fabricants avec des licences de fabrication d'origine coréenne. Pour renforcer le tissu productif national, le Conseil préconise un cadre législatif de référence pour la mise sur le marché des réactifs « 100% marocains » et de favoriser l'innovation dans l'industrie de tests de diagnostic. Le rapport propose également d'encourager la consommation des réactifs fabriqués localement.
Par ailleurs, pour un tissu productif plus solide, le Conseil de la Concurrence propose une amélioration de la gouvernance du secteur des médicaments et des dispositifs médicaux. Raison pour laquelle l'étude plaide pour la mise à jour et l'opérationnalisation de la plateforme de soumission des demandes d'enregistrement. Pour ce faire, la mise en place de l'Agence Nationale du Médicament est indispensable.
Le Conseil rappelle que la contribution des entités privées ne dépasse pas 31% du total des tests effectués depuis le début de la pandémie à la fin de l'année 2021. De son côté, le secteur public a réalisé 68% des tests PCR dont 40% ont été assurés par l'Hôpital militaire


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.